Karmacode

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Lacuna Coil
Nom de l'album Karmacode
Type Album
Date de parution 04 Avril 2006
Labels Century Media
Produit par
Style MusicalMetal Atmosphérique
Membres possèdant cet album496

Tracklist

1. Fragile 04:33
2. To the Edge 03:21
3. Our Truth 04:03
4. Within Me 03:38
5. Devoted 03:52
6. You Create 01:31
7. What I See 03:41
8. Fragments of Faith 04:10
9. Closer 03:01
10. In Visible Light 03:59
11. The Game 03:32
12. Without Fear 03:59
13. Enjoy the Silence 04:05
Total playing time 31:50

Chronique @ Julien

01 Avril 2006
Voilà, c’est fait! Lacuna Coil nous propose enfin la suite tant attendue de Comalies. En effet, 4 ans et pas grand-chose à se mettre sous la dent séparent les deux opus. On pourra dire que les Italiens de Lacuna Coil auront pris leur temps pour nous concocter cet album. Suffisamment de temps ?? L’avenir nous le dira. Mais, en ce qui me concerne, ce que je craignais est arrivé : ça devient vraiment beaucoup trop du néo-metal. Mais en se rapprochant d’Evanescence, on se rapproche de la gloire, alors, pourquoi pas……mais bon…….

Car, si le constat est évident, il n’en reste pas moins que ce disque possède les qualités de ses défauts (enfin des défauts que je lui trouve). Si le côté néo metal est facilement perceptible, il est pour le moins efficace. Karmacode à l’apéro pour se détendre et pas se prendre la tête après une journée de travail, je dis oui. Karmacode pour prendre une claque, je dis non. Mais que devaient faire les Italiens pour garder la dynamique commerciale du précédent? Et bien, exactement ça. Pour sûr, cet album va se vendre mais le public visé sera différent.

Je parlais d’efficacité mais c’est vraiment le terme qui caractérise le plus ce disque. Que ce soient les refrains prenants, les riffs catchy, les lignes mélodiques simples, tout est réuni pour faire de ce Karmacode un disque énorme en termes de popularité. Ceux qui trouvaient Comalies trop commercial lâcheront le groupe.

En termes de son, c’est le gros point négatif, à mon avis. Je dis négatif, c’est d’un point de vue très personnel, mais sur certains morceaux on a énormément de mal à reconnaître le groupe tant le son est devenu caractéristique du néo metal. Vous savez, ce son qui rebondit énormément comme dans ETHS, par exemple. Là, c’est un peu dur à encaisser pour un fan de longue date, enfin……

On notera la présence d’un petit cover sympa de Depeche Mode, mais pour enfoncer un peu plus le clou, je dirais que Linkin Park a repris ce titre il y a peu. A vous d’en tirer les conclusions……

Voilà, l’attente aura été longue et frustrante et le résultat malheureusement celui que j’attendais. Donc, même si le disque nous propose quelque chose de différent pour le groupe, ce n’est pas forcement ce que l’on voulait. Reste que l’efficacité sauvera cet album aux yeux de beaucoup, mais pas aux miens.

2 Commentaires

2 J'aime

Partager
 
candice.eths - 10 Mai 2006: C'est vrai, je suis tout à fait d'accord avec toi! J'ai moi aussi vu d'étranges influences avec eths et linkin park, bien que l'on sait que cristina est fan de ce dernier! Cependant, je ne vois pas de mal à changer un peu de ce style qui, à la longue, lassait. Lacuna coil a évolué et même si j'adore comalies, j'aime bien aussi ce nouvel album.

Dommage qu'il n'y ait pas plus de photos dans le livret!!!
Eternalis - 04 Janvier 2009: Un album qui tourne en rond au bout de trois titres, inintéressant et lassant.
Dommage car le talent musical est là ("Comalies" le prouve non?) et puis, la production est vraiment exemplaire. Le son de basse est absolument énorme mais c'est si peu inspiré...affligeant!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Fetus

28 Août 2007
II y a quelques temps de cela, Lacuna Coil nous pondait "Comalies", un excellent album de metal gothique. Pour "Karmacode", les Ritals rangent leurs longues robes et grands manteaux de cuir noir et sortent les baggies et sweat larges. Finies les compositions travaillées et subtiles, bienvenus les gros accords néo metal (on parle d'un sous-Korn avec une chanteuse ?). "Fragile" démarre, je me laisse doucement hypnotiser par la voix lointaine et envoûtante de Cristina. J'aime cette voix grave et chaude, je vole ! Brutalement, je m'écrase tel un déchet : la voix d'Andreas me fait redescendre sur Terre. Je peux donc analyser la chanson normalement. Un chanteur, un refrain et des samples gonflants. "To The Edge" arrive enfin. Un riff de guitare sympathique, mais un refrain encore plus énervant que la piste précédente. Je pourrais continuer comme cela longtemps, mais cela ne servirait à rien. Je trouve que la ballade "Within Me" aux couplets acoustiques et aux refrains électriques n'est pas du tout convaincante : aucune émotion ne me parvient.

Heureusement, tout n'est pas mauvais dans ce disque : l'interlude "You Create" et "What I See" rattrapent le coup. Un chant arabisé de Cristina qui charme, ainsi qu'une rythmique et une basse très groovy. Mais cela était trop beau, le refrain ultra pop vient tout casser... La piste suivante, "Fragment Of Faith", est sans aucun doute la seule chanson écoutable du début à la fin de l'album. Vient ensuite "Closer". "Closer", c'est ma chanson préférée de Nine Inch Nails, peut-être que cela portera chance au morceau de Lacuna Coil. Pas du tout, le pire titre de l'album, pop rock mainstream ou tout ce que vous voulez. Arrêtez le massacre ! "In Visible Light", qui suit, fait largement trop penser à Korn (Andreas emploie une voix semblable à Johnatan Davis).

Je vais arrêter maintenant cette chronique, vous l'avez compris : Lacuna Coil a décidé de se faire l'Amérique et a donc dû se vendre. Heureusement, quelque chose ne changera jamais, c'est la magnifique voix de Cristina Scabbia, la femme parfaite pour moi.


9/20

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
Eternalis - 04 Janvier 2009: "on parle d'un sous-Korn avec une chanteuse "!

Je suis tout à fait d'accord avec toi, des riffs néo inintéressants, quoique les refrains des deux premiers titres restent agréables selon moi, tout comme "Fragments of faith" (les 3 seuls!).
Quand à "Closer", il m'évoque perso Emma Daumas, donc rien de bien probant.

Je pense que c'est ce qu'on appelle un album mauvais, pourtant, le son concocté par Wlademar esr énorme...du gachis!!
Kovalsky51 - 01 Mars 2009: Perso je le trouve pas si pouri que ca cet album... c'est pas le chef d'oeuvre des dix dernières années certes, c'est mainstream a mort ok , mais d'un autre coté c'est bien fait et ca se laisse très bien écouter de temps en temps pour se reposer les tympans entre deux gros albums de bourrins!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ monsieurwar

05 Avril 2006
Une chronique "à chaud" sur la dernière livraison de la spirale vide. Quatre années d'absence et voici Karmacode. Note proposée : 14/20.

Julien parle "d'efficacité" comme maître mot définissant l'album, et je dois reconnaître que je suis d'accord avec lui. Lacuna Coil évolue, ce qui n'est pas un mal, en gardant un sens de la compo "qui accroche" indéniable. Karmacode se distingue de son prédécesseur "Comalies" sur quelques points bien distincts.
Le son et la production en général s'orientent effectivement du côté Neo, mais pourquoi pas ? Mise à part (ce n'est que mon avis) la batterie de Cristiano Mozzati (transformé en Criz sur le livret, j'y reviendrai) qui manque un peu de punch (son et mixage), les éléments sont bien présents, notamment sur les guitares. La basse de maître Zelati bénéficie d'un son typiquement Neo mais qui permet d'apprécier son jeu. Guitares un peu noyées, c'est la loi du genre, arrangements de claviers calibrés et bien mixés, voix traitées et compressées au maximum. L'ensemble manque peut-être un peu de profondeur, mais les éléments sont bien équilibrés. Le seul regret, avec la batterie, est celui de la voix de Christina. Si Andrea a accompli des progrès remarquables et se cale -enfin- au niveau de la chanteuse, le traitement sur la voix de cette dernière enlève toute aspérité, toute sensualité qui se dégage normalement de sa voix.
Les morceaux en général : encore une fois, efficaces et calibrés comme de la viande bovine A.O.C. Pas de risques : aucun morceaux au-delà de 5mn, seulement 4 dont la reprise de Depeche Mode au-dessus de 4mn : les radios vont adorer, mais Lacuna Coil suit sa ligne habituelle sur ce point.

Le livret du CD, passée la pochette originale que l'on apprécie (ou pas), est assez décevant. Quand "Comalies" proposait un livret original et agréable, le parti pris de celui-ci est de nous coller les paroles des chansons à la suite, sans paragraphes et sur une police "bâton" alternant noir et blanc : un fiasco. Nous avons droit à une photo gros plan de chaque membre du groupe, sans leur nom de famille... Le CD propose un fichier de photos dont certaines dispensables mais pourquoi pas.

"Fragile" ouvre les hostilités de l'album : titre percutant, rythmé, mélodique et puissant. Christina vocalise dès l'intro, puissante et présente, et Andrea cartonne sans problèmes. Une bombe qui va enflammer les concerts. "To the Edge" enchaîne dans le même genre, en plus rapide et percutant. Les riffs sont gros, les arrangements cadrent parfaitement avec l'ensemble voulu. Vient ensuite "Our Thruth", toujours dans le même style, avec des vocaux de Christina ouvrant le morceau d'entrée. Le problème d'enchaîner ces trois morceaux reste leur similitude au niveau des structures et des riffs de guitare. Il faut plusieurs écoutes pour les distinguer parfaitement. C'est le désavantage de ce choix de son de guitare, noyé dans le bas-médium. le "Korn O' Fulgur" quoi... (ouarf ouarf ouarf).
L'ensemble se calme avec "Within Me", la ballade qui nous permet d'apprécier les progrès d'Andrea (qui ne force plus). Cette ballade ne dégage pas l'émotion d'un "Falling" ou d'un "Cold Héritage", mais reste agréable.

On enchaîne avec "Devoted", à l'intro plus lourde, et dont les arrangements nous rappellent le Lacuna Coil plus habituel, agrémenté de leur nouvelle maîtrise technique ; le groupe est musicalement soudé et techniquement impeccable. Un refrain imparable. Suit "You create", une pièce instrumentale d'une minute 30 (??), qui s'enchaîne plus ou moins bien avec le morceau suivant. Dispensable. Arrive "What I See", qui développe le Lacuna Coil connu, mais avec la touche Neo propre à l'album. le riff commence à agacer, ressemblant encore aux morceaux d'intro (court, puissant, saccadé, flottant) mais le refrain et les enchaînement sont du bon Lacuna Coil. "Fragment of Faith" ralentit un peu le tempo, permet à Andrea et à Christina de développer un beau duo mais n'inspire pas plus que cela.
"Closer" et son intro de basse sympa, mais qui annonce (AAAAAhhhhh) un morceau limite pop radio, tant les arrangements semblent sortis d'un fond d'un Casio des années 80, le refrain sur la même longueur d'onde. Agréable pour qui aime : perso, Depêche Mode c'est bien mais c'est pas une raison pour que cela s'entende autant. Burp.
"In Visible Light" enchaîne, ralentissant le tempo, nous offrant une ballade au riff lourd et bienvenu. "The Game" reste du Lacuna Coil, avec un duo chanteur / chanteuse bienvenu, un peu de finesse en son de guitare et un solo plutôt bien vu, ce qui reste agréable. les compos originales de l'Album s'achèvent sur "Without Fear", quyi respecte une tradition excellente : les Lacuna Coil nous offrent, comme avec "Sensafine" et "Comalies", une ballade bien faite dans leur langue natale, agrémentée d'un autre solo de guitare, discret et bien fait.
Vient ensuite la reprise de Depeche Mode : oui, alors bon, voilà, moyen bof. Déjà que je ne suis pas un amateur du genre, alors que dire quand depuis 5 ou 6 ans n'importe quel groupe un peu connu se croit obligé de reprendre un de leur titre (Manson, Rammstein, etc). De toute façon les reprises sur des albums originaux m'agacent toujours ; les groupes pourraient les réserver pour des EP ou des collectors, que sais-je ? Lacuna Coil possède sans conteste le talent pour nos pondre un treizième titre original, non ?

Il faut conclure : au final, un bon album, un peu "Izy Listening" il faut le reconnaître. Lacuna Coil lorgne sans conteste du côté du Neo Metal, mais en gardant les suites harmoniques et le sens de la compo qu le caractérise. Les voix sont bonnes, les refrains souvent imparables, et il y a fort à parier que les U.S apprécieront. Je ne pense pas que le Coil a vendu son âme, mais cet album manque d'une chose : l'émotion. Ici, nul titre n'arrive à la hauteur de "The Ghost Woman & The Hunter" ou de "Comalies" en termes de sensibilité un peu "noire". Un album de transition, mais il est fort dommage que l'on ait attendu quatre années avant de le recevoir.

Dernière remarque : tout comme Within Temptation, Lacuna met beaucoup de temps avant de nous pondre un nouvel opus, peut-être aussi la faute aux maisons de disques qui cherchent à rentabiliser un album au maximum avant d'inciter le groupe à donner suite (pensez aux rééditions récentes du Coil, justement : rien de neuf, un peu de mastering sur le double album des Ep, plus un double de Comalies assez dispensable vu le prix). A ce rythme de sortie, Iron maiden ne compterait que 7 albums studios au lieu de 13. Notez d'ailleurs que la Vierge de fer sortira son nouvel album en 2006 alors que "Dance Of Death" date de 2003 : les "papys" sont plus actifs que les jeunes, et cela devrait être l'inverse normalement. C'est assez inquiétant, à mon sens. Espérons que le prochain Coil ne nous soit pas donné en 2010 !!

Votre Dévoué,

Monsieur war.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
Angelina - 27 Juin 2006: Une très bonne chronique comme la précédente! l'album est vraiment moyen pour moi!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ guitarboss25

16 Juillet 2006
Après Comalies, le sextet italien a dû faire de nombreux effort pour donner un album encore meilleur. Tous ces efforts sont récompensés puisque Karmacode a eu encore plus de succès que Comalies, et personnellement je le préfère aux autres. La direction prise est un peu différente, mais on ne le regrette pas. Il s'agit un peu moins de gothique, la musique est un peu plus riche, et varie pas mal tout au long de l'album (mais ça reste du Lacuna Coil).
La chanson d'entrée s'appelle Fragile. Elle rentre bien dans le style de l'album, dès le départ. Ce n'est pas facile de décrire ce style, mais c'est du bon. Ensuite on enchaîne avec To The Edge, qui est encore meilleur. Andrea, dans l'ensemble, est moins présent que Christina, un peu comme dans les autres albums. Il est juste là pour crier le "Life is so short".
Ensuite, c'est la chanson qui a le plus marché. Our Truth est présente dans la bande originale de Underworld 2. C'est le premier single et le morceau qui a permis d'annoncer l'album. La chanson a une très bonne ambiance, on a du mal à s'en lasser.
Et maintenant, ce qu'on n'attendait pas vraiment, l'utilisation de la guitare acoustique, pendant l'intro de Within Me. Je trouve que c'est l'une des meilleures chansons de l'album. Juste après encore un morceau pas mal du tout (ils sont tous bien de toute façon) qui s'appelle Devoited.
L'opus fait une pause avec You Create, un peu comme Aoen sur Comalies. C'est une partie instrumentale, avec des voix à tort et à travers. Ensuite What I See s'enchaîne avec le même thème. C'est ma chanson préférée sur l'album. Le refrain est excellent.
Ensuite il s'agit de Fragments Of Faith. C'est un morceau un peu plus dur que les autres, mais tout de même excellent. Après il y a Closer, un morceau un peu plus sombre. Puis In Visible Light qui, lui aussi, est sombre et contient un thème de clavier bien entêtant. On enchaîne après avec The Game. Il sort un peu de l'ambiance noire des deux morceaux précédents. C'est difficile de décrire ce morceau, à part qu'il est bien accrocheur.
Quand on arrive à la chanson n°12, on est impressionnés. Without Fear est la chanson qui est en italien de Karmacode (comme Senzafine sur Unleashed Memories et Comalies sur Comalies). Par contre, celle-là est vraiment impressionnante! Leur douce langue maternelle est vraiment bien exploitée. La guitare avec un effet pas trop dur donne une beauté incroyable.
L'album se finit par une reprise de Depeche Mode, Enjoy the Silence. Elle est très bien réalisée. Moi je n'aime pas du tout Depeche Mode, mais cette reprise est excellente et termine très bien Karmacode.
Voilà comment est Karmacode, la nouvelle bombe de Lacuna Coil. Je n'aurais jamais cru que le groupe italien allait créer un album encore meilleur que Comalies, mais il faut croire qu'il ne fait que progresser à chaque production.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
 
pinkgotik666 - 13 Août 2006: On aurait pu attendre mieu de Lacuna coil après Comalies Chui un peu déçue moi mais sa reste kan même " écoutable " :°/ Our truth devien vite soulan et la reprize de Depeche mode est vraimen Bof bOf ... :s
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire