Undying Light

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Fallujah
Nom de l'album Undying Light
Type Album
Date de parution 15 Mars 2019
Labels Nuclear Blast
Produit par Mark Lewis
Enregistré à Nuclear Blast
Style MusicalDeath Progressif
Membres possèdant cet album9

Tracklist

1.
 Glass House
 
2.
 Last Light
 
3.
 Ultraviolet
 
4.
 Dopamine
 
5.
 The Ocean Above
 
6.
 Hollow
 
7.
 Sanctuary
 
8.
 Eyes Like The Sun
 
9.
 Distant And Cold
 
10.
 Departure
 

Chronique @ Groaw

11 Avril 2019

La flamme faiblit et ne brille plus que par ses dernières nappes de cire

« Si le papillon s’est brûlé à la lumière, la lumière a connu les ailes du papillon et les a aimées. Telle une majestueuse et harmonieuse créature, l’insecte ailé prend ses aises. Il vole plus haut que ses semblables vers une destinée propice. Rien ne semble l’arrêter dans sa quête. Conquérant et volontaire, il dédouble d’efforts pour atteindre son objectif. Il n’a jamais senti une telle sensation auparavant. A la fois doux et effrayant, ses organes semblent totalement déboussolés par ces frissons d’excitation. Malheureusement, à vouloir trop s’approcher du ciel, il finit par s’embraser. La chute n’en fut que plus violente et tous le crurent mort. Mal en point, son cœur n’avait pourtant par arrêté de battre. Même s’il ne pouvait plus planer, l’animal n’avait pas capituler et s’il fallait recommencer, il aurait retenté l’expérience. En attendant, la bête s’affaiblit dans la pénombre et admirait le soleil luisant, l’astre qu’il pensait pouvoir toucher. »

Sur ces quelques lignes déchirantes et torturantes se cache l’ombre d’un quatuor dont tout portait à croire à un avenir radieux. Alternant puissance et légèreté, mêlant progressivité et modernité, fusionnant expérimentation et complexité, les américains de Fallujah ont exploré via leur trois premiers albums (The Harvest Wombs, The Flesh Prevails et Dreamless) une palette d’un death progressif et technique impressionnante, toujours d’une manière très différente mais néanmoins atypique. Pourtant, avec un nouveau changement de line-up important avec le remplacement d’Alex Hofmann par Antonio Palermo au chant et le départ de Brian James à la guitare, rien ne portait à croire que nos musiciens allaient plonger dans les méandres de l’indifférence. Et pourtant …

Et pourtant, la première impression n’est pas si mauvaise. Last Light commence directement sur un jeu de batterie très propre à l’univers Fallujah avant de partir sur une structure assez proche que ce que proposait Sapphire sur The Flesh Prevails. Nous sommes embarqués pourtant au milieu du morceau sur ces touches atmosphériques et planantes, semblables à ceux de Dreamless. La composition n’est pas des plus techniques, due notamment à quelques manques de variation mais reste néanmoins assez accrocheuse et plutôt bien maîtrisée.

Et soudain, la désolation, la déception et la stupéfaction. Ultraviolet fait son entrée, toujours avec ce jeu de batterie de la part d’Andrew remarquable. La suite est nettement moins aguicheuse et reluisante et montre les premières faiblesses de la part de notre quatuor. Mais quelles faiblesses … D’un seul coup, toute la dextérité, tout l’univers créé par Fallujah depuis ses débuts a été balayé, perdu dans les catacombes de l’extravagance. L’insignifiance et la fainéantise se réveillent, laissant place à un morceau totalement plat, sans aucune pointe d’exotisme, sans aucune surprise, sans aucune prise de risque.

Dopamine arrive quand même à faire encore pire que son prédécesseur. Même si un trait d’enthousiasme renaît avec un vocal atmosphérique, ce visage s’éteint bien rapidement en laissant place à une mélodie lente, linéaire, dénuée de toute émotivité et de révolte. On attend un déclic, le déclic qui permettrait au morceau de prendre tout son sens. Il n’en est rien … On reste las par cet instrumental flegmatique, par ce refus de soulèvement et par cet ennui profond.

Et ce qui est le plus navrant dans l’histoire, c’est que le quatuor arrive pourtant à préserver notre intérêt pour cette nouvelle offrande et plus encore, à proposer des titres d’excellentes factures, en témoigne Eyes Like The Sun où l’on retrouve un Fallujah brutal et captivant. Les blasts se font enfin sentir, les riffs sont bien mieux travaillés et surtout, sont plus hâtifs, les solos refont enfin surface et les phases progressives et aériennes demeurent omniprésentes, toujours dans un certain milieu entre The Flesh Prevails et Dreamless. Distand And Cold impressionne également avec ces similarités avec un certain Magma de Gojira, tant par le chant apaisant que par l’instrumental expérimental et planant.

Le vocal est sans aucun doute le point le plus négatif de l’ensemble. Au revoir les growls d’Alex Hofman, dévastateurs et rauques et bonjour au scream d’Anthony Palermo terriblement banal, sans aucune amplitude, sans aucune gamme, criard et restant dans un aigüe monotone et horripilant. Certes, Alex n’était pas non plus reconnu pour sa grande variété en ce qui concerne son chant mais il arrivait tout de même à dégager une certaine émotion. Ici, il n’en est rien. Tout reste lisse, tout reste hurlement et ne convient pas vraiment à l’ambiance générale du groupe. On a d’ailleurs une cruelle impression que notre quatuor part plus sur du metalcore progressif que sur du death.

La flamme faiblit et ne brille plus que par ses dernières nappes de cire. Undying Light est une véritable déception à bien des niveaux et en comparaison aux autres opus de Fallujah malgré quelques bonnes idées peu mises en avant. Sans être totalement médiocre, ce quatrième album ne laissera clairement pas l’excellente impression des premiers travaux et marque la première chute de nos musiciens, chute dont ils ne se relèveront peut-être pas. Par ces dernières paroles, seul l’avenir nous le dira …

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
ironscorp - 20 Avril 2019:

Je me réjouissai de la sortie de ce nouvel album. Quelle déception.

Le départ d'Alex Hofmann a fait très mal.

Dommage. En attendant je retourne écouter The Flesh Prevails. 

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire