Gods of War

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Manowar
Nom de l'album Gods of War
Type Album
Date de parution 23 Fevrier 2007
Enregistré à Galaxy Studios
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album282

Tracklist

1. Overture to the Hymn of the Immortal Warriors 06:20
2. The Ascension 02:30
3. King of Kings 04:18
4. Army of the Dead (Part I) 01:59
5. Sleipnir 05:14
6. Loki God of Fire 03:50
7. Blood Brothers 04:54
8. Overture to Odin 03:42
9. The Blood of Odin 03:57
10. The Sons of Odin 06:24
11. Glory Majesty Unity 04:42
12. Gods of War 07:26
13. Army of the Dead (Part II) 02:21
14. Odin 05:27
15. Hymn of the Immortal Warriors 05:29
Bonustrack
16. Die for Metal 05:17
Total playing time 1:13:50

Chronique @ sargeist

26 Fevrier 2007

Autant dire de suite qu'il s'agit d'un de mes pires jours de mon existence métallique. Jamais je n'aurais cru devoir en arriver là avec un mythe. Manowar, qui fait partie pour moi de la "sainte trinité" du Metal avec Maiden et Priest, a sorti un des pires disques qui m'ai été donné d'entendre. Autant dire même qu'ils ne font plus de Metal. Alors que le EP "The Sons of Odin" laissait augurer du bon malgré quelques longueurs atmosphériques, ce nouvel album est une catastrophe. Si vous avez l' EP précédemment cité, inutile d'acheter "Gods of War", vous avez déjà le meilleur de ce nouveau disque. Avec des versions bien plus énergiques. Comment expliquer cette mollesse dans le son, dans la conviction, qui caractérise les rares morceaux un peu Metal de ce nouveau disque? Tout y est surproduit, à un point qu'on a l'impression que Manowar a été vidé de toute sa substance. Les guitares sont d'une faiblesse étonnantes. Quand il y en a. Si vous adorez les B.O. de film d'Heroic Fantasy de seconde zone, ce disque est fait pour vous. Plus de la moitié de ce trop long cd (73mn) se compose d'instrumentaux aux claviers assez atmosphériques, symphoniques, épiques, sans aucun accompagnement d'instruments rock. Je suis désolé, mais quand on achète un Manowar, on s'attend à du riff, de la vélocité, des solos en pagaille, une batterie solide. Rien de tout ca. Hormis les 3 titres déjà présents sur "Sons Of Odin" ("Kings Of Kings", "The Sons of Odin", "Gods of War" ) en version moins convainquante, on a le droit à une ballade affligeante de banalité ("Blood Brothers"), un titre plus que moyen ("Sleipnir"), 2 morceaux d'une mollesse rare ou les orchestrations banales cotoient de rares guitares ("Odin", "Hymn Of The Immortal Warriors"). Le pompon est remporté par le titre bonus "Die For Metal" qui se veut un hymne et qui n'est qu'une resuscée fade des meilleurs titres de Manowar, le riff de "Kashmir" de Led Zep pompé en plus! Le reste du disque n'est qu'instrumentaux chiants et vaseux.

La principale caractéristique de ce disque est un manque d'inspiration flagrante. Quand on commence l'album par deux instrumentaux chiantissimes d'une durée totale de 9 mn avant d'entendre un début de gratte ( "Overture Of The Hymn Of The Immortal Warriors", "The Ascension"), c'est que l'on a plus rien à dire metalliquement. On achète pas du Manowar pour écouter du sous Wagner ou du sous Basil Pouledoris. Quoi de plus affligeant que "Glory Majesty Unity", qui en plus d'être un énième morceau sans gratte, reprend "Warrior's Prayer " en quasi intégralité? Ce disque est une catastrophe presque complète. Il reste le titre correct "Loki God Of Fire" qui contient un bon refrain, une bonne ligne de gratte et qui est un peu énérgique. Quoique bien classique. C'est maigre. Je n'aurais jamais cru devoir écrire ca sur Manowar un jour, mais les Kings of Metal sont en bout de course. Ils s'essouflent. Ce disque ne constitue pas une trahison, on les sent habité encore par leur idéal épique, mais ca ne le fait pas tout simplement. Trop peu Metal, trop B.O. de film, trop mou. Et dire qu'il va falloir patienter 4 ou 5 ans, leur rythme de sortie d'album, avant de voir si ils peuvent relever la tête. Cette attente va être pour moi difficile. Le mythe ne s'est pas effondré, mais il a pris pour moi un sérieux coup dans l'aile. reste a se repasser les meilleurs heures de gloire. The Other Bands Play, Manowar Kill? Ce n'est plus le cas. A moins que... l'avenir nous le dira...

4/20 (pour le packaging et "Loki God Of Fire")

12 Commentaires

22 J'aime

Partager

PhuckingPhiphi - 16 Avril 2017: Franchement, j’ai essayé…

Et d’une, c’est Manowar, merde quoi ! OK, Manowar, c’est cliché à mort, complètement caricatural, crétin, macho, avec des paroles débiles, des looks ringards à souhait, des visuels toujours identiques sur lesquels Ken Kelly a visiblement renoncé à toute volonté d’améliorer un jour son anatomie, des thèmes mille fois rebattus et une vision de la mythologie nordique passée à la moulinette américaine qui ne manquera pas de laisser hilare tout historien digne de ce nom. Oui, mais bon, voilà : c’est Manowar. Et Manowar, c’est un pan entier de l’histoire du Power Metal et un paquet d’albums qui, quoi qu’on en dise, resteront à jamais des mètres-étalons du genre. Avoir un “Into Glory Ride”, un “Sign of the Hammer” ou un “Kings of Metal” dans sa discographie, excusez-moi, mais c’est pas donné à tout le monde.

Et de deux, la perspective d’un concept album fortement narratif et orchestral avait sur le papier tout pour séduire, surtout de la part d’un groupe ayant fait preuve par le passé de sa capacité à pondre des chefs-d’œuvres imparables de Métal épique et burné.

Et de trois, l’album s’est fait descendre aussi bien par la critique que par les fans à sa sortie, et rien que pour ça, j’avais envie de l’aimer (j’avoue avoir un peu l’esprit de contradiction).

Bon, ben c’est raté…

Tout sonne prétentieux, outrancier, balourd et maladroit sur cet album. Les pistes d’ambiance narratives sont trop longues, trop nombreuses et plombent de manière incompréhensible le rythme du disque. Comme sur une pièce montée trop chargée, on croule sous les voix sentencieuses, les orchestrations pompeuses (sans doute réalisées au synthé) et les effets sonores (vents, orage, cavalcades…) qu’on croirait issus d’une banque de sons libres de droits trouvée sur Internet.

De plus, tous les titres Métal ne sont pas des plus réussis, loin de là, et Manowar retombe dans le travers déjà présent sur ses sorties récentes de répéter ad nauseam ses refrains, ce qui finit par lasser, voire dégouter, l’auditeur. Quel dommage de voir un titre comme “Sleipnir”, dont le refrain est d’un épique incroyable, finir par exaspérer même les plus indulgents à force d’user encore et encore de cet artifice (le refrain est répété pas moins de huit fois - oui, huit fois ! - en tout dans la chanson)… Finalement, je me demande si ma chanson préférée n’est pas le bonus track final, “Die for Metal”, malgré (grâce à ?) son riff qui ne manquera pas de rappeler un certain dirigeable aux vieux de la vieille.

Enfin, comble du ridicule, les photos des quatre gugusses dans le livret sont photoshopées à mort, comme de vulgaires chanteuses de pop sur le retour ayant peur de vieillir. De la part d’un groupe de glam comme Poison, ça aurait encore pu se comprendre, mais venant des Metal Kings, quelle décadence…

Alors certes, à la première écoute, “Gods of War” peut éventuellement faire illusion, pour peu qu’on soit sensible à sa thématique et qu’on se laisse un peu prendre par l’histoire (ce qui suppose d’être un minimum anglophone). Mais comme diraient les “gamers”, la “replay value” de l’ensemble est faible : après deux ou trois écoutes, on en a marre d’entendre Odin nous raconter sa vie sur fond de tonnerre et on finit par zapper les pistes pour aller directement aux trop rares véritables chansons.

Bref, un beau flop que ce disque, qui mérite amplement la médiocre réputation qui lui est faite.

Merci pour la kro ! :)
Fonghuet - 28 Juin 2018:

Donc il rester quoi comme bons morceaux sur ce disque? 
Sleipnir est chouette mais je connais qu'elle sur cet album

PhuckingPhiphi - 28 Juin 2018:

La première (heu… pardon, la troisième, il faut se coltiner deux introductions avant que ça démarre), "King of Kings", est potable, bien que très répétitive également. Et c'est à peu près tout…

Fonghuet - 28 Juin 2018:

ahah ok! J'ai compris ^^ Merci!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Sektor

04 Septembre 2007

Autant dire tout de suite que "Gods of War" est totalement différent de son prédecesseur "Warriors of the World". Le groupe donne plus dans l'orchestral que dans le power metal, et ce concept déplait à beaucoup de personnes qui campent sur leur position de true mettaleux. 5 ans sans sortir un album, et voila que "Gods of War" voit le jour après de nombreux mois d'enregistrement consacrés également à la sortie des DVD lives. Lors de ma première écoute, le cd m'a énormément déçu, car je m'attendais à un style proche de ses prédecesseurs, or il en était rien. Je me suis résigné à une seconde écoute, voulant me persuader que j'avais mal écouté la première fois. Et on se rend compte qu'au plus on l'écoute, au plus on découvre la magie et le pouvoir de leur musique. "The Sons of Odin", dès sa sortie en Octobre 2006 à donné seulement un bref aperçu de ce qu'est réellement "Gods of War". Le projet final est bien plus dévellopé et enrichi en instrument et en mélodie. Ce concept voulu par Joey DeMaio fais passer l'histoire et la mythologie avant la musique, certes, mais c'est ce qui donne toute la substance à cet album. En gros "Gods of War" c'est 16 titres dont 15 qui s'enchainent, 1h20 d'écoute, et une évasion totale.
Pour la réalisation de cet album, le groupe a utilisé quasiment tous les instruments existant sur Terre (sans compter les légères variantes entre les instruments). 50% de l'album est consacré aux parties orchestrales comprenant notamment un claviers, un orchestre et des choeurs. Ces passages épiques donnent une image bien plus réelle et importante du message que veut faire passer le groupe. Un album entièrement consacré à deux histoires : celle d'Odin, et celle d'un guerrier. Bien qu'il faut attendre 10minutes pour pouvoir entendre la guitare électrique, cet instrument ne fais pas défaut et est essentiellement présent sur 3 titres plus rapides que les autres : "King of Kings", "The Sons of Odin" et "Gods of War ". Dons si vous avez écouté la démo, et que vous voulez du plus rapide, et bien ce n'est pas dans cet album que vous allez le trouver.

Cet album fera beaucoup de déçu du groupe, mais c'est dans ces moments que l'on voit les vrai fans du genre : ceux qui essayent de comprendre le groupe et qui essayent de connaitre leur motivation à créer un tel album concept. Comme dirait Joey : "Si tu fais deux fois la même chose tu deviens chiant". Ceux qui préferent étaler leur critiques sont soit désorientés par ce groupe, soit ils ne veulent pas chercher à comprendre les réelles nuances de cet album, et c'est bien dommage parce qu'ils passent à coté de quelque chose.
Et oui le Metal ce n'est pas seulement une musique, c'est aussi un art...

10 Commentaires

11 J'aime

Partager

Yann.77 - 30 Avril 2010: j'aime bien cet album, même si les narrations sont chiante pour un non anglophone comme moi, mais à part ça, le reste est trippant, et comme tu le souligne, la musique c'est aussi de l'art et je suis entièrement d'accord, personnellement je le préfère largement à la bouse "warriors of the world"....
AnthoAnar11 - 01 Août 2010: plein de fan critique mais bon faut se metre a la place des musiciens résté sur le meme style pendant toute une carrière risque de les perdres
je trouve trés bien qu'il sorte un album différent sa nous permet de pas soulé les fans les plus fidèle

je connais pas toutes les chanson mais jen ai écouté plein de ce groupe et jai adoré tout les morceaus que jai pu écouté (cette album compri)
Adarkar - 19 Août 2010: il faut de tout ...
bruno60 - 12 Janvier 2011: De la narration certes un brin longue mais quelle sensibilité dans cette oeuvre
magistrale
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Thekilling666

19 Mai 2009
Tu aimes Manowar parce que tu aimes le True Heavy Metal, parce que tu fréquentes les salles de musculations, parce que la gente féminine est parfaitement soumise au valeureux guerrier que tu es, et accessoirement parce que tu manies ton épée (comme pour de vrai) dans ta chambre.

Si tu réunis toutes ces conditions, et qu'en plus tu enfourches une moto digne de ce nom, c'est sûr l'ami, tu es un vrai fan de Manowar. Pourtant ici l'épée se fait plastique, tes muscles se sont transformés en un amas de graisses et de bourrelets flasques, la salle de musculation de ton quartier vient de fermer ses portes, tu ne te déplaces plus qu'en mobylette avec un pot trafiqué, et les femmes se refusent à toi, en t'insultant de surcroît.

Eh oui c'est triste de voir les dommages que peut provoquer le temps. Et ça dure depuis 2002 déjà avec Warriors of the World. Tu auras donc compris qu'ici il n'y a plus rien de "true". Tu dois le savoir. Terminés les dieux de la guerre (le nom de l'album est mal choisi hein), voici venir une fin de règne de pâles idoles qui ne sont plus vénérées que par quelques vieilles femmes.

Pourtant Gods of War est-il aussi mauvais que certains semblent l'affirmer ? Non ! Ce serait exagéré de le dire et de l'écrire. Si en fait tu veux du True Metal, seule une petite moitié de l'album peut-être tu écouteras. Si tu apprécies les B.O. de films épiques, avec beaucoup de narrations, d'interludes en tous genres, et peu de Metal, alors peut-être cette offrande aux pâles idoles tu sacrifieras.

Car tu auras compris que nous sommes ici en présence d'un album conceptuel, avec du symphonique un peu kitsch, que les parties narratives sont très longues (surtout pour un non anglophone), et que les riffs et bien il y en a pas beaucoup car c'est la crise.

A écouter donc comme une B.O. de film, le soir dans ton lit, la lumière éteinte, mais ne crois pas que tu briseras tes cervicales dans cet holocauste aux pâles idoles. Oh non, cela sois-en sûr !

Note : tu aimes uniquement le True Metal : 07/20;
tu aimes les B.O. mâtinées de Metal : 13/20.

Quant à moi : 13/20, pas plus.

Thekilling666

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Overkiller

22 Novembre 2008
Quel choix pour une première chronique ! Mais là j'en pouvais plus ! On parle de Manowar, là !! Bon j'avoue que c'est un album particulier. Mais n'oublions pas que vu la productivité de nos joyeux barbares, on n'en attend toujours beaucoup, si ce n’est trop. Et puis on a tellement intégré les anciens titres qui correspondent à ce qu'on a connu de Manowar jusque là !
Mais justement, nous nous trouvons devant un concept album. Et quelle est une des caractéristiques des concepts albums ? IL NE FAUT PAS S'ARRETER A LA PREMIERE IMPRESSION ET LES ECOUTER PLUSIEURS FOIS !!!! Chose faite avec ce Gods of War, vous vous retrouverez transporter parmi les Dieux scandinaves avec des moments épiques rares et inspirés. Certains passages auraient pu se retrouver sur la BO de Conan le barbare, c'est pour dire !! Une même intensité, une même puissance, une même brutalité parcourt cet album. N'entendez vous pas le marteau de Thor ?
Mais c'est vrai, c'est un Manowar qui nous est inconnu : Une guitare pas très présente à part quelques riffs hallucinants ("Gods of War", j'en rêve même la nuit !), une batterie manquant un peu de puissance, quelques compos un peu limites ("Loki God of Fire"), voir affligeantes ("Die for Metal"). Mais l'essentiel est bien là : l'émotion. Finalement n'est ce pas ce que nous recherchons dans le Metal ? N'est ce pas d'ailleurs la musique où toutes les émotions sont possibles ?
Quel talent ! Merci Joey de nous surprendre encore ! Merci Manowar !

Overkiller

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
 
David_Bordg - 02 Janvier 2016: Oui les émotions transpirent dans le metal, tu as tout à fais raison. Redonnons une chance à cet opus, sans penser à un chef d œuvre tel que Triumph of steel par exemple.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire