Everything Remains As It Never Was

Liste des groupes Folk Death Eluveitie Everything Remains As It Never Was
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Eluveitie
Nom de l'album Everything Remains As It Never Was
Type Album
Date de parution 19 Fevrier 2010
Labels Nuclear Blast
Style MusicalFolk Death
Membres possèdant cet album485

Tracklist

1. Otherworld 01:57
2. Everything Remains As It Never Was 04:25
3. Thousandfold 03:20
4. Nil 03:43
5. The Essence of Ashes 03:59
6. Isara 03:22
7. Kingdom Come Undone 03:22
8. Quoth the Raven 04:42
9. (Do)minion 05:07
10. Setlon 02:36
11. Sempiternal Embers 04:52
12. Lugdùnon 04:01
13. The Liminal Passage 02:15
Bonustracks (Limited Digibook)
14. Otherworld (Set) 02:34
15. The Liminal Passage (Set) 02:49
Total playing time 47:03

Chronique @ Little_Scarab

21 Fevrier 2010
Voila, c’est enfin fait, Eluveitie nous revient enfin avec du métal contrairement à leur dernier opus « Evocation I - the Arcane Dominion », album entièrement acoustique mais tout de même d’excellente facture dans le genre. Mais il faut être honnête, ce qui nous intéresse tous le plus chez nos petits suisses c’est leur faculté a opérer le mélange d’un Death de Göteborg d’excellente qualité et d’une musique traditionnelle portée par le combos maintenant très connu de pipes médiévales, de vielle a roue, de violons et autre joyeusetés païennes.

En seulement 2 excellents opus le combos s’est fait connaitre et s’est distingué par une musique originale, profonde, entrainante et mystique se hissant en haut du panier déjà lourdement rempli des groupes de Pagan. C’est donc en 2010 qu’Eluveitie nous présente son troisième opus orienté métal Pagan, 2 ans après un très très bon Slania et autant dire que le groupe est attendu au tournant.

Comme sur le précédent Slania, tout commence par une très belle intro nommée « Otherworld » ou le groupe a fait appel à un joueur de Uileann Pipes (Cornemuse irlandaise) pour un résultat du plus bel effet et une entrée en matière qui met en confiance. Dès le deuxième morceau « Everything Remains As It Never Was » la ressemblance avec Slania est frappante et cette impression ne s’envolera pas avec le reste : c’est indéniable ce nouvel album sonne comme son grand frère avec peut-être un son de guitare moins propre et des instruments traditionnels légèrement plus mis en avant, pour le reste : c’est du Slania 1.5.

Toutefois ce que je dis la n’est pas à prendre de façon forcément négative, la recette marche toujours autant, les couplets souvent très death avec l’incorporation de flûtes et violons durant les refrains font toujours leur effet et donne la sérieuse envie de headbanger avec une bière dans la main et un pote bourré sous le bras. Les compos bien que simples sur la forme révèlent leur richesse après plusieurs écoutes, que les titres soit orienté death mélodique a la façon d’un « Nil » maitrisé et puissant, Pagan mystique a la « The Essence Of Ashes » le tout est parfaitement cohérent, mature, et le mixage de très bonne qualité permet de rendre tous les instruments parfaitement audibles et rendent la musique d’Eluveitie toujours aussi agréable a écouter : ca glisse et ca fait du bien. Les très jolis interludes musicaux que sont « Isara » « Setlon » reprenne légèrement le principe des saisons du précédent opus de manière beaucoup moins poussé, autant dire qu’on se repose légèrement moins les oreilles sur Everything Remains As It Never Was que sur Slania.

Certains morceaux sont par contre de réelles tueries a mon sens comme le très beau et plutôt brutal au premier abord « (Do) minion », ou le très riche « Quoth The Raven » vienne nous confirmer que Eluveitie est un groupe de talent qui possède encore un énorme potentiel. Comme sur Slania le morceau « Lugdunon » est le seul ou on aura la chance d’entendre un petit solo de guitare bien sympathique dans le genre que l’on aimerai entendre un peu plus souvent suivit de la magnifique outro « The Liminal Passage » clôturant l’album de bien belle façon.

On pourra finalement dire qu’avec Everything Remains As It Never Was le groupe ne nous déçoit pas, la musique est de qualité, ne tombe pas dans la facilité, le tout reste très bien composé et la « patte » Eluveitie est toujours reconnaissable entre mille. Toutefois on aurait aimé plus de changement/Evolution depuis Slania, le groupe se contentant de réchauffer la même sauce (toutefois très gouteuse). On retiendra donc de ce nouvel effort un excellent album, légèrement inferieur à Slania uniquement dû au manque d’évolution. Toutefois les fan ne seront au moins pas dépaysés et trouveront en cette nouvelle sortie le parfait successeur d’une discographie de qualité.

54 Commentaires

35 J'aime

Partager

Heathenpride - 24 Avril 2010: Cette album est décevant. Ce n'est pas un album pour ceux qui apprécient la musique païenne. Les seuls sentiments que j'en tire c'est l'envie de rire.
La_Lance - 25 Avril 2010: je suis vraiment mort de rire devant mon écran là... comparer Eluveitie à evanescence c'est comme si on comparait Vader à korn c'est de la foutaise...

Certes Eluveitie a, en mon sens, perdu la magie de leurs début mais faut quand même pas pousser. là franchement je suis bien "mdr" par ce que tu as dis mariosmash !
ultraconnard - 07 Septembre 2010: Je résume rapidement jute pour dire que cet album qui était censé être le plus sombre de leur discographie n'en n'est rien,pour moi c'est slania 1.5 que eluveitie nous offrent mais pour les néophytes c est un bon album.Je préfère de loin slania.
keketomax - 02 Juillet 2012: Moi, perso, je lui ai mis un 14, mais il n'est pas décevant pour autant cet album!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ mariosmash

02 Mars 2011

Un album très déçevant...

On ne présente plus Eluveitie, une des vedettes du folk metal, le groupe à commencer en 2003 avec Vèn et à sorti dernièrement (2010) son album « Everything Remains As It Never Was ». Pour ceux qui ne connaissent pas encore Eluveitie, c'est un bon groupe de Folk metal qui réussi habilement à mélanger death melodique et mélodies traditionnelles (irlandaise pour la plus part). Nous pouvons nous attarder sur le packaging(version digipack + DVD), le visuel est assez joli, personnellement je ne suis pas fan de la jaquette avec cette femme qui n’a pas du tout l’air crédible (une blonde platine sur un album "celtique"?), mais les teintes en elles mêmes sont assez plaisantes, du blanc du bleu, c’est sympa, l’intérieur du livret est à l’image de la jaquette, pas mal. C’est le digipack dépliant qui est vraiment beau avec ses belles images de montagnes et de plantes, le CD et le DVD sont aussi très jolis.

Venons en à la musique du groupe, qui pour cet album m’a un peu souler, d’une part par son manque d’originalité comparée à Slania, et d’autre part par ces parties de metal trop modernes (dans le mauvais sens du terme). Le problème n'est pas dans la modernité, mais les thèmes abordés par le groupe (mythologie celtique, les gaulois, etc…) ne collent pas du tout avec la musique(le refrain de « Quoth the raven » est juste insupportable), quand on parle de thèmes dit « anciens » on se doit de proposer une musique qui y est liée même si elle est évoluée et de notre époque, et la ce n’est pas le cas. Pour un petit exemple, le titre 12 « Lugdunon » qui parle d’une partie de la France (Lugdunon désigne l’ancienne ville de Lyon…Etc.…) est vraiment hors sujet avec ses mélodies et ses chœurs qui rappellent bien plus l’Afrique que la France.A côté de ce vide qui se tient entre la musique et les paroles du groupe, je n’ai pas accrocher non plus les chants sur cet album (pas tous). Les chants féminins sont trop présents (et toujours ce souci de modernité...) et en deviennent assez lourds, ça ne colle pas. Là ou des « siraxta » ou des « Slania song » savaient nous envouter avec leurs jolis chants, la nouvelle recette ne prend pas, j’irais même jusqu’à dire que ça fait tache d’entendre l’une des chanteuse essayer de crier sur une piste, ça fait vraiment "petite rebelle quoi" pour moi c'est le gros défaut de cet album... Le chant de Chrigel est toujours très bon par contre, dommage qu’il ne chante seul sur seulement un titre ou deux, mais c'est du très bon comme à son habitude, un très bon chanteur.

Petit point sur le coté metal d’eluveitie, qui n'est pas plus intéressante que ça car c’est du déjà entendu (et même du pompé sur Dark tranquility), pour faire court: C’est toujours dans la veine de Slania au niveau des riffs et de la batterie, à savoir un death mélodique puissant et rapide, avec quelques parties modernes en supplément. Nous en arrivons à un point qui m’intéresse dans cet album, le folk. En effet les membres du groupes sont toujours très doués pour jouer leurs instruments, niveau technique tout y est (même si c’est toujours pompé sur répertoire irlandais). Par contre ces airs folks ont beaucoup perdus en puissance depuis Spirit et Slania, le son est plat et on a du mal à accrocher, le traditionnel est une musique vivante et qui bouge, je n'ai pas eu cette impression avec "Everything Remains As It Never Was", les airs ont aussi tendance à trop se ressembler les uns aux autres, ce qui est fort dommage. Le folk est cependant le bon point de cet album, car le mélange est toujours aussi bien fait quoi que l'on dise, certains passages méritent de bonnes critiques, cependant les chants m'ont souvent calmer dans la minute suivante, vous voilà prévenus...

Je conclus donc sur ces quelques phrases: Le dernier rejeton d’Eluveitie est bien monotone, la magie des albums précédents est perdue et je ne pense pas qu’Eluveitie revienne à une recette qui marche pour les vrais fans, préférant sans doute faire ce qui marche le mieux, c’est un choix qui peut facilement se comprendre. Et franchement, quand on y pense le groupe pompe son metal d’un coté (Dark tranquility) et son folk de l’autre (Trad. Irlandais et Breton), alors perdons nous vraiment quelque chose d’exceptionnel? Je ne pense pas… 10/20, écoutable, mais tout juste.

11 Commentaires

6 J'aime

Partager

bfmv9 - 19 Novembre 2011: je suis bien d'accord, je préférée de loin c'est trés bon "spirit" le nouveau opus et juste bof ='( vraiment deçu j'espere que le prochain sera mieux ^^
bfmv9 - 19 Novembre 2011: ah ouiii, sinon super chronique ^^ un vrais plaisir a lire ^^
 
mariosmash - 23 Novembre 2011: merci.
Baal666 - 22 Novembre 2017:

C'est le dernier album de Eluveitie que j'ai écouté, après j'ai lâché , ceci dit ,je le trouve excellent! Mais j'ai l'impression que le groupe tourne en rond... Surtout au niveau de leurs son survitaminé qui est vachement trop accessible et commercial. Sans évolution..

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ PaganFrance

22 Janvier 2011

Everything Remains (As It Has Always Been).

Les p'tits suisses d'Eluveitie sont de retour ! Révélé aux oreilles de tous avec leur album Spirit en 2006, dont le folk métal ravageur fit l'effet d'une bombe au milieu d'une scène du pagan/viKing métal qui commençait alors à prendre son envol, le combo suisse en est déjà à sa quatrième galette, pour le plus grand plaisir de ses nombreux fans ! Un quatrième album qui marque le retour au délicieux mélange entre instruments traditionnels (flûtiaux, vielle à roue, violon irlandais ...) et puissant death mélodique - fortement inspiré par ce qui se fait du côté de Göteborg – propre aux deux premiers albums du groupe, après la «pause » que fut le controversé Evocation I - The Arcane Dominion, album de pur folk acoustique.

Un retour à la recette traditionnelle du groupe qui était donc particulièrement attendu après une tentative d'album acoustique qui en a décontenancé plus d'un. Inutile d'y aller par quatre chemins, pour un retour à la recette traditionnelle, c'est réussi ... Peut être même trop ! Cela peut paraître surprenant comme formulation mais c'est en effet à la fois la plus grande force et la plus grande faiblesse de ce Everything Remains (As It Never Was) : Eluveitie fait du Eluveitie. Et forcément, Eluveitie le fait bien !

Car, oui, l'album est une vraie réussite et c'est avec un plaisir non dissimulé qu'on retrouve la patte du combo suisse, qui reste nettement au dessus de la moyenne de ce qui se fait dans le genre à l'heure actuelle. Seulement, voilà, il faut reconnaitre que le groupe n'innove plus vraiment et nous propose donc un album convenu, qui ne surprendra guère les fans. Une sorte de condensé léché de ce qu'il sait faire, un Slania II mixé avec des influences issues d'Evocation I et de Spirit. À vrai dire, je crains que le groupe ne subisse pendant encore longtemps le fait d'avoir un premier album tellement réussi que tous leurs albums derrière souffriront inévitablement de la comparaison. Parlez-en aux Guns N'Roses, tiens par exemple ! Oui, je sais, la comparaison est osée.

Si la comparaison avec Slania parait évidente en termes de style musical, mais aussi en terme de production, très « léchée » et très moderne (peut être même trop pour un groupe qui se revendique très traditionnel et proche de ses racines ancestrales dans ses textes ?), les deux albums différent toutefois dans leur homogénéité. Après un Slania très homogène, où toutes les chansons s'enchaînaient de manière (peut être) trop parfaite pour qu'on puisse suffisamment les distinguer les unes des autres, Everything Remains (As It Never Was) s'affirme en effet comme une production beaucoup plus hétérogène, où le sublime côtoie le décevant, où le léché côtoie le bâclé.

L'album s'ouvre sur Otherworld, sublime introduction qui me fait inévitablement penser à la bande originale de Braveheart et qui nous invite donc de la plus belle manière à redécouvrir cette Helvétie que l'on aime tant. Un début d'album de toute beauté donc, qui n'est pas terni par la chanson suivante, très originalement intitulée Everything Remains (As It Never Was). Tout commence par une intro aux accents folk du plus bel effet pour ensuite retrouver le chant de Chrigel, fidèle à lui-même : Mélodique et plus puissant que jamais (encore une fois, la production « made in Nuclear Blast » est vraiment très moderne et impeccable, même si je ne peux m'empêcher de penser qu'on y perd quelque peu en authenticité, surtout pour un groupe n'hésitant pas à jouer sur la corde traditionnelle et folklorique). Mais un Chrigel qui n'est seul au chant puisqu'au bout de quelques secondes, on découvre avec plaisir qu'il est accompagné par Anna au chant féminin. On a ainsi droit à un morceau qui mélange subtilement voix féminine, puissant chant death et instrumentations folkloriques : Une belle réussite qui sera assurément l'un des futurs tubes du groupe.

L'album semble donc partir de la plus belle des manières et on se dit qu'on tient là un nouveau joyau de la part des p'tits suisses lorsque là ... Patatra ! Voilà qu'arrive Thousanfold, titre qui a été choisi comme premier clip. Un choix à vrai dire surprenant à mes yeux (et mes oreilles) tant il y avait plus intéressant comme morceau sur cet album (Quoth The Raven ou Everything Remains (As It Never Was) par exemple). Non pas que Thousanfold soit mauvais en soit ... Mais il est juste beaucoup trop quelconque, trop simple, trop « facile », trop convenu. Bref, trop décevant surtout quand juste avant on a eu droit à un morceau d'une toute autre qualité. Et on touche là du doigt le principal défaut de cet album, sa trop grande hétérogénéité. Une hétérogénéité entre les morceaux donc, avec quelques très bons morceaux (mention spéciale à Quoth The Raven, sans aucun doute la chanson la plus aboutie et la plus travaillé de l'album, avec beaucoup de variations entre les instrumentations folk omniprésentes, le duo chant masculin/féminin, et avec même un petit passage narratif à la fin, mais des titres comme (Do)Minion ou Sempiternal Embers s'en sortent également avec les honneurs) qui ont du coup tendance à éclipser les autres, qui en comparaison apparaissent trop « banals » et pas franchement originaux quand on connait Eluveitie. Mais également (et c'est peut être plus gênant) une hétérogénéité au sein même des morceaux, assez flagrante sur certains. Ainsi, rien à redire sur l'intro de The Essence of the Ashes ou de Nil, toutes les deux très réussies, mais il est dommage que ces deux morceaux se « perdent » ensuite dans des couplets et des structures assez répétitives et lassantes. Toutefois, ne boudons pas notre plaisir car même au sein de ce côté un peu répétitif et de chansons assez inégales, on est régulièrement pris au jeu et on se surprend plus d'une fois à esquisser des p'tits mouvements de la tête ou des pieds sur certains passages, preuve qu'une fois les déceptions de l'album passées à la trappe, certains titres et leurs refrains fédérateurs (Je pense à (Do)Minion, The Essence of the Ashes ...) devraient pourvoir nous enjouer en live. Rendez vous est pris lors des prochains shows du groupe.

Un dernier point que je voudrais aborder, les morceaux acoustiques de transition que sont Isara et Selton : S'il y a bien un point sur lequel Eluveitie a progressé (comme quoi, l'expérience d'Evocation I a dû payer), c'est bien celui-là. Il n'y a rien à dire, ils sont parfaitement réussis. Quel dommage qu'on n'ait pas eu droit à un morceau de la trempe de Selton sur le précédent album (même si son positionnement entre les deux morceaux très puissants que sont (Do)Minion et Sempiternal Embers me chiffonne quelque peu) !

Après 47 minutes de voyage dans des terres suisses que nous connaissons bien, il est désormais temps de terminer cet album. Tout d'abord avec le morceau le plus original de cet album, Lugdunon. Un morceau très surprenant, une sorte de pied de nez final après un album qui n'était justement pas franchement placé sous le signe de la surprise. Assez simple, sans doute trop, il ne plaira assurément pas à tout le monde, mais personnellement je le trouve relativement frais (jusqu'à ce que je m'en lasse peut être ?), et il a au moins le mérite de sortir quelque peu des sentiers battus. Et puis la touche finale, The Liminal Passage, écho final à la très belle introduction de cette galette.

Vous l'aurez compris, Everything Remains porte en fait très bien très son nom (d'où le titre de ma chronique) : Eluveitie n'a pas franchement fait dans l'originalité avec cet opus et décevra ceux qui attendaient un renouveau de la part du combo suisse ou un retour à quelque chose plus proche de Spirit que de Slania. Toutefois, les cages à miel de ceux qui ont apprécié Slania (et je sais qu'ils sont nombreux) devraient pour autant apprécier ce nouvel opus, tant la recette ne semble pas avoir changé d'un iota et semble mélanger astucieusement les acquis musicaux des deux derniers opus. De toute façon, je ne fais pas de soucis pour le succès de l'album, mon petit doigt me dit que vous devriez revoir l'artwork de la pochette (très joli, cela dit) très souvent du côté des catalogues de Nuclear Blast. Bref, l'efficacité musicale, toujours aussi présente (et nettement supérieure à la moyenne), est à saluer, mais j'aurais aimé saluer aussi un peu plus d'originalité.

N'oubliez pas, les bonnes recettes sont aussi celles qui savent se renouveler à temps, avant de lasser. Ça marche aussi pour les p'tits suisses.

4 Commentaires

4 J'aime

Partager
konar1 - 25 Janvier 2011: tres bonne chronique bravo
Adarkar - 26 Janvier 2011: excellent chro qui, ce coup ci, reflete parfaitement ce que je pense de cet album !

Le manque d'originalité de cet album et l'abscence d'u morceau de bravoure à la Elembivos place malheureusment cet album en dessous de Slania !
konar1 - 26 Janvier 2011: oh quand même je ne le placerais pas en dessous de Slania mais au même niveau
Sowilo - 26 Janvier 2011: Roh j'suis un peu deg, ça m'avais pris comme ça aujourd'hui d'essayer de faire une chro de ce disque, et là voilà une chronique surprise qui reflète complètement mon avis, avec des idées similères partout. Je m'abstiendrai donc, ça m'aura exercé. Nous sommes du même avis sur l'album. Je dirais juste que pour moi, le marriage des influences traditionnelles et de la prod et musique moderne se retrouve bien dans le slogan du groupe qu'on pouvait lire sur le Myspace, new wave of folk metal. C'est un truc à eux, qui fait une partie de leur personnalité. Le quasi abandon de la vieille langue suice sur cet album est pour moi un recul de cette forte personnalité d'ailleurs.
Super chronique!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Moulinex

31 Mars 2010
La recette d'Eluveitie (Un death mélodique pompé sans vergogne à Dark Tranquility et rehaussé de pipeau) a toujours tenu davantage du fast-food que de la haute cuisine. N'empêche : le pagan métal savoureux de "Slania" avait largement ravi les papilles des amateurs du genre. Après une escapade insipide en acoustique sur "Evocation I", le combo alémanique revient avec un albulm plus relevé. Mais pas forcément très abouti.

Le nouvel album sent le réchauffé, trop proche de "Slania", sans en atteindre la puissance. Le travail d'orfèvre du chef tommy Vetterli (ex-Coroner)ne suffit pas à faire prendre la sauce: ce troisième album dégage un mauvais goût de baclé.

Il y a pourtant de bons moments à se mettre sous la dent. On retiendra "Kingdome Come Undone" au riff bourré de cholestérol, le doux-amer "Quoth The Raven" ou encore le tubesque morceau éponyme. Mais on s'émousse les pailles sur des titres faiblards (ces insupportables intermèdes acoustiques) ou sans originalité ("The Essence Of The Ashes" dont les arpèges acidulés sonnent comme une pâle imitation du "Hedon" de Dark Tranquility).

Les notes popisantes de "Thousandfold" et "Lugdunon" ne font rien pour rendre le menu plus intéressant.

Au final, on ne retiendra pas forément cet album au répertoire des adresses du chef. On reprendra plus volontiers une patite rasade de "Slania".

5 Commentaires

0 J'aime

Partager
ebony - 31 Mars 2010: De mon coté j'ai bien apprécié cet album.. c'est vrai pas mal de morceaux instrumentaux!! remplissage ou pas? ça laisse peut etre un gout inachevé!?
Moulinex - 02 Avril 2010: Sérieusement, je les connais depuis Spirit, et la c'était un groupe juste géniale, et je trouve qu'après le niveau a été un peux moins bien. Par contre pour ceux qui ont connu ce groupe a partir de Slania, c'est normal qu'ils aiment ce dernier album.

Je les ais aussi vu dans une petite salle de concert et j'avoue que sa déchire tout^^
Aseth - 26 Novembre 2010: Pour en revenir a ta chronique elle m'a donné faim, les thermes de bouffe c'est pas mon genre ahah, mais tu n'a pas cité les bon côté de l'album, pour faire une chronique, il faut être grandement objectif... et tu a négligé ce côté en ne citant que tes préférences, améliore ce côté et tu pourra sortir des chroniques fort intéressante !

Pour l'album, j'ai adoré Thousandfold je croit que tu ne t'es pas assez laissé emporter par la mélodie d'elle et autres instrumentalisation, j'ai l'impression que tu t'attendais tellement a de la merde que t'a juste regardé le côté qui pue du cd...

ce que je veux dire c'est que j'ai eu l’impression que tu t'attendais a trop pour en trouver les bon côté !
Moulinex - 08 Janvier 2011: Merci du commentaire, sa me permettra de m'améliorer ;)

Et tu as raisons dans tes propos, j'étais omnubilé par les défauts de ce CD que j'en ai perdu les bons côtés :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire