Abject Offerings

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Mercyless
Nom de l'album Abject Offerings
Type Album
Date de parution 02 Juin 1992
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album103

Tracklist

Re-Issue in 2014 by Great Dane Records with a different cover
1. Intro / Nyarlathotep 00:47
2. Abject Offerings 03:50
3. Message for All Those Who Died 04:16
4. Substance of Purity 04:22
5. Flesh Devine 03:38
6. Without Christ 04:08
7. Unformed Tumours 03:20
8. Burned at the Stake 04:13
9. Selected Resurrection 05:10
Total playing time 33:44

Chronique @ Fabien

27 Juillet 2007
Merciless se forme en 1987 à Mulhouse autour de Max Otero, Stéphane Viard & Gérald Guenzi, et fait partie des pionniers de la scène deathmetal hexagonale. Le groupe sort trois démos entre 88 et 90, ainsi que le fameux titre Without Christ figurant aux côtés des morceaux de Loudblast et de ses voisins de Mestema & Frayeurs (Crusher) sur la compilation Total Virulence, la première compilation deathrash française. Durant cette période, le groupe change son nom en Mercyless faute au Merciless suédois.

Le quatuor enregistre dans la foulée Abject Offerings en 1991 tout en s'apprêtant à sortir le disque avec l'écurie Jungle Hop, ayant notamment édité le premier album de Loudblast. Hélas la banqueroute du label fait perdre une longue année précieuse à la bande, qui atterrit finalement sur une branche de Vinyl Solution, déjà connu pour ses albums de Cancer, Bolt Thrower et Cerebral Fix. Le full-album arrive ainsi tardivement dans les bacs, en juin de l’année suivante, avec une illustration admirable de Salvatore Dali à la clé (Christ Of St.John On The Cross - Glasgow Museum), en remplacement de celle parue une année auparavant.

Mercyless y lâche un deathmetal très pur, à dominante middle tempo, collant parfaitement au style de l’époque et rappelant relativement des réalisations aussi cultes que Leprosy (Death) ou Eternal Fall (Morgoth. Par ailleurs, la voix de Max Otero au guttural très profond, se situe entre les timbres de Chuck Schuldiner et Mark Grewe, growlers respectifs des deux formations précitées.

Abject Offerings montre un Mercyless sacrément en place, en commençant par Gérald Guenzi, l’un des batteurs metal les plus remarquables à cette époque, possédant une frappe d’une précision et d’une puissance désarmantes. Ses rythmes solides et complexes permettent au couple de guitaristes Otero / Viard d’asséner des riffs parfaitement calés, à l’image des salves de l’excellent Substance Of Purity. Par ailleurs, notre groupe réussit pleinement le contraste entre passages intenses à d'autres plus apaisants, pour citer le précieux Selected Resurrection et son break acoustique suivi d’un passage lourd et d’un solo magnifique. Enfin, pour ne rien gâcher, la production de Colin Richardson est une fois encore d’une clarté et d’une profondeur remarquables, apportant toute l’intensité demandée.

Avec Abject Offerings, Mercyless offre l’une des plus belles réalisations deathmetal françaises des débuts, lui permettant rapidement de signer avec le label Century Media. Malheureusement, le groupe ne connaît pas le succès de ses confrères Loudblast et Massacra, faute au disque sorti un poil trop tard, alors que le deathmetal s'est déjà démocratisé et que les productions se multiplient. Pourtant, la qualité intrinsèque des morceaux est indéniable, à commencer par le mémorable Message for All Those Who Died, comblant à coup sûr tous les deathsters fans de ces formations deathmetal des 80/90's.

Fabien.

9 Commentaires

13 J'aime

Partager

ZazPanzer - 11 Janvier 2013: Maman la claque que je viens de me prendre !
J'ai écouté l'album deux fois seulement ce soir après l'avoir sorti de la boîte aux lettres, mais je suis certain qu'il va squatter ma platine longtemps celui là, et pour les mêmes raisons qu'Alcoholocausto. Je suis comblé par le son et les rythmiques catchy, finalement pas très éloignées du Heavy, mais mêlés à une débauche de puissance irrésistible.
J'ai noté une grosse influence Slayer sur "Substance Of Purity" : on jurerait que le riff qui suit l'intro a été composé par Hanneman.
Merci à Adrien qui me parlait de ce disque depuis longtemps et à Fabien qui a enfoncé le clou avec cette chronique.
adrien86fr - 14 Janvier 2013: Vraiment cool que ce premier méfait de Mercyless te plaise Zaz.. Je l'ai aussi réécouté plusieurs fois au volume maximum depuis leur gig de vendredi, et c'est toujours aussi jouissif, fluide, intense.. etc.. Un disque de très haut niveau, doué qui plus est d'une dimension esthétique et littéraire remarquable.
NICOS - 20 Mars 2014: Merci pour cette chronique. Cet album est pour moi le meilleur album de l'histoire du metal extreme français. Il est tout simplement ENORME!!!!!!!
dissident0 - 01 Janvier 2017: super chronique, et découverte fameuse, ce groupe est une tuerie !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire