Gravity

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Bullet For My Valentine
Nom de l'album Gravity
Type Album
Date de parution 29 Juin 2018
Labels RCA
Style MusicalNéo Metal
Membres possèdant cet album34

Tracklist

1.
 Leap of Faith
 03:19
2.
 Over It
 03:47
3.
 Letting You Go
 03:43
4.
 Not Dead Yet
 03:21
5.
 The Very Last Time
 03:57
6.
 Piece of Me
 03:26
7.
 Under Again
 04:10
8.
 Gravity
 04:00
9.
 Coma
 03:33
10.
 Don't Need You
 04:50
11.
 Breathe Underwater
 03:41

Bonus
12.
 Breaking Out
 03:27
13.
 Crawling
 03:54

Durée totale : 49:08


Chronique @ Theodrik

15 Juillet 2018

Pas une purge, mais probablement le pire B4MV. Il laisse une impression d'album médiocre et ennuyeux

Bullet For My Valentine est un groupe qui aura fait couler beaucoup d’encre. Depuis 2005 et la sortie de « The Poison », certains les aiment éperdument, et la haine de certains autres pour ce groupe ne semble pas avoir de bornes. Toutefois, Bullet For My Valentine, s’ils ont été pour beaucoup (et pour moi) une porte d’entrée dans le genre Metalcore, ont à plusieurs reprises déçu les gens qui croyaient en eux. En règle générale, les amateurs du groupe adulent « The Poison », aiment beaucoup « Scream and Fire » (je trouve personnellement "Scream and Fire" meilleur), aiment moins « Fever » pour son manque de screams, ont été déçus par « Temper Temper » en raison de certains titres moins inspirés, ses ballades ou semi-ballades trop nombreuses, même s’il revenait un peu à la formule de base sur certains titres. Et ils ont été, la plupart du temps, agréablement surpris par « Venom ». Comme je ne suis pas très original, c’est globalement aussi mon cas, même si je trouve les critiques pour "Fever" et "Temper Temper" régulièrement trop sévères : ils étaient moins bons, je partage certains points de critiques mais ils n'étaient pas abominables non plus (En même temps, des albums abominables, y en a. Mais quand un groupe est très populaire, en général, c'est qu'il y a une raison, du talent à la base. Et donc la propension à sortir des albums abominables s'en trouve grandement réduite. Ils ne sont pas à l'abri de sortir des albums décevants, toutefois).

Comme d’habitude, j’étais parti écouter d’autres trucs quand Bullet m’a rappelé à son bon souvenir, en diffusant certains de ses titres, à venir sur le 6ème album. Ce « Gravity », donc. La promo (constituée d' "Over It", de "Piece Of Me" et de "Letting You Go") m’avait seulement modérément emballé, mais comme le monde du Metal nous a parfois montré qu’un groupe pouvait inquiéter pendant la promo et qu’à la sortie, on se rende compte qu’il gardait ses meilleures cartouches en réserve, pour au final un résultat assez correct (je pense au dernier Alestorm), et bien, je n’étais pas spécialement hypé, mais pas très inquiet pour autant. Et finalement, les bonnes cartouches avaient presque toutes été tirées…

Bon, trêve de faux-suspense. Vous avez vu la citation. Vous savez donc parfaitement que je ne suis pas très content de ce « Gravity », mais que je ne mets pas en-dessous de la moyenne pour autant. Alors on va faire simple. Basique, comme dirait l’autre. Je vais commencer par vous exposer ce qu’il ne me plaît pas dans l’album, puis je développerai les points que j’ai trouvés positifs. Et puis, on conclura.

Commençons donc par les défauts de cet album. La première chose qui me vient, c’est que l’album rate à mon avis son ouverture et sa conclusion. Et une intro et une conclusion, c’est important, parce que c’est en général là que l’auditeur concentre le plus son attention. Au début, parce que c’est la première impression. A la fin, parce qu’en général, il perd un peu d’attention au milieu de l’album et se rappelle que ça va bientôt être fini.

Son ouverture d’abord donc : Qu'on se comprenne bien : « Leap of Faith » n’est pas une mauvaise chanson (j’y reviendrai). Mais elle est un peu molle pour commencer un album. La chanson commençait sans guitares, avec un fond électro-atmosphérique, un Matt Tuck presque susurrant. Et, bien sûr, ça s’est déjà fait chez B4MV. (Sur « The Poison », on avait l’ « Intro » avec Apocalyptica qui était très soft. Sur « Venom », on avait « V ».) Sauf que dans ces deux exemples, juste derrière, ça tabassait ! On avait « Her Voice Resides » ou « No Way Out ». Sur Fever, on avait "Your Betrayal" qui était assez offensive (l'une des plus offensives de l'album, d'ailleurs). Sur "Temper Temper", "Breaking Point" était également l'une des chansons les plus "agressives" (pour autant qu'un tel qualificatif puisse être employé pour Bullet For My Valentine, comprenons-nous bien) de l'album. En tout cas, pendant ma première écoute, j'ai trouvé ce fond atmosphérique... étrange pour un début d'album. Puis, voyant les guitares s'exciter un peu, je l'ai oublié. Le refrain était sympa, après tout, quoiqu'en chant clair intégral. Et le morceau finissait sur quelques lignes de screams. Le morceau fini, je me suis dit que c'était un bon morceau, mais un peu juste, comme ouverture.

Pour la conclusion, « Breathe Underwater » est plutôt poétique dans ses paroles, qui évoquent un amour jadis salvateur d’une sale période, mais qui n’est plus là (il semblerait que Matt Tuck ait divorcé récemment. Ce qui pourrait expliquer cette chanson et peut-être le ton général de cet album. qui peut pourtant tout-à-fait décevoir). Mais la chanson est une ballade à la guitare sèche, qui, au contraire de « All These Things I Hate (Revolve Around Me) », ne décolle jamais. Encore une fois, une chanson plus douce pour terminer l’album, c’est un choix que Bullet a déjà fait. Sur « The Poison », on avait l’excellente « The End ». Sur « Scream and Fire », on avait la très correcte « Forever and Always ». Mais souvent, on avait une chanson aussi énergique que les autres. « Pretty on the Outside », « Livin’Life on the Edge of a Knife » (même si j'ai toujours trouvé son refrain raté) et « Pariah ». Et comme l’album est déjà pas mal mou, une chanson pour nous réveiller sur la fin, ça nous aurait fait du bien !

En parlant d’album mou, justement, parlons de ce qui crée cette sensation chez moi. Beaucoup de passages font taire ou quasi-taire les guitares pour mettre des éléments électro-atmosphériques. J’en ai compté quand même 9 fois sur 11 titres : « Leap of Faith », « Over It », « Letting You Go », « Not Dead Yet », « The Very Last Time », « Under Again », « Gravity », « Coma » et « Breathe Underwater ». 9 titres sur 11… J’ai beau n’être pas un grand fan de genres lents, tristes et doux comme le Metal Atmosphérique et le Doom (je préfère les genres mélodiques, techniques rapides et percutants, d'où mon attirance, entre autres, pour le Power Metal et le Metalcore), ben, normalement, un petit peu, je supporte. Je peux même adhérer. Et en général, je suis plutôt content quand un groupe expérimente. Mais il faut bien doser. Et là, je trouve ça mal dosé. Et quand je vois les commentaires en-dessous les publications du groupes pour la promo de l’album, j’ai l’impression que c’est une critique qui revient beaucoup chez les gens déçus.

Ce problème se cumule avec un autre (qui avait déjà été reproché à « Fever ») : la quasi-absence d’alternances de screams et de chants clairs. Y en a un peu à la fin de « Leap of Faith », d’« Over It », de « Letting You Go », y en a un bon sur « Piece Of Me » et sur « Don’t Need You ». Et c'est tout. Je ne trouve pas ça assez. Et il est probable que les amateurs du groupe également, ne trouvent pas cela assez. Et du coup, entre les éléments électro-atmosphériques partout, et la perte de puissance liée à des screams anémiques... même si l’album réussit des choses (on y reviendra), on ressent cet album comme trop atmosphérique, trop mélodique, et pas assez agressif. Ce qui est dommage pour du Metalcore, qui tient son sel, à mon sens, d'un savant mélange entre agressivité/puissance (par les screams et les riffs de guitares) et technique/mélodie (par les chants clairs et les soli de guitare).

Au final, si l'idée d'utiliser des éléments d'atmosphérique pouvait être une bonne idée, son mauvais dosage, le fait de devoir affaiblir les riffs de guitares et de faire moins de screams pour leur faire de la place crée un sentiment de déséquilibre dans la formule de Bullet For My Valentine. Un déséquilibre qui m'avait semblé moins dérangeant sur "Fever" ou "Temper Temper", car si les screams avaient été affaiblis, ce n'était généralement pas le cas des guitares. Au final, pour faire un mauvais jeu de mot, en écoutant cet album, j'ai réellement senti la gravité s’appesantir, m'emmener vers le sol. Ou, lorsque j'étais fatigué, m'encourager à aller au lit...

Cette gravité semble se faire plus pesante encore pendant les ballades. Je ne suis pas du genre à critiquer les ballades pour critiquer les ballades. J’avais d’ailleurs plutôt bien aimé des ballades comme « Say Goodnight », « A Place Where You Belong », « P.O.W », « Dirty Little Secret » ou « Tears Don’t Fall part 2 » (même s’il était évident qu’elle ne surpassait pas sa grande sœur). J’ai déjà suffisamment parlé de « Breathe Underwater », mais « The Very Last Time » est une purge narcoleptique ! Susurée tout du long, avec cet effet de blur atmosphérique… C’est de l’essence de noxombre, ce truc ! Et en plus, cette chanson arrive juste derrière « Not Dead Yet » qui commence aussi sur de l’atmosphérique, sur laquelle le chant est intégralement clair. Les guitares s’affolent certes un peu sur le refrain. Mais le refrain est plus insultant que celui de « Riot » (« Start Living cos we’re Not Dead Yet. Wo-ho-ho-ho-ho-ho » (x2) Et c’est tout ! On peut développer les vers du refrain au lieu de mettre « wo-ho-ho-ho-ho ? » ou on n’en a rien à foutre ? Ce qui fait que l’album, sur ce morceau perd énormément en rythme. Un assez mauvais moment à passer…

C'est peut-être du pinaillage, mais certains titres ont des refrains marquants (certes intégralement en chant clair), mais ont, étrangement, les titres de leur chanson à l’extérieur du refrain. Juste avant. Comme « Leap of Faith » ou « Coma ». Mais compte tenu de ce que j’ai dit avant, ce n’est pas si grave. Les couplets d'"Under Again" sont chantés doucement par Matt, toujours sous cet effet atmosphérique. On commence à avoir l'habitude. Le refrain est très All That Remains dans l'esprit. Malheureusement, et inexplicablement, car le refrain est bien calibré pour être retenu, on peine un peu à s'en souvenir. Peut-être est-ce moi. Ou alors ce titre est vraiment oubliable. "Coma", avec ses textes sur la dépression post-rupture, est unique dans la discographie de Bullet For My Valentine, mais on déplore toujours ces effets et des refrains intégralement chantés en voix claire. Pas vraiment bonne, ni vraiment mauvaise. Plutôt une chanson moyenne. Sans plus.

Dans le dernier paragraphe consacré aux défauts, j'aimerais parler des bonus tracks, qui sont... perturbants. J’ai acheté la version limitée pour 1 euro de plus et autant je comprends que « Breaking Out », qui a le même défaut que « Not Dead Yet » n’ait pas été sélectionnée, autant je ne comprends pas que « Crawling » (qui n’est, contrairement à ce que je pensais, pas une cover du « Crawling » de Linkin Park. Ce qui aurait eu du sens, tant pour faire un hommage à Chester Bennington, mort récemment, que Matt Tuck cite depuis des années parmi ses influences, que pour le côté également très atmosphérique - et donc cohérente avec cet album de B4MV - de la "Crawling" de Linkin Park), ne soit pas sur la version de base de l’album. Dans ce titre, il n'y a pas d’effets électro-atmosphériques. Il y a de bons riffs. Il y a un refrain en chant clair intégral, mais dynamique. Et il y a des screams en couplet. Y avait-il trop de très bonnes chansons dans cet album pour s’en priver ? Assurément non. Enfin, je ne pense pas. Déjà, en la mettant à la place de « Not Dead Yet » ou « The Very Last Time », l’album aurait un peu gagné en dynamisme et en qualité. Alors bien sûr, elle n’a vraisemblablement pas été composée en même temps que l’album. Mais « Don’t Need You » non plus. Et pourtant elle y est, elle ! Du coup, je ne comprends pas ce choix…

Maintenant que j’ai bien craché mon Venom, et pour finir sur une note positive, on va parler des points positifs de cet album. Car il y en a. Bon, déjà, l’univers textuel de Bullet For My Valentine est toujours bien là. On a toujours des chansons sentimentales qui peuvent évoquer les drames amoureux que l’auditeur a connus. On ressent bien la patte sonore du groupe également. Ensuite, l’album est bien enregistré et mixé. Techniquement, le son est d’une bonne qualité. Je trouve aussi qu’en dehors de la pochette style BD de « The Poison », la pochette, intérieure comme extérieure, est sans doute la plus belle des albums de Bullet. D’ailleurs, c’est marrant, car comme le titre de l’album est en majuscules, les lettres « V » et « I » de « Gravity » ont été colorées, évoquant le fait que c’était le 6ème album. Clin d’œil sympathique. Même si le livret reste, comme pour les autres albums, un peu trop sobre. Pas de risques de faire des fautes de goût, cela dit.

Et puis, il y a quand même des bonnes chansons. J’ai critiqué « Leap of Faith » pour l’étrange placement de son nom juste à l’extérieur du refrain (bon là, je pinaille), et pour le fait que ce soit un peu juste comme ouverture d’un album, mais je le répète, ce n’est pas une mauvaise chanson. Elle est même plutôt bonne. Et j’aime ces derniers temps chantonner son refrain.

« Over It » est un bon titre. Le chant clair est quasi-intégral (il y a juste un peu de screams à la fin sur la 3ème occurrence du refrain), mais le refrain se retient bien, et comme il a bénéficié d’une lyric vidéo et d’un clip, on l’aura vraisemblablement en concert, pour cette tournée, et probablement après. (Oui, parce que comme de plus en plus de metalleux ne découvrent que par Youtube, y en a quelques-uns qui n’ont connaissance que des clips, donc les artistes adaptent leurs set-lists).

Même chose pour « Letting You Go », on peut être désarçonné au début de cet effet atmosphérique, mais le riff du refrain et le refrain lui-même (là aussi intégralement en chant clair, sauf sur la dernière occurrence, où il y a des backing screams) nous réveille bien. Ce n'est pas révolutionnaire, mais on n’a jamais entendu ça chez B4MV, et si on peut trouver cette alternance ambiance atmosphérique/riffs thrashy + refrain énergique bizarre au début, après un peu de temps, on finit par se dire que cette alternance crée un effet de contraste intéressant. On l'entendra à coup sûr lors de cette tournée, et peut-être pour les autres également.

Certaines personnes pendant la promo ont critiqué « Piece Of Me ». On pouvait trouver cette chanson « bien, sans plus » (c’était mon cas). Mais force est de constater qu’on n’y trouve pas d’effets électro-atmosphériques, qu'on y a des riffs de guitares sympathiques, un peu de screams (certes pas assez, pas sur les couplets ou les refrains qui sont en chant clair), et je vous assure que remise dans le contexte de l’album, après l’infâme doublette « Not Dead Yet » et « The Very Last Time », vous êtes contents de l’avoir ! C’est une oasis de Metalcore dans un désert de Metalcore atmosphérique ennuyeux, le truc !

« Gravity » est également un titre très sympa. Bon il commence comme « Leap of Faith », avec un effet électro-atmosphérique. Mais les guitares suivent vite, on a un chant clair de Matt Tuck sur le refrain très stimulant, un « You’re the Gravity that keeps pulling me down » du plus bel effet, qui se retient bien (même si ce refrain implique une femme qu'on largue parce que le quotidien devient trop lourd à porter), qu’on chantonne volontiers après le casque posé. Alors certes, il n’y a pas de screams. Y a « ho-ho-ho » dans le refrain (comme sur « Not Dead Yet »), mais une fois (et non deux). Et surtout le refrain fait 10 lignes. Pas 4. Du coup, ça ne laisse pas le même effet, et c’est nettement moins grave. J’espère que Spinefarm Records (Oui, parce que B4MV n’est plus chez Sony Music mais chez Spinefarm avec cet album) allongera les bifftons pour faire un clip de ce titre, car ça m’ennuierait qu’il subisse le même sort que « Saints and Sinners » sur « Temper Temper », elle aussi une chanson mal placée sur l’album, oubliée lors des tournées, et probablement de nombreux auditeurs pas fanatiques de B4MV.

Et bien sûr, « Don’t Need You » a tout ce qu’il faut : des alternances chant clair/screams sur les couplets, un refrain au chant clair, mais rapide et bien soutenu par de bons riffs agressifs (avec des backing screams sur la dernière occurrence du refrain), un clip pour qu’on s’en rappelle (c’était d’ailleurs le premier titre révélé de cet album). Ce titre a tout ce qu’il faut pour rester dans les mémoires des amateurs de Bullet For My Valentine et d’être jouées en concert après la tournée de promo de « Gravity ».

Au final, ce « Gravity » n’est pas une purge absolue, une catastrophe, un album bon à jeter aux chiens de Ramsay Bolton, car il réussit quand même quelques titres qui seront peut-être retenus dans les prochaines années. Mais il reste cependant quand même, pour moi, le moins bon des 6 albums sortis jusqu’à présent. Je dirais sans problème que j'ai préféré "Fever" ou "Temper Temper". Et c'est une critique que j'ai déjà parfois lue chez des personnes déçues de cet album qui réagissaient sous les publications du groupe pour promouvoir l'album. Et comme "Fever" et "Temper Temper" ne font pas l'unanimité dans la communauté des amateurs de Bullet For My Valentine, il est conseillé à ceux n'ayant déjà pas aimé ces albums de passer leur chemin et d'attendre le successeur de ce "Gravity", qui sera, on l'espère, meilleur. Ou de lui laisser sa chance en sachant que moi (et certains amateurs du groupe) ne sont pas spécialement convaincus. Car après tout, personne ne pourra savoir plus ce que vous aimez que vous-même. Je ne doute pas que Bullet For My Valentine pourra se relever d'un album aussi controversé. Il nous l'a déjà prouvé en sortant "Venom, alors que plus grand monde n'y croyait après deux albums qui avaient déçu. Mais justement, après "Venom" (et après la claque que j'ai prise sur "The Sin and the Sentence" de Trivium aussi, même si ce n'est pas comparable), ce "Gravity" est encore plus décevant. Il semble que les titres oscillent sans arrêt entre le bien, le moyen, le médiocre et le mauvais. Mais rien d'excellent. Et du coup, "Gravity" laisse une impression d'album médiocre et quelque peu narcoleptique, ennuyeux. Il fait trop d'erreurs pour que je pense lui mettre au delà de 10/20.

12 Commentaires

3 J'aime

Partager

Theodrik - 17 Juillet 2018:

Allez dernier message : 

@Witchfucker : Merci pour ton commentaire. Marrant comme phrase. J'ai tant une image de "gentil chroniqueur" que ça ? Eh, y a des albums que je trouve décevants, aussi ! (Par exemple, j'ai chroniqué un peu sévèrement le "Into The Wild Life" d'Halestorm. D'ailleurs, j'attends le "Vicious" un peu fébrilement parce que les titres sont bien, mais j'ai peur d'être un peu déçu sur le reste ^^). C'est juste que j'ai pas toujours le temps et surtout la motivation d'écrire une chronique dessus. Cette année, niveau temps, ça a été compliqué ^^ 

@Game System : Merci à toi aussi et content que tu penses pareil que moi. A la base, dans le tiers de texte supplémentaire que j'avais prévu, j'avais expliqué ce que je pensais des autres albums de Bullet For My Valentine. C'était une façon pour moi d'expliquer d'où je partais pour juger celui-ci. Et puis, quand j'ai vu la longueur... Je me suis dit : "coupe, évoque seulement ce que tu pensais des autres albums, et si on te pose une question, tu répondras dans les commentaires !" Et ben, ça a pas loupé ! 

Alors, pourquoi je préfère "Scream And Fire" à "The Poison" ? Ben, en fait, entre les deux, ça se joue à très très peu, parce que je les aime beaucoup tous les deux, hein ?! Disons que j'adore musicalement "The Poison". Les compositions sont abolument dingues et très efficaces. Je m'en suis rendu compte dès la première écoute quand j'ai écouté l'album et c'est assez rare chez moi (souvent, il me faut 3 ou 4 écoutes pour commencer à aimer un album) Mais je trouve qu'il pêche sur ses refrains. Ils sont très enthousiasmants à écouter, mais si je regarde certains titres (genre "Her Voice Resides", "4 Words (To Choke Upon)", "The Poison", "Room 409"), je n'arrive plus à avoir la mélodie en tête, surtout si ça fait longtemps que je ne l'ai pas écouté. "Scream And Fire" n'est peut-être pas aussi bon musicalement, mais il reste pour moi très solide à ce niveau. Et ses refrains sont plus mémorables. Je regarde les titres, je suis capable de les chantonner direct. Et tous, hein ?! Ce qui fait que ça se joue pas à grand chose, mais "Scream And Fire" coiffe légèrement "The Poison" au poteau. Mais après, c'est une opinion assez impopulaire que tu es tout-à-fait libre de ne pas partager ^^ 

Pour donner une comparaison avec Trivium, c'est aussi pour ça que je préfère "In Waves" à "Shogun". 

Après, pour Trivium, pourquoi je disais "même si c'est pas vraiment comparable" ? Parce que je préfère en général comparer les créations d'un même groupe entre eux que les créations d'artistes différents entre eux. Même si c'est le même genre. Il est évident pour moi que Trivium a toujours été un peu plus puissant que Bullet For My Valentine. Du coup, il est un peu attendu pour moi qu'un nouveau Bullet sera forcément un peu moins puissant qu'un nouveau Trivium. Du coup, la comparaison de ce "Gravity" avec "Venom" est plus honnête. Ceci dit, pas plus flatteuse. Mais quand même, je ne peux nier qu'en quelques mois, dans les artistes qu'on classe en général comme "Metalcore", Trivium m'a mis une bonne claque et Bullet For My Valentine m'a pas mal déçu. 

Maintenant, comme je l'écrivais à Supertiptop, effectivement, cet album est probablement plus inspiré "Post-Hardcore façon Alesana" que "Metalcore". Maintenant, la question qui se pose, et à laquelle on peut répondre "Oui", comme "Non" (ça dépend des gens), c'est : "Est-il acceptable que Bullet For My Valentine passe au Post-Hardcore façon Alesana ou doit-il se maintenir au Metalcore ?" 

Ah, et c'est pas moi qui ait mis "Neo Metal". C'est celui qui a fait la fiche de l'album. Moi aussi, je trouve ça un peu bizarre. 

supertiptip - 17 Juillet 2018:

https://www.rockurlife.net/interview/bullet-for-my-valentine-26-03-18

Je te conseils de lire cette interview elle parle de Gravity. 

Tu sens que Matt est hyper intègre et qu'il à parfaitement conscience de son publique et qu'il n'hésite pas à faire des choix tranché avant tout pour ses envie.

Game_system - 18 Juillet 2018:

Et bien justement, au contraire moi je trouve les refrains de The Poison tous bien mémomrables et ceux de Scream Aim Fire vite oubliables et passe-partout. Ce n'est pas un mauvais album, ça c'est sûre, mais à mon avis niveau compos et refrains ce n'est même pas comparable. Certaines chansons m'ont paru carrément mauvaises (le cliché à mort Forever and Always et l'affreusement mou Disappear), alors que The Poison est un sans-faute complet de la première chanson à la dernière.On sent trop que sur le deuxième album ils se sont trop fprcés à faire quelque chose de différent et plus accesible, alors que de mon point de vue, ce deuxième album aurait dû être une suite directe au premier, c'était encore trop tôt pour faire quelque chose de différent. Fever comme successeur de deux premiers albums metalcore aurait été plus logique, Scream aim Fire me parait comme un cheveux dans une soupe. Je dis ça pourtant je lui trouve vraiment des qualités, mais à mon sens pas totalement exploités.

Pour Trivium, franchement niveau lourdeur, à l'époque de leur apogée, ce n'était pas plus lourd que ce que faisais BFMV. Peut-être un peu plus (surtout niveau ambiance) mais pas au point de les considérer comm à part.

Theodrik - 19 Juillet 2018:

@Game_system : Autant je peux être d'accord sur "Forever And Always", mais pas sur "Disappear". A la limite, "End Of Days" reprend une ligne de scream assez proche de celle de "Scream And Fire", mais c'est tout ce que je lui repprocherais. Bon bref, on n'est pas d'accord sur "The Poison" et "Scream And Fire". Pas grave. De toute façon, je cherche pas à convaincre, mais à expliquer mon avis. Et je laisse toute latitude aux autres de le partager ou non, et d'expliquer (respectueusement) pourquoi. 

Pour la comparaison, je dirais que bien sûr, c'est le même genre (le Metalcore). Donc on a des riffs assez proches, une utilisation régulière des soli de guitares, des alternances screams/chant clair. Y a des choses qu'on peut comparer. C'est juste que j'ai toujours préféré, même dans une même scène, comparer les albums d'un groupe entre eux plutôt que des groupes entre eux. La seule fois où je me l'autorise, c'est pour dire : "Dans cette scène cette année, autant machin nous a gâté, autant machin... bof). Ce que j'ai fait ici. Donc oui, on peut comparer et je ne dis pas qu'il faut les mettre dans des étiquettes différentes. C'est juste que je me retiens de trop le faire dans mes chroniques. 

Et la différence sensible pour laquelle je trouve à Bullet For My Valentine plus acccessible que Trivium est sans doute la voix. Même à l'âge d'or avec "The Poison" et "Scream And Fire", la voix de Matt Tuck portait en elle des influences de Pop-Punk, de Green Day, notamment. Alors que la voix claire de Matt Heafy, sur Shogun, avait des tonalités proches de celle de James Hetfield de Metallica. Un peu grogante, parfois plus aérienne. Très Heavy/Thrash américain, en fait. Musicalement aussi, les compositions de Trivium semblaient un peu plus lourdes. Mais bon, pas de quoi faire mettre Trivium dans un genre et Bullet dans un autre, c'est clair. 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Theodrik

15 Juillet 2018

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Bullet For My Valentine