Machine Head

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Deep Purple
Nom de l'album Machine Head
Type Album
Date de parution 1972
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album744

Tracklist

Re-Issue in 1998 by Warner Music Group with a second disc included (25th Anniversary Edition) and a different cover. DISC 1
1.
 Highway Star
 06:08
2.
 Maybe I'm a Leo
 04:52
3.
 Pictures of Home
 05:05
4.
 Never Before
 04:00
5.
 Smoke on the Water
 05:41
6.
 Lazy
 07:22
7.
 Space Truckin'
 04:34

Bonus
8.
 When a Blind Man Cries (Original B-side)
 03:31
9.
 Maybe I'm a Leo (Quadrophonic Mix)
 04:58
10.
 Lazy (Quadrophonic Mix)
 06:54

Durée totale : 53:05



DISC 2 - ROGER GLOVER REMIXES
1.
 Highway Star
 06:39
2.
 Maybe I'm a Leo
 05:25
3.
 Pictures of Home
 05:20
4.
 Never Before
 03:58
5.
 Smoke on the Water
 06:17
6.
 Lazy
 07:32
7.
 Space Truckin'
 04:51
8.
 When a Blind Man Cries
 03:32

Durée totale : 43:34


Chronique @ sargeist

28 Janvier 2008
Difficile de chroniquer pareil chef d'œuvre, surtout quand on prend en compte l'impact qu'il a eu sur le monde du Rock, du Hard, du Metal et de la musique tout court. Et l'impact qu'il a eu sur moi.

Je fais pas les présentations, Deep Purple, tout le monde connaît, "Smoke on the Water", son riff légendaire, son guitariste génial etc... soyons concis : tout fan de Hard Rock se doit d'avoir écouté cet album au moins une fois dans sa vie, et de le posséder, sous peine de passer pour un ignare complet.

Il est assez dur 35 ans après, dans cette époque où tout a été fait et où on est un peu blasé de tout, de comprendre la révolution que fut Deep Purple dans la musique Rock. Bien plus que Led Zeppelin et consorts, Deep Purple poussa tout le délire à fond. Guitares plus agressives, tempi plus rapides, débauches de technique tout en gardant un feeling inimitable, voix haut perchée... C'est à partir de "In Rock" et des joyaux qui vont suivre qu'on peut réellement parler de Hard Rock, voire de Heavy.

Le menu est parfait. "Highway Star", sûrement un des plus grands morceaux qui aient été crées dans notre style adoré, son tempo relevé, les cris de Gillan, le solo "Heavy Metal" de Ritchie. Rien qu'avec ce titre d'introduction, on sent qu'un palier a été franchi. On continue avec "Maybe I'm A Leo", son riff groovy et "saccadé" à souhait, ses intonations pleines de feeling spécifiques aux années 70. Ca n'a malgré tout pas pris une ride. "Pictures Of Home", ma préférée de l'album, où chaque musicien a le droit à sa petite seconde de gloire, démontre sans aucun doute que ces gars sont inatteignables. On calme le jeu avec le plus commercial "Never Before". Là-dessus, le Pourpre démontre qu'il est tout aussi impérial dans les refrains qui restent scotchés dans la tête pour toute une vie.

Enfin arrive le titre culte, "Smoke on the Water", ce riff connu de tous, ce solo, preuve éclatante du génie inépuisable de l'homme en noir, ainsi que ces paroles célèbres traitant d'un incident au festival de Montreux pendant le concert de Frank Zappa. On continue avec "Lazy" et sa superbe intro psychédélique à l'orgue Hammond du grand Jon Lord, suivi d'un pur rock n' roll musclé. Assurément l'un des actes de bravoure de l'œuvre. Enfin, "Space Truckin'" achève le disque comme il a commencé, par une furie dévastatrice pour l'époque. Tempo de dératé, Gillan scandant son "Come On !" avec une sacrée hargne. Une belle conclusion.

Après ce track by track un peu rébarbatif, on peut ajouter que la production est puissante pour l'époque, très claire, le tout ayant été enregistré grâce au célèbre "Rolling Stones Mobile" près d'un hôtel désaffecté en Suisse. Chaque musicien semble être touché par une sorte de grâce créative, parfois aidé par certaines substances. Paice et son jeu unique pour l'époque a influencé tant de batteurs, Glover et ses lignes de basse Rickenbacker, Lord et ses délires Hammondesques, Gillan et ses cris parfois haut perchés, ce feeling inimitable, et enfin le dieu Blackmore, tous se démarquent, s'aménagent des espaces de jeu qui prouvent leur suprématie respective. Et pourtant rien ne semble décousu, le groupe fait preuve d'une cohésion remarquable. C'est à mon sens là que réside la magie des groupes de cette époque. C'est pourtant à cette époque que les dissensions prendront de l'ampleur entre Gillan et Blackmore, débouchant 1 an après par le split du mythique Mark II.

En conclusion, tout contribue à faire de ce "Machine Head" un culte, un incontournable pour tout fan de Rock, quel que soit son âge ou son sous genre de prédilection. Un "must have" !

Je conseille tout particulièrement la version remixée de 1997, avec la superbe "When A Blind Man Cries". On peut y entendre des choses qu'il était difficile de déceler sur le vinyle ou le cd classique, ainsi que quelques parties un peu remaniées. Un bonheur pour tout musicien.

Ritchie, lâches les collants Robin Des Bois, et reviens au Rock !

20/20 (comment peut-il en être autrement ?)

10 Commentaires

21 J'aime

Partager

 
BoteM - 02 Juillet 2009: Un monument, Messieurs...Je vous dis !!!Incontournable...Pour comprendre l' évolution que le Hard a pris par la suite ! Malgé les discordes frequentes entre les musiciens ( surtout entre Gillan et Blackmore ) l' achilmie entre ces 5 la...est restèe unique et...magique !!
choahardoc - 09 Décembre 2009: Du génie concentré à ce point la, ça ne concerne qu'une poignée d'albums dans l'histoire du Rock et du Metal, et encore...
Merci pour ta belle chronique.
MattMaiden - 12 Avril 2010: Félicitations pour cette très belle chronique ! ah, Machine Head !!! quel album ! entre celui là, In Rock et Made In Japan j'en ai passé des heures et des heures à écouter la bande à Ritchie !! inimitable, culte, fabuleux pour l'éternité. 19/20 !
Lamikawet - 19 Mars 2011: Magnifique chronique.
J'ai découvert Deep Purple avec cet album et il est vrai que la version remixée est indispensable...When a Blind Man Cries est tout simplement une des meilleures ballades qu'un groupe de hard ait faite
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Adxbbr

28 Janvier 2019

Le meilleur album du meilleur groupe de Hard Rock mélodique

Mon Groupe préféré..... Machine Head.19/20 ..Smoke on the ...heuh non !! Surtout pas !! Cet album ne doit pas être jugé à l'aune DU riff du Hard Rock. A l'époque, rappelez vous : Face A, Face B. Et oui, les vinyls... Et bien la première fois que j'ai écouté cet album, j'ai commencé par la face A, car je pensais que "Smoke on the Water" ne pouvait que commencer ce disque. Et bien cette funeste erreur m'a tout simplement marqué à vie. Car vous l'avez compris, j'ai débuté mon vrai apprentissage de Deep Purple par Highway Star. LA chanson de Deep Purple (recherchez sur Youtube ou les réseaux sociaux, c'est la chanson de DP la plus reprise par les fans du Monde entier). C'était en 1977 et je ne m'en suis pas encore remis. L'intro dont le son monte progressivement, la guitare et l'orgue Hammond qui se chevauchent, la batterie qui entre en jeu puis la basse qui martèle le rythme. Les premiers hurlements de Ian Gillan puis la cavalcade. 6 minutes plus tard après 3 refrains hurlés par Ian, un solo de Jon Lord et une exécution de stratocaster par Ritchie Blackmore, je suis allongé par terre, abattu, abasourdi sous le choc du déluge de notes que je viens de prendre. Et un doute m'ettreint : Est-ce "Smoke on the Water" ? Ce mid tempo mondialement connu ? Non, il s'agit de la furie d'un groupe déjanté, avec un chanteur qui pose à vie la voix (voie ?) du Hard Rock, probablement plus que les miaulements de Robert Plant qui est moins bestial que Ian, une rythmique énormissime (Paice/Glover) et deux duettistes exceptionnels. Je ne sais pas lequel je préfère, Jon et son clavier identifiable entre tous, ou Ritchie et sa guitare si brillante, tellement brillante que je lui en voudrais toute ma vie d'avoir massacré ce solo lors de leur reformation dans les 80's à Bercy. Alors on déroule la face A et il faut bien l'insouciance de "Maybe I am a leo" et "Picture at Home" pour digérer le choc initial. Mais vient ensuite "Never Before" et son rythme vicieux, qui prend le chou et qui ne vous quitte pas. Arrive alors, le moment le plus effrayant : Le bras de la platine disque s'élève, remonte le vinyl et le diamant attaque de nouveau "Highway Star". Boum uppercut 8...9...10 out.

Bon, il va falloir quand même passer à la face B. Sauf qu'elle commence par ... "Smoke on the Water". Et là cela devient compliqué. On laisse passer le riff, les refrains, le solo, la rythmique (bah oui c'est toujours Paice/Glover!) la nuque complètement brûlante (c'est probablement avec "Smoke..;" qu'est né le headbanging !) Arrive "Lazy". Je rappelle que j'ai découvert cet album en 1977, à 10 ans ! Cette attaque à l'orgue Hammond, un mélange de liturgie et de blues, pendant 1 minute 30, Ian tape un petit peu sur ses cymbales, Ritchie s'invite et on est parti pour un déferlement de notes, un duel entre la guitare et l'orgue, ils se renvoient la balle, ca se monte dessus, aucun ne lâche sauf que le Jon, il ne se laisse pas faire. Enfin après 4 minutes de furie, Gillan arrive et balance ses paroles complètement surréalistes ("fainéant au lit" vu ce qu'on vient de prendre dans la tronche, ce serait plutot dû à la fièvre....), la bande finissant sur un gimmick blues jouissif. On connaissait le guitar hero mais avions nous déjà entendu un organ hero ? Et là je perds tous mes repères, finis les Rolling Stones, les Beatles, Eddy Mitchell et Elvis Presley. J'entre dans le Monde implacable du Hard Rock. Dans cette maestria, il ne faudra jamais oublier les duettistes Paice/Glover car les solistes profitent de l'invraisemblable cohésion et puissance de ces deux techniciens hors pair(e)s. Il sont l'essence du groupe, quand Blackmore/Lord représentent leur quintessence

Surtout qu'il reste encore "Space Trucking" dont j'ai toujours préféré la version studio car concise et admirablement jouée, pas comme ces versions à rallonge stériles des lives de DP. Et encore, la version de 1972 ne possède pas l'extraordianire "When a blind man cries" dont il est absolument incompréhensible qu'elle ne figure pas sur le pressage original

Alors 19/20 sans hésiter, Mais alors pourquoi seulement 19 ? A cause de "Maybe I a Leo" at "Picture at home" ? En partie. Et surtout parce qu'il n'y a pas d'album parfait.

Sauf "Made in Japan"....

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
asmenisqueericcarr - 28 Juillet 2020:

Hey, surtout n'oublie pas que Deep Purple ne voulait pas que "Smoke on the Water" ne soit sur l'album, elle était destinée à n'apparaître que sur une face B d'un single.....

 

Bravo pour ta chronique!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire