Faceless

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Godsmack
Nom de l'album Faceless
Type Album
Date de parution 08 Avril 2003
Produit par David Bottrill
Style MusicalNéo Metal
Membres possèdant cet album225

Tracklist

1. Straight Out of Line
2. Faceless
3. Changes
4. Make Me Believe
5. I Stand Alone
6. Re-Align
7. I F***ing Hate You
8. Releasing the Demons
9. Dead and Broken
10. I Am
11. The Awakening
12. Serenity
Bonustracks (English Release)
13. Keep Away (Live)
14. Awake (Live)

Chronique @ Matai

04 Avril 2010

Réel déferlement de brutalité et de rage

« Faceless » est le troisième album des américains de Godsmack…le troisième seulement, mais quelle popularité ! En l’espace de quelques années, le groupe s’est réellement frayé un chemin dans le domaine du néo métal, après un album éponyme très apprécié, et un second opus, « Awake », propulsant pour de bon le combo dans la cours des grands.
Car il faut le dire, Godsmack ne nous a pas fait du travail d’amateur avec « Faceless » : cet album est extrêmement bien foutu, très pro, carré, avec une très bonne production pour la peine. Pas étonnant que certains titres de cet opus aient servis pour une BO de film (à savoir, le Roi Scorpion) ou pour un jeu vidéo (Prince of Persia 2).

La musique de « Faceless » est enragée, les rythmes aussi entraînants et dynamiques les uns que les autres, les riffs monstrueux, le chant tranchant…Si « Straight Out of Line » démarre l’album sur les chapeaux de roues, avec cette intro à la basse, et l’arrivée en masse des guitares et ce chant clair crié, les titres suivants le sont encore plus, comme « Changes », très techniques dans les jeux de guitares, ou « Make Believe », extrêmement rentre dedans, notamment par cette batterie martelée d’une poigne de fer.

« I Stand Alone », véritable hit de l’album, résonne encore dans notre tête après la première écoute. Ce titre est vraiment impeccable du début à la fin. Les couplets sont incisifs et les refrains plus agressifs : les guitares sont déchainées, techniques et bien maitrisées, à mesure que le chanteur Sully Erna nous crache toute sa rage, tout le venin qu’il a en lui avec un chant ultra énervé, mais mélodique. Le break au milieu est d’autant plus intéressant, car plutôt atmosphérique et mettant en valeur le chant clair et plus posé…
Sis « Re-Align » se veut être dans la même veine, surtout dans la technique des grattes, irréprochables (Tony Rombola arrivant à faire sonner son instrument d’une façon on ne peut plus unique), « I Am », lui, est beaucoup plus calme, mais tout aussi prenant, surtout au niveau des refrains, très mélodique mais pourtant incisifs.

« The Awakening » est instrumental, comme pour chaque album du groupe. Cette fois-ci, l’ambiance se veut plus tribal (à la manière de Voodoo), avec des percussions et une sorte de chant lointain, comme un murmure venant de l’au-delà.
L’album se clôt en beauté avec « Serenity », qui porte extrêmement bien son nom, car bien différent du reste de l’album. En effet, ce titre est totalement calme, dénué de rage, et donc, plein de sérénité. Les guitares sont acoustiques, le chant très mélodieux et super beau, en duo pendant les refrains et surtout vers la fin avec le guitariste (qui intervient aussi par moment dans les autres titres en faisant des chœurs). Une conclusion très sereine.

« Faceless » est un réel déferlement de brutalité, où toute la rage du groupe est crachée, à travers les paroles (pas pour rien que la mention « Parental Advisory » est indiquée sur la pochette) mais non seulement à travers les guitares, qui sur cet album, sont beaucoup plus énervées. L’avantage aussi, c’est que dans toute cette agressivité se cache beaucoup de mélodies, notamment grâce à la voix, mais aussi les solos de guitares (présents au moins sur chaque titre). Une technique qu’il ne faut absolument pas nier, car c’est ce qui fait en partie la marque de fabrique de Godsmack. Un opus qui est donc intéressant de posséder, car, excellent.

12 Commentaires

7 J'aime

Partager

AmonAbbath - 02 Mai 2010: C'est un bon disque. Les refrains, s'ils ne sont pas identiques, sont tout de même fortement dans la même lignée. Cela dit, je suis également d'accord avec Matai quand elle dit que des détails et autres petites variations les rendent différents, mais dans l'ensemble c'est très homogène quand même, et il aurait suffit de quelques changements pour que les chansons paraissent trop semblables. Heureusement, ce n'est pas le cas.

Si j'ai un gros reproche à faire à ce disque, c'est le jeu du batteur. Je le trouve d'une linéarité et d'une anti-originalité absolument lassantes... Aucune petite prise de risque, c'est basique, rien ne ressort. Pas une fois je ne me dis "ho, bien placé ce petit coup de cymbale", et il le double-pédalier est trop rarement (hum, jamais ??) utilisé. S'il y a un truc qui m'empêche de retourner sur ce disque, c'est ça, malgré que le reste me plaît beaucoup. Toutefois, je suis rassuré, à l'écoute d'une bonne partie des morceaux du nouveau cd, "The Oracle", je constate une nette amélioration dans ce domaine. On a enfin droit à de véritables plans de batterie de la part de quelqu'un qui veut faire de la musique, et ça fait du bien !
Matai - 03 Mai 2010: Tu as raison au sujet de la double pédale. Elle n'existe pas.
 
Crusard - 08 Mai 2011: Prince of persia l'âme du guerrier. C'était I stand alone en fond, héhé...
Matai - 08 Mai 2011: Ouais, quand le Dahaka veut étriper le Prince! Sinon c'est Straight Out of Line lors du générique de fin...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire