Trading Pieces

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Deeds Of Flesh
Nom de l'album Trading Pieces
Type Album
Date de parution Juillet 1996
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album92

Tracklist

1. Carnivorous Ways
2. Born Then Torn Apart
3. Trading Pieces
4. Hunting Humans
5. Impious Offerings
6. Acid Troops
7. Deeds of Flesh
8. Erected on Stakes
9. Chunks in the Shower
10. Blasted

Chronique @ Fabien

03 Mars 2008
Fondé en 1993 autour d’Erik Lindmark et Jacoby Kingston, Deeds Of Flesh figure parmi les pionniers et les meilleurs représentants de la scène brutaldeath underground californienne, aux côtés des actuels Vile, Disgorge, Severed Savior, Decrepit Birth ou Odious Mortem. Suite à son EP Gradually Melted sorti chez Wild Rags, le groupe décroche un précieux contrat avec l’écurie Repulse Records de Dave Rotten, qui envoie son nouveau protégé aux studios Moon Productions en mars 1996, pour les sessions de son premier album Trading Pieces.

Directement influencé par Suffocation ou Pyrexia, en ajoutant un zest d’Incantation et Broken Hope, Deeds Of Flesh lâche un death brutal & caverneux, exempt de la moindre touche mélodique. La batterie de Joey Heaslet alterne blast-beats et rythmiques écrasantes, soutenant les riffs particulièrement suffocants d’Erik Lindmark. Trading Pieces marque également par la dualité de ses vocaux, entre d’une part le guttural épais et incompréhensible d’Erik et d’autre part les éructations éraillées de Jacoby.

Mais bien que chaque titre montre une multitude de plans intéressants & techniques, à l’image des bons Carnivorous Ways et Acid Troops, Trading Pieces reste toutefois relativement linéaire dans sa globalité, manquant parallèlement de puissance faute à sa production trop étouffée. L’album bénéficie en revanche d’une version remixée et remasterisée, à l’occasion de la réédition d’Unique Leader de 2001, améliorant sensiblement le tout.

Sans révolutionner le brutaldeath de ses aînés, Trading Pieces reste toutefois un bon premier album, montrant déjà tout le potentiel de Deeds Of Flesh, et se recommandant sans problème aux fans du trio californien qui montera génialement en puissance et en précision par la suite. L’hermétisme de son deathmetal risque en revanche d’effrayer tous les adeptes de jolies paroles et belles mélodies planantes, héhé.

Fabien.

3 Commentaires

6 J'aime

Partager
BEERGRINDER - 03 Mars 2008: Je préfère Inbreeding the anthropofagie, certes il n'ont pas inventé la poudre mais ca déménage bien quand même.
17blunt - 22 Mars 2013: Je trouve la note sévère, pour un bon premier album qui c'est vrai n'invente rien mais qui fait très bien son taf. Je suis d'accord c'est vrai qu'il reste quand même assez linéaire sur la globalité mais tous les morceaux arrachent littéralement alternant les blast avec des passages plus lourds fort bien réussis.
DoudouKiller - 13 Août 2019:

Je trouve la note très sévère aussi.

Ça reste, pour moi, un album incontournable de leur discographie. 

 

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire