Tooth and Nail

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dokken
Nom de l'album Tooth and Nail
Type Album
Date de parution 13 Septembre 1984
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album211

Tracklist

Re-Issue in 2014 by Rock Candy
1.
 Without Warning
 01:35
2.
 Tooth and Nail
 03:40
3.
 Just Got Lucky
 04:35
4.
 Heartless Heart
 03:29
5.
 Don't Close Your Eyes
 04:06
6.
 When Heaven Comes Down
 03:43
7.
 Into the Fire
 04:30
8.
 Bullets to Spare
 03:32
9.
 Alone Again
 04:20
10.
 Turn on the Action
 04:15

Durée totale : 37:45


Chronique @ AlonewithL

21 Octobre 2010

Rien n’aurait pu laisser croire que le groupe allait autant progresser

1984, une des années figurant parmi ceux de l’âge d’or du heavy metal. Période fastueuse où les guitares électriques et les « long hair » ne semblaient n’avoir la scène que pour eux. Les meilleurs producteurs et les gros contrats étaient pour eux. De ce paysage musical luxuriant et survolté a germé au milieu de tout ça une petite plante, qui a très vite prix forme pour devenir très vite une grosse plante carnivore dans la scène du heavy/glam. Place à « Dokken ». Arrivés en 1984 donc, les heavy/glameurs américains en sont à leur 2ème stade de croissance. « Tooth and Nail » fait ainsi suite à « Breaking the Chains », qui avait reçu un accueil courtois. Mais à 1 an tout juste du premier opus, rien n’aurait pu laisser croire que le groupe allait autant progresser. Peut-être est-ce dû au changement de bassiste? Jeff Pilson avait remplacé entre temps Juan Croucier parti chez « Ratt », et le bonhomme s’est livré assidument à la composition aux côtés de George Lynch et Don Dokken. Petit compte-rendu de cette pousse accélérée:

Et petite partie instrumentale pour commencer. Pas ce genre d’introduction qui nous fait patienter dans la salle d’attente avant de passer à la roulette. Non! Quelque chose de bien plus élaborée cette fois, avec un superbe long croisement entre deux guitares. Un léger aperçu de la capacité purement technique du groupe. On aura pas du tout patienter, car les deux titres à suivre comptent comme de véritables perles dans la longue discographie du groupe: « Tooth and Nail » fait dans le grand jeu de construction avec un assemblage un peu plus progressif et tellement différent des productions de glam habituelles. Un ensemble ferme et élaboré incorporant en son sein un énorme et éblouissant soli de Lynch, d’une maîtrise rare, qui vous fait tout de suite appeler « maître ».

Bien plus consensuel, mais touchant toujours le haut du plafond, « Just Got Lucky » offre un son glam déhanché, jouant son va-tout dans la séduction. Des riffs qui surprendront de facilité en comparaison au titre « à travers champs » qui l’a précédé. Mais il a dans son atout un refrain entêtant, de ceux que l’on chanterait à tue-tête.
Autres titres dans le versant glam, on notera « Heartless Heart », un titre FM, qui conçoit son rythme comme un véritable battement de cœur, et « Into Fire », titre type, avec son chant tempéré, ces petits pics de guitare pour donner juste ce qu’il faut d’agressivité au titre, afin de ne pas tomber trop dans le kitch. Les chœurs ont remplacé la batterie, rangée à côté, car beaucoup trop insolente pour un morceau qui se veut des plus candides.

Don Dokken, au milieu de tout ça, aura vraiment donné tout ce qu’il était capable de faire. Il sait donner de sa voix, effleurant la maturité, sans que celle-ci perde son authenticité glamour. Sensibilité et conquête amoureuse obligent. Elle est en permanence relancée par les chœurs, mais peut aisément s’en passer comme sur l’étourdissant « Alone Again » où elle fait bien ressortir toute la force de ses émotions. « I’m Alone Again without you. », phrase extrêmement banale, qui prend une importance considérable lorsqu’elle est prononcée par Don Dokken.

Mais il n’y a pas que de la tendresse à ce que je saches, sur cet album. Il ne faudra pas perdre de vue (ou plutôt d’ouïe) l’électrisant « Don’t Close Your Eyes ». Un heavy rock dynamique où les guitares lancent des salves qui ont effet de tout détruire. Dans le vigoureux également, « Turn On the Action » n’est pas mal non plus. La batterie de Mick Brown donne assurément de la caisse, mais le morceau en lui-même et surtout le chant feraient bizarrement penser à du « Saxon ». Allez savoir pourquoi.

Ce n’est pas l’album du début, mais c’est sur « Tooth and Nail » que « Dokken » a vraiment commencé. C’est du moins ce que l’on serait en état de comprendre, rien qu’en voyant les chiffres de vente de l’opus qui ont dépassé les 3 millions de disques vendus à travers le monde. Un peu dommage par contre que ce monument ait du mal à vieillir et passe de moins en moins bien les années.

16/20

39 Commentaires

8 J'aime

Partager

AlonewithL - 24 Octobre 2010: Un jeu de mot désormais aussi vieux que le groupe. N'empêche fallait encore "oser" la sortir celle là.
samolice - 12 Août 2012: Merci pour la chro.
J'arrive longtemps aprés la bataille mais je vais quand même donner mon (intéressant - of course -) point de vue.
S'il est assez difficile de classer Dokken, je crois que cela tient aux personnalités trés opposées des 2 leaders.

En fait, Don Dokken et Lynch n'ont apparemment jamais pu se blairer, le premier souhaitant de la mélodie à tout prix, le second du riff tranchant à gogo. D'où le jeu de guitare bien heavy (et magnifique) de Lynch.
Du coup, on a des compos assez softs mais traversées par les fulgurances et les soli mortels de Lynch.
Ils parviendront tant bien que mal à cohabiter 4 albums avant de se brouiller définitivement (ou presque). Dommage car c'est cela qui faisait le charme de Dokken.

Je retourne dormir et je reviens dans 2 ans :)
 
David_Bordg - 20 Avril 2015: SAMOLICE a tout resume sur ce qu etait DOKKEN!! je suis totalement d accord avec lui.
bad4god - 23 Décembre 2017:

venant de lire la kro, je souhaite en rapporter un plus cinématographique.

 je suis venu rechercher qu'un titre sur cet album, n'étant pas particulièrement DOKKEN mais comme je viens de revisionner FREDDY "Les griffes du cauchemars" et le succulent single "INTO THE FIRE" qui résonne dans le poste radio-k7 tokaî genre stereo bouffetout - pas du MP3 ça pour c'est sure - que l'on peut entendre à chaque apparition du poste, un genre de gimmick maudit en quelque sorte.

quoi vous pouvez répéter...??

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire