Tourniquets, Hacksaws & Graves

Liste des groupes Death Metal Autopsy (USA) Tourniquets, Hacksaws & Graves
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Autopsy (USA)
Nom de l'album Tourniquets, Hacksaws & Graves
Type Album
Date de parution 21 Avril 2014
Produit par Adam Munoz
Enregistré à Fantasy Studios
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album83

Tracklist

1. Savagery 02:22
2. King of Flesh Ripped 04:43
3. Tourniquets, Hacksaws and Graves 04:03
4. The Howling Dead 05:59
5. After the Cutting 03:37
6. Forever Hungry 04:40
7. Teeth of the Shadow Horde 03:28
8. All Shall Bleed 01:12
9. Deep Crimson Dreaming 05:13
10. Parasitic Eye 04:10
11. Burial 03:46
12. Autopsy 05:48
Total playing time 49:01

Chronique @ BEERGRINDER

01 Mai 2014

un vieux Range Rover embourbé, rouillé et taché de sang, qui pourtant avance encore inexorablement.

Depuis son retour à la fin des années 2000 après un sommeil de près de 15 années, Autopsy n’a pas perdu de temps et a retrouvé aussitôt un rythme de stakhanoviste, enchaînant albums et EP, comme à la grande époque début 90’s où les grands groupes de Death Metal sortaient quasiment un album par an. Toutefois à régime forcé on risque parfois de serrer le moteur. Heureusement le mal n’est pas trop profond : le moyen The Headless Ritual (2013) n’était qu’une légère surchauffe et la machine de Chris Reifert n’a pas serrée.
Peut-être vexé par l’accueil tiède de leur précédent album et loin de s’asseoir pour faire le point, le quatuor révise son engin, regonfle à bloc le moteur et remet les gazes de plus bel. C’est donc dix mois seulement après le disque précédent que Tourniquets, Hacksaws and Graves (2014) débarque dans les bacs.

Point d’intro encombrante ici, mais une attaque directe avec un Savagery dévastateur sur lequel le moteur rugit comme un vieux Range Rover embourbé, rouillé et taché de sang, qui pourtant avance encore inexorablement. Ca bastonne sans concessions dans le pur style Autopsy, et le son est aussi puissant que visqueux, comme d’habitude. En même temps bouleverser les habitudes n’est pas dans le genre de la maison : même ingénieur du son qu’auparavant avec Adam Munoz et son Fantasy Studio, même illustrateur avec le génial Wes Benscoter (passablement moins inspiré que sur Macabre Eternal toutefois), et bien sûr même écurie avec Peaceville, label auquel les californiens sont fidèles depuis le début.
Toutefois une demi surprise attend l’auditeur sur le remarquable et étonnant The Howling Dead, on y entend en effet des sonorités Sludge / Doom prononcées, avec lourdeur et crasse intégrées qui sentent bon les bayous de La Nouvelle Orléans et un riffing que ne renieraient pas Eyehategod ou Crowbar. C’est d’ailleurs le seul titre composé conjointement par Reifert et Cutler. Cette incursion vers le Doom n’est pas la seule, l’hypnotique Burial jonglant entre Doom tombal et Death poisseux.
Parasitic Eye se rapproche davantage d’un Death / Thrash à l’ancienne, c’est aussi là qu’on voit les spécificités des musiciens puisque c’est le seul morceau composé par Dani Coralles.

C’est sur l’homogénéité que Tourniquets… se montre supérieur à The Headless Ritual, ce dernier comportait son lot de titres lambda, alors qu’ici chaque pièce vaut son pesant de cacahuètes. King of the Flesh Ripped et son solo de fin très rock’n’roll, le trépident After the Cutting, Teeth of the Shadow Horde et son riffing impitoyable, l’horrifique Deep Crimson Dreaming, etc, chaque chanson est au niveau. De plus Chris Reifert est plus que jamais au top vocalement, avec un guttural tel un zombie faisant des gargouillis avec du pétrole dans la bouche et des screams à glacer le sang.
Comme un symbole, c’est la piste Autopsy qui clôt cette galette putride, un titre éponyme après plus de 25 ans de carrière c’est plutôt rare, celui ci figurant généralement sur l’un des premiers albums voire le premier. Dans tous les cas, si ils voulaient composer un morceau représentatif de l’esprit Autopsy c’est réussit, le tout avec évidemment des paroles gores de série Z absolument délicieuses.

Autopsy n’aura pas laissé planer le doute longtemps et apporte un cinglant démenti à ceux qui voyaient le début de la fin, le vieux briscard Eric Cutler et ses amis sont bien loin de la retraite et semblent prêts à découper du mort vivant jusqu’à leur dernier souffle. Tourniquets, Hacksaws and Graves remet tout simplement les choses au clair avec brio et avec du sang, beaucoup de sang.

BG

5 Commentaires

20 J'aime

Partager

Sperma_frost - 02 Mai 2014: Merci pour cette chronique que j'attendais avec impatience. Pour ma part, je trouve que cet album est bien mieux réussi que le précédent surtout sur le plan des compos qui font mouche et sur la cohérence de l'ensemble, un album qui vaut le détour assurément !
NICOS - 30 Mai 2014: Merci pour ta chronique, super comme d'hab. J'ai beaucoup aimé les deux dernières sorties, ce qui était surprenant n'étant pas particulièrement fan des deux premiers . Et je retrouve un peu hélas, ce qui me déplaisait il y a 20 ans, vois avec ABSCESS. Trop de passage doom, son pourri parce que pourri et non pas parce que Old school. passage longs et ennuyeux: c'est pas ma tasse de thé Je creuse quand meme, je changerai peut être d'avis !
NICOS - 31 Mai 2014: Trois écoute pus tard, je dois admettre qu'il est pas mal cet album !!!
kristoff - 06 Juin 2014: Tu écris bien Beergrinder et merci pour cette chronique. Cet album montre en effet "une Range Rover embourbé, rouillé et taché de sang, qui pourtant avance encore inexorablement". De plus je dirais que ce groupe porte haut le flambeau du death en offrant dans ce set une abominable purulence apocalyptique avec des passages lents et gutturaux très bien senti au milieux d'une tragique démonstration macabre d'un death tonitruant. Vive Autopsy !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire