Cult of One

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Whiplash (USA)
Nom de l'album Cult of One
Type Album
Date de parution 26 Mars 1996
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album28

Tracklist

1. Such Is the Will 06:20
2. No One's Idol 05:24
3. No Fear to Tread 05:13
4. 1,000 Times 06:52
5. Wheel of Misfortune 05:23
6. Heavenaut 07:50
7. Lost World 05:26
8. Cult of One 08:28
9. Enemy 04:32
10. Apostle of Truth 06:51
Total playing time 1:02:19

Chronique @ grogwy

12 Décembre 2016

Whiplash opère un radical changement de style

En mars 1996, après sept ans d'absence, Whiplash fait un discret retour avec la sortie de son quatrième album "Cult of One".

Du line-up de "Insult to Injury" (1989), ne subsiste que le guitariste-leader Tony Portaro, qui pour l'enregistrement de ce nouveau disque, s'est entouré de Rob Gonzo (chant), Jimmy Preziosa (guitare), Warren Conditi (basse), et surtout de Tony Scaglione, batteur originel du groupe, dont la prestation sur le formidable "Power and Pain" (1985) fut plus qu'appréciable.

Or, depuis la séparation de Whiplash en 1990, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts.

En effet, différents styles sont apparus au sein de la scène Metal, comme le Grunge, le Stoner ou le Sludge, dont le son des guitares est beaucoup plus grave et épais que celui des années 80.
Au sein de ces divers courants certaines formations se firent remarquer, que ce soit Pantera (Power/Groove Metal), Crowbar (Sludge Metal), ou encore Sleep (Stoner/Doom Metal).
Même Metallica prit en compte l'arrivée de ces nouveaux genres musicaux, comme on le constatera cette même année 1996 sur son album "Load".

C'est donc dans ce contexte, que les membres de Whiplash composèrent les morceaux de "Cult of One".

Si à l'écoute du premier titre "Such is the Will", et pendant les deux premières minutes certains plans peuvent rappeler Metallica (période "Ride the Lightning" 1985), dès la troisième le groupe enchaîne sur un Groove Metal sur lequel plane l'ombre d'Exhorder, une comparaison notamment due au timbre de voix adopté sur ce morceau par Rob Gonzo, proche de celui de Kyle Thomas.
Cette tendance se confirme sur "No one's Idol", très bon titre à l'influence Stoner plus que perceptible.
Vous l'aurez compris, le Thrash Metal est peu présent sur ce disque, même lorsque Whiplash accélère le tempo sur "No Fear no Tread".
Au contraire, avec "1,000 Times" (et son entame à la Black Sabbath), on s'enfonce davantage encore dans le registre Stoner/Groove Metal, très en vogue à cette période.
D'ailleurs, l'incorporation du chanteur Rob Gonzo n'est pas un hasard, sa voix rauque étant parfaite pour ce type de musique.
Pourtant, il ne se cantonne pas uniquement à ce style de chant, puisque sur le morose "Wheel of Misfortune", le technique "Heavenaut" (ou se sont également glissés à la fin du morceau, quelques réminiscences du deuxième album de Metallica), ainsi que sur le très beau "Cult of One", il use de sa voix claire ce qui donne une coloration très Metal Alternatif à ces différents titres.
Si l'instrumental "Lost World", avec ses étonnantes parties de guitares (accompagnées de nappes de synthétiseur) aurait pu sans difficulté figurer sur n'importe quel album de guitar-hero des années 80, il n'en est pas de même avec "Enemy" et "Apostle of Truth", qui, très influencés par Pantera, nous ramènent brutalement en 1996, et clôturent de manière très énergique ce disque.

Avec "Cult of One" Whiplash nous offre certes un bon album, mais il est cependant indispensable de signaler que le style qu'il joue dessus, n'a quasiment plus rien à voir avec son style originel.



1 Commentaire

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Elevator - 12 Décembre 2016: Merci encore une fois pour la chronique.
Cet album m'avait dérouté à l'époque et il me déroute encore aujourd'hui. Le groupe avait voulu se mettre à l'air du temps et on a du mal à s'y retrouver même si je ne déteste pas. Je ne l'ai plus écouté depuis des lustres et les morceaux qui sont restés positivement dans ma mémoire sont "Such Is the Wheel" et "Lost World", mais là aussi il faudrait que je retrouve le CD dans mon foutoir pour redécouvrir tout ça avec le recul ...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire