Houses of the Holy

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Led Zeppelin
Nom de l'album Houses of the Holy
Type Album
Date de parution 28 Mars 1973
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album468

Tracklist

1. The Song Remains the Same 05:30
2. The Rain Song 07:38
3. Over the Hills and Far Away 04:50
4. The Crunge 03:17
5. Dancing Days 03:43
6. D'Yer Mak'er 04:22
7. No Quarter 07:00
8. The Ocean 04:31
Total playing time 40:51

Chronique @ Julien

31 Mars 2008
1973 pointe le bout de son nez et toujours pas de nouvel album de Led Zeppelin. Mais que se passe-t-il, une panne d’inspiration, une querelle ? Non c’est simplement que le groupe a pris son temps pour nous concocter une suite au cultissime Led Zep IV. On dira : difficile de faire mieux que mieux mais le groupe garde toujours la même philosophie : se faire plaisir et envoyer de la musique qui leur correspond. C’est éminemment le cas avec ce House Of The Holy qui marque un tournant définitif, Led Zeppelin a coupé le cordon ombilical du Blues afin de s’adonner à une musique différente et tout aussi magique.

Il faut dire que la pochette annonce la couleur. Très controversée à l’époque, elle nous plonge directement dans l’univers que le groupe souhaite explorer. Une ambiance planante et complètement barrée plane sur le dirigeable. L’entrée en matière avec « The Song Remains the Same » nous donne une bonne paire de claques avec une mélodie puissante couplée à une rythmique syncopée. Robert Plant est toujours aussi prenant avec un chant assez tordu alliant la puissance et les expérimentations (toutes maîtrisées et excellentes). Mais le meilleur reste à venir avec « The Rain Song ». Véritable montée en puissance tel un crachin qui se transforme en une tempête pour redevenir ciel bleu. Chaque instrument apporte sa pierre à l’édifice magistral qu’est cette chanson. Que ce soit John Paul Jones ou bien Jimmy Page, tout est magique. Le chant est là encore une merveille s’alliant avec volupté à la mélodie de Page. Il y a une véritable impression de pluie si l’on se met à écouter ce titre les yeux fermés. Retour à un titre plus classique pour Led Zep mais pas pour autant dénué d’intérêt « Over the Hills and Far Away ». Intro calme, puis un gros coup d’accélérateur pour nous offrir une bonne chanson très hard rock. Classique mais toujours efficace.

Mais là où les choses se corsent un peu c’est lorsque nous arrivons à « The Crunge ». En effet, le groupe nous offre un titre funk. Bien entendu le funk à la sauce Led Zep ça vaut forcément le détour. Les arrangements de Jones sont bien amenés et le chant de Plant colle aux baskets des trois autres lascars. On notera au passage que Page sait vraiment tout faire avec une six cordes dans les mains et il n’a pas fini de nous surprendre. Car après le funk, c’est le reggae qui pointe le bout de son nez. Oui, oui le reggae et ce n’est un problème pour personne, le groupe assure et nous offre sa vision. Vive l’ouverture musicale.
Avant d’en finir le groupe nous offre ce qui restera comme l’un des meilleurs des titres de ce disque « No Quarter ». Sortez l’éther (je déconne), le décollage est prévu dans dix secondes. Totalement barré ce titre nous offre un voyage au pays des rêves. Fermez les yeux, ouvrez grand les oreilles et laissez-vous aller, la musique parle d’elle-même. Encore une fois le quartet nous offre une vision unique de ce que peut être un autre monde, raffiné, planant, exquis.

Avec cet album le groupe s’est ouvert un nombre incalculable de portes et par la même, conforte sa place de numéro un des groupes de rock. Certes moins rock’n roll que les précédents, ce disque vaut surtout par son univers musical unique et sa vision très particulière du monde. Plus varié mais également plus difficile d’accès.

6 Commentaires

10 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Tfaaon - 08 Novembre 2011: perso, je trouve que c'est leur album le plus varié et inspiré . :)
Il vaut largement Led Zep I, II et IV .
Le III comporte des chansons un peu lourde , donc je dirais que c'est le "moins bon" des 5 .
Lamikawet - 08 Novembre 2011: Personnellement, mon préféré reste Physical Graffiti
Tfaaon - 13 Novembre 2011: ah, perso, il me fait un peu chier, Physical ... J'ai été un peu déçu après en avoir lu des supers critiques partout ...
mais bon, ça reste une affaire de goûts. :)
 
Pomme - 16 Mai 2013: Personne pour dire que pochette montre la Chaussée des Géants, lieu culte, magique et mythologique du Donegal en Irlande ?

Sinon, celui-là reste encore à découvrir pour moi...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ megalex1986

05 Septembre 2014

Un voyage vers un monde dont seul Led Zeppelin possède la clé...

Led Zeppelin... En un peu plus de 2 ans, le combo londonien aura réussi un rêve que tous les gosses du monde ne pouvaient concevoir que comme une lointaine chimère : Devenir le plus grand groupe de Rock au monde. Les portes de la gloire sont ouvertes à Led Zep et celui-ci peut se permettre dorénavant les plus grandes folies. En plus d'avoir modifié la face de la musique avec ces 4 premiers opus fédérateurs et déjà cultes, le groupe change la manière dont le groupe gère l'aspect financier de toutes ces immenses tournées grâce à leur célèbre manager Peter Grant. Celui-ci fait en sorte de changer le montant des bénéfices des concerts, dont à la base 50 à 60% de ceux-ci sont donnés au groupe. Le manager obligera les tourneurs d'Amérique à verser 90% des bénéfices à Led Zep ! Les Anglais entament donc leur 8ième tournée aux States où d'ailleurs Page rencontrera sa future compagne, Lori Mattix, seulement âgée de 14 ans et découverte par le guitariste dans un magazine de mode. Le groupe continue donc à délivrer sa musique infernale face à des foules déchaînées complètement hypnotisées par les qualités scéniques incroyables des 4 Londoniens toujours au top de leur forme.

Le 28 mars 1973, soit 2 ans après leur dernier album, le groupe sort leur 5ième opus au doux nom symbolique de Houses of the Holy, premier album du groupe à justement être nommé. Enregistré à Headley Granges (le studio mobile des Stones) et distribué par Atlantic Record, ce sera d'ailleurs la dernière fois, le prochain étant distribué par le label nouvellement crée par Led Zep. La pochette ultra célèbre de l'album qui fascine par son mysticisme énigmatique est une illustration dans laquelle un frère et une sœur sont démultipliés à de multiples reprises par le graphiste, et dont l'inspiration viendrait du Roman d'Arthur C. Clarke "Les Enfants d'Icare". Il est à noter que cette couverture ne devait pas être celle de l'album en question, Page ne voulant pas de celle d'origine et c'est justement à cause de cela que la sortie fut retardée d'un an (Houses of the Holy fut enregistré en janvier et février 1972).

Rock, Blues, Folk, Hard Rock,... Led Zeppelin aura visité et approfondi tous ces styles avec leurs 4 premiers albums mythiques. Mais le groupe va, avec Houses of the Holy, réaliser un album d'une profondeur incroyable. Led Zep s'amuse à concocter des chansons de genres différents et même assez surprenants qui font de cet album une œuvre unique. Dès le commencement, le culte The Song Remains the Same émerveille de par le jeu de guitare magnifique de Page et qui montera crescendo dans la virtuosité tout au long du morceau. Des soli encore une fois sublimes et un Plant qui nous démontre toute l'étendue de son chant sur cette pièce d‘anthologie. Un morceau introducteur ultra culte de Led Zep qui montre que malgré 4 albums passés, on peut toujours être capable de réaliser des hymnes intemporels.

Mais quitte à composer un premier morceau qui a de la gueule, autant faut-il avoir une suite du même niveau ou même supérieure ! Et c'est là que la surprise est de taille, et contribue au fait que cet album soit souvent considéré comme une déception après les débuts fracassants du groupe. Car comme dit précédemment, l'album est en soit une symbiose parfaite de plusieurs styles. Le Rock, illustré donc par le premier morceau, le superbe Dancing Days et The Ocean. Le Folk par Over The Hills And Far Away et le sublime The Rain Song. Une chanson de plus de 7 minutes d'une puissance émotionnelle extraordinaire portée par la guitare acoustique et la voix encore une fois si poignante de Plant. Un véritable voyage vers un monde dont seul Led Zeppelin possède la clé, et d'où l'on ne voudrait ressortir pour rien au monde. Mais les Londoniens vont plus loin encore en présentant un The Crunge surprenant aux relents funky assez inattendus mais néanmoins loin d'être mauvais tel que l'on pourrait penser l'imaginer ! Oui, du Funk dans du Led Zep, ça peut sembler contradictoire. Et pourtant... Il s'incruste tellement bien dans cet album qui n'a pas encore laissé cours à toute sa richesse.

Car si les fans de Led Zep se sont déjà enfuis d'effroi face à un morceau funky, qu'en serait-il d'une chanson faisant la part belle au Reggae ? Il s'agit bien de D'yer Mak'er. Et le pire (enfin le mieux) est que cette chanson est une pure réussite. Le porte-étendard du Hard Rock aux yeux du monde avec Deep Purple se met à composer du (très bon) reggae ! Et quitte à parler de nouveautés en tout genre (de toute façon, on aura du mal à faire plus extravaguant), il est essentiel de noter l'arrivée du Mellotron dans la musique du géant londonien qui s'illustre sur The Rain Song mais essentiellement sur le superbe No Quarter. D'une grande beauté, ce morceau sera joué en live à chaque concert jusqu'à la fin du groupe, Jones réalisant des soli de clavier allongeant la chanson jusqu'à atteindre quelques fois la longueur de Dazed and Confused (et oui, on parle bien de la version live). L'ajout de cet instrument offre un rendu différent et une atmosphère nouvelle au groupe qui innovent par rapport à ces créations précédentes et qui permettent de découvrir un Jones aussi doué au clavier qu’il l’est avec sa basse.

En conclusion, Led Zeppelin a réalisé un album différent, original et varié. Un voyage dans un monde unique dont on ne voudrait repartir de peur de ne plus jamais y retourner. Hétérogène sur le papier, l’impression est vite écartée à l'écoute du CD où tout s'accorde parfaitement entre les titres. C'est sans aucun doute à cause de cela que Houses of the Holy fut considéré comme une déception et se vendit moins bien que les précédents. Il n'empêche néanmoins que ce cinquième opus de Led Zep est encore une fois une totale réussite, ne déméritant pas le moins du monde par rapport à ses aînés. Il fallait trouver un successeur à Led Zeppelin IV, Le défi était de taille mais le groupe l'a réussi haut la main.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Led Zeppelin


Autres albums populaires en Hard Rock