Like an Ever Flowing Stream

Liste des groupes Death Metal Dismember (SWE) Like an Ever Flowing Stream
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Dismember (SWE)
Nom de l'album Like an Ever Flowing Stream
Type Album
Date de parution 29 Mai 1991
Labels Nuclear Blast
Enregistré à Sunlight Studio
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album309

Tracklist

1.
 Override of the Overture
 05:15
2.
 Soon to Be Dead
 01:55
3.
 Bleed for Me
 03:20
4.
 And So Is Life
 03:11
5.
 Dismembered
 05:54
6.
 Skin Her Alive
 02:15
7.
 Sickening Art
 03:55
8.
 In Death's Sleep
 05:21

Bonus
9.
 Deathevocation
 04:45
10.
 Defective Decay
 04:03

Durée totale : 39:54


Chronique @ Fabien

07 Juin 2007
Formé en 1988 autour de David Blomqvist & Fred Etsby et Robert Sennebäck, Dismember figure parmi les pionniers de la scène deathmetal scandinave. La carrière du groupe est alors mise quelques temps en suspens, lorsque la bande rejoint Michael Amott au sein de Carnage en 1989/1990. Puis, suite du départ de Michael chez Carcass, le trio poursuit la route en reprenant ses activités sous le nom de Dismember, complétant le line-up par le bassiste Richard Cabeza et le growler Matti Karki, présent sur Dark Recollections (Carnage).

Like an Ever Flowing Stream, premier disque du groupe, est alors enregistré dans la foulée et sort mi-1991 sous la bannière NuclearBlast, désormais à plein régime dans le deathmetal. D’entrée le ton est donné avec une illustration DanSeagrave et une production Tomas Skogsberg aux Sunlight Studios, rappelant incontestablement l'aura des Left Hand Path et Dark Recollections sortis tous deux une année auparavant. Mais la similitude avec les albums d’Entombed et de Carnage ne s’arrête pas là, la musique se situant dans la même veine.

On retrouve en effet le jeu très caractéristique de la scène death scandinave, avec ce son très froid, accordé en si, et cette touche à la fois brutale, sombre & mélodique. Les soli sont d’ailleurs exécutés par Nicke Andersson, leader d’Entombed à l’époque. Tel Override of the Overture ou l'excellent Sickening Art, chaque titre est judicieusement pensé, possédant soit un break fracassant, une accélération vicieuse ou un solo exquis, conférant au disque un intérêt sans cesse renouvelé. L’oeuvre dégage également une grande spontanéité, avec ses morceaux directs et entraînants, tel le redoutable And So Is Life et son riff d’intro particulièrement tranchant.

Like an Ever Flowing Stream est également l’un des premiers disques deathmetal ayant connu les foudres de la censure, avec ses interprètes couverts de sang sur le dos du LP et son morceau Skin Her Alive, au titre sans équivoque. Mais ce genre de déboires, apportant au final toujours plus de publicité que de nuisance, permet au groupe, à l’instar de Cannibal Corpse & Deicide, de bénéficier d’un d’intérêt supplémentaire, en plus des qualités indéniables de ses compositions et de son apport sur la scène deathmetal de l'époque.

Premier album de Dismember, voire second album de Carnage par plusieurs aspects, Like an Ever Flowing Stream s’impose rapidement parmi les classiques de la scène deathmetal, propulsant Dismember et son écurie NuclearBlast sous le feux des projecteurs, confirmant ainsi toute la dangerosité de l'école death suédoise.

Fabien.

12 Commentaires

23 J'aime

Partager

grand_barbare - 16 Novembre 2010: une belle évolution par rapport a dark recollections (de carnage), ce premier "deuxième" album de dismember est un incontournable des albums cultes death old school a posséder absolument!
Lesterial - 13 Janvier 2017: J'avais découvert Dismember au lycée grâce à la compil Maters of brutality 2 sortie en 1991, je l'avais en cassette, cette compil est d'ailleurs pour moi la meilleur compil death de tous les temps, y avait que de bons groupes, dont Dismember avec un titre de Like An Even Flowing Stream
Miskatonic - 26 Fevrier 2018:

Petite incursion historique concernant ton premier paragraphe Fabien : Matti Karki ne fait pas parti des membres fondateurs de Dismember. A vrai dire, sur la première démo (Dismembered) c'est Robert Senneback qui chante, et ses vocalises arrachées et plutôt aigues sont d'ailleurs très particulières et limite black metal. Sur la seconde, son chant est complètement différent, bien plus death metal (certains disent d'ailleurs que c'est Etsby qui chante ; à vérifier), et Karki ne rejoint le groupe qu'après l'aventure Carnage et chante pour la première fois sur la troisième démo du groupe sortie en aout 90 : Reborn in Blasphemy, qui du coup est la seule où ne figurera pas Senneback. Voilou.

Sinon, rien à ajouter sur ce monument qu'est Like an Ever Flowing Stream, mon préféré devant Left Hand Path, Dark Recollections, Into the Grave et Where no Life Dwells. Ultime.

Fabien - 27 Fevrier 2018:

Oui bien sûr... C'est corrigé. ++ FABIEN. 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire