Extremities Dirt and Various Repressed Emotions

Liste des groupes Metal Industriel Killing Joke Extremities Dirt and Various Repressed Emotions
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Killing Joke
Nom de l'album Extremities Dirt and Various Repressed Emotions
Type Album
Date de parution 1990
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album31

Tracklist

1. Money Is Not Our God
2. Age of Greed
3. Beautiful Dead
4. Extremities
5. Intravenous
6. Inside the Termite Mound
7. Solitude
8. North of the Border
9. Slipstream
10. Kaliyuga
11. Struggle

Chronique @ DocteurBenway

12 Novembre 2011

le retour en force d'un groupe mythique

Cet album de 1990 signe ici le retour en force de Killing Joke qui, depuis quelques années avait plutôt donné dans un trip new wave et une musique que certains qualifieront de « pop mainstream inoffensive ». Pour ma part j’ai tout de même adoré cette période que Killing Joke a su explorer avec son style inimitable même s'il est vrai que pour les fans de la première heure, le virage a été brutal. Brighter THan Thousand Suns est un bon album à mes yeux mais Outside the Gates est vraiment un cran en dessous.

Avec cet album, qui est mon préféré, si je dois en avoir un parmi leur discographie, s’inverse donc la tendance et le groupe bascule donc dans une période plus indus tout en gardant le caractère psychédélique qui les caractérise.

La cover, étrange, avec ses paires d’yeux exorbités, terrifiés et son titre évocateur, est très bien travaillée à l’intérieur et, sur l’autre face, le groupe nous gratifie de deux citations en latin alors que les visages des membres sont exposés , étouffés dans des sacs en plastique.

« Semper imitatum nunquam idem », souvent imité, jamais égalé, nous signale qu’ils reprennent les rennes abandonnés quelques années plus tôt et que pas mal de groupes ont su exploiter ( Metallica, Ministry, Godflesh, Nine Inch Nails, Melvins, Napalm Death, etc..).
Il faut dire que Killing Joke présent dès le début de la scène punk a su marquer par sa violence, son coté psychédélique et provocateur.
Comme un juste retour des choses, ils puiseront dans les avancées modernes pour les exploiter à leur manière.
La deuxième citation « Hoc volo, sic iubeo sit pro ratione voluntas », soit "Ce que je veux, ainsi je l'ordonne, que ma volonté tienne lieu de raison" indique clairement qu’ils ne se laisseront pas brider par le politiquement correct et qu’ils feront comme bon leur semble.
A noter un nouveau venu aux fûts, Martin Atkins et le retour du bassiste Paul Raven qui décèdera en 2007.
Jaz Coleman, toujours aussi Halluciné et génial au cHant, sera, comme à l’accoutumée, accompagné de Geordie à la guitare. Geordie et son jeu particulier le rendant inimitable, occupera une grande place dans cet album avec ses riffs metalliques, parfois un peu new wave et toujours aussi psychédéliques. J’ai toujours admiré ce guitariste pour ses mélodies sombres et lumineuses a la fois.

L’album entame avec un Money Is Not Our God énorme avec une basse très présente. J’ai remarqué que cet album supporte très bien l’épreuve du temps et que l’on ne s’en lasse pas, découvrant toujours de nouvelles choses. Les facettes sont multiples : brutal, sombre, rageur, mélodieux il est aussi très fin dans les émotions qu’il dégage. Les thèmes abordés sont le rejet du capitalisme, les problèmes sociaux, la drogue, l’occulte, la mort. Les titres s’encHaînent, tous très bien sentis et regorgeant de sensations diverses.
La batterie sonnera de façon tribale mais beaucoup moins que sur les albums précédents ( Fire Dances surtout).
Musicalement, c’est très complet. Tout y passe.…….ils sont bel et bien revenus en force.
Cet album ouvre donc la voie à ce qui suivra, à savoir les très bons, Pandemonium et Democracy et il ravira certainement les fans de Killing Joke par sa densité et sa constance.

4 Commentaires

4 J'aime

Partager
Vertex - 12 Novembre 2011: Je te croise pas souvent sur les forums musicaux que je fréquente mais je te croise souvent sur les chroniques, ca fait plaisir!
Bonne chronique d'un excellent album, aussi l'un de mes favoris du groupe, bien plus sarcastique, acide et aggressif que ce qu'ils ont fait par le passé.
Dans le genre psychédélique pandemonium est quand même un cran au dessus mais perd de la lourdeur du son... On entre vraiment dans l'indus par la suite alors que là on sent que ça pointe juste le bout du nez.

Je saurai pas trop dire quel album je préfère du groupe, dur à classer car tous vraiment différent mais celui ci, je l'ai énormément écouté.
Tfaaon - 13 Novembre 2011: perso, je suis loin de bien connaître toute la disco du groupe , mais mon préféré est pour l'instant le Killing Joke 2003 .
j'ai écouté le premier,et j'ai pas accroché . Et même, Pandemonium , je le trouve moins accrocheur .
Bref, je vais écouter cet album pour voir si ça marche mieux. :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire