Massive Killing Capacity

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dismember (SWE)
Nom de l'album Massive Killing Capacity
Type Album
Date de parution 04 Août 1995
Labels Nuclear Blast
Enregistré à Sunlight Studio
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album140

Tracklist

1.
 I Saw Them Die
 02:48
2.
 Massive Killing Capacity
 02:54
3.
 On Frozen Fields
 02:36
4.
 Crime Divine
 02:59
5.
 To the Bone
 03:14
6.
 Wardead
 02:27
7.
 Hallucigenia
 04:06
8.
 Collection of Blood
 03:41
9.
 Casket Garden
 03:36
10.
 Nenia
 04:39
11.
 Life - Another Shape of Sorrow
 04:52

Durée totale : 37:52


Chronique @ Fabien

12 Décembre 2007
Grâce au culte Like an Ever Flowing Stream et à l’excellent Indecent and Obscene, Dismember bénéficie d’une réputation à toute épreuve, s’affichant parmi les chefs de file du deathmetal suédois de l’époque. Le groupe retourne alors aux Sunlight Studios pour les sessions de Massive Killing Capacity, son troisième album, sortant en août 1995 pour le compte de Nuclearblast, dont les épaules deviennent chaque jour plus solides.

A l’instar de la superbe pochette de Kristian Wahlin, toutefois quelques peu stéréotypée, le groupe délaisse son côté gore et délibérément provocateur, proposant ainsi un deathmetal plus lissé, en renforçant son côté mélodique, notamment sur les nombreux soli soignés de David Blomqvist, comme sur l’instrumental Menia. Bien que Wardead renvoie encore l’image d’un Dismember brutal, la majorité des titres de Massive Killing Capacity deviennent en effet plus accessibles, privilégiant les structures middle tempo, à l’image des sympathiques et entraînants I Saw Them Die et Casket Garden.

Dismember n’a toutefois pas réellement changé ses structures dans le fond, conservant son riffing traditionnel, et un son made by Tomas Skogsberg immédiatement reconnaissable. Mais bien que parfaitement exécutés, les titres de Massive Killing Capacity restent moins marquants que les brûlots des précédentes réalisations. Ainsi, Collection By Blood & Shape Of Sorrow (copié sur la fameuse recette de Dreaming In Read) paraissent bien trop sages et parviennent difficilement à convaincre.

Alors que plusieurs formations extrêmes passent indéniablement à la vitesse supérieure, à l’image de Death et Suffocation sur les immémoriaux Symbolic et Pierced From Within, Dismember fige quant à lui sa technicité dans le temps, adoucissant aussi son deathmetal dont le degré d’intensité et d’excitation s’effrite immuablement au fil des années. Massive Killing Capacity reste toutefois de bonne facture, comblant les fans conquis par la touche si particulière du quintette scandinave.

Fabien.

10 Commentaires

11 J'aime

Partager

eulmatt - 13 Décembre 2007: A l'époque il y avait une guéguerre entre les pro-Entombed (dont je faisais partie) et les pro-Dismember...alors bien sûr, je ne suis pas passé à côté d'Indecent and Obscene (incontournable chez les ados métalleux et acnéiques des années 93-94)...mais ce fût à peu près tout côté Dismember. En 95, pour le death suédois, je ne jurais plus que par At The Gates, Dark Tranquillity et Edge Of Sanity, seul Entombed faisant de la résistance parmi les "vieux"...je te raconte pas les railleries auxquelles avaient le droit ceux qui persistaient avec Dismember ! Comment ça jeune con ?
Kelen - 13 Décembre 2007: C'est pas pour être en opposition avec tout le monde mais je vais dire que c'est mon album préféré du groupe.
Eaque - 02 Fevrier 2014: Perso, Dismember est un groupe qui n'as que très peu évolué (surtout en 2ème partie de carrière)mais a toujours marqué une constance dans sa qualité d'écriture et en ce qui me concerne, je ne trouve sincèrement aucun album en dessous de la moyenne. Entombed a une carrière plus décousue à mon sens. PS: Peut être etait-ce fait exprès, mais tu écrivais "Killing Massive Capacity" en lieu de "Massive Killing Capacity".
Miskatonic - 23 Octobre 2017:

Mon premier album de Dismember, que je re-possède finalement aujourd'hui. Quel plaisir de le faire tourner de nouveau. L'éponyme, Wardead et surtout On Frozen Fields portent bien la griffe du groupe et constituent des missiles au sein de cet album, certes plus mélodique que les agressifs Indecent and Obscene et Death Metal au milieu desquels il se situe, mais dont le relief, la prod puissante, et le son typique du Sunlight, en subliment la simplicité des morceaux pour un résultat qui personnellement me convient parfaitement. Très friand également des passages plus melodeath comme l'excellent Collection by Blood ou le superbe instrumental Nenia.

Alors oui, on est loin de Like an Ever Flowing Stream, l'un des plus grands albums de death metal s'il en est, mais je trouve dans ce Massive Killing Capacity, davantage de points d'accroche que les deux albums qui l'encadrent, sans être forcément meilleur que Indecent and Obscene bien sur. Nul doute que la nostalgie joue un rôle non négligeable dans mon appréciation et l'affect global que je porte à cet album que j'ai longtemps cherché à me re-procurer. Aujourd'hui c'est chose faite, et c'est comme un bon vieux vin sans prétention qu'on ressort de la cave pour abreuver une belle tablée hivernale.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire