Lammendam

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Carach Angren
Nom de l'album Lammendam
Type Album
Date de parution 18 Avril 2008
Enregistré à TidalWave Studios
Style MusicalBlack Symphonique
Membres possèdant cet album176

Tracklist

Re-Issue in 2013 digitally with 3 bonustracks.
1. Het Spook van de Leiffartshof 01:28
2. A Strange Presence Near the Woods 04:14
3. Haunting Echoes from the Seventeenth Century 05:06
4. Phobic Shadows and Moonlit Meadows 02:07
5. Hexed Melting Flesh 06:55
6. The Carriage Wheel Murder 03:40
7. Corpse in a Nebulous Creek 05:24
8. Invisible Physic Entity 01:21
9. Heretic Poltergeist Phenomena 04:09
10. Malediction de la Madame Blanche 07:08
Bonustracks (Re-Issue 2013)
11. There Was No Light 01:22
12. After Death Premises 04:15
13. Yonder Realm Photography 05:50
Total playing time 41:32

Chronique @ leclavierlugubre

23 Septembre 2008
Ayant particulièrement accroché à l'album "Great Maddening" du Grand Guignol je me suis intéressé aux autres groupes signés par leur label, et je suis tombé sur Carach Angren, nom se référant à un passage souterrain dans la Terre du Mordor.
Jeune groupe hollandais ( date de création : 2003), j'ai voulu y jeter une oreille pour voir.

Eh ben j'ai pas été déçu, le myspace m'ayant particulièrement alléché, je suis allé acheter l'album.

Après écoute, je peux affirmer désormais d'une part que le label Maddening Média est vraiment excellent, et d'autre part que cette album est un pur bonheur.

Partons déjà du concept, ces gars là se sont mis en tête de traiter en musique les légendes populaires ayant trait aux spectres, apparitions et autres ectoplasmes, ce qui, vous en conviendrez n'a pas souvent été approché.
Outre l'approche conceptuelle assez originale la musique n'est pas en reste.

Déjà on est tout de suite impressionné par la qualité de la production,d'une grande qualité.
Mais bonne prod' n'a jamais rimé avec bonne musique, ce qui malheureusement est devenu chose courante dans le metal aujourd'hui,et c'est là qu'on se prend une claque monumentale.
Les compos sont recherchées, les structures sont peu communes,le placement et le phrasé des vocaux l'est tout autant et c'est assez rare dans ce genre si codifié qu'est le black symphonique.
Les orchestrations ( émanant malheureusement uniquement du clavier), sont assez proches de ce que faisait en son temps Xort: claviériste d'Anorexia Nervosa, groupe si cher à mon coeur et désormais disparu.

Le deuxième titre est une pur merveille, rythmique écrasantes, solo mélodique, un chant bien puissant et haineux et toujours une excellente production.
On est constamment surpris tant par les riffs puissants et sombres, que le chant ou encore les parties de claviers.
Vraiment excellent et novateur, cet album m'a fait ressentir le même sentiment que quand j'ai découvert "Drudenhaus Anthem" d'Anorexia Nervosa, il y a de ça déjà 5 années ( tain, je me fais vieux!!) : une vraie claque, et des moments de jouissance totale.

De plus, et c'est là que le groupe réellement innove, c'est ce côté décadent et complètement second degré qui fait penser à King Diamond - évidemment en plus extrême-, qui démarque de la scène black très sérieuse en général et parfois carrément caricaturale ( jetez un oeil sur le making of de l'album sur leur myspace, pour vous en convaincre).

Un vrai bel album à conseiller à tous les amateurs de black non sectaire.

16/20.

9 Commentaires

11 J'aime

Partager

leclavierlugubre - 22 Avril 2009: j'ai du mal à penser que carach angren : groupe mixant de manière personnelle, mais omniprésente des influences légendaires puisse faire office de relève. Il faudrait qu'un groupe se révèle et que celui ci vienne avec une approche originale tout comme des groupes comme Emperor ou Arcturus l'ont fait.
En l'occurence je n'en connais qu'un, et - cocorico - il est français : Vehementer Nos.
LuneNoire - 15 Novembre 2009: Omniprésente des influences légendaires ? Carach Angren puise dans son propre genre mélangeant Black Symphonique et histoires paranormaux avec des riffs et des touches sonores uniques dans le titre.. Je pense que tu t'es exprimé trop vite sur ça.



Cet album est tout bonnement extraordinaire. 20/20



PS: Vehementer Nos n'est pas si mal, mais je préfère C.A .
 
Kuza - 17 Fevrier 2010: C'est sur que ça change du Cradle of Filth !

Leu making-up m'avait marqué, sur l'un des DVD sampler de Metallian (il date déjà) mais je me suis procuré l'album que très recemment ! Je suis pas déçu ^^
pistache - 03 Décembre 2011: Ah ouais...il y en a qui aime beaucoup cet album!
Peso c'est le contraire, j'aime le black sympho et je reste complètement stoique quand j'écoute leur musique. Il y a une bonne ambiance, ok, mais il n'y a pas d'émotions. Je trouve ça froid, il n' y a rien de touchant, d'accrocheur, pas de sensibilité dans les mélodies.
Et pourtant, je suis curieuse d'entendre leur troisième album. J'éspère accrocher cette fois...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ MetalarKt

28 Janvier 2011

Un black metal qui se veut percutant, mais pas prétentieux

Une masse brune domine, un œil sombre semblable à celui d'un cheval craint une venue, une forme à l'apparence humaine se dessine dans la pupille de l'animal farouche. Une calligraphie maladroite révèle « Lammendam ». Voici ce que donne à voire le premier album de Carach Angren (littéralement « mâchoire de fer »), jeune groupe hollandais désireux d'exposer leur passion pour le black metal et les légendes à travers la musique.
Après 2 démos convaincantes et auto-produites en 2004 et 2005, le groupe signe chez le label indépendant allemand Maddening Media. C'est à compter de ce jour que les légendes prennent vie en sortant des livres et des notes sur papier pour se diriger vers nos innocents tympans...

Lammendam se tourne vers les légendes forestières : des affaires de meurtres sordides et jamais précisément résolues au milieu des chênes et des hêtres, des expériences périlleuses dans la fraîcheur d'une nuit d'automne, des rencontres troublantes et insaisissables dissimulées dans la brume, d'étranges hurlements et des souffles rapides se font entendre, sans oublier cette histoire de « Madame Blanche » (oui, j'ai bien dis « MAdame  Blanche» !)... L'ambiance est ciblée très rapidement, et, bien que celle-ci entre dans les clichés des mystères des phénomènes paranormaux et des enquêtes policières à la sauce des Enquêtes Impossible racontées par ce crouton de Pierre Bellemare, elle fait son effet. L'imagination personnelle se met en marche facilement, aidée par la narration très présente dans cet album.

L'album est introduit directement avec cet esprit de la nature sauvage qui s'impose comme thématique secondaire. Les oiseaux pullulent et des battements d'ailes retentissent lorsque l'orage éclate pour laisser entendre un chœur de violons jouant par touches vives et oppressantes qui accompagne un piano exerçant de petites montées. Quelques secondes plus tard, le titre A Strange Presence Near The Woods prend son départ à vive allure, soutenu par un blast de batterie, une guitare déterminée et un accord de violon savant, avant le cri « ÜHAAAAA » du chanteur ayant une voix classique de black metal. Les morceaux qui suivront resteront fidèles aux promesses sous-entendues jusqu'ici, et seront joués avec une véritable qualité de composition. De plus, l'album étant bien organisé, on ne se fatigue pas à être mené à droite et à gauche vers des directions nouvelles ou des histoires folles : en effet, des morceaux instrumentaux ou totalement narratifs tels que Hexed Melting Flesh ou encore Invisible Physic Entity sont bienvenus parmi les titres agressifs et incontrôlables. En outre, Lammendam ne demande pas une extrême concentration pour être apprécié, on entre facilement dans le délire du groupe et cette toute-puissance émise par le cortège de violons et de cellos n'est pas lassantes.

D'ailleurs venons-en à ce genre : Carach Angren, c'est en effet du black metal symphonique, facilement remarquable par l'apport d'instruments classiques à cordes frottées (violons, cellos) et à cordes frappées (piano). C'est l'harmonie pour un black metal qui se veut frappant, mais pas prétentieux, et c'est aussi le moyen idéal pour rendre compte de l'atmosphère (théâtrale et mythologique) émise.

En somme, Lammendam est un premier album réussi pour le jeune groupe : les intentions sont claires, la présomption est absente, le genre black metal symphonique est bien traité. Toutes fois, il est vrai que pour les mordus de technique et de démonstrations de compétences musicales fortes, ceci comblera peu. En revanche, c'est un album qui plaira aux éclectiques, aux blackeux ouverts et aux rêveurs.

6 Commentaires

4 J'aime

Partager

BadaOfBodom - 28 Janvier 2011: Ah, mais c'est ton premier article, apparemment ! Donc tu es excusée, hein... ;)
MetalarKt - 28 Janvier 2011: 2eme pour être exacte ;) (la première c'était à propos d'un album d'un groupe qui était sur SOM à l'époque et qui a été déplacé sur SOR par la suite) mais j'avais fait l'autre en 2008, il y a longtemps.
enthwane - 29 Janvier 2011: Bada a tout dit : très belle chronique pour un excellent album. Moi qui n'apprécie pas le symphonique en temps normal, ce disque m'a administré une belle fessée. Je ne sais pas si tu as écouté leur dernier, mais je le trouve un peu en dessous de ce "Lammendam"... Moins massif, et un poil plus complexe, peut-être. Merci, en tout cas !
MetalarKt - 29 Janvier 2011: Oui, j'ai écouté (d'une oreille un peu distraite certes) Death Came Through a Phantom Ship, et je l'avais en effet trouvé plus fade que Lammendam. Moins original, moins saisissant... mais la signature est toujours la même, et cet album a aussi ses qualités.

Et tout le plaisir est pour moi :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire