Conjuring the Dead

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Belphegor (AUT)
Nom de l'album Conjuring the Dead
Type Album
Date de parution 08 Août 2014
Labels Nuclear Blast
Enregistré à Mana Recording Studios
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album95

Tracklist

DISC
1. Gasmask Terror 03:41
2. Conjuring the Dead 04:34
3. In Death 04:13
4. Rex Tremendae Majestatis 05:21
5. Black Winged Torment 03:27
6. The Eyes 01:19
7. Legions of Destruction (ft. Glen Benton of Deicide) 04:29
8. Flesh, Bones and Blood 03:32
9. Lucifer, Take Her! 02:48
10. Pactum in Aeternum 03:19
DVD (Digipack Edition)
Making-Of Conjuring the Dead
1. Rehearsing / Bass Drum / Guitar Tracking
2. Vokills Tracking
Brutal Live Rituals
3. Angeli Mortis de Profundis (Live at Liverpool)
4. Diaboli Virtus in Lumbar Est (Live at Meh Suff Open Air)
5. In Blood - Devour This Sanctity (Live at Moscow)
6. Feast Upon the Dead (Unreleased) (Live at Eindhoven Metal Meeting)
7. Bondage Goat Zombie (Live at Party San Festival)
8. Justine Soaked in Blood (Live at Umea Hom Festival)
9. Backstage (Rekwi Festival, Germany)
Sightseeing Cult Places
10. Burg Aggstein (Austria)
11. Bone Church Kutna Hora (Czech Republic)
Tattoo and Art Section
12. Diadshow
Rehearsal Bunker
14. Inside the Bunker
15. Schwarty "Swinefever"
Videos
16. Conjuring the Dead (Official Clip)
17. Making-Of
Total playing time 36:37

Chronique @ GrindKiller

12 Septembre 2016

Malgré les difficultés rencontrées, Belphegor montre qu'il est toujours un tyran du Black/Death

Belphegor, insigne du metal autrichien, est depuis longtemps un groupe culte de la scène extrême. Rebaptisé ainsi après avoir délivré une démo du nom de "Kruzifixion", le célèbre frontman et guitariste Helmuth, entouré de nombreux musiciens au fil du temps, délivre en l'année 2014 l'album « Conjuring the Dead », solidement bâti après 22 ans d'expérience. Le groupe a naturellement, cela va de soi, évolué durant sa carrière, passant d'un Black Metal aux sonorités Death très cru et violent à un Black/Death relativement sombre et aux portes du mélodique, notamment depuis leur plus ou moins bien accueilli « Bondage Goat Zombie » en 2008.
Les changements, aussi peu radicaux soient-ils, n'affaiblissent en rien la brutalité de la musique de Belphegor. En effet, le groupe délivra en 2011 le triomphant « Blood Magick Necromance ».
Malheureusement, de graves problèmes de santé affectent la tête pensante du groupe et Helmuth se retrouve bien évidemment avec des séquelles au niveau de la voix, si bien qu'il fut contraint de laisser le micro lors des concerts à Morluch, voire même d'en annuler.

Qu'importe ! Aujourd'hui, droit dans ses bottes, Helmuth et sa bande reviennent cette fois-ci en Floride, aux Mana Recording Studios, connus pour avoir, entre autres, enregistré de nombreux méfaits de Cannibal Corpse ou de Hate Eternal. Par ailleurs, c'est Erik Rutan qui produira cette galette. La pochette de cette dernière est signée par Seth Sino, artiste admirable de par son travail au sein de Septic Flesh mais aussi par son talent incontestable dans ses artworks que l'ont peut retrouver notamment chez Nile, Rotting Christ ou encore son propre groupe pour ne citer que ces trois là.
Un grand producteur, un peintre talentueux et des musiciens expérimentés, tout semble réuni pour nous offrir un album titanesque. Voyons ce que le gaiement nommé « Conjuring the Dead » nous propose...


Révélé avant la parution de l'album, « Gasmask Terror » ouvre rapidement la danse macabre. Aussitôt, on remarquera une sonorité plus grave dans les guitares, choix que l'on comprendra sûrement en écoutant la voix d'Helmuth. En effet, la voix éraillée du Black Metal semble définitivement remplacée par de profonds growls, qui seront permutés assez régulièrement par une voix grognarde. Je n'ai pas d’adjectifs pour la définir cette fois, j'aimerais simplement la comparer à celle de Gollum (ce qui n'est pas un reproche, je précise). Le morceau, particulièrement rapide, fait part, sans grande surprise, de riffs assez mélodiques, guidés par une batterie martyrisée aussi bien au niveau de la caisse claire qu'à la double pédale.

Le morceau éponyme prend la relève après cette tuerie qu'est « Gasmask Terror ». Beaucoup plus lent, les instruments se suivent en dégoulinant de noirceur, rythmés par le glas qui sonne. Les amateurs d'ambiances occultes et sombres apprécieront le break aux deux tiers du morceau, où résonne une guitare acoustique soutenant les plaintes tortueuses d'une femme.

Vient ensuite le ultra carré « In Death », aux riffs très accrocheurs. La basse semble enfin mise un peu plus en avant, elle qui s'était faite assez discrète auparavant. La présence des soli est la bienvenue car, sans mentir, le morceau peut vite s'avérer répétitif et lassant, notamment à cause de sa lenteur. Il faut avouer qu'on est très loin de la brutalité de Lucifer Incestus.

Après une introduction accompagnée de cloches, la vitesse est de retour sur « Rex Tremendae Majesta », entremêlée de passages plus lents et mélodiques. Les riffs de guitares se rapprochent de « Gasmask Terror », suivis par les vocaux terrifiants de Helmuth. Les quelques touches de synthétiseurs enfoncent le clou, peaufinant à merveille cette ambiance mystique qui nous entoure.

"Black Winged Torment" s'ouvre sur une introduction assez malsaine, où résonne une voix de femme possédée, qui laissera ensuite place au morceau le plus direct de l'album. Pas de break, pas de guitares dégoulinantes, c'est une caisse claire martyrisée sans pause que vous pourrez savourer. Quelques touches de mélodies apportent au morceau une force qui en fera mon favori de l'album.

L'interlude "The Eye", instrumental, nous propose de revenir une bonne minute sur l'acoustique du morceau éponyme, accompagné d'un solo de guitare, avant d'enchaîner sur le titan "Legions Of Destruction", un morceau sur lequel Helmuth a dû beaucoup miser, puisqu'on y retrouve en guest M.Benton (Vital Remains, ex-Vital Remains...) et Attila Csihar (Mayhem, Tormentor, Sunn O))), Gravetemple...). On retrouve donc un morceau assez riche pour ce qui est des vocaux, puisque ce ne sont pas moins de trois chanteurs qui se relaient. On alterne ainsi entre les growls de Helmuth, mêlés à la voix démoniaque de Glen Benton et aux grincements dont seul Attila semble avoir le secret. De la même manière que "Rex Tremendae Majesta", ce titre nous offre des passages rapides mêlés à d'autres plus pesants, tout en octroyant cette touche de mélodie obscure et quelques riffs aux sonorités presque égyptiennes, notamment à la fin du morceau, relativement proche de ce que Nile peut offrir.

Sur "Flesh, Bones And Blood" s'ouvre une dissonance qui fera grincer des dents avec plaisir. On se trouve face à un morceau très lourd, rempli d'harmoniques artificielles et recouvert de cette même ambiance noire. On reste toutefois plus dans un registre Black Metal, contrairement aux trois premiers titres de l'album qui tirent plus leurs sources dans le Death Metal.

Des hurlements de femme lancent "Lucifer, Take Her!". La lourdeur est bel est bien là, dans la lignée parfaite du morceau précédent. "Pactum In Aeternum" enchaîne aussitôt sur une guitare acoustique mêlée de plaintes d'agonie et de chuchotements chaotiques, le tout suivi par un synthétiseur évoquant fortement encore l'Egypte Ancienne.


L'album ne fait donc que 36 minutes, mais ce n'est pas un problème, car plus aurait été sûrement lassant. Les problèmes de santé de Helmuth ont forcément eu des répercussions sur la musique de Belphegor. Les fans de la première heure auront donc peut-être du mal à apprécier sa "nouvelle" voix, d'autant plus que la production est bien loin de celle des cinq premiers albums. Le tournant pris depuis "Bondage Goat Zombie" se poursuit donc, et malgré les difficultés rencontrées, Belphegor montre qu'il est toujours un tyran du Black/Death, délivrant des ambiances sombres combinées à des mélodies justement appliquées au milieu d'un champ de bataille.

2 Commentaires

2 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Evergrey69 - 12 Septembre 2016: Sûrement l'un des meilleurs groupes de Black Death.
Reigoth - 13 Septembre 2016: un de mes groupes préférés......
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Reigoth

22 Janvier 2015

un opus en dessous de son prédécesseur

BELPHEGOR est un groupe de brutal death/black evil qu'on ne présente plus, puisque cela fait 20 ans que les Autrichiens nous bourrinent les oreilles avec leur musique.

Il y a 3 ans, le duo diabolique Helmuth/Serpenth était bien revenu avec un Blood Magick Necromance proposant des morceaux sublimes comme "In Blood - Devour His Sanctity", l’enchaînement des deux autres morceaux suivant, puis "Angeli Mortis De Profundis" qui est superbe, le titre éponyme... Bref, un très bon album.

Que nous propose Conjuring the Dead ?
Déjà, finies les fraîcheurs suédoises du studio de Peter Tägtgren, cet album est enregistré sous le soleil de Floride au Mana Studio sous la houlette de M. RUTAN Erik, qu'on ne présente plus lui aussi....

Dès le premier morceau, ça envoie du lourd, ça tabasse grave. La voix a changé, elle rappelle l'époque du sublime Necrodaemon Terrorsathan. Les riffs sont simples mais efficaces, ça ne fait pas dans la dentelle.

Mais Belphegor n'est pas qu'un passage du TGV lancé à plus de 500 km/h, il y a aussi des touches mélodiques, la construction de compos mid-tempo, voire lentes, avec des ambiances suffocantes, comme le titre éponyme, dont un clip-vidéo a été fait. Les transitions sont bien assurées. Le plus surprenant, ce sont ces touches malsaines, outrancières où on entend des cris de demoiselles, donnant un côté macabre dans cette atmosphère musicale dévastatrice.

Certes, Belphegor fait du Belphegor, on y retrouve les riffs accrocheurs, du tabassage sans finesse ( Gasmask Terror, Black Winged Torment ) et la touche mélodique typique d’Helmuth ( Conjuring the Dead, The Eye, In Death, Lucifer, Take Her ! ).

Ceci dit, comme sur chaque album, il faut mettre une touche personnelle, sur cet opus, nous avons le plaisir d'avoir en guest stars Attila Csihar (Mayhem) et Glen Benton (Deicide) sur " Legions of Destruction ", que du bonheur pour nos oreilles.

Personnellement, je suis un peu déçu par rapport au précédent. Ce Conjuring the Dead est bon, mais un poil en dessous de Blood Magick Necromance. Tous les aspects (brutalité, mélodies, atmosphère perverse) qui font la force de Belphegor sont effectivement présents mais semblent en demi-teinte.

Etant fan du groupe, je recommande bien sûr cet album, mais voilà, je trouve qu'il est moins bien que l'avant dernier.....


2 Commentaires

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
HelMist - 09 Fevrier 2015: Ca laisse sur ma faim... pourquoi c'est en demi-teinte ? Faut l'expliquer
MakraM - 25 Septembre 2016: Je suis d'accord. Blood Magic était parfait : énormément de mélodies magnifiques, une dose de violence contrôlée habilement.
Mais là c'est un peu trop violent et on perd le charme mélodique du prédécesseur
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire