The Seraphic Clockwork

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Vanden Plas
Nom de l'album The Seraphic Clockwork
Type Album
Date de parution 04 Juin 2010
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album76

Tracklist

1. Frequency 06:15
2. Holes in the Sky 05:25
3. Scar of an Angel 07:26
4. Sound of Blood 06:47
5. The Final Murder 09:53
6. Quicksilver 08:54
7. Rush of Silence 09:22
8. On My Way to Jerusalem 12:51
Bonustrack (Digipack Version)
9. Eleyson 05:34
Total playing time 1:06:53

Chronique @ AlonewithL

08 Juin 2010

Cet opus n'est pas moins qu'un Da Vinci Code musical

C'est fait, la formation la plus illustre du metal progressif allemand signe son grand retour en 2010, soit 4 longues années après l'ingénieux "Christ O". On peut déjà assimiler ce nouvel album "The Seraphic Clockwork" a une pièce maîtresse dans la discographie de ces prophètes allemands, sorte de concrétisation de leurs recherches interdites. Cet opus n'est pas moins qu'un "Da Vinci Code" musical dégageant un esprit provocateur, énigmatique et dérangeant. On est immédiatement aspiré dans les profondeurs abyssales de l'univers décrit dans cet album. "Vanden Plas" nous conte ici une histoire troublante se déroulant à Rome au 16ème siècle. Celle de Tio et Mia, un couple qui va découvrir les révélations d'un livre scandaleux? "The Seraphic Clockwork", divulguant le secret caché de la vraie vie de Jésus Christ.

"Vanden Plas" va loin dans l'hérésie, aussi musicalement parlant. Les membres du groupe en sorciers avisés se délectent de nous soumettre à une forte et continuelle pression musicale, plus expressément avec des guitares automates jouant le plus souvent des rythmes lourds et assourdissants, plombant sérieusement l'ambiance déjà chargée notamment par la longueur des titres. On avoisine les 05:30 minutes pour le plus court et pratiquement 13 minutes pour le plus long ,"On My Way to Jerusalem". La lourdeur mécanique des guitares doit néanmoins cohabité avec un chant clair, harmonieux et un synthé jouant tout en douceur, offrant de nombreuses perspectives différentes, passant d'une présence au 1er plan à des moments plus effacés, se trahissant alors par un simple scintillement.

C'est déjà un premier constat que l'on peut faire dès le premier titre de l'album "Frequency", où des guitares d'une grande solidité sont livrées à une véritable guerre éclair contre le synthé, qui n'aura que la possibilité de se montrer discret. "Vanden Plas" prend souvent l'initiative d'incorporer du piano, mais aussi des airs de violon sur les parties instrumentales des titres, sans doute pour nous détacher de l'oppression tyrannique des riffs de guitares. Le chant d'Andy Kuntz a également tout intérêt à atténuer leur force. Ce chant peut être décrit comme imaginatif, bien que celui-ci soit dans la droite ligne d'un groupe typique de metal progressif. On n'attend pas de grandes impulsions grandiloquentes ni des symphonies vocales. Ce chant est très commun en vérité, mais on soulève tout de suite l'excellence de son timbre vocal. La clarté est privilégiée à la force. Cette force pure, on l'a laisse aux guitares dévorantes. Tranchant net avec les douces entames au piano que l'on découvre sur "Holes in the Sky" et "Scar of an Angel".

Les pistes, véritables récitals, dans le plus élaboré du metal progressif, possèdent une longue panoplie de mélodies, de rythmes alternés par de fréquents a tempos. On passe d'un planement général, glacial, à des reprises en grande pompe de riffs puissants des guitares pris d'un delirium calculé mais obsédant. Ces guitares tellement citées, vont se modérer, voir même se domestiquer sur certains titres, comme avec "Sound of Blood" et "Quicksilver" qui font impression, notamment par les prestations marquées au piano, et par l'atmosphère engourdie et sibyllin qui s'en dégage. La voix est plus énigmatique encore. Elle se fait prophétique, émotionnelle, et n'hésite plus à s'emporter.

L'aspect intimidant de certaines pistes s'efface néanmoins sur les longues parties instrumentales mirifiques, que l'on a la chance d'écouter sur une bonne partie de l'ensemble. Les sonorités sont beaucoup plus libres et tout aussi expérimentales que sur les principaux couplets. Des titres comme "Rush of Silence" et "On My Way to Jerusalem" offrent des compositions subtiles d'une grande complexité, mélangeant couramment les différentes tonalités. On assiste à des airs innocents et agréables, souvent représentés par un piano ingénu. Les guitares si solides et dominatrices sont désormais torturées, bien qu'elles restent toujours aussi tapageuses. Le chant, lui, joue un rôle intermédiaire. Il privilégie cependant plus de douceur, d'attendrissement. La voix se lâchera davantage à partir des différentes offensives des guitares qui tentent désespérément de regagner leur trône.

"Eleyson" le titre bonus est le cadeau Bonux de l'album. C'est une sorte de curiosité, très emballante. La musique renfrognée et glacial prend au fur et à mesure de l'intensité. Ce qui marque sans doute le plus, c'est le superbe chant en latin d'Andy Kuntz.

"The Seraphic Clockwork" est une oeuvre cultivant le mystère. "Vanden Plas" met à mal l'auditeur sur les très longs rêves obsédants développés à travers des titres riches et tout simplement sublimes. C'est du metal progressif de haute volée, on peut le dire. Les compositions de "The Seraphic Clockwork" sont de longues formules alchimiques qui ont pour effet de changer le plomb en or.

17/20

10 Commentaires

14 J'aime

Partager

shy62 - 08 Juin 2010: entierement d'accord sur le sujet..
Little_Scarab - 12 Juin 2010: Idem =)
Hellstef - 15 Janvier 2011: je suis en train de l'écouter pour la troisieme fois, et je commence tout doucement à être envouté.....du grand art.
MetalMusique - 17 Mai 2011: Ça y est, je sais quel album acheter prochainement.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire