Dance and Laugh Amongst the Rotten

Liste des groupes Black Symphonique Carach Angren Dance and Laugh Amongst the Rotten
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Carach Angren
Nom de l'album Dance and Laugh Amongst the Rotten
Type Album
Date de parution 16 Juin 2017
Style MusicalBlack Symphonique
Membres possèdant cet album53

Tracklist

1. Opening 02:17
2. Charlie 04:10
3. Blood Queen 04:55
4. Charles Francis Coghlan 06:07
5. Song for the Dead 04:16
6. In de Naamn de Duivel 06:29
7. Pitch Black Box 03:17
8. The Possession Process 04:27
9. Three Times Thunder Strikes 05:19
Total playing time 41:17

Chronique @ Matai

20 Juin 2017

Carach Angren se veut plus accessible

Depuis ses débuts en 2008, Carach Angren s'est vite imposé dans la sphère du black symphonique grâce à une musique théâtrale et cinématographique. Il s'amuse à explorer des thématiques effrayantes et inquiétantes à travers un metal extrême très personnel et très tourné vers l'horror. Mais Carach Angren fait partie de ces groupes qui ne font pas toujours l'unanimité. Son style est tellement particulier qu'il est impossible de plaire à tout le monde. Un album comme "Where the Corpses Sink Forever" a mis tout le monde d'accord, et a contrario, un opus comme "There Is No Fairy Tale" a reçu des avis très mitigés. Il faut dire que niveau horreur et théâtralisation, les Néerlandais auront mis le paquet, quitte à tomber dans le piège et devenir carrément caricaturaux. Avec ce retour deux ans plus tard, il est temps de savoir à quelle sauce le trio va nous manger.

"Dance and Laugh Amongst the Rotten" se concentre sur des récits à propos d'une petite fille, très occupée à invoquer des esprits avec une planche de ouija. Avec l'"Opening", on imagine bien cette fillette prendre ses aises avec cette tablette et se laisser guider sur les différentes lettres et chiffres inscrits. Le piano est persistant, le violon inquiétant et l'atmosphère angoissante. La musique reste très cinématographique et théâtrale mais se dote de plus de couleurs et de mélodies structurant chaque piste comme un récit unique. Sur "Charlie" (l'esprit qui s'est manifesté via le ouija), les couplets/refrains fonctionnent comme un dialogue entre le monde des vivants et celui des morts. Les vocaux black écorchés de Seregor côtoient des chants clairs masculins rappelant étrangement Septic Flesh sur une ambiance lourde et pesante.

L'intro de "Blood Queen" nous emmène de façon surprenante sur le terrain du death metal, mais on glisse inéluctablement vers le black metal symphonique cher à Carach Angren. On a même droit à de l'épique avec une montée en puissance intéressante, un jeu vocal des plus séduisants et un solo au violon par Nikos Mavridis.
Les parties symphoniques font moins dans la surenchère, préférant dévoiler plus de subtilités, et même plus de beauté, comme sur le titre "Charles Francis Coghlan". Sa progression est particulièrement prenante, toujours avec ce dialogue et un Seregor en grande forme avec un phrasé très charismatique. Idem sur la ballade "Song for the Dead" et son atmosphère lugubre rappelant les Tim Burton / Danny Elfman.

Une chose est sûre, c'est que Carach Angren semble avoir calmé ses ardeurs niveau clichés. On est beaucoup moins dans la caricature : pas (ou très peu) de samples, moins de piano qui fait peur ou de violons aigus angoissants. L'ensemble se veut même plus aéré, plus entraînant, plus mélodique, moins pesant, comme sur le terrible "In de Naam van de Duivel". On sent le juste équilibre entre les parties purement guitaristiques, les plans orchestraux et les vocaux, qui n'envahissent pas l'espace. Autre exemple, "The Procession Process" qui nous en met plein la vue de bout en bout avec ses cassures rythmiques, ses riffs soignés, ses vocaux immersifs et ses orchestrations inquiétantes. On nous entraine tout droit vers un final d'une intensité rare.

Quand on officie dans des concepts d'épouvante, il est difficile de se renouveler. Carach Angren n'invente ici rien de nouveau avec ce "Dance and Laugh Amongst the Rotten" mais sa trame narrative et théâtrale est toujours très bien ficelée. On notera moins de violence et de noirceur pour plus de mélodies et d'atmosphères, un côté plus accessible qui en déroutera sans doute plus d'un. Néanmoins, on ne s'ennuie pas et les neuf récits d'épouvante nous immergent sans grande difficulté, notamment grâce au mixage de Peter Tägtgren (Hypocrisy, Pain...) et à un côté plus direct, moins caricatural.

6 Commentaires

10 J'aime

Partager

Matai - 21 Juin 2017: @Furia : je me suis ennuyée sur "Death Came..." et "There Is No Fairytale". Les autres sont des tueries à mes yeux. En fait, j'aime un album sur deux de Carach je crois, puisque j'ai beaucoup aimé celui là. "Where the Corpses" reste malgré tout mon préféré.

@Fonghuet : bah là en fait, les paroles sont moins prédominantes, les guitares s'autorisent souvent de très bons riffs, et les mélodies sont de la partie. Y'a vraiment des points d'accroche, le refrain de "Charlie", l'épique de "Blood Queen", la narration de "Song for the Dead", la progression de "Charles Francis Coghlan", la fraicheur de "In de Naam van de Duivel". T'as aussi de super plans symphoniques sur "Pitch Black Box" avec une mélodie sympa. Et j'aime beaucoup ++ "The Possession Process" avec sa déferlante blastée et mélodique quasi à la fin. Franchement, je le répète, mais cet album est bien plus mélodique et accessible.
Fonghuet - 21 Juin 2017: super merci! je vais jeter une oreille et je donnerais mon impression!
Furia - 22 Juin 2017: @Fonghuet Je vois de quoi tu parles ! Mais tu n'as pas dû tout écouter très attentivement, car il y a plein de vieux morceaux de Carach Angren avec des mélodies mémorables, ou plutôt des passages mémorables. Car c'est une des forces de groupe, de faire des passages mi-riff mi-mélodies qui restent dans la tête. Essaye "Ethereal Veiled Existence (2011)", "Echoes From the Seventeenth Century", "Corpse in a Nebulous Creek", "The Funerary Dirge of a Violonist" si tu veux retenter le truc.

@Matai Je conçois très bien qu'on bloque sur Death Came, il a une prod un peu sèche et un style de composition particulier. Les orchestrations sont différentes, et les ambiances sont plus étranges que réellement sombres, ce qui est un plus à mes yeux. Ceci dit c'est le moins "agrougrou ça fait peur" de tous les Carach, et ça lui donne d'autant plus d'impact que tu n'est pas bombardé d'artifices en permanence. C'est aussi le meilleur en termes de concept et de paroles.
C'est aussi ce que je reproche beaucoup à CA depuis Fairytale, ce côté auto-recyclage des concepts horreur cheap. Je comprends que les gens pensent que c'est "leur truc" puisqu'ils ont commencé dans cette veine avec Lammendam mais ils ne s'étaient absolument pas limités à ça sur Death Came et Where The Corpses. En un sens je suis déçu de ce que je perçois comme une perte de personnalité, je pensais qu'ils étaient sur la pente ascendante vers des concepts de plus en plus nuancés, alors qu'on est retombé direct dans la caricature. Bitte Totet Mich, And the Consequence Macabre, The Funerary Dirge, etc... sont touchants d'une certaine manière, alors que Fairytale c'est surtout de la surenchère ridicule.
 
David_Bordg - 01 Juillet 2017: Excellentissime!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire