Killing on Adrenaline

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dying Fetus
Nom de l'album Killing on Adrenaline
Type Album
Date de parution 27 Juillet 1998
Style MusicalDeath Grind
Membres possèdant cet album234

Tracklist

Re-Issue in 2011 by Relapse Records.
1. Killing on Adrenaline 05:40
2. Procreate the Malformed 07:07
3. Fornication Terrorists 05:29
4. We Are Your Enemy 03:45
5. Kill Your Mother/Rape Your Dog 01:16
6. Absolute Defiance 03:53
7. Judgement Day (Integrity Cover) 01:51
8. Intentional Manslaughter 05:30
Bonustracks (Re-Issue 2011)
9. Fornication Terrorists (Demo)
10. Judgement Day (Live)
Total playing time 34:31

Chronique @ BEERGRINDER

10 Mars 2008
Après un début de carrière balbutiant et un album de moyenne facture sortie chez Die-hard en 1996, Dying Fetus change de maison de disque pour atterrir chez les allemands de Morbid Records, écurie spécialisée dans le death brutal et le grind (Nyctophobic, Obscenity, Krabathor…) et vue le style pratiqué par les américains , ils ne changeront pas les habitudes de la maison.

En effet, la bande à John Gallagher évolue dans un style des plus belliqueux, et pas seulement dans le domaine de la musique : un simple coup d’œil à la cover est suffisant pour comprendre la défiance du groupe à l’égard de la nation américaine.

Parlons musique maintenant, et ça envoi du bois sévère. D’ailleurs on ne trouvera point ici d’intro de « mise en condition », le titre Killing on Adrenaline est une belle entrée en matière de près de 6 minutes qui nous en met plein la vue, ça blaste dru et ça grunt gras (pléonasme ?). Mais Dying Fetus ce n’est pas uniquement du bourrinage à tout va : le riff de départ dissonant de Procreate the malformed est du meilleur effet et deviendra au fur et à mesure une des marques de fabriques du groupe.

Il est important de préciser que nous ne sommes pas en présence d’un groupe de brutal death classique, mais plutôt d’un hybride à la croisée des chemins entre ce style, le grind et une pointe de hardcore, à l’image encore de Procreate the malformed et de son mosh-part herculéen. Ce qui est certain c’est que l’ensemble sonne terriblement agressif et carré. L’évolution par rapport a Purification though violence est assez impressionnante, les compositions ont gagné en technicité et efficacité, ce en partie grâce au jeu de batterie dévastateur et précis de Kevin Talley.

Il est inutile de décrire un par un les titres de ce Killing on Adrenaline, il faut simplement savoir qu’ils sont tous diablement efficaces et qu’il vous sera impossible de ne pas secouer la tête au rythme des guitares percutantes du boss Gallagher. On pourra quand même conseiller quelques compos au dessus du lot : Fornication Terrorists hallucinante de brutalité avec un effet délirant sur la voix, Absolute defiance aux riffs très inspirés, ou encore Inventional manslaughter, sprint final à la vitesse de la lumière agrémenté de grunts puissants.

Dans tous les cas rien n’est à jeter sur ce Killing on Adrenaline qui mettra sur le cul n’importe qui ne l’ayant jamais écouté. De plus la production, sans atteindre des sommets est suffisante pour mettre en valeur cette galette alors si vous aimez Suffocation et Deeds Of Flesh saupoudrés d’une pincée de hardcore, ne passez pas à côté de cette bombe datée de 1998, éclipsée peut-être par la victoire finale des bleus cette année.

BG

7 Commentaires

14 J'aime

Partager

Fabien - 11 Mars 2008: Killing On Adrenaline est effectivement un album marquant dans la carrière du groupe de Gallagher, qui lui vaudra une signature méritée chez Relapse, le spécialiste des groupes death grind à forte personnalité. J’appréhende l’album de la même façon que toi et à ce titre, je n’ai rien à ajouter. Bravo et merci pour ta rédaction.

Fabien.
eulmatt - 11 Mars 2008: Oh la sauvagerie et l'énergie, ça j'avais bien perçu :)
C'est juste que ce n'est pas toujours d'une précision chirurgicale...mais laisse moi m'y replonger, une remise à niveau est nécessaire.
BEERGRINDER - 11 Mars 2008: Ouahouh! Les félicitations du maître Yoda du death metal, j'ai nommé Fabien.
Vais-je être élevé au rang de maître et quitter le statut de padawan? Ca fait plaisir en tout cas.

Non Sargeist pas taper...,mais écoutes je pense que tu ne seras pas déçu.
Ihopeyoudie - 14 Mars 2008: Hmmmm, un bon disque de death de brutasse qui t'enfonce un coton tige dans l'oreille comme un mec qui plante un vampire. Merci pour la chro!

D'ailleurs, ça n'a rien à foutre là, tant pis, mais si y a des amateurs, je recommande hautement ce groupe : Necrovation. Nom pérave, musique proche de Kaamos en plus speed et d'Insision en plus tordu, mais surtout, le meilleur, un feeling d'un groupe de beu-meu, et le côté sataniste donne une aura en plus à la musique. Grosse mandale.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire