The House of Blue Light

Liste des groupes Hard Rock Deep Purple The House of Blue Light
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Deep Purple
Nom de l'album The House of Blue Light
Type Album
Date de parution 01 Janvier 1987
Labels Polydor
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album204

Tracklist

1.
 Bad Attitude
 05:03
2.
 The Unwritten Law
 04:54
3.
 Call of the Wild
 04:48
4.
 Mad Dog
 04:35
5.
 Black & White
 04:39
6.
 Hard Lovin' Woman
 03:24
7.
 The Spanish Archer
 05:31
8.
 Strangeways
 07:35
9.
 Mitzi Dupree
 05:05
10.
 Dead or Alive
 04:59

Durée totale : 50:33


Chronique @ largod

27 Mars 2015

Le grand Bleu

Tu croyais vivre.
Tu croyais avoir réussi à préserver l’essentiel.
Tu pensais avoir construit autour de ta famille des fondations inébranlables.
C’était ta vision de la vie, de ta vie d’homme adulte. Penser pour plusieurs, penser d’abord aux autres, assurer le quotidien de tous, courber l’échine, suer et rêver.
Rêver de quoi ? As-tu seulement vécu ou profité durant toutes ces années ? Sans égoïsme, où trouvais-tu ton épanouissement personnel ? Ne te cachais-tu pas derrière un bonheur abstrait, collectif et au final peuplé de chimères ? A bâtir un foyer pour tous sans veiller à y préserver un univers de liberté, la faille apparut soudain. Au début fissure, simple lézarde sans importance, elle devint profonde, insidieuse pour enfin ébranler un équilibre que tu croyais être la base même de ton existence. La lumière s’efface d’un coup et l’ombre d’un tunnel t’envahit. Celle de l’échec d’une vie qui n’était plus vraiment la tienne. Ta quête s’oriente désormais vers une nouvelle lumière, une étincelle et un refuge.

Attiré par cette aura bleue mystérieuse, la maison dont Deep Purple ouvre les portes en ce premier jour de 1987 pourrait bien être celle de ta renaissance.

Après une brève introduction dans le style marche nuptiale, dont l’écho te rappelle celui d’une époque révolue, « Bad Attitude » déboule comme un aveu plaintif en mid-tempo aux sonorités modernes et aux fondations de plomb assurées par un Ian Paice rugueux et la basse que Glover, producteur de la galette, sait admirablement placer en avant. Le son classieux déjà présent sur « Perfect Strangers » et l’élégance naturelle de Ritchie Blackmore ne parviendront pas à te faire oublier combien le thème de « Hard Lovin’ Woman » te transperce d’un souvenir amer et violent. Le travail du divin guitariste éclabousse pourtant de technicité ce titre nerveux et rythmé. Sans succès. Comme si la règle non écrite de « The unwritten Law » prenait toute sa vérité au travers des paroles de cette chanson rock au riff et à la trame typiques de Deep Purple. Ton oreille accroche d’ailleurs avec gourmandise un solo ciselé du maître et le refrain chantant porté par Gillan revenu au sommet de sa forme.
Ressaisis-toi.
Tout n’est pas aussi « Black and White » comme le suggère ce titre plus primaire et au son bien roots, qui permet à Blackmore de s’amuser comme un petit diable et à Gillan de sortir l’harmonica. La frappe de mule de Paice te redonnerait presque le sourire.

Intrigué, tu restes sur le pas de cette porte entr’ouverte. Ce halo de lumière bleue te laisse autant interdit que curieux.

Est-ce le chien fou, presque enragé, enfoui au fond de tes tripes qui va te décider à sauter le pas sur le riffing d’une incroyable souplesse et la section rythmique de feu du détonnant « Mad Dog » ? Vas-tu te laisser convaincre par le somptueux chant, à nouveau, de Ian Gillan et le solo cosmique du ténébreux six-cordiste ? La montée d’adrénaline du rapide « Dead or Alive » n’a de but que de provoquer ta mise en mouvement. L’énergie décuplée, notamment par Jon Lord en transe, t’est transmise dans un condensé sonore aussi brutal qu’un salvateur coup de pied au cul !

Le seuil est franchi dans un sursaut d’instinct.

A peine ébloui, tu es attiré par un « Call of the Wild » au swing inimitable, transpercé par la frappe sèche et lourde de Paice. La guitare de Blackmore s’efface efficacement derrière les claviers vivifiants de Lord et le chant envoutant du vocaliste au timbre aigre-doux. Le chemin devient peuplé d’étapes plus magiques les unes que les autres. Le sublime « The Spanish Archer » flirte avec les rivages mystiques des barbus de ZZ Top et la complainte déchirante, contée avec une émotion palpable par Gillan. Survolée par les licks et les interventions inspirées de Ritchie, la terrifiante compagnie basse-batterie t’accompagne à nouveau dans ta découverte d’un nouveau monde. Lord est à nouveau à la proue de « Strangeways » aux sonorités andalouses et arabisantes, pavant ton chemin sous un tonnerre de guitare psychédélique et la ferveur d’un chant agenouillé devant l’écrasante suprématie de la paire Paice-Glover. Evacuant enfin les affres du passé, tu t’Abandonnes dans un lâcher prise inattendu. Plus rien ne s’oppose à de nouvelles rencontres ainsi que le bluesy « Mitzi Dupree » te le laisse entrevoir derrière l’inimitable toucher de Blackmore.

Tu croyais mourir.
Tu croyais avoir tout gâché.
Tu pensais qu’aucun avenir ne pouvait se construire à nouveau sans craindre de retomber dans une douloureuse situation d’échec.
Tu as enfin compris qu’un rêve éveillé cachait ton désir de vivre en être épanoui. Repenser seul, sans oublier les autres, l’Autre. Agir seul, en adulte indépendant mais soucieux du bonheur de tous.
Les voici ces fondations nouvelles sur lesquelles tu vas enfin assouvir tes passions d’être unique et indivisible. Dans un éclair, tu vois apparaitre un espace de vie à meubler de ta personnalité, de tes goûts et de tes fantasmes. L’exorcisme parait violent et laisse des traces. Il lève pourtant le voile sur ton futur, enfin apaisé et débarrassé de contraintes aussi futiles qu’envahissantes.
Il t’aura fallu oser penser qu’une maison à la lumière bleue t’attendait. Quelque part.


Didier – mars 2015
A tous ceux qui se reconnaîtront
Operator, this is the Call of the Wild

17 Commentaires

19 J'aime

Partager

MarkoFromMars - 29 Mars 2015: Un texte d'une réelle profondeur et d'une grande finesse,dans lequel chaque mot offre plusieurs degrés de compréhension. Excellent !
Je dois avouer que je l'ai peu écouté lui ayant préféré son fabuleux prédécesseur à l'époque, une belle occasion de le ressortir maintenant.
Merci vraiment.
tonio - 29 Mars 2015: j'en garde un très mauvais souvenir, mais je ne l'ai pas écouté depuis pfff, 20 années ? Faudrait que je retente l'aventure car je garde le souvenir d'un album sans profondeur, sans magie ni génie, avec une prod' très claquante et artificielle. Mais bon, j'ai du l'écouter seulement 5 ou 6 fois car je ne l'encaissais pas et c'était il y a bien longtemps... chouette chronique en tout cas.
largod - 29 Mars 2015: Merci bien à nouveau. Pour l'objet rouge je dirais une fusée éclairante sans doute ...
DerivationTNB - 02 Avril 2015: Jolie chronique mais je fais partie des amoureux du Hammond dont parle ZazPanzer. Son remplacement par un Bontempi ne trouve aucune rédemption à mes oreilles. Pour moi c'est une perpétuelle douche écossaise. Je me laisse emporter et boum ce son horrible de synthé qui me roule à bas. Même le son plus rond du vinyle n'atténue pas cette sensation. Infernal.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire