All Hope Is Gone

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Slipknot (USA-1)
Nom de l'album All Hope Is Gone
Type Album
Date de parution 26 Août 2008
Produit par Matt Hyde
Style MusicalNeo Thrash
Membres possèdant cet album1008

Tracklist

1. .execute.
2. Gematria (the Killing Name)
3. Sulfur
4. Psychosocial
5. Dead Memories
6. Vendetta
7. Butcher's Hook
8. Gehenna
9. This Cold Black
10. Wherein Lies Continue
11. Snuff
12. All Hope Is Gone
Bonustracks (Special Edition)
13. Child of Burning Time
14. Vermilion, Pt.2 (Bloodstone Mix)
15. 'Til We Die
Bonutracks (iTunes Edition)
13. Psychosocial (live)
DVD (Limited Digipak Edition)
1. Making of

Chronique @ Hellboy27

29 Août 2008
Slipknot All Hope Is Gone

Après un Sublimal Verses que j'avais trouvé en demie-teinte, je pensais que tous mes espoirs de revoir le vrai Slipknot que je connaissais à l’époque de Iowa s’étaient envolés. Et bien non, Slipknot a fait quelque chose de sérieux même si une fois encore, cet énième retour me laisse encore sur une impression moyenne.

Cette chronique ne brossera pas Slipknot dans le sens du poil comme les deux précédentes l’ont fait avant moi. Je ne pars pas en guerre contre Slipknot, mais des choses me choquent encore dans leur nouvelle musique. Une certaine vérité doit être rétablie sur Slipknot. A lire les deux chroniques dithyrambiques ainsi que les commentaires laissés, on supposerait que Slipknot vient de nous pondre une tuerie que le monde du Métal n’a jusque-là pas connu.

Je ne partage pas ces avis, même si je les respecte, car le Metal forme dans son ensemble avant tout une grande famille, et sans tomber dans un débat polémique sur le bien fondé de cet album, je souhaite apporter une nouvelle vision sur ce nouvel opus, qui n'est pas trop mauvais, mais qui est très loin d’être parfait.

Comme d’autres l’ont écrit avant moi, ce nouvel opus des neufs gars de Des Moines s’ouvrent sur une intro typique, à savoir une radio sur laquelle quelques samples et quelques messages viennent se fixer, pour s’accélérer de manière furieuse pour déboucher sur le vrai début de l’album. Cette intro rappelle évidemment 742617000027, l'intro de l'album Slipknot.

Gematria nous arrive alors dans les oreilles et les premières impressions sont que le style est plus agressif qu’avant. On note indéniablement les influences de groupes du moment tels Lamb Of God. La chanson reste moyenne, car le chant de Corey parfois trop rapide n’est pas en adéquation avec l’instrumental. On a l’impression qu’il s'essouffle, qu’il souffre pour suivre. Cette impression sera la même sur quasiment toutes les chansons de l’album : Corey est vraiment à la ramasse ! Parfois il me rappelle un certain Jonathan Davies dans ses heures sombres. Le problème ne tient pas dans la musculature de sa voix mais dans son timbre de voix pour nous captiver et nous émouvoir dans les refrains où la colère est censée se propager vers nous. Au lieu de cela, c'est le rire qui survient me concernant.

Il y a cependant une chanson qui fait mouche du premier coup, à savoir le single Psychosocial, dont le rythme à cheval entre le Brutal (mais pas trop) et le Thrash, vraiment grand guignolesque où Corey arrive dans un premier temps à nous captiver durant les couplets, puis soudain nous exaspère lorsqu’il se coince un testicule dans une porte au moment d’entonner le refrain. C’est dommage que ce chant trop clair vienne gâcher ce morceau au départ prometteur.

L’instrumental est pourtant indéniablement meilleur que sur Volume3 Sublimal Verses, car les rythmes sont plus soignés, et pour le coup Sid et Craig servent enfin à quelque chose. Et pour la première fois, on peut trouver que par ses combos et sa double mitrailleuse, monsieur Jordisson fait enfin preuve d’humilité et ne vient pas trop couvrir le reste. Là-dessus, Slipknot est surement devenu plus mature et moins démonstratif.

C’est peut-être un paradoxe, car si les nouvelles compos sont davantage recherchées et inspirées que sur les anciens albums, il manque ce petit quelque chose qui faisait groover l’ensemble comme une machine à tuer sur Iowa ou Mate, Feed, Kill, Repeat.

Malgré plusieurs écoutes, il demeure difficile d’adhérer pleinement à cet album. Le style est ici trop doux, trop suave (le mignon petit goret, oups pardon, le mignon petit Corey) pour du Slipknot. Le coté haineux ne tient pas en la violence d’une chanson, mais dans la façon de le démontrer. Le décalage entre le chant et l’instrumental ici tue tous les messages haineux (comme dans " Butcher’s Hook ", une chanson du genre) que les neufs veulent nous faire passer.

De plus, avec des morceaux en roue trop libre comme " Snuff ", " Vendetta " ou la chanson bonus " Til’ We Die ", on se demande si Slipknot n’a pas un peu régressé, et contracté la maladie terrible du « Biscuit Mou ».

Cet album sonne comme une attraction commerciale, et c’est fâcheux, quand on repense à Corey Taylor, dans plusieurs interviews, nous mettant en garde contre la musique commerciale. Pourquoi parlé-je de musique commerciale, mais parce qu’ils se sont laissés manipuler par les gens de Roadrunner Records tout simplement.

Sans vouloir la peau de Slipknot à tout prix, je souhaite conclure en disant que cet album, comme son prédécesseur m’a laissé sur ma faim, que cette chronique n’est qu’un point de vue parmi tant d’autres et qu'après tout "nul n'est prophète en son pays".

12/20. J'ai déjà entendu pire. L'album n'est peut-être pas celui de la résurrection, mais des chansons comme " Dead Memories ", " The Cold Black ", " Sulfur " ou " Psychosocial " valent le détour. Pour le reste, seules certaines séquences dans les chansons m'ont fait sourire.

22 Commentaires

25 J'aime

Partager

ReaperCore - 25 Octobre 2008: largement déçu par cet album.. il y a quelque temps j'ai juste entendu leur single " all hope is gone " et cette chanson m'avais foutu une petite claques dans la gueule, batterie plus agressive, riff plus recherchés, plus matures, et une voix qui nous crachais de l'énergie d'antan...



c'est sur cette appréciation positive, que je suis tombé assez bas en écoutant l'album en entier.. ou la plupart des chansons, bien que pas mal foutues, font ressortir un coté rock/commercial/pseudo mature qui fait très mauvais effet...
MetalPassion - 22 Novembre 2008: Wouha je trouve cette chronique trop bien écrite!
Franchement comme j'ai écrit pour celle du dessus le chant va plaire ou pas selon les gouts... Il se trouve que j'ai adoré pouvoir apprécier le chant clair (ben oui!) il a une voix magnifique et je trouve qu'il passe bien du cri au clair...
je vais réecouter et me concentrer que sur la voix et j'éssayerais de trouver les faille! je verrais bien!Chronique mitigée "poisitive-négative" bien écrite vraiment!
Pentaclis - 12 Juin 2010: J'aime bien tes Chros, tu es le genre de mec avec lequel je ne suis pas toujours d'accord mais au moins tu as un minimum d'argumentation pour justifier tes allégations.
ChesterBennington - 03 Août 2011: très bonne chronique meme si je ne suis pas forcément d'accord avec ton opinion, d'ailleurs je trouve que corey chante très bien en chant clair et que ca donne bien sur la chanson
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Eternalis

08 Novembre 2008
D’entrée, ce qui frappe à l’écoute de cet album, c’est la qualité du son. La bande de l’Iowa aura beau avoir critiqué une nouvelle fois leur ingénieur de son, la production est largement supérieure à tous ce qu’ils ont pu avoir par le passé, en particulier « Vol.3 » où Rick Rubin avait réalisé à mon sens un véritable massacre sonore (dans le mauvais sens du terme !).

Mais revenons à ce quatrième opus officiel à l’énoncé bien pessimiste. Suivant une intro pour le moins traditionnelle du groupe déboule entre nos oreilles « Gemetria (The Killing Name) » et la magie opère. Le riff principal est surpuissant et le chant de Corey se montre d’une virulence jouissive envers une Amérique qui semble l’exécrer plus que jamais. Joey Jordison ne s’est pas reposé sur ses lauriers et propose un jeu encore plus fouillé que d’habitude : impressionnant.
« Sulfur » suit et enchante avec son riff dissonant et surtout ce refrain assez génial en chant clair que nous pond Corey. Inhabituel chez le groupe, le chant « easy listening » prend beaucoup d’importance et ce morceau est la preuve parfaite d’un groupe utilisant avec intelligence cet outil souvent à double tranchant. Cela se confirme sur le single « Psychosocial » où le chant clair passe justement beaucoup moins en raison d’un rythme ne collant pas forcement avec le reste (et marqué par la refonte totale et maladroite du passage de percussions de "The Blister Exists").
En revanche, un morceau comme « Dead Memories » use et abuse de la mélodie mais en gardant vraiment la patte Slipknot et en conférant une vraie personnalité à la chanson qui, n’en doutons pas, aurait le potentiel de faire un carton sur les ondes.

Ce disque marque donc un nouveau pas dans l’évolution du groupe en apportant de nombreux nouveaux éléments, mais en décevant paradoxalement sur des morceaux typiques ayant créé leur succès, à l’instar du très conventionnel « This Cold Black ».
Dans l’ensemble, les guitares n’ont jamais été aussi acérés et techniques et proposent enfin de nombreux solos tout au long de l’album apportant une teinte un peu plus thrash au style pratiqué (le terrassant titre éponyme – attention à vos cervicales).
La palme de la surprise revient irrésistiblement à la ballade acoustique « Snuff » ayant déjà fait couler beaucoup d’encre, en l’occurrence en ce qui concerne les paroles relativement dérangeantes. Mais force est d’admettre que Taylor n’a jamais été aussi troublant de sensibilité que sur ce titre, bien plus minimaliste et intimiste que n’importe quelle balade de Stone Sour. Un vrai bijou pour un disque qui se découvre avec le temps et qui, je pense, ne laisse découvrir toutes ces subtilités qu’après un grand nombre d’écoutes.
Le seul petit reproche que je pourrais faire est que, au vu de ce disque, je pense que, plus que jamais, il ne sert vraiment à rien d’être neuf pour réaliser cela.

L’orientation plus métal de cette cuvée 2008 laissant beaucoup plus de place à la guitare, je trouve que de nombreux postes sont présents simplement pour le nombre, mais nous passons là dans des domaines extra-musicaux qui nous intéressent finalement fort peu. L’album est bon, c’est tout ce qui compte et la tournée en compagnie de Children Of Bodom et Machine Head risque juste d’être énorme (trois bêtes de scènes !). Stay metal !!!!


6 Commentaires

11 J'aime

Partager

Tyrcrash - 03 Juin 2012: Tu me deçois vachement Eternalis mettre 16 à Slipknot^^.



Sinon comme d'hab bonne chronique, si j'avais pas écouté j'y croirais presque...

Mais c'est vrai que cette album contient All Hope is Gone, tout simplement l'un des rares titres écoutables qu'est pondus le groupe, une rythmique acceptable, pas de chant clair (même si il est pas mauvais, je trouve qu'il met en évidence l'aspect hautement commercial du produit Slipknot) et même un solo... mais merdique (ou surfait au choix).

Eternalis - 03 Juin 2012: Oulà c'est bien vieux...je ne suis plus vraiment d'accord avec cette chro aujourd'hui.

De l'eau a coulé sous les ponts et je n'ai plus écouter Slipknot depuis un paquet de mois ^^

eclectic - 06 Juin 2012: Non, je trouve ta chronique assez juste et mesurée. Il était à la mode de taper sur le groupe, tu n'es pas tombé dans ce travers.
hadsonners - 23 Septembre 2012: Oui c'est franchement bien, tu a fait une chro objective et n'est pas tombé dans le cliché du " true metalleux " qui défonce slipknot juste par principe !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Croutte_De_Pain

26 Septembre 2008
Avec un peu de recul quand même, et un minimum d'objectivité, on ne peut pas vraiment dire que cet album est bon. Probablement qu'il s'écoute, et c'est tout !

Le CD va passer dans le lecteur et d'un coup on se dira "tiens ? la musique s'est arrêtée !". Absolument aucun titre n'est accrocheur ! Aucun gros morceau, que ce soit dans le registre mélodique ou brutal !
On peut reprocher ce que l'on veut à Subliminal mais les mélodies se révélaient dans une certaine mesure accrocheuses (de bonnes chansons qui ne collaient pas à Slipknot certes).

Ce nouvel album de Slipknot se compose de trois types de morceaux :
- D’abord, les titres "brutaux". Ces derniers sont soit sortis d'une recette à l'ancienne (All Hope Is Gone), soit un gros merdier qui tourne en boucle (Gemetria) pour finalement arriver nulle part ! Gemetria, une intro trop longue qui tente de faire une pseudo montée en puissance à la Blister Exist ou Disasterpiece... Sauf que là, c'est limite et la fin est encore plus longue, trainant infiniment... On attend qu'une chose, c'est que le morceau s'arrête. Ce n’est vraiment pas efficace. Dommage, car le morceau regorge de bonnes idées... mais aussi beaucoup de très mauvaises !
- Les natifs de l'Iowa nous proposeront ensuite une palette de titres qui seront un mélange de la pseudo-violence sus-citée et de mélodies. Cette dernière incarnée avec ardeur par le chant (trop ?) clair de Taylor, un chant que l'on pourrait qualifier... de laid, voire exécrable. Nier l'influence de Stone Sour sur son chant serait vraiment d'une mauvaise foi des plus démesurées et extrêmes. Avec sa réverb à outrance et son surmixage nauséabond, c'est vraiment abject. Ces titres ressemblent à d'immondes copies d'un sous-Machine Head (sous acide) tant les mises en places sont carnavalesques, frôlant souvent le "n'importe quoi".
Pour comparer ces titres à Gojira, il faut être encore plus sous acide que les neufs ! Il ne se passe assurément rien durant ces morceaux, timidement dynamiques. La meilleure illustration de mon propo sera le répugnant Sulfur, pas aussi horrible certes que le nauséeux Butcher's Hook (dont l'écoute entière frise l'impossible). Pour les autres, l'utra répétitif Psychosocial en tête, ce sera fait de bonnes idées sabordées.
- Enfin, bien sûr, on ne coupera pas aux ballades à deux francs six sous qui passeraient bien si elles servaient à calmer quelque chose. Or ici, le manque d'énergie est flagrant et ces ballades finiront par nous achever, dans l'ennui !

En conclusion, même si dans sa globalité l'album est relativement écoutable, on ne retiendra rien d'intéressant.
Sur les précédents méfaits il y avait au moins une ou deux chansons séduisantes car (il faut le dire) ce qui faisait la force de Slipknot, à savoir la science des refrains, la violence délirante (avec l’overdose de fuck qui font bien marrer) et les rythmiques burnées, ne sont plus !
Contrairement à ce que j’ai pu lire, Jordison (habituellement impeccable) est loin d’être monstrueux sur cet opus. La batterie est bien évidement sur-mixée elle aussi, mais alors là - n’importe quel gugusse qui martèle un double pédale est capable de jouer ces parties.
Des écoutes approfondies montrent qu'All Hope Is Gone est un album qui vous laissera morose, abattu et vraiment indifférent.
Le pire album de Slipknot ?
Pire que le dernier koRn ?
Oui, oui, c’est possible !
Donc vivement le prochain Slipknot, et il y aura peut être un duo avec Killerpilze !

PS : je tiens a souligner que Butcher’s Hook est vraiment détestable, je dirais même inqualifiable ! Il faut faire interdire cette chanson - protégeons nos enfants !

6 Commentaires

4 J'aime

Partager

Detonation - 31 Mai 2009: butcher's hook >< entièrement d'accord, vraimetn pas beau a entendre ^^
 
speedball74 - 13 Juin 2009: Bien joué mec en lisant les autres chroniques j'apprêtais à me pendre^^
La on se dit enfin quelqu'un d'objectif qui ne vantent pas aveuglément les mérites de Slipknot comme ces Maggot de 12 piges qui sortent des trucs du genre Jordison meilleur batteur du monde et Slipknot groupe de Deathmetal^^
kamelot25 - 30 Octobre 2009: Tu as entierement raison !! bravo tres bonne chronique
SchwarzEngel7 - 17 Août 2012: Tout à fait d'accord avec ta chronique... Un album qui s'écoute, c'est vrai, mais aucunes des musiques ne se démarquent ! J'ai eu beau écouter cet album plusieurs fois, je n'y ai absolument rien trouvé d'accrocheur. Un album à mettre en musique de fond si on a vraiment rien de mieux à écouter.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Kovalsky51

04 Septembre 2008
Sipknot est un des groupes qui m'a fait découvrir le metal, mais je dois bien avouer que depuis le premier album aucun des suivants ne m'a jamais autant botté le c***. C'était donc, tout impatient, que j'attendais cette nouvelle livraison… histoire de savoir si le groupe allait nous sortir une soupe ultra-commerciale ou s'il prendrait quelques risques !

Alors, au terme de nombreuses écoutes (pour me forger un avis assez développé), j'en suis arrivé à la conclusion suivante : cet album est dans son ensemble plutôt réussi même si certains points assombrissent la copie !

Commençons par les points positifs :
certains morceaux sont vraiment de bonne grosses claques. C'est le Slipknot que j'aime. " Gematria (the Killing Name) " avec ses 6 minutes de bastonnade de cris et son refrain assassin !! Autre bon morceau, " All Hope Is Gone " qui aurait pu figurer sur Iowa sans problème. On ressent à nouveau (enfin) les influences death qui ont forgé les deux premiers albums.
Il y a également des titres plus calmes et vraiment bien foutus dont Gehena, et son ambiance film d'horreur ainsi que le très doux (et larmoyant ???) Snuff !

Passons maintenant aux points qui fâchent :
Déjà, il y a ce recours à un chant clair qui est souvent horripilant (le refrain de Sulfur est une vraie torture). Son recours systématique rend des titres (avec un potentiel monstrueux) tout juste agréables à l'écoute ...! Et il y a l'impression d'écouter du Stone Sour sur plusieurs chansons (" Psychosocial ", " Dead Memories ", ainsi que les 2 bonus dont on se serait bien passé)
Ne reste qu'un remix de " Vermilion part 2 ", où la chanson est honteusement démolie !

Pour clore ce compte-rendu des pistes de cet album, il y figure quelques titres étranges :
" Butchers Hook " - complètement barré... et qui refilera des boutons à pas mal de monde (il m'a bien fait marrer), et " Wherrein Lies Continues " (...) dont le riff d'intro fait vraiment penser à du Gojira !

Par contre, il est indéniable que le groupe joue toujours aussi bien (en particulier Joey Jordisson, énorme à la batterie comme à son habitude). Corey Taylor crie toujours aussi bien, même si sa voix a évolué... par contre, la plupart de ses chants au teint clair sont à oublier !
les autres zicos assurent aussi !

Au final je trouve cet album plutôt bon, j'y ai accroché... mais je conseille quand même à ceux qui hésitent de l'écouter tout bonnement avant, histoire de ne pas être vraiment déçu à l'achat ! Les fans de vol 3 peuvent s'y jeter, et ce les yeux fermés.
Les autres (comme moi) se rabattront sur les morceaux les plus brutaux, en espérant que le knot nous ressorte un jour une bombe de la trempe de leur premier opus !!!

6 Commentaires

3 J'aime

Partager

Croutte_De_Pain - 12 Septembre 2008: Avec un peu de recul quand même, et un minimum d'objectivité on ne peut vraiment pas dire que cet album est bon.
Probablement qu'il s'écoute. Il s'écoute et c'est tout! Le CD va passer dans le lecteur et d'un coup on se dira "tiens? la musique c'est arrêtée!" absolument aucun titre n'est accrocheur! Aucun gros morceau que ce soit dans le registre mélodique ou brutal!
On peut reprocher ce que l'on veut a Subliminal mais les mélodies se révélaient dans une certaine mesure accrocheuses, de bonnes chansons qui ne collaient pas à Slipknot certes.
Ce nouvel album de Slipknot se compose de trois types de morceaux.
D’abord les titres "brutaux". Ces derniers, sont soit sortie d'une recette à l'ancienne (All Hope Is Gone) soit un gros merdier qui tourne en boucle (Gemetria) pour finalement arriver nulle part! Gemetria tiens, une intro trop longue qui tente de faire une pseudo montée en puissance à la Blister Exist ou Disasterpiece. Sauf que là, c'est limite chiant! Et la fin est encore plus longue, traine infiniment… on attend qu'une chose c'est que le morceau s'arrête... ce n’est vraiment pas efficace! Dommage, car le morceau regorge de bonnes idées... mais aussi de (beaucoup de) très mauvaises!
Les natifs de l'Iowa nous proposeront ensuite une palette de titres qui seront un mélange de la pseudo-violence sus-citée et de mélodie. Cette dernière incarnée avec ardeur par le chant (trop?) clair de Taylor. Un chant clair que l'on pourrait qualifier... de laid, voire exécrable. Nier l'influence de Stone Sour sur le chant de Corey serait vraiment d'une mauvaise foi des plus démesurées et extrêmes. Le chant clair avec sa reverb à outrance et son surmixage nauséabond est vraiment abject. Ces titres ressemblent à d'immondes copies d'un sous-Machine Head sous acide tant les mises en places sont carnavalesques frôlant souvent le n'importe quoi. Pour comparer ces titres à Gojira, il faut être encore plus sous acide que les neufs! Il ne se passe assurément rien durant ces morceaux timidement dynamiques. La meilleure illustration de mon propo sera le répugnant Sulfur, pas aussi horrible certes, que le nauséeux Butcher's Hook dont l'écoute entière frise l'impossible. Pour les autres, l'utra répétitif Psychosocial en tête, ce sera fait de bonnes idées sabordées.
Enfin bien-sûr on ne coupera pas aux ballades à deux francs six sous qui passeraient bien si elles servaient à calmer quelque chose. Or ici, c'est tellement chiant tant le manque d'énergie est flagrant, que les ballades finiront par nous achever dans l'ennui!
En conclusion, même si dans sa globalité l'album est relativement écoutable, on ne retiendra rien d'intéressant. Sur les précédents méfaits il y avait au moins une ou deux chansons séduisantes! Car il faut le dire ce qui faisait la force de Slipknot, à savoir la science des refrains, la violence délirante (avec l’overdose de fuck qui font bien marrer), et les rythmiques burnées ne sont plus. Car contrairement à ce que j’ai pu lire Jordison habituellement impeccable est loin d’être monstrueux sur cet opus. La batterie est bien évidement sur-mixée elle aussi mais alors là n’importe quel gugusse qui martèle un double pédale est capable de jouer ces parties.
Des écoutes approfondies montrent qu'All Hope Is Gone est un album qui vous laissera morose, abattu et vraiment indifférent. Le pire album de Slipknot ? Pire que le dernier koRn ? Oui, oui, c’est possible ! Donc vivement le prochain Slipknot ‘y aura peut être un duo avec Killerpilze !

PS : je tiens a souligner que Butcher’s Hook est vraiment détestable je dirais même inqualifiable ! Il faut faire interdire cette chanson protegeons nos enfants!
Croutte_De_Pain - 12 Septembre 2008: la vache j'ai été verbeux!
Wulfgar - 22 Septembre 2008: excellente chronique mon cher Croutte de pain ;)
Croutte_De_Pain - 26 Septembre 2008: merci à tous les deux,
Du coup j'l'ai mise en soumission!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Fetus

29 Avril 2011

"All Hope Is Gone" demeure un disque partagé entre performances sincères et titres mainstream "

Certainement l’un des groupes les plus corrompus de la sphère Metal, le phénomène Slipknot est loin d’arriver au bout de sa carrière plus que controversée. Il faut dire que chaque sortie d’un nouvel album de Slipknot génère un véritable grabuge, rameutant autant de nouveaux adeptes que de détracteurs hostiles et haineux envers ces artistes, qui, dans un certain goût de la provocation et de la caricature, semblent directement porter atteinte à l’image même de l’univers Metal. Quoiqu’il en soit, c’est dans un succès colossal que Slipknot exerce une influence indéniable, et cela par le biais de nouvelles productions toujours aussi énigmatiques dans leur aspect démesuré, et incontestablement osé. Depuis son album éponyme, et même avant sur son auto production « Mate. Feed. Kill. Reapeat » Slipknot nous avait habitué à ce qui constitue son plus grand paradoxe, c'est-à-dire un penchant prononcé pour la mélodie en dépit de son apparence agressive et de ses textes provocateurs. En 2004, « Subliminal Verses » consolide cette contradiction, puisque des titres relativement brutaux côtoient de manière décomplexée de nombreuses ballades acoustiques pour le moins doucereuses.

Si ce concept presque progressif s’avérait séduisant, « All Hope Is Gone » reprend le flambeau d’une manière beaucoup trop grossière pour atteindre la même force artistique que son prédécesseur. Tandis que « Subliminal Verses » parvenait à maintenir une certaine cohérence entre colère et apaisement, « All Hope Is Gone » ressemble parfois à un vulgaire encastrement de titres Metal et de chansons « rock » sans personnalité prononcée. Des morceaux tels que « Dead Memories » ou encore « Snuff » enfoncent « All Hope Is Gone » dans l’idée d’un album mené par un cahier des charges contraignant, répondant à des obligations purement commerciales. Corey Taylor et ses collaborateurs ont su détourner ces contraintes à leur avantage par le passé, et « Circle » ou encore « Danger – Keep Away » se révèlent bien plus crédibles qu’un « Child Of Burning » ou d’un « ‘Til We Die » totalement vides de sens. Mais la véritable déception réside dans les structures dégoûtantes de « Psychosocial » ou « Butcher’s Hook », laissant croire à de bons morceaux lors des premières secondes jusqu’à que les voix claires viennent s’incruster avec la même cohérence que les dialogues de Kad et Olivier dans une partie de Kamoulox. En revanche, « Vendetta » a le mérite de combiner passages coléreux et parties mélodiques avec maîtrise : Corey Taylor maintient tout simplement le même timbre vocal tout au long du titre, et se présente un poil plus discret lorsqu’il hurle. De plus, le refrain se montre attrayant sans sombrer dans la triste parodie d’une voix claire insipide : Slipknot peut être original lorsqu’il réuni ses idées de façon homogène.

« All Hope Is Gone » contient donc une poignée de bons titres, et « Gematria », par exemple, permet à l’album de s’ouvrir dans une mêlée Thrash hautement réussie : Jordison livre une performance époustouflante, rappelant qu’il est l’un des batteurs les plus rapides dans son style. Root et Thompson, quant à eux, empruntent leur sens du riffing dans les meilleurs moments d’un Slayer ou d’un Sepultura, tout en conservant un certain style maintenant reconnaissable. Quand il le veut, Corey Taylor reste lui aussi un bel atout pour Slipknot grâce à sa voix si distinguable, même lors des parties gutturales. Pour les pauvres Sid Wilson et Craig Jones, dont la présence au sein du groupe est souvent remise en question par le public, ils permettent tout de même d’affirmer la personnalité de Slipknot ainsi que sa facette «Indus » par quelques sratchs et samples bien dosés. Il restera pourtant difficile de discerner les interventions de Shawn Crahan et de « Pornochio » Chris Fehn, soit disant aux percussions, et leur rôle demeure principalement lors des représentations scéniques Slipknotienne. La production, bien qu’incroyablement puissante, noiera malheureusement Paul Gray dans le mix. « All Hope Is Gone » demeure donc l’un de ses disques partagé entre des performances plus ou moins sincères et des titres carrément façonnés pour le public mainstream : on regrettera ce travail mi achevé, à défaut de tant de moyens. Moins fascinant et horrifique que « Subliminal Verses », « All Hope Is Gone » perd en personnalité, et les quelques bons titres qui rehaussent le niveau ne font que rappeler la fainéantise aigue de Slipknot, ses membres n’étant pas allé jusqu’au bout des choses. En 2010, une grave overdose entraîne la mort du bassiste Paul Grey, relançant le tapage médiatique autour du phénomène. C’est Donnie Steele, ancien membre, qui viendra prendre le relais en attendant : Slipknot continue sur sa lancée, mais il reste légitime de remettre en cause les véritables motivations du groupe…

Fetus

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
samolice - 04 Mars 2015: Merci pour la chro. Pourquoi Slipknot serait " l’un des groupes les plus corrompus de la sphère Metal"?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ MakraM

27 Août 2008
Après le succès de Vol.3: The Subliminal Verses, Slipknot nous offre un nouvel opus dans leur discographie sans erreur jusqu'à ce jour.

Les neufs, malgré leur plaisir malsain à faire exploser des gros pétards en pleine nuit (et en plein champ), ont beaucoup travaillé sur "All Hope Is Gone" (le petit dernier), bourré de nouvelles mélodies accompagnées de nouveaux solos.
M'en allant acheter l'édition limitée le jour de sa sortie, je suis assez satisfait de la jaquette de l'album, me donnant encore plus envie de l'écouter. Je rentre ensuite paisiblement chez moi, me pose dans le fauteuil et j'en fais profiter mes chers voisins.

Introduction pour le moins simple, mais néanmoins très motivante pour la suite. Et puis "Gematria (The Killing Name)" arrive, comme une grosse baffe dans la tête. Il faut aussi dire que c'est là qu'on se rend compte qu'on a de la chance de ne pas avoir de torticolis.
"All Hope Is Gone" se veut un album révélateur de la musique de Slipknot, avec ses chansons cultes, telle que l'incontournable "Psychosocial" et d'autres comme "Gematria (The Killing Name)", "All Hope Is Gone" et "'Til We Die" (morceau en bonus sur l'édition limitée).
L'album propose aussi un bon son très lourd et agressif, l'agressivité étant apportée par la saturation des guitares électriques et de la batterie. En effet, on ne peut pas dire que notre ami Jordison chôme ! Il ose affronter ses collègues gratteux Slipknot et Thompson en imitant leurs riffs vertigineux avec sa double grosse caisse (notamment sur "Vendetta").
J'apprécie surtout la nouvelle agressivité de Slipknot, en particulier les phrases super-vilaines que nous lance Corey Taylor en plein milieu d'un morceau, accompagné de ses amis les percussionnistes. C'est le cas dans "Psychosocial", avec des "The Limits of the Day !" qui font mal à la tête comme on les aime.

"All Hope Is Gone" montre aussi que le niveau de maturité de Slipknot a augmenté sur plusieurs points : le rythme des chanson est bien plus régulier qu'à l'époque "Mate.Feed.Kill.Repeat", et Taylor ne fait plus des lyrics parlant de violence et de mort ! Maintenant il en écrit à propos de violence, de mort… et de désespoir !
Mais de toute façon, cela colle parfaitement avec l'album car il dégage une ambiance violente et agressive de grande envergure (incitant souvent à frapper le mur le plus proche).

Pour résumer, on peut dire que messieurs les producteurs et messieurs les musiciens se sont surpassés sur ce nouveau bijou. Je le conseille à tous ceux qui ne connaissent pas Slipknot, et bien sûr à tous ceux qui connaissent aussi.

MakraM
19/20

46 Commentaires

40 J'aime

Partager

Silent_Flight - 13 Août 2010: On peut idôlatrer des géants comme Death, Opeth ou Emperor, et apprécier Slipknot pour ce qu'il est, c'est mon cas. Bien sûr, ce n'est pas un groupe que je cite comme référence, mais ça m'embêterait d'entendre dire que seul les attardés les écoute. Oui la vérité blesse lol, c'est pour ça qu'il vaut mieux se concentrer sur les goûts communs, et laisser les gens faire ce qu'ils veulent.
Silent_Flight - 13 Août 2010: Je suis vieux jeu, mais profitons de cette communauté pour partager notre culture sur ce formidable univers qu'est le métal (et je ne veux pas entendre que Slipknot n'est pas du métal lol, c'est faux!)
fl0))) - 14 Fevrier 2011: Album fade en ce qui me concerne. Dommage...
Bryanevil33 - 05 Juin 2011: J'aime beaucoup cette album c'est pas mon préféré mais il y a plus de chanson triste comme les 4 dernieres chanson , bonne performance encore pour SlipKnoT
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Cirdec666

29 Août 2008
Voici le dernier bébé des neufs Knot de L'Iowa.
"All Hope Is Gone" existe sous deux éditions : Simple avec 12 chansons ou limitée avec 15 chansons et un DVD Making of de l'album. Pour quelque euros de plus, on peut ce permettre l'édition limité.

Pour commencer, .Execute est une intro à la Slipknot : une voix de radio, un dj et sur la fin ça s'énerve.
Voilà que sa démarre, de nouveaux riffs ? Oui ce Slipknot n'est pas une suite, ils ont trouvé de nouveaux morceaux. Pour le chant c'est pareil, bien que l'on sente la grande inspiration de Stone Sour dans le chant de Corey, ça reste du Slipknot, mais plus accessible sur l'ensemble.

Gematria : nerveuse du début à la fin.
Sulfur nous montre l'insipration de Stone Sour avec son refrain clair.
Psychosocial ? Aussi nerveuse que Gematria, peut-être même plus avec son superbe riff qui donne mal au cou.
Dead Memories, par contre, ressemble trop à Stone Sour, un chant clair jusqu'au bout.
Vendetta fait dans l'original avec une introduction plus adéquate avec le style Black métal, mais qui se calme vite pour passer au chant clair. Ces deux passages son alternés tout au long de la chanson.
Butcher's Hook, une chanson comme Slipknot sait nous en faire.
Gehenna, un intro un peu sombre aussi comme Vendetta mais beaucoup plus lent, elle pourrait faire penser à Gently de l'album Iowa pour son ambiance.
This cold back est dans la veine de butcher's hook.
Wherein lies continue : une très bonne chanson, le refrain clair a un peu de mal à passer pour du Slipknot… enfin, passons.
Snuff. Dans l'idée de vermillion pt2. Une ballade très bien maitrisée.
All Hope Is Gone, que vaut la chanson éponyme ? Un riff un peu Black et une batterie nerveuse… excellent morceau !!

(Dommage pour les radins qui n'ont pas acheté l'édition limitée car ils doivent s'arrêter là…)

Et on enchaine sur Child of burning time, qui s'inspire de la première version de Vermillion.
Vermillion pt2 (bloodstone mix) : qu'est-ce qui change encore ? La guitare est remplacé par un synthé, ajouté a des sons d'ambiance, ce qui donne à ce titre un côté plus "doux", tout en restant dans le rythme de la ballade originale.
'Till we die fait se terminer cette album comme les précédents (mortel).

Un peu plus de ballades que dans les précédents, un son plus lourd mais un chant plus clair.
Corey grogne beaucoup moins, il "chante gueule" (il a laissé de côté ces bruits étranges et/ou ces cris de douleur).
Côté guitare, c'est du neuf aussi, avec beaucoup plus de solos, ils ne sont pas superbes (certes) mais ça change, et sinon niveau batterie ??
Rien À Dire - Joey fait des merveilles !

Je ne pourrais pas vous dire que cet album est entre Iowa et Vol3 comme les Knot le disaient. C'est encore différent.
C'est bel et bien un quatrième album.

Croisons les doigts pour un cinquième "monstre à neufs têtes" .^^.

81 Commentaires

7 J'aime

Partager

Abyssion - 18 Décembre 2008: Remarque faut dire que Children of Bodom en concert c'est pas le top, le pire à mon sens c'est la qualité d'un de leur live, je ne sais plus lequel, mais c'est tellement merdique que ça en devient inécoutable, en plus du son pourri, les membres ne sont pas synchronisés, ils changent de rythme, ils font d'innombrables fausses notes, les instruments sont mal dosés et j'en passe... Enfin bon excusez moi là je m'égare je ne suis plus vraiment dans le sujet.
NeoBaBa - 03 Juillet 2009: Vivement le prochain album de Slipknot, je vois qu'on s'amuse bien dans les comm's quand le groupe pond un nouvel oeuf !
King_Sathanas - 07 Juillet 2009: Album décevant, pour pas changer chez Slipknot, j'ai jamais su le terminer car je le trouvais chiant, sans originalité et mou.
Seul point positif c'est le jeu de batterie de Joey, sinon, la voix de Corey, c'est une horreur
MCGRE - 15 Septembre 2009: cirdec666 franchement tu peu pas mettre 20/20 a un album,même les albums que je vénére je ne met pas 20/20 alors calme toi,ensuite ne parle pas de DEATH et de BLACK de cette façon car moi même si je trouve SLIPKNOT vraiment pas térrible je ne dénigre pas se groupe et je respect leur succés ,mais franchement cet album(comme les autres)a part vendetta que je trouve sympa le reste pour moi cet pas ma came.En tout cas je pensse que tu est encore trop jeunes et trop fan pour être objectif,mais stp respecte les autres et leurs gouts car nous sommes un grande famille
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ joKeR

05 Octobre 2008
Visiblement, ce dernier opus des neuf joyeux drilles masqués fait couler beaucoup d'encre. Et comme à chaque fois que la polémique enfle, j'ai envie d'y mettre mon grain de sable...
Alors, All Hope Is Gone, bon ou mauvais ?
Voici mon avis, il ne tient qu'à vous de vous faire le vôtre.

Pour faire dans le simple, je n'aime pas du tout le son des guitares : trop sec, poli et aigu, une très mauvaise copie de Metallica (à l'heure de Death Magnetic), même si je ne suis pas non plus fan de cet album - mais ceci est une autre histoire.

Bon, on commence sur "Gematria" (oui, parce que leur connerie de .execute, ça n'a aucun intérêt musicalement parlant). Alors, Gematria, c'est quoi ? Un titre trop long, un riff travaillé mais qui n'accroche pas beaucoup, un Joey Jordison à la masse dès qu'il faut caler plus de temps qu'il n'est possible de le faire (logique...), et un chant doublé sur une bonne partie de la chanson, pour le rendre plus agressif sans doute. Au final, la chanson est rapide, ça c'est clair, mais n'apporte rien (oh que non).

Passons donc à "Sulfur". En fait, je vais me répéter sur quelques points, notamment UN (flagrant) : ce cher batteur de Joey en fait trop, vraiment trop. C'est bien beau de vouloir découper une mesure en quarts de croches... mais au bout d'un moment c'est pas possible de taper assez vite.
Résultat : une bouillie insipide qui ne vaut presque pas mieux que l'ignare de chez Alienation Mental. En revanche, voici l'apparition du chant clair (ou plutôt clair-saturé). Franchement, je suis étonné, mais dans le bon sens du terme. Moi qui n'ai jamais été un auditeur assidu de Slipknot, je suis surpris par Corey Taylor. Je reste honnête : sa voix sonne "déjà-vu" mais elle est intéressante... tout dépend en fait de ce qu'on attend du disque. Au final, le refrain est accrocheur, et j'entrevois enfin quelque chose de positif...

Mais pas de chance, "Psychosocial" est moins positive. Le seul point intéressant est l'adéquation - enfin ! - entre les riffs et la rythmique. En revanche, le chant clair est cette fois insipide, carrément inutile. On s'arrête là pour un titre qui intéresse pourtant visiblement pas mal de monde. Enfin !! Je suis désolé : le passage chanté, on dirait du Fall Out Boy au ralenti, y'a rien à faire (et inutile de dire combien j'exècre le groupe que je viens de citer).

"Dead Memories". Blague à part, c'est un peu mort. Enfin, c'est du déjà-vu, encore. Les harmonies d'intro ne sont rien de plus qu'une copie des premières notes de "Aerials" de System Of A Down. Bien que n'ayant pas celle-ci sous la main à cet instant précis je ne puisse garantir de l'identique de la tonalité. Le bridge est (lui) moins insipide que le reste de la chanson, avec une rythmique déstructurée qui colle bien. Bon, on ne va pas s'attarder sur le refrain en voix claire - ou translucide, c'est toujours la même remarque.

Ah ! "Vendetta", ça tape nettement plus fort d'entrée. Le riff est enfin accrocheur, jusqu'à ce qu'il soit doublé et perde un peu d'intérêt. La batterie est classique mais très efficace et... Merde ! Le chant démarre, et c'est encore raté... Cette fois-ci, on dirait vraiment du Metallica, mais alors vraiment. Les mêmes accents de voix, la même structure, c'est incontestable. Sauf que c'est chié, en comparaison avec la formation de Kirt Hammett.

On attaque ainsi "Butcher's Hook", curiosité construite moitié en 6/4 et moitié en 4/4 sur le refrain. Oui quoi, trop dur de tenir un 6/4 sur tout un morceau. En revanche, et cette fois-ci, c'est le chant saturé qui ne colle pas avec les guitares du refrain (plus posées). Au final, je trouve ce titre ennuyeux, et je cherche encore les "dissonances" que j'ai pu lire dans une autre chronique.
D'ailleurs, petite note à moi-même : une dissonance implique la plupart du temps une septième, une quinte diminuée et j'en passe...

Revenons un peu à nos neuf moutons. Sur "Gehenna", il y a effectivement des dissonances mais... non, pardon ! J'ai dit que je ne parlais plus de ça... mais, en revanche, la linéarité de ce titre est construite de telle manière qu'on s'attend presque tout le temps à entendre une petite surprise. Bonne nouvelle, on tombe en fait sur des easter eggs, mais c'est dommage que ça n'ait pas été mieux exploité. Et Corey qui passe en voix de tête, c'est du grand n'importe quoi, et c'est définitivement hors sujet.

Et c'est "This Cold Black" qui suit. Cela commence plutôt bien : une petite intro qui tranche avec ce qu'on a pu écouter jusque là, bien menée... jusqu'à l'entrée du riff principal, lui aussi assez à-propos. Personnellement, je retrouve le peu de Slipknot que j'écoutais dans ce titre, en un peu plus mature, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose. C'est juste ce son qui ne me plaît toujours pas, mais on va dire que ça passe.

S'en suit le nom barbare : "Wherein Lies Continue". Lourd, lent, haché, il est lui aussi cohérent et entier. Dans la veine du précédent, mais avec suffisamment de particularités propres pour un ressenti sans attaches. L'utilisation du "doublage de la voix" alourdit cependant certains passages, mais cela ne choque pas trop l'auditeur. En revanche, attention à ne pas dépasser les 1mn40, car s'en suit un passage chant clair bien en-dessous du reste de la chanson. Tout simplement, Corey chante faux. On peut pas trop lui en vouloir : intégrer tant de chant dans un album de Slipknot, c'était pas forcément facile.

Snuff ? Oui, "Snuff". Franchement, et sans mauvais jeu de mot, snif snif. Attention, ils vont nous faire pleurer avec leurs folks et leurs accents de Coldplay.
Au secours, mais qu'est-ce que je fous là ?

Alors oui, forcément, ça tranche avec la chanson éponyme, "All Hope Is Gone". Celle-là, il faut avouer qu'elle tape sec, encore plus proche du Slipknot passé. Le riff qui démarre en même temps que la voix serait même un peu HxC que ça ne me surprendrait pas. La rythmique qui tape par dessus est quant à elle plutôt BM et l'ensemble est consistant (même si, dans l'ensemble, la chanson manque d'une linéarité qui, pour le coup, ne lui aurait pas fait de mal). Hé oui, un morceau qui speede est plus logique s'il est linéaire. On peut sans doute attribuer cette structure étrange à la recherche de maturité, car tout ce qui est déstructuré fait paraître "plus adulte". C'est la mode musicale en ce moment, vous aviez remarqué ?

Et on attaque la partie bonus :
"Child Of Burning Time" sonne comme l'archétype d'un morceau étrange. À trop vouloir en faire dans la maturité, on en oublie l'essentiel. Si l'auditeur n'accroche pas au morceau, bah ça ne sert à rien... quoiqu'une fois démarré, il n'est pas si mauvais, mais comme un goût fade, on ressent qu'il manque quelque chose... et ce refrain tardif est vraiment de trop !

Hahaha - "Vermilion Pt.2" - quelle grande blague !
Non mais sérieusement, si je veux écouter du Coldplay, je ne vais pas écouter du Slipknot. En plus, ça fait deux fois, c'est pas comme si j'avais pas été prévenu...

Sur ce, on va terminer sur "'Til We Die".
Sans doute ce titre aurait-il été plus juste s'il avait été 'til we stop this fuckin' shit... Parce que là, c'est vraiment se foutre de la gueule de l'auditeur ! Corey Taylor n'est vraiment pas fait pour chanter des balades, et le groupe n'a pas le bagage nécessaire pour faire ça proprement.

Bon, résumons tout ça. Il y a deux écoles.
- Si vous aimez Slipknot, vous allez être globalement déçu, même si certains titres ne sont pas dénués d'intérêt. Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, il n'est pas question de bombes soniques ici. Seulement de certains morceaux intéressants, voire accrocheurs. Sans plus. Joey a régressé, il s'est inventé une tessiture qu'il n'a jamais eu, et ces p**** de guitares sont définitivement trop fades, trop sèches.
- Pour la deuxième école, ceux qui ne connaissaient pas ou qui n'aimaient pas trop, autant vous conseiller de vous tourner vers autre chose. Cet album stigmatise le fait que Slipknot ne sera jamais autre chose qu'un groupe en recherche perpétuelle d'un public (càd évoluant dans une logique aveuglément commerciale).

Résultat ? Un beau raté !

11 Commentaires

7 J'aime

Partager

metal25 - 04 Septembre 2009: Mais quel manque d'ouverture... En tant que métaleux j'aurais cru trouver des gens qui acceptent un peu plus la différence et non qui se cantonne dans la musique la plus extreme qui soit. Mes chers amis la musique est avant tout une émotion. c'est pas parce que ce groupe n'est pas underground et un tantinet teenage qu'il est mauvais. Qu'on aime ou que l'on n'aime pas ca se discute pas. d'ailleurs ta chronique est très bien écrite. Mais le respect doit quand meme etre la.

Stay metal !
kamelot25 - 30 Octobre 2009: franchement j'aime pas slipknot et en ecoutant cette album j'ai encore moin aimer . Sa c'est dit
CrystalBeauty - 07 Mars 2010: Bonne chronique, seul le premier album de Slipknot fut décent.
demonpulse - 20 Novembre 2010: The Subliminal Verses et All Hope is Gone ont été 2 de mes plus grandes déceptions.

Où sont passé les chansons colérique et déprimante comme Prosthetics?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Tuxic

02 Septembre 2008
Apparemment, cette chronique semble très critiquée, et j'en suis content (on dit bien que c'est par l'erreur que l'on s'améliore)
. Cependant n'allez pas croire que le pauvre petit utilisateur que je suis est complètement choqué. Continuez à critiquer, ça m'amuse de voir ce que disent les gens. Cependant petite modif à la fin, seulement les premiers venus s'en rendront compte ;)

Enjoy, Tuxic

DEBUT DE LA CRITIQUE

Après un Subliminal Verses un peu mou et trop inspiré de All Hope Is Gone Sour, j'avais perdu espoir en Slipknot, un nouveau pion commercial. Je me suis quand même demandé si ce dernier album pouvait me contredire. Et bien, je vous avoue mes amis, je suis bluffé.
All Hope Is Gone, le titre en dit long. Chers fans des débuts du groupe, le titre correspond, parce que cet album n'est plus du tout dans l'image du gamin portant un tee-shirt Slipknot. Là c'est du sérieux, du travaillé, du carré. Le groupe a évolué, et on le remarque dès les premières secondes. Je sais que beaucoup de fans (encore restés dans l'esprit de Iowa) seront déçus, mais les amateurs de trash surpuissant seront ravis.

Ce nouvel album commence avec .Execute., une intro abstraite comme Slipknot nous y a habitué, mais en plus on a comme une petite introduction de chaque instrument.

Gematria (The Killing Name) donne le ton dès le départ : c'est du Slipknot. Ça part dans tous les sens, c'est bourrin, c'est bon. On continue sur un refrain à la The Heretic Anthem. Le refrain fait un peu Hatebreed. C'est super rythmé, ça bouge, on adore.

Sulfur marque le mur entre l'ancien et nouveau Slipknot. Le morceau commence comme un Gojira, mais à partir du couplet on part sur du Metallica surpuissant, pour alterner entre les deux styles. Le refrain revient sur ce qu'on avait pu voir dans Subliminal Verses. Après un break, un petit solo super speedy. La fin se fait plus nu. Bon morceau

Psychosocial avait déjà fait parlé de lui sur le site du groupe. Commençant comme un Dragonforce monotone (y'a pas d'autres expressions - désolé), on a droit à un couplet à la Rammstein (avec un rythme de batterie de débutant) et un refrain un peu punk/metalcore. Le solo est aussi déjanté qu'un Dragonforce. Le breakdown est très sympa. Très bon morceau, même si un poil commercial.

Dead Memories ressemble en quelque sorte à Vermillion pt1: calme mais avec une ambiance lourde. On sent une grande influence de All Hope Is Gone Sour. Le morceau reste tout de même très bon.

Vendetta commence aussi comme un Gojira, les effets en plus. Le morceau part après sur un rythme Hard Rock/Death, avec un Corey Taylor qui se défonce. Le morceau est sombre et un poil répétitif, mais reste un excellent titre.

Butcher's Hook est un morceau dissonant à souhait, avec des guitares vraiment décalés face à la voix. Le refrain est vraiment space, mais le mélange donne quelque chose de plutôt original. On repasse à du Slipknot, un moment, mais on revient par la suite à cette dissonance pas désagréable. Pas mon morceau préféré toutefois.

Gehenna est un alien. Imaginez un Marilyn Manson bourré aux testostérones, mélangé à une balade metallicaine. Un peu soft, il ne plaira pas à tout le monde, mais c'est plutôt intéressant à écouter tellement c'est dissonant.

This Cold Black repart de plus belle. Voilà un titre plutôt death, lourd et bourrin qui (à mon goût) est excellent. Bien sûr, le groupe se vante de pouvoir faire des petits solos à 100 à l'heure à la metallica et le montre. Très bon morceau.

Wherein Lies Continue est dans une veine hardcore, un poil death, comme le précédent. Cependant on sent aussi un peu de retour aux sources avec des break plutôt style Iowa. Le refrain, même si éloigné, ressemble drôlement à un air des beatles. Il fait d'ailleurs intrus dans le morceau mais ça rend super bien à mon goût.

Snuff est une balade, vraiment pas dans le style de Slipknot. Ça m'impressionne d'ailleurs qu'un tel morceau se retrouve dans un groupe comme ça. Alors loin du navet qu'était Vermillion pt2, Snuff fait un peu balade à la Nickelback, et même s'il n'a rien à faire là : le morceau n'est pas mauvais, ni de remplissage.

All Hope Is Gone, je le connaissais grâce au site du groupe . C'est le gros morceau "speed death" de l'album. Les guitares et la batterie sont un poil plus bourines, mais la voix de Corey nous ramène à la réalité. Le refrain est comme ceux du reste de l'album, plus mélodique (même si là, c'est limite ironique). Un petit solo pour couronner le tout. Bon morceau pour un headbang.

Bonus Tracks :
Child of Burning Time commence un peu comme Vermillion pt1. Le morceau ressemble à un morceau que ferait Breaking Benjamin d'ailleurs, c'est mélodique et dans le ton. Les couplets font très Linkin Park de Meteora. Très bon titre à mon goût. Le solo à la fin, quelques demi-tons plus hauts, serait bon pour johnny be good !

Le remix de Vermillion pt2 est le genre de balade qu'on mettrait à la fin d'une fête bien arrosée. Ils se sont tout de même permis de rajouter des grattes disto (en fond) au milieu. Pas top top, mais plus écoutable que l'original (ya pas de mal...)

'Til We Die est un morceau calme, s'apparentant à un The Unforgiven boosté. La voix claire de Corey nous entraine dans un morceau tout de même sombre et envoutant. "We won't be forgotten, we'll fight to the end" : Cette phrase marque. Et ce morceau termine magnifiquement cet album

Au final, je peux dire que cet album est tout simplement excellent. Slipknot est devenu un groupe plus sérieux, plus musical, avec des compos plus robustes. Aucun morceau n'est de remplissage (à part le Remix de Vermillion qui est useless, mais comme c'est un bonus : on va pas s'en plaindre). Tout a été travaillé, et je découvre là un Slipknot tel que je ne l'avais jamais vu.

Je le conseille à ceux qui aiment le changement, tout en sachant que cet album est quand même violent, ce qui est une des caractéristiques de Slipknot.

47 Commentaires

4 J'aime

Partager

 
speedball74 - 13 Juin 2009: 20/20 nan mais tes sérieux là ?
tfaçon c'est toujours pareille les fan de Slipknot sont tellement des acharnés qu'ils ne sont en aucun cas objectifs, Slipknot pourraient sortir le truc le plus naze du monde (et c'est le cas) et ils applaudiraient ...
Furya - 10 Mars 2012: Surement la meilleure chronique que j'ai vu jusqu'à maintenant ...
 
Tomahawk - 11 Avril 2012: Avec Vol3 j'espérais une évolution malgré quelques titres honteux mais ce truc, bah oui cest pas un album, donc cette chose a ruiné mes espoirs...petite chronique prochainement.
 
Tomahawk - 07 Juin 2012: Un album n'est jamais parfait et mettre 20/20 sur une chronique ça sert à rien car ça voudrait dire que tu aimes l'album quoi qu'il en coûte en pur fanatisme. Je ne dis pas que ta chronique est mauvaise, mais que ce n'est pas totalement une chronique ce n'est pas une critique de mettre 20/20. Par contre si je peux te conseiller des bons groupes avec des vraies pépites de brutalité, pour les grands cette fois ci, je te conseille Blood Revolt, Lightning Swords Of Death, Neurosis, Marduk, Shining, arsis et j'en passe des meilleurs comme Gorod ou Necrophagist.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ baloo

05 Octobre 2008
C'est avec un impatience non dissimulée que l'ensemble des fans du gang des neufs attendaient ce nouvel album. Les bougres nous avaient surpris avec leur précédent effort, studio plus mélodique que jamais mais en même temps plus mature (à la fois dans la musique que dans les paroles, moins haineuses qu'auparavant ou alors mieux tournées).
Aussi, la voix de Sieur Taylor avait totalement changé paraissant plus poussive...
C'est donc 4 ans après la sortie de Vol 3: The Subliminal Verses que Slipknot nous livre All Hope Is Gone...

Comme quasiment chaque début d'album une intro s'amène comme pour nous faire patienter un peu plus...
Le commencement de celle-ci (.execute) ressemble un peu à 742617000027 au niveau du sample de la voix... sauf que, par la suite, déboulent James Root et Mick Thompson avec des guitares incisives, saturées dans les aigus. Enfin, Joey débarque (à son tour) avec sa double pédale et sa caisse claire. Pour conclure ce titre, Taylor parachève son discours entrepris depuis le début en vociférant de plus en plus pour enfin lâcher "All Hope Is Gone" !
Et c'est alors qu'on se prend dans la face Gemetria... Comment décrire cette chanson ? Eh bien, elle démarre sur les chapeaux de roues durant un riff assassin où l'on ne peut qu'admirer la technicité des 2 guitaristes. Aussi, ceux qui pensaient que Corey Taylor se la coulait douce chez Stone Sour peuvent désormais se taire pour rester poli. Avec des changements de rythmes incessants, elle frappe là en plein où ça fait mal (notamment avec le refrain et son "America Is A Killing Name" qui fera fureur s'ils la jouent en live).
Début plutôt calme pour Sulfur et, ensuite, prendre un tempo plus élevé (où Taylor renoue avec son phrasé crié qui lui est habituel avec Slipknot). Au moment du refrain, on en vient même a penser à Wait and Bleed avec son chant clair et parfait. Arrive la démonstration de force des gratteux avec des solos implacables et terriblement efficaces.
Psychosocial - le premier single. La version de l'album est différente de celle que le gang de Des Moines avait laissé filtrer sur le net... et tant mieux pour nous puisque celle-ci est plus plate que celle du CD. Riff lourd sur le couplet, qui, je trouve, est très inspiré de "Cemetery And Sundown" de Cradle Of Filth (aïe, nan pas sur la tête) mais bon passons... À nouveau un refrain chanté et c'est là qu'on sent bien le passage Stone Sour (déjà présent sur leur précédent album). S'en suit un solo dantesque à la fois mélodique et très Slayer pour la première partie, pour finir sur un outro qui tombe un peu à l'improviste et qui surprend.

Le deuxième single du skeud, intitulé Dead Memories, ralentit le tempo. Notons la présence des percus sur les couplets qui, jusqu'à maintenant, n'étaient que très peu utilisées. Cependant, le morceau gagne en intensité puisque les grattes saturées reprennent le dessus jusqu'à la fin fin de la chanson se terminant par un solo.
Vendetta commence de façon plutôt gentille... par un riff calme mais ô combien efficace, suivi ensuite du chant de Corey qui sonne (à l'instar de Dead Memories) Stone Sour... jusqu'au refrain. Ce refrain (!!), peut-être simpliste au niveau mélodie du chant mais putain, ce que ça rend (!!!)
Alternant les "Hey" des percussionnistes et le "Are You Ready For The Time Of Your Life ?" qui fait obligatoirement remuer la tête avec son côté sautillant (dû au rythme de la batterie et des grattes).

Peut-être la plus Slipknot des débuts dans l'esprit, cette Butcher's Hook.
Je m'explique : on peut la considérer comme telle car, mine de rien, elle rassemble la recette de leur début (càd un mélange plutôt hasardeux de tous les intrus et les cris de Taylor, plein de vilains mots aussi ^^) mais, paradoxalement, il s'avère que ce titre est sans doute le moins bon de l'album, surtout avec l'énigmatique refrain où, pour la première fois, la voix du #8 est "niaise". Aussi ai-je lu dans la presse spécialisée en la matière que cette chanson instaure, je cite, "un sentiment de malaise à cause de sa rythmique jouée en ternaire [...]". Sentiment de malaise ? Perso, je vois pas où...

L'autre Skin Ticket qu'est Gehenna, avec la sauvagerie en moins. C'est en effet la chanson la plus dérangeante de l'album, toutes proportions gardées. Avec son rythme lent, elle hypnotise l'auditeur sur toute sa longueur. Encore une fois, le talent des 2 gratteux est mis en valeur avec un solo très bien ficelé, avant de reprendre sur la lenteur oppressante du couplet. Taylor montre l'étendue de son chant, trouvant des très belles mélodies. Elle se termine par un autre solo exécuté avec brio. elle peut décevoir à la première écoute mais est ensuite appréciable.
Du Slipknot pur et dur qu'on nous assène avec le titre This Cold Black : riffs assassins, solos qui ont une sacré gueule et chant hurlé. Si elle est jouée en concert, cette chanson sera un vrai massacre tant les tympans sont mis à rude épreuve, avec l'alternance des choeurs et de Taylor qui éructe comme il sait si bien le faire. Bien carrée, sans chant clair (enfin), This Cold Black est certes classique mais elle à au moins le mérite de secouer !!!
Ensuite, sur un rythme lourd, débute Wherein Lies Continues et il dure "assez longtemps" (avec un couplet étouffant). Arrive alors le refrain : personnellement, je trouve que celui-ci est le plus réussi des phases de chants clairs de l'album (un pont bien conçu, avec de grosses parties guitares, avant de reprendre une nouvelle fois sur le couplet). Bonne chanson, mais pas au niveau des autres meilleures.
Le titre est trompeur. On tient ici la ballade de l'album. Snuff prend de l'ampleur au fur et à mesure qu'elle est jouée, commençant par du clair au niveau de la voix et des grattes. Certes, la chanson est belle (mais bof). On aimerait avoir du vrai Slipknot, avant la fin de ce CD...
Quant arrive enfin le vrai Slipknot par l'entremise de All Hope Is Gone !! Double pédale, rythme rapide, vocifération de Taylor sur toute la chanson. L'autre tuerie de l'album (avec Gemetria). En plein milieu s'incruste un solo qui ("plus Slayer, tu meurs") est ultra efficace, à l'instar du refrain... Peut-être la plus pessimiste de l'album mais "putain", ça fait du bien d'entendre ça !!!

(Je n'ai pas voulu chroniquer les chansons bonus car elles ne servent pas à grand-chose selon mon humble avis, qui s'avère être l'avis auquel j'ai le plus tendance à me ranger)

En fait, cet album et paradoxal.
On y trouve les vrais éléments de Slipknot (grattes agressives, hurlements, batterie omniprésente) mais, dans l'ensemble, on ne peut s'empêcher de penser à Stone Sour tout au long de l'album à cause du chant...
Mais bon, faut se dire que c'est comme ça "et pis c'est tout !!"
Si jamais ils refont un album, il sera dans le même genre sinon plus calme car ils ne vont se remettre à faire les énervés en vieillissant... Toutefois, c'est un bon album du groupe de l'Iowa mais pas le meilleur !

2 Commentaires

1 J'aime

Partager
Necromantix - 11 Août 2010: Comparer des solos de Slayer et de ce groupe?! Quelle Abération, on parle du Génie du l'extreme et du roi du commerce!
hadsonners - 16 Octobre 2012: Slayer le Génie de l’extrême... HAHA la blague, on est d accord slayer c'est violent mais y'a mille fois pire est puis bon Génie... Répété 10 fois la même recette a chaque Album sans jamais rien de neuf c'est pas vraiment du génie ^^
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Arachnid

05 Octobre 2008
Un album trop inégal pour être pleinement apprécier. Si le retour des 9 (ex)-dingues de Des Moines était attendu pour certains comme le Messie, ceux-ci risquent fort de déchanter...

".EXECUTE." Intro efficace mais je m'attendais peut-être à plus original au bout de presque 10 ans de fidélité.
"GEMATRIA (THE KILLING NAME)" Titre déclencheur. Beaucoup trop long et peu convaincant malgré quelques bons passages. L'influence du New American Metal tel DevilDriver sur le pont et les solos n'est pas à exclure.
"Sulfur" Excellent morceau aux riffs accrocheurs, très bon solo Thrash !
"Psychosocial" Une version longue, pas forcément plus attractive que la version single. Riffs sympas mais le refrain mélodique (encore une fois) gâche un single qui s'annonçait bien bourrin (façon Lamb of God, pas assez exploité dans l'album par ailleurs).
"Dead Memories" Une chanson mélodique, au riff assez glauque et accrocheuse. Encore une fois, ça n'est pas du Slipknot mais du Stone Sour, d'où la déception (il s'annonçait comme "révolutionnaire" et "extrêmement bourrin").
"VENDETTA" Un excellent titre très Thrash, où chaque membre se met réellement à contribution en se plaçant au bon moment afin de varier au plus possible l'une des chansons les plus étonnantes de ce nouvel opus.
"BUTCHER'S HOOK" Un titre vraiment à part. Lourd, lent mais pourtant pas du tout accrocheur voire même ch..... Si le refrain ressemble vocalement parlant à celui de "Wait and Bleed", les riffs, la batterie, l'ambiance en sont plus que passables. Titre aussitôt écouté, aussitôt oublié.
"GEHENNA" Très bonne ambiance glauque, proche des vieux films d'Ed Wood. Le chant vient gâcher cette chanson qui aurait pu être une très bonne instrumentale, courte mais efficace. Mais voilà, il est très long (le plus long d'All Hope Is Gone). Les voix saturées de Corey, très mal placées, sont inécoutables, tout comme le refrain (sorti d'un single des Lostprophets). Ridicule.

"THIS COLD BLACK" Le New American Metal revient encore une fois sur ce titre très accrocheur, très bien structuré, mélangeant habilement certains passages avec un style Hardcore old school (façon 25 Ta Life, etc...). Une petite surprise en somme.
"WHEREIN LIES CONTINUE" Encore un titre insigifiant. Rien à dire, si ce n'est qu'à ce stade de l'album, on attend qu'il se finisse !
"Snuff" La 2e chanson mélodique, très rock emo. Merci Slipknot de nous faire autant planer, mais quitte à choquer les fans, faites-le entièrement !
"All Hope Is Gone" Lorsque ce titre est sorti sur le Net il y a peu de temps, le buzz s'est déclenché ! Slipknot de retour aux sources avec un titre bien accrocheur, très bourrin et bien saturé. LE morceau de l'album !

"CHILD OF BURNING TIME" (Bonus) Une musique sympathique mais au chant clair énervant, à force d'être omniprésent.
"Vermilion PT.2 (BLOODSTONE MIX)" (Bonus) Excellent mix du titre acoustique du 3e opus, à l'ambiance magnifique et originale. Un grand bravo pour ce titre bonus qui vaut le coup d'être écouté.
"'TIL WE DIE" Très varié, complet, autant mélodique que puissant (la voix de Corey sur le refrain est cette fois-ci tout bonnement excellente). Ce 3e bonus clôture assez bien un album maladroit et mitigé.

Beaucoup trop calme ce All Hope Is Gone. Si le but était "pas faire bourrin", la réputation du groupe en
pâtit alors. D'autant plus que le côté rock omniprésent, avec l'effacement de certains membres du groupe (Sid, Craig, Shawn, Chris...), sur de trop nombreux morceaux, qui déçoit d'autant plus... Même la cover, par son manque évident d'originalité et de mystère.
Trop calme, trop basique, trop "Stone Sour" ET hélas pas assez "Slipknot", ce 4e opus est une déception en soi.

2 Commentaires

1 J'aime

Partager
kamelot25 - 30 Octobre 2009: Bravo :)
fl0))) - 14 Fevrier 2011: Une chronique réaliste, malheureusement...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Tomahawk

04 Juin 2012

Le néant total ayant enfin une forme physique.

Bien mesdames et messieurs veuillez-vous asseoir car nous allons assister à un grand moment de musique. Un album ultra-brutal, engagé, lourd, très puissant et possédant une véritable identité.

Voilà comment je désigne les albums de Gojira, mais Slipknot c’est un peu le contraire de tout ce que j’ai dit avant. Eh oui il faut parfois se faire une raison...

Après Vol 3, une tournée qui sentait le réchauffé, les musiciens ayant été eux-mêmes excédés par leurs singeries scéniques, décidèrent de voir la composition de leur prochain « effort ».
Là Shawn a une idée. Au vu du succès gigantesque de leur précédent bébé, il demanda s’il ne fallait pas mieux continuer dans ce filon-là plutôt que de rester dans l’expérimentation (à la Slipknot) parfois incertaine. Voilà, un succès incommensurable pour cet album dont certains disent qu’il est le Master of Puppets du métal moderne… Du moins c’est ce qu’en disent les médias et les journaux dans des articles à la pompe-moi-le-nœud.

J’ai acheté cet album, je m’en confesse. Je l’ai écouté et j’ai été blasé le reste de la journée. Pour faire court, ce truc sent tellement le frelaté et le commercial de bas étage que j’avais l’impression qu’on s’oubliait dedans. Ce truc est pourri, d’orgueil, d’hypocrisie, de facilité inintéressante. Comparable au PDG de KFC qui dit que ces produits sont bons pour la santé…

Bon maintenant attaquons le truc.

Après une intro aussi passionnante que l’Eurovision, nous passâmes à Gematria, et là ça coince. Montée en puissance sur le même riff pendant 40 secondes ponctuées de descentes de toms et de breaks creux, c’est probablement le morceau plat censé être un hymne à la violence par excellence. Je parlais de breaks creux, mais il faut savoir que tous les instruments sonnent faux. Les guitares sont pathétiques, on dirait qu’ils s’ennuient sur leurs 6 cordes et le son est bordélique au possible. Ce bordel est renforcé par le dj qui hache le tout pour donner une mixture vraiment vilaine à entendre.

La batterie est vraiment nulle, Joey fais tout et rien à la fois. C’est-à-dire qu’il bourrine comme un porc à coups de double pédale et de blasts beats (quelle inventivité…) sur-accélérés vraiment indigestes, épicés par des descentes de toms, mais je dis bien QUE des descentes de toms comme breaks, et ça sur 12 chansons. J’appelle ça du foutage de gueule une telle arrogance d’un mec qui ne fait que de la merde et qui se prend pour le meilleur batteur de son label. Pour moi, le meilleur instrument c’est la basse parce qu’on ne l’entend pas…
Le chant est profondément médiocre, Corey ne gueule plus, il s’égosille, ne croyant même plus lui-même à la puissance de ses musiques. C’est le néant musical pour tous.

Sulfur relève un peu le niveau même si la médiocrité l’emporte tant le morceau étant prévisible. Et puis, vient l’offrande à la médiocrité, la hantise de toutes oreilles saines : Psychosocial.

Cette chose est un ramassis de riffs poussifs, comme si elle était créée pour faire marcher en rythme des zombies fatigués. Par contre cela m’a bien fait rire la montée en puissance qui n’aboutit qu’à un riff dénué de toute puissance, comme un pétard mouillé. Sans parler du chant clair faux qui arrive comme une couille dans le potage, j’ai appelé un ami à moi pour qu’il constate et il s’en tapé le cul par terre tellement la musique était naze, un moment bien fendard à ne pas prendre au sérieux si on a envie de garder son lecteur cd en vie.

Le reste des pistes est tout aussi médiocre comme Vendetta ou Gehenna, seulement This Cold Black parvient à rester correcte, sinon ça sent le réchauffé.
Par contre il y a des musiques où c’était vraiment bizarre, Butcher’s Hook avec son rif complètement improbable, qui a fait crier même les fans par cette piste tout droit sorti d’une poubelle, mais moi, j’ai arrêté la musique et j’ai voulu vérifier si c’était encore Slipknot, et bah oui Slipknot c’est aussi repousser les limites, de le nullité, mais c’était bien fendard il faut l’avouer.

Snuff m’a fait beaucoup moins rire, sur le coup,ils n’ont pas cherché à cacher le côté commercial, ils se sont littéralement servis dans Vol 3 et ont réussis à plagier la daube Vermillion part2, sur le coup le mépris fit place à la haine, j’ai réussi à me calmer qu’après quelque coups de poings dans le mur et l’arrêt de cette musique. J’avoue ne pas avoir eu le courage de l’écouter en entier, tant la voix claire de Corey m’inspirait du dégout et la guitare était haïssable avec ses accords façon ballade pop rock (j’insulte la pop et encore plus le rock, j’en suis désolé).

L’ultime piste, All Hope Is Gone, est le condensé de tous les défauts de l’album, une brutalité factice faite pour vendre des tee-shirts à des petits métalleux, une absence totale de créativité au profit d'une pseudo violence stéréotypée . Je me suis demandé si Joey n’allait pas trop vite par rapport au tempo car les blasts beats sont vraiment très moches et trop rapides, ce qui fait penser à de la branlette continuelle. Nul et sans intérêt.

Un album incarnant à lui seul le stéréotype du commercial, de la facilité grand public, la nullité pure enfin dans un disque, l’offrande aux producteurs et la terreur de la qualité et de l’expérimentation. Patrick Roy a dit que le metal est une musique délicieuse qu’il faut écouter pour apprécier. Paix à son âme j’espère qu’il n’a pas écouté ça.

4/20 (4 pour les chansons marrantes sinon 0, le néant, parce qu’un déchet n’est rien d’autre qu’un déchet quel que soit la couverture reluisante qu’elle porte ou le nom qu’on lui donne).

4 Commentaires

0 J'aime

Partager
eclectic - 06 Juin 2012: Un commentaire entièrement à charge, et peu objectif.
 
Tomahawk - 07 Juin 2012: Je peux convenir que ma chronique descend beaucoup ce groupe et le passe un peu au pugilat. Cependant j'ai retranscris exactement ce que j'ai ressentis lorsque j'ai écouté ce truc, je la modifierais pour rendre cet avis développé et acceptable en tant que chronique, merci de me le dire.
hadsonners - 16 Octobre 2012: Ta Chronique est effectivement peu objective et tu défonce un peu le groupe gratuitement^^ quand a la question du commercial avec Slipknot faut vraiment arété, Le Black Album de Metallica est grave commercial est pourtant c'est une perle, Appetite for Destruction des guns'n'roses est également commercial est c'est aussi une perle^^ Donc l'argument du commercial, sa vaut vraiment vraiment RIEN.
rhinobucket75 - 27 Avril 2013: Très franchement, ça n'a pas de sens de mettre ue chronique avec 4/20.
Autant dire en une ligne que t'aimes pas ça
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire