Lux Satanae (Thirteen Hymns of Finnish Devil Worship)

Liste des groupes Black Death Archgoat Lux Satanae (Thirteen Hymns of Finnish Devil Worship)
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Archgoat
Nom de l'album Lux Satanae (Thirteen Hymns of Finnish Devil Worship)
Type Split
Date de parution 14 Décembre 2015
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album21

Tracklist

SATANIC WARMASTER
1. Black Destiny 05:14
2. Wolves of Blood and Iron 05:34
3. Satanic Winter (Pest Cover) 05:13
4. My Kingdom of Darkness 04:44
ARCHGOAT
5. Jesus Spawn 01:08
6. Death & Necromancy 02:59
7. Penis Perversor 02:07
8. Angelcunt 02:20
9. Satanic Oath 00:51
10. Soulflay 02:31
11. Black Messiah 02:39
12. Thrice Damned Sodomizer (Streams of Blood) 02:51
13. Rise of the Blackmoon 02:45
Total playing time 40:56

Acheter cet album

Archgoat

Satanic Warmaster


Chronique @ Antonin_Martin

13 Août 2016

Une bonne surprise quant à ce split, qui m'a finalement séduit.

Archgoat et Satanic Warmaster : voilà une alliance pour le moins inattendue, les deux groupes ayant un style bien à eux, et très distinctif l'un vis à vis de l'autre. Archgoat évolue dans un Black/Death assez gras, ultra brutal et sans concession ; Satanic Warmaster est plus axé True Black et aux idéologies plutôt controversées. Cependant les deux groupes sont Finnois et restent incontestablement deux des figures emblématiques de la scène finlandaise. D'où ce split entre ces deux groupes, certes différents l'un vis à vis de l'autre, mais ayant tous deux un son pour le moins qu'on puisse dire raw et crasseux.

Que ce soit pour Archgoat ou Satanic Warmaster, il n'y aucun titre inédit pour ce split, tous les morceaux proviennent d'anciens albums, démos et EP. En ce qui concerne Satanic Warmaster, on a des morceaux provenant respectivement des albums Opferblut, Strenght & Honour, une cover de Pest (le groupe de Black finlandais), ainsi qu'un morceau du Carelian Satanist Madness. Et en ce qui concerne Archgoat, on a des titres repris de la démo Jesus Spawn et du EP Angelcunt (Tales of Desecration). Cependant il ne s'agit pas d'un vulgaire copié/collé, tous les morceaux ont été réenregistrés et remasterisés, apportant du renouveau à ceux-ci tout en conservant un son non-aseptisé et aussi raw qu'à l'accoutumée.

Satanic Warmaster entame les hostilités avec Black Destiny : le son est très fidèle à celui d'origine, le chant du Werewolf est toujours aussi criard et distinct ; et le groupe n'a pas perdu en panache. Par conséquent, on constate l'ajout de nappes de claviers bien choisies sur l'ensemble des morceaux (excepté Satanic Winter), apportant à la musique un côté plus atmosphérique, profond et pénétrant. Des claviers qui s'avèrent efficaces et qui apportent une dimension très particulière à la musique, notamment sur My Kingdom of Darkness, que je préfère même à la version originale, arborant à la fois un son raw et crasseux, le tout englobé d'une atmosphère aussi envoûtante que profonde.

Passons maintenant à Archgoat. Affichant toujours ce côté aussi bestial, le chant est toujours aussi gras et guttural et les riffs de guitare toujours aussi lourds et écrasants. Nos bouchers sont toujours au rendez-vous pour nous fracasser le crâne avec cette déferlante de bestialité ; cette virulence caractéristique du groupe qui agit comme un rouleau compresseur. Du Black/Death bien brutal et crasseux qui ne fait pas dans la dentelle et nous explose les cervicales sans retenue et sans la moindre compassion. Le son diffère toutefois des morceaux d'antan, la production étant légèrement plus lisse bien que le son soit très loin d'être propre. Par contre le chant est toujours aussi dévastateur et le son des guitares toujours aussi gras, lourd, accompagné d'une batterie à la vitesse d'exécution sans compromis.

Bien que les deux groupes aient un style bien à eux et différent l'un par rapport à l'autre, l'ensemble concorde. C'est ce que laisse présumer ce son raw propre à chaque groupe, toutefois différent mais ancré dans une crasse palpable; nullement inaudible, et très distinctive. Bien qu'Archgoat compte cinq titres de plus que Satanic Warmaster, la durée moyenne est équivalente pour chaque groupe, avoisinant les cinq minutes par titre pour Satanic Warmaster contre trois minutes pour Archgoat.

Une bonne surprise quant à ce split, qui à la base me paraissait assez farfelu, mais qui m'a finalement séduit. Je le recommande fortement aux fans de ces groupes respectifs, amateurs de Black bien crasseux et sans concession.

19 Commentaires

8 J'aime

Partager

Goatphoenix - 17 Août 2017: Quels groupes de Death ont influencé Archgoat dans ce cas? Perso j'y entends du Beherit avec un poil de Blasphemy qui sont tous deux des groupes de Black. T'es resté scotché sur la scandinavie pour définir les étiquettes peut-être?
Solitudeofthemoon - 17 Août 2017: Où est l'offense à dire qu'on retrouve du Death chez Archgoat? Il s'agit principalement du chant comme expliqué ci-dessus. On décèle certes plus d'éléments Black que l'inverse mais pas uniquement.

Raw Black, War Metal, Black Brutal, Black/Death, on peut s'étendre longtemps sur le sujet pour définir ces styles qui se rejoignent effectivement sur certains points mais qui restent toutefois dissociables.

Je dis simplement que le chant est emprunté au Death donc c'est quand même un élément majeur, même si l'attrait d'Archgoat est plus prononcé pour le Black, tant bien dans le riffing que le jeu.

Comme on retrouve effectivement plus de Black dans le jeu et l'instrumentation, c'est effectivement des groupes de Black qui ont majoritairement influencés Archgoat en dépit du chant.

Miskatonic - 17 Août 2017: Même s'il peut y avoir un pont entre la réalité et ce pense un groupe de lui même, Archgoat définissait ainsi sa musique : "la vélocité d'un Sarcofago, la lourdeur d'un Celtic Frost et les changements de rythme d'un Carcass". Je trouve que ça colle assez bien au style de Archgoat. Lors de la formation du groupe fin des années 80, c'est le black thrash du Inri de Sarcofago qui rayonne, et l'on retrouve complètement ces blasts façon marteau chez Archgoat, ainsi que son côté bestial et evil. Tout comme Celtic Frost/Hellhammer, dont on retrouve la lourdeur des grattes chez Archgoat, Sarcofago appartient à la première vague black metal. Quand au côté carnassier des finlandais, on peut sans peine le détecter dans les deux premières œuvres goregrind de Carcass (Reek et Symphonies). Ces trois influences mixées, soit deux groupes de black première vague et un groupe de goregrind (à ses débuts), ainsi effectivement que les débuts de la scène black bestiale canadienne avec Blasphemy et finlandaise avec Beherit, font d'Archgoat une entité quasi cent pour cent black metal.
DECIMATOR - 18 Août 2017: Magique la discussion...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire