Inhuman Rampage

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe DragonForce
Nom de l'album Inhuman Rampage
Type Album
Date de parution 09 Janvier 2006
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album555

Tracklist

1. Through the Fire and Flames 07:24
2. Revolution Deathsquad 07:52
3. Storming the Burning Fields 05:19
4. Operation Ground and Pound 07:44
5. Body Breakdown 06:58
6. Cry for Eternity 08:12
7. The Flame of Youth 06:41
8. Trail of Broken Hearts 05:56
Bonnustrack (Special Edition)
9. Lost Souls in Endless Time 06:22
Total playing time 1:02:28

Chronique @ M666

16 Août 2008
3ème album pour le combo Dragonforce (longue chronique pour un album complexe et décisif dans la carrière de Dragonforce !) Compte à rebours sur la pochette avant l’explosion « Inhumain Rampage » qui porte on ne peut mieux son nom. Alors, préparez bien vos cervicales avant de mettre le CD en lecture parce que ça va allez très très vite.
Ce qui est sûr chez Dragonforce, c’est qu’on a pas affaire à des amateurs : batterie survoltée menant une rythmique à coups de double pédale et de descentes de fûts à couper le souffle. Le chanteur officie toujours (quoiqu’un poil plus bas comparé aux albums précédents) dans un chant à voix de poitrine haut et puissant. Le claviériste obtient une place plus « électronique » au sein du groupe…et c’est pour le moins réussi : des sons vraiment novateurs, originaux et très adaptés aux musiques viennent compléter les titres, ce qui donne parfois aux titres une toute autre dimension émotionnelle (…amplifiée bien sûr !)
Mais ce qui fait la force de cet album est le talent de Herman Li, véritable meneur instrumental du groupe : quand il n’enchaine pas ses riffs lourds à la vitesse de la double pédale, c’est pour sortir une mélodie infernale. Les solos sont tous simplement divins et le point majeur de la réussite de l’album : linéarité (...hormis quelques solos qui ne l'ont pas), émotions et technicité sont les maîtres mots des œuvres instrumentales d’Herman et de Sam.
Un album qui recèle donc de nombreuses qualités !!!
Alors, 19/20 ???

Non, il y a quand même des choses gênantes :
D’abord petite parenthèse sur les Live ; comme on peut s’y attendre, le résultat n’est pas vraiment au rendez-vous ; pas de problèmes concernant batterie basse et synthé… par contre, à vouloir chanter trop haut et jouer trop vite, les guitaristes et le chanteur ne peuvent assurer parfaitement leurs performances en concert, d’autant que les sonorités de guitares réalisées en studios ne peuvent être assurées à l’identique en Live, et que même 1 ton plus bas, ZP Theart a vraiment beaucoup de mal à chanter Through the Fire and the Flames.
Conséquence : beaucoup de fans sont assez déçus des prestations Live de Dragonforce et c’est assez regrettable qu’un groupe ne puisse pas "bien" jouer ses compositions !!!

Revenons à l’album : quand on écoute Inhuman Rampage et que l’on connaît quelque peu Dragonforce, on sent qu’il y a un truc qui cloche. Pour ceux qui ne le connaisse pas, je vous renvois à l’album Valley of the Damned, 1er album (et sûrement la meilleure réalisation) du groupe : écoutez le et vous comprendrez… maintenant pour ceux qui ne l'ont pas écouté…
Il y a quand même un manque d’inspiration chez Dragonforce : ça peut vous étonner et pourtant… The Flame of Youth semble être le morceau énergique le plus faible de l’album, assez banal et sans réelle accroche (si ce n’est l’originalité du solo qui ne sauve pas pour autant l’âme du morceau mais qui est vraiment remarquable encore une fois) ; Trail of Broken, ballade ridicule comparée à Starfire, et Hearts Revolution Deathsquad, hormis son incroyable solo ne montre aucun réel engouement (mélodie assez fade), et nous ressort les suites d’accords (à une autre tonalité) du couplet de Valley of the Damned, de My Spirit Will Go On, comme on peut l’entendre aussi sur TFOY, sur le couplet de Heroes of Our Times (à l'envers...et à l'endroit) premier titre de leur prochain album, ou au début de Revelations(cette fameuse gradation de 2 tons et d’1 ton en dessous de la tonalité pour la retrouver ensuite qui fait fureur et clôt souvent les fins de plans mélodiques de Dragonforce ! (tierce mineure et seconde majeure pour être exact))
...et j’en oublie…

Alors pourquoi je parle vous de ça ? Parce que, si ce n’est pas évident à voir au premier abord, à cause des changements de tonalités entre les morceaux et les légères nuances pour tromper tout ça, il est indéniable que Dragonforce reprend très souvent des suites d’accord ou plans mélodiques qui passent bien et qui font succès auprès du public… Dragonforce en use énormément. Mais quel est le problème ???
La réponse est dans les commentaires des métalleux réticents et qui ont raison de l’être, « c’est du remplissage » - « Dragonforce, ça saoule à force » - « les morceaux n’ont pas d’âme » ou encore, « c’est toujours la même chose »… et c'est en partie vrai !!!
Dragonforce réutilise volontiers les « trucs qui marchent bien » et c’est LÀ qu’est le manque d’inspiration, dans les couplets et les refrains qui parfois paraissent soit vides (les 3 morceaux de IR que j’ai cité antérieurement), soit déjà entendus… d’autant plus que la structure des musiques ne change quasiment jamais : intro mélodique à la guitare, couplet, refrain, couplet, refrain, très long solo refrain et fin mélodique à la guitare… toujours la même chose en 3 albums ! On peut aussi noter, par exemple, les nombreux "oh oh oh..." à la fin des solos.
Si l'on additionne le tout, il ressortira de leurs musique comme une sorte de redondance fort désagréable et forcé de constater que Dragonforce utilise très très souvent les mêmes recettes pour construire leur musique.

Par contre il est faux de prétendre que les solos de Herman Li et de Sam vont trop vite et paraissent plus comme du bourrage de crâne de notes…
FAUX,(et j’avoue avoir pensé la même chose au début, peut-être à défaut de voir les vraies faiblesses de l'album) car ce sont les solos qui sauvent IR : ces solos sont très souvent le fil conducteur de la musique (paradoxe le plus complet quand on sait qu’il est souvent plus facile de donner un sens à une musique avec les couplets et le refrain accompagné du chant qu’avec de l’instrumental pure). Le solo de Revolution Deathsquad est tout simplement une œuvre de 3 minutes, celui de cry for éternity vous propulsera dans une réel voyage spatial à travers apesanteur et tempête de météorites et les autres sont remplis d’émotions les plus pures et touchantes… je sais, tout ça est un peu subjectif, mais c'est pour vous montrer que l'on ne peut rester insensible aux perles d’Herman Li et de Sam.

Au final, l’album comporte de très bonnes musiques ; TTFATF n’est pas devenu si connu par hasard (bon d’accord, sa parution dans Guitar Hero a joué pour beaucoup.)
Néanmoins, Dragonforce « piège » son auditoire ; les plans mélodiques « passe-partout » ou répétitifs parfois sont beaucoup trop présents et la structure musicale identique de titre en titre commence à vraiment devenir lassante ce qui fait de IR un album prévisible et manquant d'originalité sur la forme...mais uniquement sur la forme car le potentiel, le talent et les innovations (vous ferai sûrement beaucoup de découvertes à l'écoute de cet album) sont là et Inhuman Rampage est, malgré tout, un très bon album. Mais ce qui est sur, c’est que Dragonforce est dorénavant en « perte de vitesse ».

3 Commentaires

7 J'aime

Partager
M666 - 18 Août 2008: Pour tous ceux qui liront ma chronique, j'aimerais m'excuser de sa difficulté de compréhension. Bien qu'elle ait été validé par SoM, je n'en suis toujours pas satisfait et j'ai encore du mal à cerner cet album qui est décisif dans la carrière du groupe.
Promis, je la réajusterai petit à petit.
katchoke - 14 Septembre 2008: en tout cas pour moi ta chronique reprend toutes mes impressions et idées à propos de cet album (que j'ai écoute pas mal de fois), il est vrai que dragonforce a changé par rapport à l'époque VOTD (mon album favoris) et c'est ce que je déplore (les solos sont devenus plus importants que le morceau lui meme, la basse ne s'entend presque plus etc...) tant de choses déplorables qui definissent maintenant dragonforce, j'en rétiens quand meme un trés bon album et un travail énorme sur les solos ceci dit.
bojart - 18 Décembre 2009: J'ai aimé l'album pour ma part.Je ne connaissait pas Dragonforce et ce fut une belle surprise!Merci pour ta chronique de belle facture!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

15 Août 2014

Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ?Non. C'est Dragonforce...

L’extrême technicité démonstrative de musiciens aguerris donne souvent lieu à des débats aussi vains qu'animés. Chacun y défendra ses positions en de longues tirades développant des allégories fondées sur une subjectivité manifeste. Cette sempiternelle opposition, entre les excès de technicité et la simplicité plus immanente, paraît dérisoire. Car en effet, opposant sans cesse la pratique à l’émotion, chacun considérant qu’un choix plus affirmé d’une voie se fera, forcément, au détriment de l’autre ; la controverse ne peut trouver de réel consensus entre ces différents détracteurs. Chacun attend, de l’expression délicieuse de son art favoris, des ressentis bien distincts, et presque paradoxaux. Et seul l’éclectique saura se frayer un chemin sur les champs de batailles de ces guerres pas tout à fait séculaires, mais qui pourrait bien le devenir.

Au milieu de ces polémiques incessantes le cas Dragonforce est assez emblématique. Défendant les couleurs d’un Heavy/Speed mélodique assez classique, où il sera facile de reconnaître les influences, pas toujours subtils, des plus illustres de l’école allemande (Helloween, Gamma Ray) mais surtout finlandaise (Stratovarius), il a fait le choix, discutable selon votre modeste obligé, d’en accélérer considérablement l’expression. Ainsi, en une débauche de notes jouées à des rythmes effrénés, il tente de sublimer son propos. En véritables virtuoses ces cinq musiciens démontrent toute l’étendue d’un talent admirable.

Ils jouent vite.
Ils jouent bien.
Ils jouent vite.
Ils jouent juste.
Ils jouent vite.
Ils jouent vite.
Mais surtout ils jouent vite…

Ce constat enthousiasmant sur les capacités hors normes d’excellents musiciens est d’autant plus amers que le résultat, ce Inhuman Rampage, nous laisse désemparés. Les nuances, quasiment absentes de cette musique, font de cette œuvre un ensemble monolithique terriblement frustrant. En effet dans ces phases les plus véloces, rien ne ressemble plus à un morceau de Dragonforce qu’un autre morceau de Dragonforce. De telle sorte qu’il devient presque impossible d’en différencier les subtilités nécessaires à l’éveil d’une certaine curiosité indispensable. Bien trop faste, bien trop coloré, bien trop lumineux, bien trop luxuriant, ce Inhuman Rampage finit par devenir incroyablement indigeste, et alors même que l’expression de ses instrumentistes est d’une exemplarité technique rarement atteinte.

Il faudrait sans doute s’immerger dans cette œuvre pour en saisir tous les coloris, mais la complexité mégalithique navrante de ce feu d’artifice incessant dont le final permanent s’étale sur huit titres denses, en rends toute tentative décourageante.

3 Commentaires

5 J'aime

Partager
edenswordrummer - 15 Août 2014: Entièrement d'accord avec toi, pour beaucoup, ce Dragonforce est un des meilleurs de la discographie. Mais j'en trouve l'écoute impossible...à trop vouloir jouer sur l'exploit technique, le groupe finit par en devenir désespérément linéaire... Merci pour cette chronique qui a le mérite de mettre en garde beaucoup de curieux sur une vitesse qui ne dissimule rien d'autres que le vide le plus total...
morgothduverdon - 21 Août 2014: Le seul album du groupe que je possède à ce jour, acheté vers sa sortie. 8 ans ont passé, et je n'ai rien pris d'autre depuis. Pourtant, l'album précédent (ou les deux précédents, je ne sais même plus) me plairait sans doute davantage. Mais ce Inhuman Rampage… inhumain ouais. Je n'ai JAMAIS réussi à l'écouter jusqu'au bout, il faut dire que je n'ai même pas eu la force de lourdement insister. Tu as tout dit. Très rapide. Très bien exécuté. Mais c'est tout. Dommage.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Demoneyes46

07 Juillet 2009
 Troisième album du groupe cosmopolite DragonForce,représentant plus ou moins auto proclamé du "extrême power metal", Inhuman Rampage marque une nouvelle phase pour le groupe.

Une nouvelle phase car après la réussite "underground" et la sortie de Valley of the Damned, le groupe avait sorti un album plein de feu et de puissance avec "Sonic Firestorm"... il fallait maintenant confirmer ! 

Sortant de l'ambiance très guerrière et entraînante de "Sonic Firestorm", on pouvait se demander sur combien d'album pouvait encore durer le récit épique de nos guerriers perdus au beau milieu des enfers. Nous arrivons donc maintenant dans une atmosphère toujours guerrière mais un peu moins entraînante et plus sombre... Ce changement en déconcertera plus d'un, mais il faut se raccrocher à quelque chose, et ce "quelque chose" sont ni plus ni moins les soli enflammés de nos deux monstres ex-demoniak! 

En effet, l'essentiel des ingrédients traditionnels du style Dragonforce sont présents dès le début de l'album, avec les morceaux Through the Fire and Flames et Revolution Deathsquad : on retrouve la structure classique des morceaux (couplet/refrain/couple/refrain/solo/refrain) qui est exploitée avec toujours autant d'efficacité, les soli rapides à souhait de Sam et Herman, qui gagnent en originalité et en longueur.  La suite de l'album confirme un changement qui transpirait déjà lors des deux premiers morceaux. Le chant se fait plus important, les soli plus classiques jusqu'à l'arrivée des deux morceaux qui marquent le sommet de la progression stylistique de cet album : Body Breakdown et Cry for Eternity. L'atmosphère y est définitivement plus sombre, pour les thèmes comme pour l'instrumentalisation. Les paroles nous changent des guerriers partant en guerre contre les démons, ici nos "héros" sont en proie au doute et à la souffrance, et ces sentiments sont portés par une structure plus complexe, avec des pré-refrains et des bridges inattendus. On note avec délice l'émergence de soli de claviers de Vadim et de basse (de... personne ! officiellement pas de bassiste pour cet album...) qui sont tout aussi époustouflants que ceux, toujours présents, des deux gratteux.  The Flame of Youth viens se placer ici, telle une réminiscence de "Sonic Firestorm", le chant est plus joyeux, le retour des chœurs et la patte d'Herman Li soulignant fort bien ce retour à des schémas plus classiques, proches des deux premières pistes. Et puisque cet album ne pouvait se faire sans une balade (En fait si ! Mais ils ne l'entendent apparemment pas de cette oreille),  The trail of broken hearts, sombre et mélancolique, gratifiée d'un ultime solo ultra catchy vient clore cet album.  

Dragonforce impose donc un changement d'ambiance à ses fans, qui sont libre de le suivre ou pas mais cet opus est indéniablement plus complexe, diversifié et mature que le précédent (pourtant déjà très bon). Inhuman Rampage fait appel à des sentiments plus variés que l'épique et les soli de malade : on sera motivé après un Revolution Deathsquad (autant qu'après un Fury of the Storm), à bout de souffle après Body Breakdown, ému après Cry for Eternity...On note au passage un peu plus d'électronique que dans le précédent, dynamique qui se poursuivra (malheureusement ?) dans Ultra Beatdown.  

Un très bon album de Dragonforce, donc. 17/20

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ bojart

23 Avril 2010
Le power métal est le style de métal le plus fécond de tous, à égalité avec le deathcore (A la différence prés que le power ne s’est toujours pas essoufflé !) Est-ce dû au fait que ce dérivé du heavy plait autant aux fans de W.A.S.P, Manowar, Judas Priest qu’aux mordus de Megadeth, Iron Maiden ou Rainbow ? Hautement probable. Le power métal (surtout mélodique) est extrêmement rassembleur et populaire, réunissant les métalleux de sept à soixante-dix sept ans...
Parmi les cadors du genre, tels les Teutons de Gamma Ray, les Finlandais de Sonata Arctica ou encore les Grecs de Firewind, on trouve les Britanniques de DragonForce. Cap sur leur troisième opus, successeur du brillant « Sonic Firestorm », le dénommé « Inhuman Rampage », sorti en 2006.

Niveau artwork, c’est simple mais réussi. Presque tous les albums de power mélodique ont ceci en commun : un logo tape-à-l’œil, des clips rétros et une cover originale ; Soit S-F à la Gamma Ray, soit atypique à la Edguy ou bien mystique pour Kamelot... DragonForce a choisi ici un minuteur (laissant entendre par là que le contenu est explosif) vous savez quoi, les gars ? c’est le cas !

Passons de suite aux choses sérieuses. L’album s’ouvre avec l’épique et intrépide « Through the Fire and Flames » (morceau présent sur Guitar Hero, réputé interminable) Sa composition est un déferlement exalté du combo Herman Li/Sam Totman, sur le lit d’une basse discrète mais dense ainsi que sur le tempo rapide mais pas effréné des percussions et des tambours de Dave. Le pont musical est très, très long (Ce qui plaira à certains mais en rebutera d’autres) Moi, je suis preneur !

Parmi les titres m’ayant réellement marqué, j’ai noté « The Flame of Youth » et ses riffs de grattes distordus de fous furieux. ZP Theart s’en sort plutôt bien, frayant vaillamment avec les rafales impétueuses de Sam et Herman. Le rythme est plus que soutenu, ça frôle le chaos sans jamais franchir la ligne rouge. « Cry For Eternity » et un ZP en pleine forme, nous livre une prestation de joli facture, accompagné en cela de manière (enfin) mélodique par ses musicos.Et comme d’hab’, le duo Li/Totman est déchainé, sans compter le synthétiseur de Vadim, donnant au titre une atmosphère magique.

« Body Breakdown » m’as plu grâce à son côté complètement imprévisible, alternant entres passages saturés et passages calmes (!) Sur ce morceau, le synthé sert enfin à quelque chose, et pas seulement lors du Super Bridge, mais tout au long de la chanson. Une débauche sonore ayant ravi mon cœur (de rockeur ?) Pour terminer, le titre m’ayant le plus marqué est le survitaminé « Storming the Burning Fields », qui achèvera n’importe quel amateur de power et/ou heavy speed métal par sa compo dégoulinante d’énergie, de mélodies et de fougue. Le pont musical, est, c’est vrai, assez « too much », mais après tout, n’est-ce pas la marque de fabrique de DragonForce ?

Très bon album des rosbifs de DragonForce, qui, sans être transcendant, sera apprécié des adeptes de power mélodique s'il est écouté avec parcimonie (sinon c’est l’overdose !) car tellement riche de sonorités enthousiastes et de rythmiques affolées, florissant de solos guitaristiques furibonds et de ponts musicaux soit fous soit sages... pas indispensable mais follement recommandé (et recommandable).

Bj

5 Commentaires

1 J'aime

Partager
Matai - 23 Avril 2010: Merci pour la chronique ;)
J'ai jamais été bien fan du power mais je sais que DragonForce m'avait étonné par la vitesse et la technique des grattes...
Peut-être que je m'intéresserais à cet opus si le coeur m'en dit ;)
enthwane - 23 Avril 2010: Excellente chronique. Cependant, je préfère de très loin le deathcore au power : j'ai trouvé cet opus chiant au possible, de la masturbation technique pure et simple...
bojart - 26 Avril 2010: J'ai toujours préféré "Sonic Firestorm" à "Inhuman Rampage", qui est vraiment trop de chez trop...mais bon, j'aime bien la massturbation technique, enthwane XD
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Julien

25 Janvier 2006
Si Dragonforce devait participer à un concours ça serait probablement dans la catégorie groupe de heavy le plus rapide du monde. Car si le prédécesseur de Inhuman Rampage m’avait déjà séduit par sa qualité, ici on n’est pas loin du chef d’œuvre. Oui la bande d’anglais a les doigts qui brûlent ça se sent et surtout ça s’entant.

Alors si à la question « Herman Li est-il un grand malade ? » on peut facilement répondre que oui. Ayant Glané le trophée Dimebag Darrell récompensant le meilleur jeune guitariste en Angleterre, le brave Herman a du se lancer le défit d’aller le plus vite possible tout en nous proposant des compos de qualités. Car oui les compos sont énormes. La rapidité ne nuit pas à la puissance et son mélange avec des éléments de métal extrême comme des accélérations foudroyantes à la double fait merveille. Rassurez vous il y a des passage un peu plus posés mais ils ne sont pas légions (je dit heureusement mais c'est personnel). La voix est toujours aussi parfaite et correspond tout à fait au style des anglais. Elle n’est jamais trop haut perché et reste très heavy, certains chanteurs devraient en prendre de la graine……
En terme de compos pures elles sont toujours aussi marathoniennes avec 7 minutes en moyenne de pur heavy métal. Les refrains sont très accrocheurs et un titre comme « Through the fire and flame » doit être une véritable tuerie en live (j’ai hâte d’être au concert). Je me suis passé l’album en boucle et je n’ai toujours pas trouvé la faille. Enfin si il y en une, mais elle est dépend des personnes. L’album est compact et son écoute d’un trait peut être un peu dur pour des gens qui ne seraient pas habitués. Moi j’adore sortir sur les rotules d’une écoute mais tous les monde n’est pas dans mon cas enfin, c’est un gage de qualité à mes yeux…..

Alors faut il se ruer sur ce CD je dis oui a 200%, fans de pur heavy métal ce disque est pour vous il est signé Dragonforce. J’espère vous voir nombreux aux concerts (ils sont en tournés avec Edguy)

15 Commentaires

20 J'aime

Partager

Demoneyes46 - 22 Juin 2009: la voix de ZP a changé en live... à la laiterie (2009) je l'ai trouvé plus haut perché que dans l'album...

Et puis quel groupe est aussi bon en live que le CD? Regardez les vidéos de Children, pour Hypocrisy le chanteur connait pas toutes les paroles, même Iron Maiden fait des lives parfois moyens (jpense à une vidéo youtube de Fear of the Dark)...

Bon ok j'ai vu une vidéo de My Selene parfaitement effectuée par Sonata, mais faut dire que c'est pas la plus chaude à faire...
iliketovomitvomit - 24 Avril 2010: y parait que dans "Throught the Fire...", les guitares sont accélérées artificiellement...
Silent_Flight - 25 Août 2010: Je trouve ça drôle qu'un tel groupe se retrouve dans un jeu comme Guitar Hero III quand même. Pourtant c'est pas plus accessible que ça. Bizarre lol
Metallica1986 - 24 Janvier 2011: @iliketovomitvomit : non, écoute la version de Twilight Dementia, les soli sont joués correctement (ainsi que le reste de la chanson).

Je trouve que Dragonforce a une très bonne musique. Par contre, je trouve que les strucutres des chansons sont trop... pareilles (ça fait souvent intro-couplet-refrain-couplet-bridge-solo-(bridge-)autre solo-bridge-(couplet-)refrain répété). Aussi la batterie ne change jamais de beat d'une chanson à l'autre (à quelques rares exceptions). C'est vraiment le (gros) défaut à arranger
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Ebrithil

13 Juillet 2008
Hum...en tant que petit nouveau je me suis dit que le baptême du feu parfait serait d'écrire une chronique. Et même si je ne comptais pas à la base en faire une sur Dragonforce, après avoir lu la seule chronique dispo pour cet album j'ai décidé de rectifier certains points .
Tout d'abord, j'ai véritablement adoré l'album Sonic Firestorm, d'excellentes mélodies, une voix sans faille, des refrains à chanter à tue-tête et des solos qui sont tout bonnement exceptionnels sans perdre leur âme.
Par contre ici...le groupe semble s'être perdu dans sa surenchère du "toujours plus vite"...aucun des titres ici présents n'a de véritable âme, et même si chaque piste est un record de vitesse en lui-même,il ne dégage d'après moi pas du tout la même énergie que des morceaux comme Soldiers Of The Wasteland, Fury Of The Storm ou Cry Of The Brave...heureusement que ce groupe ne se prend pas au sérieux et est un exemple de second degré sur scène (à propos de la scène, le rendu live de l'album est abominable). Deux titres se détachent d'après moi : Through the Fire and Flames (faut l'avoir entendu une fois pour le croire...) et Cry For Eternity qui me fait penser à Sonic Firestorm.
Dragonforce perd son âme au fur et à mesure des albums, et je crains le pire à l'approche d'Ultra Beatdown.

7 Commentaires

1 J'aime

Partager

Ebrithil - 15 Juillet 2009: Je me suis simplement refusé à noter la prouesse technique . Mais il est certain qu'elle mérite mieux qu'un 7, quand j'y repense . Cette "mini-chronique" était ma première bafouille ... =)
John_Cor(ps)e - 15 Juillet 2009: J'ai quand même vu pire comme première "bafouille". :)
enthwane - 20 Avril 2010: Album chiant, basé uniquement sur la technicité des musiciens. Cinq minutes et on s'emmerde.

ENFIN une chronique objective. Merci.
murjlus - 08 Septembre 2011: j'ai honte mais j'ai connu dragonforce avec guitar hero...
morceau que j'avais beaucoup aime en le jouant ( en me prenant la tete dessus surtout!!!!) et par curiosité j'ai ecouté l'album.
j'ai du ecouter 3 morceaux avant de comprendre que c'etait toujours les mêmes structures de morceaux, les mêmes solos, les meme effetes pourris de whamy, les meme lignes de chants, enfin bref que tout était toujours pareil.
un morceau ca va, 3 bonjour les dégats!!!!
je mets 4..
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire