Ascendancy

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Trivium
Nom de l'album Ascendancy
Type Album
Date de parution 15 Mars 2005
Produit par Jason Suecof
Enregistré à Audio Hammer Studios
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album574

Tracklist

Re-Issue in 2006 with a bonus DVD.
1. The End of Everything 01:20
2. Rain 04:11
3. Pull Harder on the Strings of Your Martyr 04:51
4. Drowned and Torn Asunder 04:17
5. Ascendancy 04:25
6. A Gunshot to the Head of Trepidation 05:55
7. Like Light to the Flies 05:40
8. Dying in Your Arms 02:53
9. The Deceived 05:11
10. Suffocating Sight 03:47
11. Departure 05:41
12. Declaration 07:00
Bonustrack (Japanese Release)
13. Washing Away Me in the Tides 03:46
Bonustracks (Re-Issue 2006)
13. Blinding Tears Will Break the Skies 05:10
14. Washing Away Me in the Tides 03:46
15. Master of Puppets (Metallica Cover) 08:11
16. Dying in Your Arms (Video Mix) 03:05
Bonustracks (Special Edition CD+DVD)
13. Like Light to the Flies (Video)
14. Pull Harder on the Strings of Your Martyr (Video)
15. Gunshot to the Head of Trepidation (Video)
16. Rain (Video)
17. The End of Everything (Intro) (Live)
18. Rain (Live)
19. Dying in Your Arms (Live)
20. Like Light to the Flies (Live)
21. Gunshot to the Head of Trepidation (Live)
21. Pull Harder on the Strings of Your Martyr (Live)
Total playing time 55:11

Chronique @ Game_system

06 Août 2017

Ascendancy est l’album de la consécration de Trivium.



Ember to Inferno en 2003 avait marqué les débuts de Trivium, une première incursion dans le monde musical assez convaincante mais somme toute timide, l’album étant sorti dans l’anonymat la plus totale. Le groupe décide de revenir deux ans plus tard avec un deuxième opus, Ascendancy, cette fois-ci en signant chez le géant Roadrunner Records. Entre-temps il y a eu quelque changements de line-up avec le départ du bassiste Brent Young remplacé par Paolo Gregoretto et l’arrivé du lead guitariste Corey Beaulieu. Le producteur, lui, reste le même, l’américain Jason Suecof.

Ascendancy, en voilà un opus qui porte très bien son nom, Trivium ayant beaucoup évolué depuis Ember to Inferno, tant techniquement parlant qu’au niveau de l’inspiration, faisant preuve d’une véritable ascension confirmée avec cet album. Il est musicalement assez similaire à son prédécesseur, avec un mix de la fougue et la rage du metalcore mélangé avec des éléments de thrash metal traditionnel (très inspiré par les premières périodes de Metallica) le tout agrémenté de quelques petites touches progressives. Sauf qu’ici, l’influence metalcore est encore plus présente, ce qui donne à Ascendancy une plus grande férocité, le tout accompagné d’une production plus soignée faisant passer Ember to Infierno pour une simple démo. « Suffocating Sight » montre parfaitement cette orientation plus metalcore avec un breakdown en plein milieu qui est typique du genre et une voix parfois filtrée, le tout précédé par un début frénétique et rapide. Les membres impressionnent par leurs performances techniques, en premier lieu pour les guitares, l’arrivé de Corey Beaulieu est d'un grand apport. Ce dernier nous concocte des solos à la fois techniques et inspirés, ce qui rend l'écoute des chansons plus intéressante. Ainsi, « Declaration », malgré sa longueur, se démarque par un solo qui justifie largement que l’on s’y attarde par sa maîtrise et par l'émotion qu'il peut susciter, il sert aussi de transition vers une partie plus lente et mélodique de la chanson. Mais il serait cruel d’oublier Matt Heafy qui n'a pas à rougir, loin de là, avec ses talents de guitariste qui, couplés avec le jeu de Beaulieu, nous offre des passages de "dual guitars" très maîtrisés. Ces moments sont nombreux, mais celui qui retient le plus notre attention est le solo de « A Gunshot to the Head of Trepidation », que ne renierait pas Metallica. Tous les ingrédients d’un bon solo sont là : harmonies travaillées, mélodies entêtantes et niveau technique bluffant, faisant de cette chanson l’une des plus abouties musicalement. « Like Light to the Flies » et « Dying in Your Arms » sont aussi remarquables pour leurs solos.

Le batteur, Travis Smith, est une machine de guerre. Son jeu est principalement rapide, sa rapidité et sa maîtrise de la double pédale montrent un batteur très performant, mais son jeu contient aussi des éléments plus caractéristiques du metalcore, notamment lors des breakdowns. Il arrive à tenir des rythmes élevés et tient la cadence avec les autres musiciens en accompagnant les breaks sans problème. Le très bon « The Deceived » fait office de grosse démonstration technique, où il semble démolir sa batterie tellement sa frappe est forte et rapide, et son jeu de double pédale d’une précision chirurgicale. D'un point de vue technique, Trivium est à son meilleur niveau.

Ascendancy est aussi une mine d’or en termes de riffs. Très inspirés par le thrash, ils sont tranchants et rapides. Le ton est très vite donné dès le début après la belle intro instrumentale qui débute l’album avec une ambiance sombre et divine (qui fait vachement penser au jeu vidéo God of War, sorti la même année, coïncidence ?) suivi par le début de « Rain », qui casse complétement une ambiance apaisante en balançant un riff d’ouverture dans la pure veine thrash. Et que dire de « Pull Harder on the Strings of Your Martyr », qui nous sert lui aussi dès son ouverture un riff qui, couplé avec le jeu de batterie de Travis Smith devient des plus "headbangant", en plus d’avoir un titre de chanson très charmant. Cependant, si les riffs n’ont plus rien à prouver en termes d’efficacité, on pourrait peut-être reprocher leur manque d’originalité, on a parfois l'impression d'avoir déjà entendu certains riffs. Le son de la basse est aussi à déplorer, à cause d'un mix inégal qui le met trop en retrait par rapport aux autres instruments. Les quelques éléments progressifs sont là pour casser un peu la monotonie des structures, comme par exemple sur le très bon « Departure », avec ses jolis passages de guitares mélodiques.

Penchons-nous maintenant sur les vocaux. Matt Heafy a également beaucoup amélioré ses capacités vocales. Il continue à appliquer la formule classique d’alternance entre des vocaux hurlés durant les couplets et du chant mélodique pour les refrains, déjà présente dans le précédent opus. Avec Ascendancy, ses hurlements sont plus hardcore et plus agressifs, les couplets de « Pull Harder on the Strings of Your Martyr » et de « Ascendancy » achèvent notre cerveau par leur violence. Son chant est nettement plus limpide, donnant des résultats très convaincants, comme sur « The Deceived » et son refrain mélodique réussi, ou encore sur « Departure » où il nous submerge d’émotions. Il s’essaye aussi au jeu de l’accessibilité sur « Dying in Your Arms » avec des vocaux uniquement chantés. Mais il y a dans son chant quelque chose de nouveau, ou du moins quelque chose de beaucoup plus présent qu’avant, il s’agit du côté fédérateur des refrains. Ceux de « Drowned and Torn Asunder » et de « Like Light to The Flies » nous donnent envie de lever le poing, de fermer les yeux et de chanter. « A Gunshot to the Head of Trepidation » va plus loin en offrant un passage spécialement pensé pour le public des concerts (« Hey ! Hey ! Hey ! »), sans doute inspiré par le légendaire « Creeping Death » de Metallica...

Ascendancy est une œuvre qui fait aussi preuve d’une plume inspirée. Les paroles sont parfois métaphoriques, elles traitent de sujets diverses liés à la société, à la revanche ou aux douleurs émotionnels. Par exemple, « Like Light to the Flies » parle du plaisir coupable qu’a la société à lire les drames et les faits divers dans les journaux, « Matyr… » traite de la cruelle soumission que l’on peut souffrir dans une société aussi superficiel que la nôtre où l’on tente de se rattacher aux autres pour satisfaire un besoin de reconnaissance et « Dying in Your Arms » est porté sur l’obsession maladive que l’on peut avoir envers une personne que l’on aime. Dans un cadre moins métaphorique et plus directe, « Gunshot… » traite de la pédophilie (Heafy montrant toute sa haine envers ces personnes très détestables allant jusqu’à justifier leur exécution), « Declaration » parle de la violence et la détermination d’une guerre et « Departure » d’une libération de la douleur émotionnelle (qui a parlé de « Fade to Black » ?). Il se dégage de cet album une ambiance sombre, parfois même mystique voire divine (cette dernière étant très présente dans l’intro, mais aussi dans les chansons « Drowned and Torn Asunder » et « Ascendancy », une impression confirmée par la pochette), qui donne à l’album une touche très personnelle et un charme qui lui est propre. En effet, il n’y a que peu d’albums de metalcore qui ont réussi à marquer avec une ambiance aussi sombre et présente.

Que dire de plus, si ce n’est qu’Ascendancy est l’album de la consécration de Trivium. Outre ses qualités musicales indéniables, il a réussi à propulser le groupe au sommet de la scène metal moderne et à vraiment les faire connaitre. Il a été un gros succès tant commercial que critique. Cet opus nous montre un groupe jeune au sommet de sa créativité et de sa technique, montrant que l’alliance d'éléments issus du gros thrash qui tâche avec de puissantes influences modernes peut très bien marcher. Souvent considéré comme leur meilleur méfait, il restera à jamais comme la démonstration la plus impressionnante des talents de Trivium.


8 Commentaires

5 J'aime

Partager

supertiptip - 08 Août 2017: Je viens de me refaire la disco de trivium et voilà mon classement:
1) Shogun
2) Ascendancy
3) Ember to Inferno: Ab Initio
4) In Waves
5) Vengeance Falls
6) Ember to Inferno
7) The Crusade
8) Silence in the Snow
Game_system - 11 Août 2017: Ah tu as carrément réécouté toute la discographie de Trivium ! :p
Plutôt d'accord avec ton classement, avec quelques légères différences pour ma part, je mettrais peut-être In Waves plus haut et Ascendancy en première place.

Et puis je vois que tu as différencié Ember to Inferno de Ab Initio. Je ne me suis jamais penché sur cette réédition, mais elle a quoi d'aussi différent ? C'est juste une réédition avec quelques bonus non ?
supertiptip - 12 Août 2017: c'est plus un réenregistrement du premier album donc une bonne prod et selon moi ça rend justice aux morceaux de 2000
Game_system - 19 Août 2017: Ah d'accord, et moi qui croyait que c'était seulement un remaster... J'ai écouté quelques titres ouais ça a pas mal mis en valeur cet album trop oublié à mon goût, sans parler de Matt Heafy qui a très bien pu reproduire les vocaux ce qui m'a impressionné !

Ça laisse présager que du bon pour la suite avec le prochain album !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ metalhalo

17 Mars 2010
Putain 3 ans!

On a le temps d’en faire du chemin en trois ans, dans le monde immense du Metal. Chacun de nous, metalleux que nous sommes, a toujours un souvenir. LE souvenir inoubliable d’une de ses découvertes musicales qui nous transforment, qui nous font dire que le Metal est le style de musique le plus riche et diversifié, et que putain on est fier d’en écouter et de se foutre de ce que les autres pensent !

Putain 3ans!

Noël. A cette époque, je m’intéressais déjà au Metal. Les premiers CDs de Metallica, Slayer et Bullet For My Valentine (j’en vois qui explosent de rire) m’ont inculqué le sens des vraies valeurs. Et ne voilà-t-il pas que le père Noël passe. Bof, pour un jeune con comme moi, il n’a pas dû être trop gentil, sinon quelle erreur! Mais il avait quand même pensé à moi, car un CD est placé sous le sapin. Et rien qu’à sa pochette je m’emballais déjà. « Trop bien, le CD que j’voulais! Merciiiiiiiiii ! » Et là je cours dans ma chambre plus vite que je ne l’ai jamais fait (plus vite que lorsque je me prends une volée, c’est dire !) et je m’empresse de mettre la galette dans ma chaîne…

Putain 3 ans!

Ca fait trois ans que j’entendais pour la première fois l’intro, superbe. En même temps, je contemple la pochette et je n’arrête pas de relire ces deux mots : Trivium, Ascendancy. La vache, ça claque! L’intro se termine, et là, c’est le moment où on se dit : « attention ça va bourriner sec ». Et c’est CE moment qui m’a définitivement fait adopter et aimer le Metal. Car la chanson Rain est splendide. Tout comme l’album en général. Je n’avais jamais entendu une telle violence à l’époque, ainsi qu’une telle technique (à part Metallica et Slayer). Non mais merde ils sont trop forts ces gars là! Les riffs sont très bien trouvés, incisifs tout en restant mélodiques (mais pas au point d’en faire des riffs bateaux). Devant cette violence, t’as qu’une envie en fait : hurler et tout péter! Car c’était bien une torgnolle que s’est pris le petit teenager boutonneux et crade qu’était votre serviteur. La batterie est judicieusement mise en avant, les grattes ont un son qui tue. Quant à la voix, je n’en revenais pas. Le mec criait, et bordel j’aimais ça! En fait chaque compo déménage sérieusement et ne dure pas trop longtemps. Donc on ne s’ennuie à aucun moment. Et là le CD se termine. Tu reste là, à regarder tes mains et tu te dis : « Ca y est, j’ai trouvé mon style! J’ai trouvé! ». Et tu passe l’album en boucle pendant deux mois, le temps de trouver d’autres groupes…

Aujourd’hui, à la suite d’une nième engueulade avec mes parents je range ma chambre. Et qu’est ce que je retrouve? Non, pas un magazine cochon. Mieux, bien mieux. C’est Ascendancy, là, injustement oublié. Et rien que le fait de le retrouver me rappelle ce délicieux souvenir. Dès lors je me devais de le chroniquer. Avec le recul et quelques années d’expérience Metal, je souhaite mitiger un peu les propos que j’ai tenu ci-dessus. Certes Ascendancy est un disque vraiment excellent qui vaut le détour. Les musiciens font preuve de maturité dans l’écriture de leurs chansons, et ce malgré leur jeunesse. De plus, ce sont des jeunes bourrés de talent, cela est indéniable. Mais maintenant, avec le temps, je me rends compte des quelques faiblesses que comporte ce skeud. Si, comme je l’ai dit, il n’y a pas de riffs bateaux, comme savent en pondre nombre de formations qui puent le Metalcore réchauffé, il reste néanmoins que les riffs ne sont pas non pas très originaux. C’est dangereux de la part du groupe car il aurait risqué de se fondre dans la masse. Mais la qualité de leurs compos les fait quand même sortir du lot, et c’est tant mieux. Le chant est varié et également de qualité, qu’il soit crié ou clair. Finalement, je pense que Ascendancy est un excellent album, même s’il est dans une verve plus Metalcore que les suivants. Et même si l’on sent inévitablement quelques relents de Metallica par-ci par-là, l’écoute de ce disque est un plaisir.

17/20

6 Commentaires

0 J'aime

Partager

metalhalo - 18 Mars 2010: hahaha... C'est vrai que c'est cocasse!! Il me tarde d'ailleurs de lire ta chro (d'autant plus que j'adore ce Pantera). Je te rejoins également sur la chanson que tu évoques. Si le début est un peu lourd, le reste est à l'image de l'album: excellent! A conseiller à tous ceux qui recherchent un métalcore sans concessions!
iowar - 12 Novembre 2011: Ah parce que Chimaira c'est du metalcore ???

Sinon bonne chronique, on a tous commencé par le metalcore, et n'ai pas honte de dire que t'as commencé par Bullet for my Valentine, moi aussi, et nombre d'entre nous d'ailleurs je pense .
Detonation - 29 Novembre 2011: Bien évidemment que Chimaira est un groupe de metalcore o_O j'ai aussi commencer par Bullet For My Valentine mais il faut avouer que pas mal de chansons sont vraiment excellentes même avec le recul de plusieurs années d'écoute de métal en tout genre. N'oublions pas Slipknot comme premier groupe non plus! =D
Game_system - 03 Janvier 2013: Incroyable! Pour moi aussi Trivium est l'un de mes tout premiers groupes metal que j'ai connus!
Aaaah Like light to the Flies, LA chanson qui m'a fait découvrir ce superbe groupe ainsi que le metalcore. C'était en 2005/2006, je m'en souvient très bien, Trivium était le nouveau groupe metal qui écrasait tout.

Mon Dieu les souvenirs!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire