Honour Valour Pride

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Bolt Thrower
Nom de l'album Honour Valour Pride
Type Album
Date de parution 19 Novembre 2001
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album311

Tracklist

Bonustrack from Digipack Edition
1.
 Contact Wait Out
 05:58
2.
 Inside the Wire
 04:23
3.
 Honour
 05:22
4.
 Suspect Hostile
 04:46
5.
 7th Offensive
 06:26
6.
 Valour
 04:03
7.
 K-Machine
 04:35
8.
 A Hollow Truce
 03:20
9.
 Pride
 06:41

Bonus
10.
 Covert Ascension
 04:50

Durée totale : 50:24


Chronique @ Fabien

31 Mars 2007
Suite au second départ du charismatique Karl Willets, revenu en intérim le temps de la préparation et de la mise en boite du précédent album Mercenary, Bolt Thrower a désormais la tâche difficile du recrutement d’un nouveau growler. Notre bande de Coventry intègre judicieusement Martin Van Drunen dans ses rangs, chanteur au timbre unique ayant fait précédemment ses armes au sein de formations prestigieuses tel que Pestilence, Asphyx & Comecon. Suite à des problèmes de Martin sur le plan personnel, notre homme stoppe toutefois l’aventure sans le moindre enregistrement à la clé avec notre quatuor. C’est finalement une autre recrue de choix, Dave Ingram, l’ex-growler de Benediction, qui prend la relève et participe ainsi à la capture d’Honour Valour Pride, septième album de Bolt Thrower.

A l’image de sa pochette aux illustrations guerrières rappelant les terribles scènes de bataille de Realms of Chaos et War Master, Honour Valour Pride annonce le retour de Bolt Thrower vers les sonorités crues de ces deux albums, les passages tapageurs en moins. Bénéficiant de rythmiques carrées et imposantes, grâce à la précision du jeu de batterie Martin Kearns et la puissance des guitares de Gavin et Barry, Bolt Thrower retrouve ainsi la lourdeur qui le caractérise, délaissant quelques peu les accents plus mélodiques de For Victory et Mercenary.

Les growls monocordes de Dave Ingram, presque narrés, renforcent également le style terrassant d’Honour Valour Pride, qui assomme l’auditeur par quelques brûlots bien trempés, à l’image des redoutables Inside The Wire & K-Machine. Andy Faulkner dote de surcroît l’album d’une production claire, mixant entre autres impeccablement la basse de Jo Bench, instrument trop souvent discret en metal extrême, ce qui permet un bon équilibrage de toute la puissance délivrée par notre machine de guerre britannique.

Sans révolutionner toutefois son style, Bolt Thrower revient avec un Honour Valour Pride incisif et inspiré, écrasant encore nombre de formations deathmetal du moment, avec une technicité tout à fait suffisante pour son style massif. En lâchant son death-38-tonnes avec une détermination sans faille, le bataillon de Coventry confirme sa foi immuable malgré le départ de Karl Willets, et reste fermement décidé à se jouer de toutes les modes.

Fabien.

1 Commentaire

14 J'aime

Partager
albundy57 - 05 Novembre 2010: J'avoue avoir eu du mal au début avec cet album, sûrement à cause du chant. Eh oui, vous me connaissez, quand on change le chanteur dans un groupe, ça me perturbe... Mais après plusieurs écoutes, les vocaux plus graves de Dave Ingram s'avèrent très bien coller à la zique.
Comme tu l'as dis Fabien, cet album se révèle plus rentre dedans que "Mercenary", et le chant plus growl de Ingram renforce cette touche de vivacité et de puissance.
Bref un très bon album de la part de la machine de guerre britannique.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Lord_Damar666

01 Novembre 2005
Ils sont de retour !
Fidèles à eux-mêmes, installés dans un mid-tempo où leurs riffs si particuliers défoncent confortablement les neurones de l'auditeur, Bolt Thrower se propose de vous donner un petit cours de nihilisme musical, sous le fallacieux prétexte de parler de leur sujet préféré, le-bidasse-d'en-face-que-j'm'en-va-égorger-avec-mes-dents.
De fait, l'écoute trop prolongée de cet album peut provoquer de mystérieux (?) maux de nuque. Les rythmes sont parfaitement trouvés, la batterie évolue dans un style assez classique, point trop rapide (pas de blast beats), avec un usage de la double pédale typiquement martial, et les grattes et la basse ont un son absolument démoniaque.

La production est excellente : tous les instruments se détachent, même si personnellement je regrette une basse un peu trop en retrait (sauf sur l'intro de la 7). La voix est typique de Bolt Thrower, on est rassurés, elle ne prend pas trop de place, et si elle n'est pas excessivement gutturale, elle occupe bien sa place avec un registre bas et grondant.

Les compositions, c'est du Bolt Thrower quoi... trop répétitifs, c'est toujours la même chose, diront certains. Rien à battre moi c'est ce que j'aime et j'espère bien qu'ils bougeront pas d'un iota. Le son Bolt Thrower, c'est le son de la division blindée qui monte à l'assaut des premières lignes sous le pilonnage des canons de 155. Z'avez déjà entendu des chars faire de la mélodie vous ?

Toutes les chansons sont bonnes. Je met en avant Contact Wait Out, Inside the Wire (pur riff), Honor (pur refrain et un rythme lent qui écrase tout sur son passage), l'intro de Valour, K-Machine et la grandiose Pride (à ne pas confondre avec la gay pride, ce sont pas les mêmes chars qui descendent les rues).

Bref, un album de Death lent, lourd, sans un instant de répit, de la pure rythmique. Si vous avez un équalizer, c'est l'album à écouter avec les basses et le trebble à fond.


Unswerving Loyalty,
... ADVANCE AS ONE !


0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Samael64

18 Mars 2012

Un des musts d'un groupe légendaire

Bolt Thrower, ce groupe anglais, est bien connu au moins pour ses pochettes de disques inspirées par le monde de Warhammer (bien connu des joueurs de JDR et de Wargames), mais finalement, assez peu de gens ont dû écouter un de leurs morceaux.
Formé en 1986, c’est en fait un des premiers groupes de Death Metal, qui a su se forger une imagerie et un son reconnaissables entre tous.

Honour Valour Pride est sorti en 2001, après un « Mercenary » plutôt bon et un « For victory » que j'ai trouvé franchement franchement mauvais.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce groupe, on peut le résumer en des riffs et un son ultra graves et lourds, un chant très rauque mais pas trop « growl », une batterie ultra dynamique et une imagerie guerrière.
La recette est trouvée depuis plus de 15 ans et a été épurée au fur et à mesure des albums.

« Honour… » forme un ensemble homogène diablement entraînant, alternant les titres mid tempo et les accélérations fulgurantes (envoyez vous « Inside the wire » par exemple… ça dépote sévère), toujours emmenés par une double pédale omniprésente et des riffs bien trouvés. Une guitare joue ultra bas et une accordée plus aiguë rajoute les mélodies (l’intro de « 7th Offensive » par exemple).

Le chant, rauque, est assez différent du death typique. Je pense que des gens rebutés par le death metal à cause de son chant pourront réellement apprécier ce disque, étant donnés les riffs (comment ces mecs font-ils pour en trouver des aussi bons ?!), les mélodies (death metal les mélodies, attention, on n'est pas chez Helloween), la dynamique proposée (par la batterie entre autre).

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Miskatonic - 17 Août 2014: Trouver ... For Victory "franchement mauvais", c'est ton droit, mais apporter cet avis purement subjectif et carrément discutable (!) dans "une chronique" ne se fait pas.

Autrement, Dave Ingram, le nouveau vocaliste de BT le temps de cet opus seulement fait le job à merveille, et j'ai toujours trouvé son timbre sur Honour Valour Pride proche de celui de Willets. Mais ça tu n'en parles pas, au contraire de la chronique de Fabien plus vieille de 5 ans. Puis cette réflexion sur le chant/growl qui serait "différent du death typique" me semble complètement erronée. Bref, papier à revoir.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire