Beyond Daylight

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Vanden Plas
Nom de l'album Beyond Daylight
Type Album
Date de parution 28 Janvier 2002
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album118

Tracklist

1.
 Nightwalker
 07:33
2.
 Cold Wind
 05:16
3.
 Scarlet Flower Fields
 05:39
4.
 Healing Tree
 05:47
5.
 End of All Days
 07:25
6.
 Free the Fire
 04:32
7.
 Can You Hear Me?
 04:11
8.
 Phoenix
 05:59
9.
 Beyond Daylight
 10:40
10.
 Point of Know Return (Kansas Cover)
 03:16

Durée totale : 01:00:18


Chronique @ LeLoupArctique

10 Août 2012

Une palette d'atmosphères et d'émotions très large

Chroniquer un album dix ans après ça sortie, pourquoi pas ? De toute façon, je n'ai connu Vanden Plas que l'année dernière (honte à moi), et puis autant vous faire partager l'excellent moment que j'ai passé en écoutant cet album. Vanden Plas et son metal progressif reconnaissable entre mille ; Vanden Plas, la preuve que metal progressif n'est pas forcément copie de Dream Theater ou Symphony X... On pourrait continuer longtemps comme ça tant ce groupe est extraordinaire, on le voit d'ailleurs avec leur dernier opus The Seraphic Clockwork que j'ai particulièrement apprécié. Mais restons en à Beyond Daylight, l'album avec lequel Andy Kuntz et sa troupe ont réussi à revenir à une musique de très bonne qualité après le plutôt décevant Far Off Grace. Ici, les guitares ne servent pas qu'à alourdir le son mais à créer des mélodies de plus en plus sophistiquées et alambiquées. Les chœurs si particuliers et la voix d'Andy n'ont par contre pas changé, ils sont toujours aussi envoûtants et magiques.

Tout ceci nous donne des morceaux géniaux comme l'incroyable Nightwalker, premier titre de l'album, qui est la preuve à lui tout seul des mélodies sophistiquées et alambiquées. Les différentes ambiances du morceau sont parfaitement intégrées dans l'ensemble de la composition, dans un grand souci de cohérence. La guitare se fait très lourde, associée au son rond et sec de la basse, ce qui peut être d'ailleurs l'un des signes reconnaissables du combo allemand.
Après ces sept premières minutes on peut se poser la question que si le groupe a tout donné dans le premier morceau, que sera la suite ? Et bien la suite est encore plus époustouflante (si, si, c'est possible) ; l'album continue avec le magnifique Scarlet Flower Fields, pour moi le meilleur morceau de cet opus, si ce n'est de Vanden Plas (je n'exagère pas). Un début tout en douceur, puis un refrain qui part vers les aigus, un solo superbe, bref, un morceau monumental. La voix d'Andy Kuntz est belle comme toujours, pas particulièrement puissante, mais il y a constamment ce merveilleux feeling, qui fait que le chant et la mélodie ne pourraient aller mieux ensemble.
Suit le duo Healing TreeEnd Of All Days, à la hauteur des deux morceaux cités plus haut. Il y a une tendance mélancolique très forte sur ces deux titres, dans la lignée de Scarlet Flower Field, mais avec un brin de tristesse pure en plus. Pourtant, une fois passé la moitié de l'album, on arrive à se poser une question : Y a-t-il de mauvais titres sur Beyond Daylight ? La réponse est non ; il y a bien un ou deux morceaux qui oscillent entre moyen et bon, comme Free The Fire - très bien exécuté, juste moins captivant - mais pas de quoi en faire un fromage.
Et pour finir, le titre de dix minutes, le titre éponyme, qui joue très bien son rôle de titre final, avec comme pour le morceau d'ouverture une palette d'atmosphères et d'émotions très large. C'est d'ailleurs le seul titre vraiment long de ce disque, et le groupe prendra ensuite l'habitude de ce type de composition (cf. The Seraphic Clockwork). Après ces cinquante-sept minutes payantes, on a droit à trois minutes gratuites (pour arrondir à soixante), on apprécie le geste mais la musique est moyenne et on retourne vite écouter le début de l'album.

Niveau technique encore une fois il n'y a rien à redire. Le guitariste est un expert, de même que le batteur, qui peut se targuer d'être assez inventif, dans une section où la créativité est souvent limitée au strict minimum. Du côté de la production aussi tout va bien, comme c'est le cas la plupart du temps avec ce groupe.

Vu le nombre d'adjectifs mélioratifs utilisés dans cette chronique je pense qu'on peut en conclure qu'il s'agit d'un bon album, voir même d'un excellent album. Si vous avez un peu d'argent dont vous ne savez pas quoi faire n'hésitez pas ! Mais dans une chronique il faut toujours trouver de quoi dire du mal (même un tout petit peu) de l'album, ça va être dur, mais je vais le faire. Je peux toujours reprocher à Vanden Plas les morceaux calmes qui ne sont pas trop fait pour ce groupe, ou l'utilisation un peu abusive des claviers mais c'est vraiment chercher la petite bête. Et puis les titres qualifiés de moyen conviennent tout-de-même très bien à l'album, qui mérite un bon :

17 / 20

3 Commentaires

0 J'aime

Partager
Elevator - 11 Août 2012: Merci pour ta chronique.
Cet album est peut-être le plus mélodique du groupe, et je connais d'ailleurs pas mal de fans de pur rock progressif qui ont adoré cet album. Personnellement, je l'aime beaucoup !
ZazPanzer - 11 Août 2012: Bonne chronique, merci. Personnellement The God Thing m'avait gonflé à sa sortie, et j'ai plus ou moins lâché l'affaire après, même si je reste un grand fan du premier, plus Heavy et moins Prog, et du semi-acoustique Accult. J'ai réécouté deux ou trois fois Far Off Grace dans ma voiture récemment et ça ne m'a pas déplu, j'essaierai de me procurer celui là. C'est également la voix du chanteur qui m'avait un peu arrêté, elle peut être pénible sur la longueur, notamment en concert...
LeLoupArctique - 13 Août 2012: Merci pour vos commentaires !!! N'hésitez pas a me conseiller pour des futures chroniques.

Sinon ZazPanzer peut etre qu'en réécoutant du VP avec cet album tu aprécieras davantage.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire