Force Majeure

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Doro
Nom de l'album Force Majeure
Type Album
Date de parution Fevrier 1989
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album146

Tracklist

1.
 A Whiter Shade of Pale (Procol Harum Cover)
 03:56
2.
 Save My Soul
 03:51
3.
 World Gone Wild
 03:44
4.
 Mission of Mercy
 03:59
5.
 Angels with Dirty Faces
 03:59
6.
 Beyond the Trees
 02:27
7.
 Hard Times
 03:33
8.
 Hellraiser
 05:04
9.
 I Am What I Am
 02:36
10.
 Cry Wolf
 04:47
11.
 Under the Gun
 03:48
12.
 River of Tears
 03:54
13.
 Bis aufs Blut
 00:38

Durée totale : 46:16


Chronique @ steelhardos

31 Janvier 2010
Force Majeure est une oeuvre particulière dans la carrière de notre Allemande préférée. Le fait qu'il soit son tout premier album portant son nom revêt déjà son importance mais c'est surtout un album rescapé de justesse de la discographie des braves Warlock.
Doro, en effet, aurait voulu sortir ce disque sous le nom de son groupe mais celle-ci s'est vu interdire son utilisation, l'affaire est allée jusque devant les tribunaux et elle a perdu. La demoiselle a dorénavant récupéré les droits et pourrait donc réaliser à sa guise un prochain opus portant ce fameux patronyme : Warlock.
Après le remarquable Triumph and Agony, qui acheva de montrer à la face du monde tout le talent du sorcier, le batteur des débuts se fait la malle, faisant donc de Doro, la seule survivante de la formation originelle. Il en faudrait plus pour décourager la belle. Celle-ci recrute un nouveau cogneur (Bobby Rondinelli) puis un nouveau guitariste. Le nom du groupe sera Doro. Le lien avec sa carrière au sein de Warlock est alors tout de suite plus aisé à faire pour ses Fans.
Entourée de Joey Balin, compositeur/producteur que l'on trouvait déjà sur le petit dernier, ils s'enferment dans un studio de New York pour y enregistrer Force Majeure, qui bénéficiera de toutes les attentions pour en faire un digne successeur à l'énorme Triumph and Agony.

La comparaison entre le dernier album de Warlock et le premier de Doro peut se justifier par la similitude de la plupart des chansons ("World Gone Wild", "Under The Gun" ou "Cry Wolf" par exemple). Mais, personnellement, je trouve le Doro plus varié, plus mélodique et surtout : il n'y a pas d'équivalent à l'hymne "All we Are" dans celui-ci.
Cela dit, je m'incline devant cette comparaison un peu hâtive puisque dans la liste des points communs il y a la pochette dessinée par le même artiste (Geoffrey Gillespie). En plus de cela, l'album éponyme qui suivra n'aura pas du tout le panache des opus cités au-dessus puisqu'il sonnera moins Heavy.

Première surprise, l'album commence par une ballade Rock : "A Whiter Shade of Pale", reprise du groupe des années 60/70 : Procol Harum !
L'originale, qui est un véritable standard soft rock, est une réelle ballade romantique avec une petite pointe de psychédélisme, ici, dans la version qui nous intéresse. L'émotion est bien transmise par le chant et la mélodie de base. Les gros accords de guitares, le solo et l'intervention du batteur amènent ce côté rock/hard typique de son époque. Bref, la transformation est parfaitement réussie!

La suite nous plonge rapidement dans un coktail d'énergies et d'atmosphères proches de celles qu'affectionnaient Warlock. Une tuerie speed se trouve à la onzième piste : "Under The Gun", avec ses faux airs à la Accept, nous surprend entre deux morceaux relativement calmes que sont "Cry Wolf" et le poignant "River of Tears".

Pendant toute la durée de l'album, l'auditeur navigue entre l'excellence d'une rythmique ("Save my Soul"), le calme d'une ballade aux notes de piano élégantes et à la voix douce ("Beyond The Trees"), l'anthologie d'un "Hellraiser" à la ferveur toute métallique, fortement marquée par son rythme lent et son refrain ponctué de "oh oh, oh oh oh". Cependant, tous les titres ne sont pas exceptionnels et "Hard Times" aurait pu être plus mordant. Ce que rattrape "I Am What I Am" avec brio, tant son rythme proche du speed nous revigore!

Parlons un peu de la voix de miss Doro Pesch : plus nuancé, son chant exprime moins de folie qu'auparavant et fait donc preuve d'une meilleure maîtrise. Ce n'est pas moi qui le dit mais mes oreilles (ha ha!). D'ailleurs nous pouvons le constater sur "Bis Aufs Blut", qui est, de surcroît, chantée a capella.
Cette dernière piste, semblable à une berceuse de trente-huit secondes, détone franchement de l'album mais ajoute encore de l'originalité à ce fameux disque.

Je ne sais pas quel accueil lui a été réservé à sa sortie, mais l'album représente à coup sûr une excellente carte de visite pour Doro : la variété des ambiances, le mélange des genres, même si cela aurait pu être préjudiciable. Le tout est finalement assez cohérent pour ne pas perdre le fil.
Le Heavy Metal pratiqué ici n'est pas des plus sauvages. Pourtant issue de la furieuse scène allemande, Doro, s'est progressivement "américanisée", comprenez par là qu'elle a adouci sa musique pour qu'elle plaise au marché US. Rassurez-vous, ce n'est pas non plus la foire aux potirons et c'est une pratique très courante à l'époque, les groupes explorant d'autres territoires musicaux avec plus ou moins de réussite. Là, c'est tout à fait correct!
Un détail sur la pochette nous interpelle : elle montre Doro en train de marteler la lettre "D" préalablement chauffée au fer rouge. Il est clair que cela montre que la chanteuse a bien l'intention de se forger un nom dans la scène Metal.

Elle y est arrivée mais, à mon sens, le plus gros du travail était déjà fait durant l'ère Warlock.
L'orientation musicale subira quelques changements parfois risqués mais la passion, la foi resteront toujours en surface, incarnées par Doro au nom du Rock Metal. Pourquoi cette dernière dénomination? Parce que son répertoire se situe véritablement et humblement dans ce large éventail du Rock aux couleurs de Metal.

1 Commentaire

8 J'aime

Partager
Spirithorse - 02 Fevrier 2010: Un album très honorable, je trouve que c'est assez audacieux de commencer l'album par une reprise non metal, mais réussie. J'aime aussi "Save my soul" et "Hellraiser", ainsi que "Beyond the trees". Belle chronique frangin!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire