Lucidity

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Delain
Nom de l'album Lucidity
Type Album
Date de parution 04 Septembre 2006
Style MusicalHeavy Symphonique
Membres possèdant cet album371

Tracklist

1.
 Sever (ft. Marco Hietala)
 04:53
2.
 Frozen
 04:43
3.
 Silhouette of a Dancer (ft. George Oosthoek)
 05:25
4.
 No Compliance (ft. Sharon Den Adel & Marco Hietala)
 05:10
5.
 See Me in Shadow (ft. Liv Kristine)
 04:41
6.
 Shattered
 04:20
7.
 The Gathering (ft. Marco Hietala)
 03:35
8.
 Daylight Lucidity (ft. Marco Hietala)
 04:36
9.
 Sleepwalkers Dream
 04:27
10.
 A Day for Ghosts (ft. Liv Kristine & Marco Hietala)
 03:37
11.
 Pristine (ft. George Oosthoek)
 04:31

Bonus
12.
 Deep Frozen (ft. George Oosthoek) (French Edition)
 04:46

Durée totale : 54:44


Chronique @ ericb4

26 Juillet 2014

Une pièce maîtresse pour une formation en devenir!

Le metal symphonique à chant féminin n'a de cesse d'alimenter des querelles intestines entre les détracteurs les plus divers aussi bien qu'entre les groupes eux-mêmes, de plus en plus nombreux à se positionner sur ce terrain stylistique. Ce registre spécifique du metal devient ainsi un enjeu de luttes entre les combos qui cherchent à tout prix à se démarquer de leurs rivaux susceptibles de leur faire de l'ombre. Dans ce contexte houleux, émerge pourtant un jeune groupe armé d'une solide instrumentation et de qualités mélodiques enviables par beaucoup. Le quintet néerlandais de heavy symphonique Delain est l'oeuvre de Martijn Westerholt, claviériste et frère de Robert Westerholt (Within Temptation). La partie vocale, quant à elle, est assurée par la jeune et talentueuse Charlotte Wessels, au timbre de voix profond et aux variations de tonalité dignes des plus aguerries de ses homologues.

Ce premier opus adopte le concept d'une heureuse conjugaison d'artistes issus de la scène européenne du metal symphonique autour d'un même projet, celui du groupe lui-même. Dans cette mouture s'observe une orchestration impressionnante de brio et de puissance, typique du heavy symphonique, une instrumentation bien inspirée faisant place à de beaux soli, une présence significative et opportune de choeurs, des harmonies d'une grande richesse ainsi que des textes à l'écriture fine que la voix de Charlotte magnifie à chacune des notes qu'elle pose sur ces mots. Fort d'avoir répondu à ces critères d'appréciation, le groupe s'élance alors avec aplomb et autorité dans cette arène parsemée de valeureux gladiateurs.

Tout d'abord, j'ai pu constater que peu sont les morceaux qui ne s'impriment pas dans les mémoires tant les onze pistes de l'album témoignent d'une grande accessibilité à l'instar de compositions d'envergure à l'armature mélodique redoutable. L'ensemble se veut fondamentalement entraînant, usant tantôt d'un tempo rapide, tantôt étant empreint de douceur. On comprend dès lors que rien n'est laissé au hasard, pas même l'ordre de succession des titres, ni les choix des chanteurs et chanteuses venus prêter main forte à cette formation en devenir.

Parmi les titres les plus significatifs sur lesquels Charlotte a chanté en solo, on retiendra l'entraînant et mélodieux "Frozen". Un anachronique démarrage impulsé par une boîte à musique fait rapidement place à une rythmique propre au métal symphonique. Sur cette armature instrumentale roborative se calent des riffs bien dosés, des changements de rythme dont un break venu dispenser de savoureux passages vocaux, le tout servi par une clarté exemplaire du timbre de l'interprète que viennent encore renforcer les choeurs. De plus, le titre s'achève par un beau solo de guitare. Sur un même pied d'égalité, on placera "Sleepwalkers Dream". Ce titre aux subtils enchaînements harmoniques nous offre des couplets bien ciselés, des refrains addictifs, une mouture rythmique plus heavy que purement symphonique, avec quelques passages syncopés. Là encore, les montées en puissance et en voix de tête témoignent d'autres couleurs vocales encore dans la palette étendue de la jeune diva. Un peu en retrait de ces deux pistes, "Shattered" séduit toutefois par ses variations de tonalité, son taping tout en légèreté et ses choeurs renforçant la mélodicité des refrains.

En ce qui concerne les duos, la plupart sont mixtes et sont d'excellente facture. Les plus stupéfiants sont ceux faisant appel aux talents de growler de l'impressionnant George Oosthock (Orphanage), à commencer par "Silhouette of a Dancer". Les voix de chacun des deux interprètes se complètent à merveille sur ce titre à la fois instrumentalement puissant et rythmiquement mi-soft et progressif, dans une ambiance orchestrale typiquement heavy. Les changements de tonalité et de rythme sont loin d'être rares et les choeurs s'invitent aussi au bal. Non moins monumental, "Pristine", ultime plage de l'opus, est une de ces fresques musicales pénétrantes sur le plan vocal, avec le même surprenant duo aux commandes. Les contrastes vocaux sont encore plus marqués entre la profondeur de celle de George et la clarté caressante de celle de Charlotte. Ce mélodieux morceau fait preuve d'une puissance orchestrale remarquable, d'une délicieuse progressivité instrumentale et vocale, avec l'aide de choeurs chatoyants, pour finir en apothéose.

Autre association mixte et non des moindres entre Charlotte et Marco Hietala (Nightwish) sur plusieurs titres, dont "Sever", superbe entame à la fois heavy et progressive de l'opus. Ce morceau brille par les variations rythmiques proposées, les jeux de contrastes vocaux entre l'aérienne tonalité de Charlotte et le timbre rocailleux et profond de son acolyte. Légèrement moins enjoué, mais également bien inspiré, "The Gathering" offre de belles nuances harmoniques, des accords judicieusement travaillés, une puissance orchestrale typiquement symphonique de premier ordre et des modulations de tonalité intéressantes aussi bien sur le plan instrumental que vocal. Tout aussi envoûtant, "Daylight Lucidity", convainc autant par la rapidité progressivement installée du tempo, par la richesse de la combinaison vocale entre les deux protagonistes et les choeurs que par une ligne mélodique difficile à prendre en défaut.

Un seul réel duo féminin apparaît entre Charlotte, en voix profonde, et Liv Kristine (Leaves' Eyes), à l'angélisme bien identifiable, sur la splendide et sensible ballade "See Me in Shadow". Au son du magnifique cheminement mélodique et des modulations proposées par les deux divas, on se laisse volontiers embarquer dans une progressive alchimie entre chant et instruments. Là encore, s'intercale un joli solo de guitare sur ce titre émotionnellement intense.

Parfois, Charlotte cède le micro, ou se place en retrait, pour nous permettre d'apprécier différemment deux pièces d'envergure, comme "No Compliance", interprété par Marco et Sharon den Adel (Within Temptation). Cet insolite duo fait mouche sur cet entraînant et mélodieux titre, plein de puissance et d'emphase notamment sur le plan rythmique. Ce morceau progressif fait appel à des violons, eux-mêmes finissant par céder la place à un petit solo de guitare. Non sans charme non plus, le rapide et puissant "A Day For Ghosts" conjugue les talents reconnus de Marco et de Liv Kristine dans un duo de choc assis sur une ligne mélodique nuancée.

Au final, on aurait tendance à ne pas tarir d'éloges sur un album de cet acabit, tant les associations vocales s'offrent à nous tels de véritables bombes de saveurs, tant les arrangements sont travaillés au millimètre et les textes rédigés avec une certaine dose d'inspiration. Le groupe n'a pas cherché à forcer son talent, il a tout simplement eu l'audace de proposer un métal agréablement acidulé, sans mièvrerie pour autant, ni artifices qui auraient pu alourdir l'oeuvre d'inutiles redondances. Il a pu répondre ainsi à des attentes d'un public en mal de jeunes artistes accessibles par leur musique autant que par leur personnalité.

Cet album conviendra donc à la majorité des amateurs de metal symphonique et de heavy metal à chant féminin ainsi qu'à tous ceux venus d'horizons divers et sensibilisés aux richesses vocales et orchestrales prodiguées par un groupe. Or, ces qualités artistiques et techniques sont contenues à parts égales dans cette pépite. Cet opus peut donc s'avérer apte à figurer parmi les incontournables d'une discothèque de metal symphonique digne de ce nom.

10 Commentaires

9 J'aime

Partager
kai_of_bodom - 27 Juillet 2014: Très bonne chronique, tu as bien décortiqué et analysé cet album qui est un chef d'oeuvre pour moi
ericb4 - 27 Juillet 2014: Il y a effectivement un savant dosage entre les courants d'influences stylistiques respectifs sur chaque plage de ce très riche opus. L'apport des guests y est aussi pour quelque chose, mais n'enlève en rien à la qualité de la production d'ensemble autant qu'à l'efficacité des compositions. Ce qui en fait un album mélodiquement addictif, prégnant de par son atmosphère et tout à fait en mesure de rivaliser avec les meilleurs opus de la concurrence. Il a réussi la difficile conjugaison d'une technique instrumentale élaborée et d'une accessibilité vocale inattendue dans ce registre. On détient là sans aucun doute, du moins sur le plan harmonique, le plus abouti des albums du groupe à ce jour. Ce n'est que mon humble sentiment!
Samourairock - 29 Juillet 2014: Très bonne chro, ce qui me laisse sur ma fin hors mi que la voie de charlotte est loin d'être une voie lyrique, mais surtout la note est a mon goût élevé car si il devait y avoir une sortie meilleur que celle ci 21/20 serait du jamais vu pour moi c'est le meilleur album sorti par le groupe a ce jour malheureusement !
ericb4 - 26 Août 2014: Moi aussi, il m'arrive de le réécouter de temps à autres et le plaisir reste intact. C'est la marque indélébile des albums d'exception! Celui-ci restera dans les annales, à mon avis. Merci d'y être revenue!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Julien

05 Mars 2007
Delain, Delain, Delain. Mais qu’est-ce donc que ce groupe qui se voit le droit de sortir son premier opus chez Roadrunner. Regardons-y de plus près. Aux claviers Martijn Westerholt, OK, au chant Charlotte Wessels, OK, à la batterie Sander Zoer, OK, à la guitare Ad Sluyter, OK et à la basse Marko Hielata, bah OK. Voilà, en gros, le voûte de ce nouveau combo évoluant, comme vous pouvez vous en douter, dans un heavy symphonique à chanteuse. Alors, vrai bon album ou pur produit marketing ?

La réponse ne tardera pas à venir. A l’écoute de cet album on sent bien qu’il est bien écrit, très bien interprété et excessivement bien produit. Ça sonne gros et on se croirait revenu a la bonne vieille époque de "Mother Earth". Un mal ? Bien sûr que non. Alors que Within Temptation s’oriente plus vers Evanescence que vers ce qui a fait sa force, cet album ravivera certaines flammes. Heavy à souhait avec la petite touche symphonique apportée par le clavier, cet album redonne ses lettres de noblesse à un style bien trop délaissé par les maîtres du genre. Mais ce qui fit la grande force de cet album c’est également son pléthore de guests tout simplement hallucinant. Liv Kristine, Sharon den Adel (tiens, tiens…..), Ariën van Weezenbeek, George Oosthoek et pour finir Guus Eikens. Voilà de quoi se faire bien plaisir, non?
Chacun de ces prestigieux guests se voit allouer une place qui lui va à merveille. Il est évident que cette remarque est d’autant plus vraie pour les vocaux. On reconnaîtra à tour de rôle, soit un côté Within soit un coté Epica. La petite ballade de Liv KristineSee Me in Shadow ») est des plus envoûtantes.
Alors, bien entendu, vous ne trouverez pas The riff qui tue, mais l’ensemble est tellement homogène qu’il n’y a pas de quoi crier au scandale. Oui, il y a des faux airs de tel ou tel groupe mais, après tout, le plus important n’est-il pas de se faire plaisir? Les riffs sont bien heavy, l’aspect symphonique bien présent, chacun des acteurs de ce disque se donne à 200%, aucun titre à jeter. Impec’

Agréablement surpris, ce disque est à conseiller à toutes personnes en manque de disques tels que "Mother Earth". Quoi qu’il a arrive, ce disque est un bon investissement !!!!!!!!

8 Commentaires

18 J'aime

Partager

DragonMaster - 16 Avril 2009: J'ai bien aimé, certaine pièce plus "Heavy" me font penser à Lunatica (sur Fables and Dreams, of course). Bonne chronique, j'aurais mit une mielleure note puisque c'est un petit groupe sorti de nul part.
bastino - 21 Juin 2009: Cet album est tout simplement excellent et ce jugement subjectif concernant le fait qu'il n'arrive pas à la cheville de mother earth (que j'adore également) n'a absolument pas lieu d'être!!!
cotok - 16 Septembre 2011: Tres tres bon album , je le découvre seulement (mieux vaut tard que ...)Le cote symphonique grandiose est soutenu par une rythmique heavy a souhait,les mélodies sont agréables et trés "prenantes",pas un seul duo ne "sonne faut". Pour un 1er album,c'est un coup de maitre, la note de 15 est a mon gout bien trop faible
kai_of_bodom - 03 Novembre 2011: Delain est un groupe qui tape fort dès son premier album (je ne compte pas Amenity qui est une pièce à part dans leur discographie)
Ils confirmeront par la suite leur talent avec "April Rain"...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire