Sun

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Secrets Of The Moon
Nom de l'album Sun
Type Album
Date de parution 04 Décembre 2015
Labels Lupus Lounge
Style MusicalBlack Progressif
Membres possèdant cet album17

Tracklist

1. No More Colours 08:31
2. Dirty Black 07:01
3. Man Behind the Sun 06:30
4. Hole 06:45
5. Here Lies the Sun 06:59
6. I Took the Sky Away 07:59
7. Mark of Cain 08:58
Total playing time 52:43

Chronique @ Icare

22 Janvier 2016

Une richesse musicale admirable, suspendue entre agression contrôlée et mélancolie d’une beauté tourmentée et planante

On ne présente plus Secrets of the Moon : fer de lance d’une scène black allemande moderne et avant-gardiste, le trio nous régale depuis 1995 d’oeuvres sombres, originales et toujours empreintes d’une profonde spiritualité.

Leur dernier méfait, Seven Bells, remontant à 2012, nous présentait un metal très sombre, lent et suffocant sur lequel planait l’ombre du grand Tom G. Warrior. Les Allemands nous reviennent à présent pour leur sixième album sobrement intitulé Sun, et c’est avec une curiosité mêlée d’excitation et de crainte que l’on insère le disque dans le lecteur, car le combo d’Osnabrück est réputé pour faire perpétuellement évoluer sa musique et n’a jamais sorti deux albums identiques.


No More Colours commence par un arpège calme et épuré rappelant The Prophecy avant d’éclater en une explosion de violence contenue, avec ce blast en retrait, cette voix rugueuse et douloureuse à mi-chemin entre chant éructé et parlé, et ce mur épais de cordes dont une myriade de notes aigues et lumineuses parviennent à percer l’opacité. Qu’on se le dise, Secrets of The Moon n’a plus rien de black metal, et sur cet album du moins, les Allemands lorgnent plus vers un rock/metal atmosphérique extrêmement sombre aux tendances progressives et aux forts relents gothiques, comme un Worship – le titre de Seven Bells, pas le groupe ! - qu’on aurait amputé de ses parties les plus lourdes, saccadées et agressives. D’ailleurs, sur cette première piste, les vocaux me font beaucoup penser à ceux d’On Thorns I Lay, groupe duquel je rapprocherais le plus cet album, avec ce chant à la fois crié et plaintif vibrant d’une rage contenue, et ces guitares, à la fois chaudes et oniriques, qui font beaucoup penser au son si typique de la scène grecque. Le quatuor nous offre donc une musique extrêmement sombre et mélancolique, mais jamais réellement violente, très classieuse et d’une richesse musicale admirable, toujours suspendue entre agression contrôlée et mélancolie d’une beauté tourmentée, et volontiers planante.

Le début de Dirty Black, quant à lui, ferait presque penser à du Marylin Manson, avec cette voix distordue et caverneuse légèrement amplifiée par un écho grinçant et inquiétant, et cette instrumentation très hachée, carrée et mécanique marquée par les secousses froides et langoureuses de la basse. Secrets of The Moon nous entraîne dans un paysage de clairs obscurs où les ténèbres essayent d’engloutir ce fameux soleil dont il est question dans le titre en un combat incessant qui s’incarne dans la versatilité des vocaux et des parties de guitares, tantôt réellement tordues et cafardeuses, tantôt lumineuses et solaires. On devine un monde fantasmagorique d’ombres et de chimères tiraillé entre les voix contradictoires du bien et du mal, des univers cauchemardesques et merveilleux tissés par une imagination fertile, et toutes ces formes s’esquissent et prennent vie au creux de notre oreille – et de notre âme - au travers d’un art musical aussi brûlant que glacial. Le morceau impose un côté robotique légèrement dissonant, comme émanant d’une boîte musicale rouillée, avec ces chœurs fantomatiques et monochromes sur le refrain qui rajoutent une couche de poussière sur ces paysages gris esquissés du bout du médiator ; les guitares, extrêmement froides et entêtantes, sonnent presque cold wave par moments, impression accentuée par ce chant geignard à la Sotiris tiraillé entre espoir et tourmente.

Man Behind the Sun continue sur la même voie, balloté entre grâce et décadence, exhalant une aura puissante et fragile en même temps, avec ces guitares lancinantes à la Septic Flesh appuyées par cette basse aux secousses grondantes qui nous enveloppent d’une sensualité presque ésotérique, et cette voix claire, humaine, et un brin nasillarde qui tente d’élever ses complaintes oubliées vers les étoiles en un refrain simple et touchant.

Hole, titre plus lumineux, avec un chant éthéré et angélique, parvient à trouer la grisaille opaque de ces 52 minutes et à imposer ses mélodies célestes, malgré un début de titre insidieux à l’arpège un brin dissonant et à l’instrumentation lourde et suffocante. Les guitares nous irradient de notes aériennes et nébuleuses, sonnant parfois comme une sorte de post rock onirique, et le morceau continue à osciller entre félicité et désolation avec quelques breaks plus pesants et des vocaux qui se font plus rageurs en fur et à mesure du morceau, mais dont l’intonation tient plus de la résignation que de la haine.


C’est un fait, il est difficile de décrire la musique de Secrets of The Moon, unique et impalpable, avec des mots, car elle se ressent au plus profond de notre être plus qu’elle ne s’écoute. A la fois claustrophobe et aérien, planant et rampant, chtonien et solaire, l’art développé par les Allemands se fait de plus en plus subtil et personnel, s’incarnant en un univers musical propre qui irradie une sorte de beauté vénéneuse et mélancolique.

Le combo semble désormais avoir achevé sa métamorphose, et la violence des débuts s’est larvée en une musique toujours plus intimiste et envoûtante, nous séduisant sans effort afin de mieux pouvoir nous contrôler.

Méfiez-vous donc des apparences : malgré son nom, Sun est tout sauf une ode au soleil, et il semblerait que sous le ciel d’Osnabrück, la lumière sera toujours plus froide, diffuse, mystérieuse et inquiétante que celle diffusée par les chauds rayons de l‘astre. Amis lycanthropes barricadez-vous, la lune est pleine…

6 Commentaires

5 J'aime

Partager

Silent_Flight - 23 Janvier 2016: Ce groupe est devenu un de mes préférés dans le black, imprévisible avec un sens de la mélodie qui me prend directement aux tripes. C'est juste magnifique, plein de sincérité, loin de tout cliché.
orionzeden - 23 Janvier 2016: aaaah, il faut absolument que je l'écoute. Malheureusement il est arrivé un peu tard, je pourrais surement pas le caser dans le top 2015, aussi bon soit-il.
workflame90 - 23 Janvier 2016: Merci Icare, d’abord pour ta chronique qui ma permis de connaitre une formation que je ne connaissais pas et et du coup me suis acheté le dit album et la je suis sous charme, cet album est juste magnifique, puissant et mélodique à la fois, et chaque morceaux et bien différents des autres mais tout au temps inspiraient. un vrais régale cet album, encore merci! :)
Ziidjan - 25 Janvier 2016: Vraiment une très jolie chronique pour un album qui continue de redéfinir la musique de Secrets of the Moon de fort belle manière, jonglant avec équilibre et précision entre torsions et relâchements, le tout baignant dans une tourbe grisâtre si chère au groupe. Néanmoins ça manque beaucoup trop de l'agressivité primaire qui m'a fait aimer le groupe pour que l'album m'accroche réellement. J'en ressors très déçu, trop de calme, trop de retenue, trop subtil et pas assez balourd aux moments clés, pour moi en tout cas. L'évolution qu'ils opèrent au fil des albums est très louable et n'est en rien attaquable, personnellement ce manque de plus en plus récurrent de moments où ils balancent la sauce m'en éloigne lentement mais, je le crains, assez sûrement. Reste à voir ce que cette mouture donne en live aujourd'hui, le concert d'il y a 5 ans m'ayant énormément plu. Merci pour la chronique encore une fois!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire