Slaves and Masters

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Deep Purple
Nom de l'album Slaves and Masters
Type Album
Date de parution 23 Octobre 1990
Labels RCA
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album208

Tracklist

Track 10 : Bonustrack (Re-Issue 2009 Japanese Release).
1.
 King of Dreams
 05:30
2.
 The Cut Runs Deep
 05:42
3.
 Fire in the Basement
 04:43
4.
 Truth Hurts
 05:14
5.
 Breakfast in Bed
 05:16
6.
 Love Conquers All
 03:47
7.
 Fortuneteller
 05:45
8.
 Too Much Is Not Enough
 04:19
9.
 Wicked Ways
 06:35

Bonus
10.
 Slow Down Sister
 05:56

Durée totale : 52:47


Chronique @ frozenheart

31 Mai 2015

Le pourpre profond prendrait-il les couleurs de l’arc-en-ciel ?

Suite à un album mi-figue mi-raisin et à une tournée non moins catastrophique, due à un Ian Gillan rencontrant de graves problèmes d’alcool, le groupe décide donc de se séparer de son chanteur, lui trouvant dès lors un remplaçant en la personne de Joe Lynn Turner (ex-acolyte de Ritchie Blackmore au sein de Rainbow et aussi ancien chanteur de Fandango, Yngwie Malmsteen et Sunstorm, entre autres). Le groupe prendra alors une direction plus orientée FM, mais ô combien intéressante ! Même si, à l’époque, certains fans crieront à la trahison, considérant "Slaves & Masters" comme une copie carbone de l’album "Bent out of Shape" de Rainbow.

Revenons un instant à cette orientation FM, heureux chemin emprunté par le groupe. D’une part, la venue de Turner aura une influence certaine sur la façon de composer de Blackmore, tant dans la musique, devenue plus mélodique, qu'à travers des textes plus doux, voire très soft. Ce qui, d’ailleurs, se remarquera dans le jeu de guitare, plus fluide et aérien, de l’homme en noir. Les claviers, quant à eux, deviendront plus synthétiques, nous faisant oublier les sonorités d’orgue Hammond si caractéristiques du jeu de Jon Lord.

Quant à l’artwork de la pochette, il parle de lui-même ! Des mains enveloppant une boule de cristal nous dévoilent en son intérieur différents motifs, évoquant les albums du groupe, rehaussés du nom du combo en lettres argentées, dans un style que je qualifierais d'assez sobre. Ce qui, à mon sens, colle tout à fait avec les références FM de l’opus.

La production, quant à elle, est toujours menée de mains de maître par le bassiste Roger Glover, ayant déjà collaboré notamment avec Rainbow, mais aussi sur son projet légendaire avec Dio au chant, « The Butterfly Ball and the Grasshopper's Feast ». Souvenez-vous de "Love Is All", cette chanson devenue culte !

Nous entamerons la lecture de cet album aux fortes ambiances FM, plutôt inattendues venant de la part de Deep Purple, par le premier titre "King of Dreams". Celui-ci sera d’ailleurs choisi comme premier single pour représenter l’album. Beaucoup de fans diront, à l‘époque, que ce morceau n‘était qu'une redite de "Street of Dreams" de l‘album "Bent out of Shape" de Rainbow. Mais, reconnaissons-le, certains passages nous rappellent cette chanson sur bien des points, surtout dans son refrain, marqué par le chant de Joe Lynn Turner, reconnaissable entre mille. Mais, il ne s'agit là que d'un hors-d'oeuvre !

En effet, d’autres titres se sont avérés bien plus intéressants, comme les mid tempi, assez nombreux sur l’opus, dont "The Cut Runs Deep", avec son duel de guitare/claviers plutôt jouissif, ou bien même "Wiked Ways", très réussi, avec ses structures de batterie alambiquées signées Ian Paice. Soulignons que ce dernier a abattu un travail de titan sur tout l’album. Ce prodige ayant dans son jeu un swing vraiment incroyable, il semblerait que nous ayons là probablement l’un des meilleurs batteurs dans le genre, d'ailleurs souvent imité mais jamais égalé. Dans le même ton, nous avons aussi "Too Much is Not Enough", au refrain FM aisément mémorisable avec, en son centre, un solo de guitare aérien signé Ritchie Blackmore.

Sur le plan mélodique, comme dit, l'album n'est pas en reste. Ainsi, d’autres titres sortiront du lot, tel que le très Boogie Rock "Fire in the Basement", excellent morceau taillé pour la scène, dont le refrain ne vous sort plus de la tête. N'oublions pas non plus "Truth Hurts", aux guitares atmosphériques et aux arrangements de claviers classieux de Lord. Ces deux titres sont, à mon humble avis, les plus mélodieux de l’album et les plus proches du Rainbow, période "Bent out of Shape". Mais, "Breakfast in Bed", non moins mélodieux, demeure mon préféré, sur plusieurs points. Celui-ci démarre par une introduction aux claviers assez innovante venant de Lord, ce qui pourrait, au premier abord, rebuter les puristes, habitués à un son d’orgue Hammond. Mais, le point d’orgue se trouve être le pont central du morceau d'où s'échappe un solo classieux de Blackmore, impressionnant de dextérité.

Comme dans nombre d'albums orientés FM, nous avons droit à une inévitable ballade certes, mais non sans intérêt. Ainsi, "Love Conquers All" apparaît, se voulant surtout proche d'un pur style Rainbow, dernière mouture. Avec son refrain, délicat et langoureux, saupoudré de claviers, sans surprises, cette ballade sera sélectionnée comme deuxième single et fera l'objet d'une vidéo. Allez donc jeter une oreille sur celle-ci, tant elle est d’une incroyable beauté.

Je ne saurais terminer le parcours de l'album sans évoquer quelques belles parties techniques concoctées par le groupe. Ainsi, on remarquera le titre "Fortuneteller" où, guitare et claviers donnent le ton et, avec délice, prennent la part du lion sur toute la longueur du morceau. Là encore, Ritchie Blackmore nous gratifie d’un magnifique solo de guitare.

Pour conclure, je conseillerai cet album aux amateurs de claviers aux sonorités synthétiques et formatées FM, sans oublier les jeux de guitare du maître Blackmore. Mais, cette production s'adresse aussi aux fans de Rainbow, de la période Joe Lynn Tuner, et ses albums que sont « Straight between the Eyes » et « Bent out of Shape « .



7 Commentaires

10 J'aime

Partager

workflame90 - 31 Mai 2015: Merci pour cette chronique forte intéressante qui ma fait découvrir un album donc je suis complétement passé à côté, moi grand fan de l'arc en ciel, merci encore! :)
choahardoc - 31 Mai 2015: Merci Frozenheart pour ce compte rendu fidèle. La mainmise de Maître Ritchie est à peu près totale sur ce projet qui sonne comme du Rainbow tardif, avec un line-up incomparable. Par contre, je trouve que tu as la dent dure envers The House of Blue Light qui est un très bon disque sur lequel l'infortuné Gillan a tout donné.
frozenheart - 01 Juin 2015: Merci, choahardoc pour ton commentaire à propos de Blackmore et de sa main mise sur la longueur de l'album et nous rappelant souvent Rainbow .
Je voulais aussi préciser que je ne déteste pas l'album " The House of Blue Light " seulement, j'y ai trouvé des titres frisant l'excellence et d'autres assez moyens.
Peut-être que Gillan avait trop donné que se soit au chant que de sa personne surtout lors de la tournée qui suivit l'album !
samolice - 14 Octobre 2015: Merci pour la chro, même si je ne partage pas ton enthousiasme pour ce disque. C'est celui du groupe que j'apprécie le moins. Sorti du "single" "King of dreams" et de "Fire in the basement", je m'ennuie ferme. Et sur scène pour la sortie de ce disque, c'était carrément chiant à mon goût, avec un Blackmore très peu concerné.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire