Goatreich - Fleshcult

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Belphegor (AUT)
Nom de l'album Goatreich - Fleshcult
Type Album
Date de parution 28 Fevrier 2005
Enregistré à Mastersound Studios
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album213

Tracklist

1. The Cruzifixus – Anus Dei 04:16
2. Bleeding Salvation 03:48
3. Fornicationium et Immundus Diabolus 03:00
4. Sepulture of Hypocrisy 04:58
5. The Goatreich – Fleshcult 03:25
6. Swarm of Rats 04:54
7. Kings Shall Be Kings 04:59
8. The Crown Massacre 03:01
9. Festum Asinorum / Chapter II 05:53
Bonustrack (Digipack Release)
10. Heresy of Fire 03:08
Total playing time 41:23

Chronique @ valentheris

09 Fevrier 2011

Une oeuvre de qualité plus aboutie que son prédécesseur

L'Autriche tire une grande partie de sa fierté de sa culture, en particulier dans le domaine artistique. Cette patrie peut se vanter d'avoir vu naître sur ses terres de grands peintres comme Gustav Klimt ou des compositeurs renommés tels que Franz Schubert. Cependant, autres temps autres mœurs, car depuis le début du troisième millénaire la belle terre catholique Österreich voit certains de ses rejetons faire l'apologie du blasphème et de la luxure, suivant ces deux préceptes comme ligne de vie et de conduite sous une seule même bannière: "Belphegor". Depuis un "Necrodaemon Terrorsathan" sortit en 2000, renversant l'auditoire par la fougue et la noirceur opaque qu'il dégageait, le quatuor mené par Helmuth avait rejoint Napalm Records pour la sortie de son quatrième méfait "Lucifer Incestus" en 2003. Ce dernier avait marqué un léger tournant pour le groupe qui offrait alors quelque chose de plus propre et moins occulte, mais toujours avec une furie très présente qui fait le charme de leur Black/Death, la noirceur et le côté occulte du rendu final prenant simplement une autre forme. Les revoici donc deux ans après, nous offrant leur cinquième opus sobrement nommé "Goatreich-Fleshcult", poursuivant dans la voie tracée par Lucifer Incestus mais ne se contentant pas de le copier, optant plutôt pour le choix d'un réajustement de la formule...

Suite à un court extrait de La passion du Christ faisant office d'introduction, "The Cruzifixus - Anus Dei" offre un départ en trombe saisissant grâce à l'alliance brutale et jouissive des deux lignes de guitare en parfaite adéquation d'Helmuth et Sigurd, tranchantes et véloces, mêlant toujours de courtes variations au riff principal pour renforcer son aspect agressif et imposant. L'auditeur se sent dès lors en terrain connu, une atmosphère assez proche de Lucifer Incestus se dégageant de ce premier titre. En revanche, quelques changements/améliorations se font déjà sentir à la manière du rendu sonore. La production qu'offrent ici Alexander Krull et son Mastersounds Studio apporte plus de relief aux différents instruments et amplifie ainsi le côté imposant des compositions et permet un développement de l'atmosphère encore une fois différent, car là où Lucifer Incestus tirait parti de son jeu rythmique très rapide et empreint de folie, sur Goatreich un côté lourd et impérial se dégage de certains titres tels que "Sepulture Of Hypocrisy" officiant dans un tempos très lent qui développe presque jusqu'à son maximum tout le côté Death Metal de la musique de Belphegor, la production très fine permettant alors à ce titre d'être réellement écrasant, là où celle d'un Necrodaemon par exemple l'aurait amoindrie.

L'aspect Death Metal prend en effet le pas sur les parties Black en ce cinquième Full-Lenght. Des pistes comme le titre éponyme ou "The Crown Massacre" le démontreront par leur alliance entre un riffing typique du genre et le jeu de batterie de Nefastus (remplaçant Torturer depuis 2004) adaptant ses divers changements de rythmes suivant le registre abordé. Exercice pour lequel l'homme en question s'avère doué, optant tantôt pour un jeu martial et soutenu (cf. le titre sus-cité) ou des séries de Blasts-beats plus communes mais toujours saisissantes et efficaces comme le démontrera sa prestation sur "Bleeding Salvation". À ce même titre la voix d'Helmuth se concentrera plus sur ses growls hargneux, délaissant quelque peu sa tessiture Black. Bien sûr le mélange bien dosé entre les deux styles qui fait le charme du groupe est toujours de mise, "Fornicationium Et Immundus Diabolus" étant le parfait résumé des variations stylistiques dont les musiciens sont capable et dont il nous targue tout au long de l'écoute.

Goatreich-Fleshcult est donc un cinquième album de qualité. une suite aboutie et plus impressionnante en terme de maîtrise que son aînée et une transition idéale vers "Pestapokalypse VI", sommet de l'art des Autrichiens de 2003 à 2006. On notera également que la maturité de la musique s'est aussi répercutée sur l'imagerie du groupe tant dans les photos des membres que sur les illustrations du livret, moins clichées et plus travaillées que précédemment, ce qui gâche un peu du plaisir lubrique que tout fan du groupe ou de choses moins avouables peut ressentir, mais apporte une preuve différente de l'évolution du quatuor.
On regrettera juste qu'il y ait un peu moins de morceaux de bravoure qu'au sein des deux icônes l'entourant, mais tant en terme de qualité qu'en terme de quantité il se suffit assez à lui-même pour contenter l'auditeur et Belphegor se hisse en 2005 au sein des groupes de Death/Black européen parmi les plus incontournables, statut vraiment confirmé lors de la sortie de leur sixième blasphème.

"Liars, false prophet
Cowards, holy whores
Destroy your sickening dogmas
Clerical scum"

Val'

3 Commentaires

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
NICOS - 09 Fevrier 2011: Merci pour cette belle chronique. Je ne suis cependant pas d'accord sur un (seul) point: son prédécesseur lui est selon moi supérieur, car plus malsaint avec des morceaux cultes à mourrir. Meme si cet album est un très bon album avec de très bons morceaux, il est un peu en retrait par rapport à ses deux incroyable prédécesseur.
valentheris - 09 Fevrier 2011: En effet chez moi Lucifer Incestus passe plus souvent que Goatreich. Cependant d'un point de vue objectif il demeure plus abouti et varié et plus "sérieux", choses que je lui concède tout à fait.

Par conséquent, Lucifer Incestus est mon préféré des deux dans l'aspect émotionnel (surtout parce que j'ai découvert le groupe avec) mais dans les deux cas tu remarqueras qu'il n'y a qu'un seul petit point qui les sépare dans ma notation, preuve que j'ai essayé de faire la juste part des choses dans mon système de notes qui au final me semble bien approprié à tout les Belphegor que j'ai noté, tant en logique qu'en ressenti.

Merci de m'avoir lu en tout cas.
Baal666 - 16 Mars 2012:

C'est sombre, c'est violent et bien lourd, ça me plait,surtout le morceau Sepulture Of Hypocrisy.

Pour plus de rapidité, il y'a Swarm of Rats, la noirceur à l'etat pur...

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kuroikarasu

17 Fevrier 2005
Aaaaaachtung!! Tous aux abris, voici venir le nouveau missile de Belphegor! La machine de destruction autrichienne est à nouveau en guerre contre le christianisme et les bigots de toutes sortes et pour notre plus grand plaisir, elle n'y est pas qu'à moitié! Dès que la musique commence, l'adrénaline monte en vous et une certaine envie de tout écraser s'installe insidieusement dans votre esprit... Autant le dire tout de suite, l'originalité et Belphegor, ça fait deux; il ne faut donc pas s'attendre à des innovations gigantesques en comparaison de ce que ces blackeux ont fait précédemment, mais la formule black/death qu'ils peaufinent et améliorent à chaque nouvelle offrande est vraiment très efficace et cet album est encore une baffe monstrueuse dans la face de la faiblesse humaine!! La musique ressemble donc toujours à du Belphegor, avec un "gros" son, des guitares hyper-brutales, une batterie ultra-véloce la plupart du temps, et des vocaux oscillant entre les hurlements et les grognements. Tout comme Arkhon Infaustus, ce groupe réussit à repousser toujours plus loin ses limites du brutal et il le fait vraiment de mieux en mieux. L'artwork quand à lui reste toujours bien blasphématoire, dans la veine de leurs précédentes sorties!
Alors voilà, si vous aimez Belphegor ou ce style musical, vous pouvez vous ruer sur cet album les yeux fermés... mais il faut bien reconnaître cependant que dans le cas contraire, il n'est pas indispensable du tout, celui-ci étant tout à fait interchangeable avec de précédents opus comme "Lucifer Incestus" par exemple, à cause d'un manque flagrant de réelle évolution. Voilà pourquoi je ne puis mettre en mon for intérieur une note supérieure à seize, malgré une qualité plus que certaine des compositions.

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
 
Franck - 15 Janvier 2008: je viens de connaitre de groupe mais je peux dire que c'est un excellent groupe!(comme ta chronique)
DarkRenegade - 11 Fevrier 2009: c'est un bon album je trouve, mais j'ai l'impression de m'en lasser au bout de quelques chansons et de ne pas bien apprécier la fin.
La 1ere chanson est géniale a mon goût
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire