The Wild Hunt

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Watain
Nom de l'album The Wild Hunt
Type Album
Date de parution 19 Août 2013
Labels Century Media
Enregistré à Necromorbus Studio
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album222

Tracklist

1. Night Vision 03:39
2. De Profundis 04:33
3. Black Flames March 06:21
4. All That May Bleed 04:36
5. The Child Must Die 06:04
6. They Rode On 08:43
7. Sleepless Evil 05:38
8. The Wild Hunt 06:21
9. Outlaw 05:07
10. Ignem Veni Mittere 04:39
11. Holocaust Dawn 07:07
Bonustrack
12. When Stars No More Shine 03:25
Total playing time 1:02:48

Chronique @ Emptyrior

31 Août 2013

Un parti-pris osé, qui aurait gagné à être encore plus affirmé

Watain est un groupe sujet à débat dans le milieu du Black Metal.
Après leurs deux premiers albums qui leur faisaient une place de choix dans le genre; les suédois ont opéré un virage radical avec la sortie de "Sworn to the Dark", aux compositions plus mélodiques dotées d'une production plus claire. L'album suivant, "Lawless Darkness", en est la pleine continuité. Un disque long et aussi bien produit, vendu comme la sortie Black Metal de l'année par l'écurie Season of Mist et bon nombre de revues et sites spécialisés.
Avec un telle campagne médiatique, cet album a fortement divisé la communauté métallique, certains arguant que l'authenticité c’était envolé au profit des gains commerciaux, d'autres défendant les idéaux "fuck the world" du groupe, qui chercheraient à continuer de jouer sa musique et non à satisfaire ses adeptes, ne faisant fi d'aucune remarques ni conventions.
Singulièrement, "The Wild Hunt" semble porter ces deux facettes en lui, avec plus ou moins de succès...

Watain est, avec Shining, le groupe qui disons popularise une certaine vision du Metal Noir: il se désolidarise quelque peu des principes du genre tout en continuant à les défendre.
Bien sur, les acquis du groupe sont toujours là, et la musique reste sombre, violente et ritualiste. Beaucoup de morceaux comme « Black Flames March » ou « All That May Bleed » sont d'ailleurs une parfaite continuité de "Lawless Darkness". Mais, en écoutant, l'auditeur va de surprise en surprise.
Déjà, un aspect Heavy/Thrash Metal est très présent, surtout dans les solos mais aussi dans les rythmiques, comme celle de « The Child Must Die ». Il y a ensuite la pierre angulaire de l'album: Une ballade! "They Rode On" est un morceau qui nous permet d'entendre chanter Erik Danielsson en voix claire sur des sonorités rappelant les chansons douces de groupes américains tel que Metallica ("Welcome Home, Sanitarium" en est d'ailleurs très proche). De quoi sérieusement dérouter l'auditeur habitué aux compositions habituelles du groupe.

La seconde partie de l'album s'avance dans cette continuité, cherchant à expérimenter en déroutant l'auditeur. Le résultat en est plus mitigé sur la longueur. Entre retour à la brutalité sur "Sleepless Evil" et "Outlaw" (aux accents tribaux rappelant fortement Rotting Christ) et recherche d'une sensibilité moins violente; Watain semble sur la fin ne plus savoir ou se mettre. Il en résulte deux morceaux de fin d'album bien fade, ou l’expérimentation tourne en rond et se mord la queue. Seul le break ambiant barré au sein d'"Holocaust Dawn" tient encore haute la dragée mais il aurait pu faire office de conclusion plutôt que d'être aussi mal placée dans une composition nettement moins à la hauteur.

On peut tout de même parler du morceau éponyme, qui est clairement la réussite de cet album. Watain y montre un véritable génie, lorsqu'il reste dans une tradition du genre tout en innovant dans son style. Ici, le groupe livre une véritable complainte Luciférienne sur un rythme presque Doom. On sent aussi une forte influence du Bathory période "Hammerheart" et "Twilight of the Gods" (1990-91), notamment lors du passage en voix claire, au chant sensible et perfectible, digne du grand Quorthon; qui avait au passage une très belle façon de défendre sa voix limité mais transcendé par l'authenticité.

C'est donc une semi réussite pour le groupe, étant toujours aussi bon dans son registre mais n’ayant pas encore les épaules assez larges pour expérimenter avec un succès total. Cette galette reste tout de même fortement recommandable, notamment pour sa première partie et son morceau titre. La ballade sera en revanche adoré ou détesté; selon l'approche, les attentes et l'ouverture de l'auditeur. On ne peut tous de même pas nier la démarche authentique et vraie de cet album, qui se met a dos les fans de la première heure; même si, et cela est surement calculé, de nombreux autres vont prendre leurs places.
Le partis pris du groupe sur ce disque est osé, mais il aurait gagner à être encore plus affirmé pour que le combo nous livre une pièce complète et cohérente. Il en résulte alors un album de transition, ou de passage; se sera l'avenir qui nous le dira.

51 Commentaires

21 J'aime

Partager

nOize))) - 04 Septembre 2013: @HeadCrush, je reconnais volontiers la nullité de mes arguments. D'autant plus que je n'ai pas écouté l'album et que je ne le ferai pas. Ce groupe ne m'intéresse plus depuis longtemps.
Je sais c'est pas malin, mais j'avais des fourmis dans les doigts. Il fallait que ça sorte !!
A+ mesdemoiselles !!
satanicdissection - 06 Septembre 2013: Que dire après tant de commentaires? Et bien même cet album en demis teintes n'enlèvera pas l'excellence atteinte avec lawless darkness, sans parler des trois précédents. Quant au soi disant déni de la Foi Noire devant l'autel du mercantilisme, je ne trouve rien à redire sur le fait de gagner sa vie avec son art. Seul compte et reste la musique, et cette foi ci, je suis déçu.
zono - 07 Septembre 2013: merci pour ta chronique à part quelques fautes ,l'édition deluxe est une merveille tout comme son contenu. Probablement au Hellfest 2014...
jejehand - 13 Septembre 2013: Plus varié que le précédent. Cependant ça reste quand même une déception pour moi. La faute ? Le manque d'inspiration dans les compositions, autant le changement ne me dérange pas (musical pas politique), autant ce Watain comporte son lot de faiblesses :

- L'enchaînement des morceaux est risible, pas vraiment de cohérence dans la disposition de ceux-ci sur la galette.

- Des morceaux pas vraiment accrocheurs (ça c'est pas mal subjectif).

- Des morceaux vraiment dispensables (Outlaw, Sleepless Evil et Holocaust Dawn... du putain de remplissage).

- Une production beaucoup trop claire. Celle de Casus Luciferi (je ne compare pas la musique attention) était beaucoup plus percutante et puissante dans les graves.

Bon ceci-dit, il y a quand même quelques morceaux sortant du lot :

- All That May Bleed (et ses soli entraînants)
- The Child Must Die (bien groovy)
- The Wild Hunt (le chant clair et l'ambiance sont top)
- They Rode On (pas trop mal même si elle est un peu poussive)

Sinon chronique juste.

14/20 en ce qui me concerne.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire