Privilegivm

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Secrets Of The Moon
Nom de l'album Privilegivm
Type Album
Date de parution 11 Septembre 2009
Enregistré à Klangschmiede Studio E
Style MusicalBlack Progressif
Membres possèdant cet album78

Tracklist

1.
 Privilegivm
 01:53
2.
 Sulphur
 09:11
3.
 Black Halo
 07:05
4.
 I Maldoror
 07:42
5.
 Harvest
 13:28
6.
 For They Know Not
 09:36
7.
 A Million Suns
 08:15
8.
 Queen Among Rats
 07:58
9.
 Descent
 01:22
10.
 Shepherd
 07:11

Durée totale : 01:13:41


Chronique @ valentheris

23 Décembre 2009
Il est de ces groupes sur lesquels on tombe, un jour, tout à fait par hasard et qui savent nous ravir l'oreille pour un bon moment. Le groupe dont je vais me servir d'exemple pour illustrer mes propos est Secrets of the Moon et leur quatrième opus, j'ai nommé "Privilegium".

Pourquoi "Privilegium"?

Parce que le groupe privilégie la musique de qualité.
Parce que le black metal de K.S.A / T.Thelemnar / S.Golden et SLK privilégie les touches personnelles pour se différencier des autres groupes et ne pas faire un black metal commun et dépourvu d'âme.
Parce qu'écouter cette ténébreuse offrande est un réel privilège.

Pour le petit bout d'histoire Secrets of the Moon est un groupe teuton qui officie dans le black metal depuis 1995 et qui après plusieurs démos sort son premier album "Stronghold of the Inviolable". Ça y est la bête sort de sa tanière.
Deux ans après c'est "Carved in Stigmata Wound" qui nous arrive des abysses et que les chroniques et les maisons de disques repèrent d'un coup d'oeil gourmand. Puis s'ensuivit un "Anthithesis" toujours aussi agréable et puis vint le noir pendant trois ans.
Trois ans durant lesquels des membres sont partis, membres alors qu'ils suivaient la formation depuis au moins 12 ans notamment A.D. qui avait en partie composé "Anthithesis". On se posait alors des questions. Soyez rassurés tous autant que vous êtes, car une magnifique femme dont le nom vous est peut-être connu (LSK), qui a officié dans des groupes tels que Vorkreist ou Corpus Cristii vient prêter main forte aux allemands grâce à ses lignes de basse.
Et la composition peut commencer...

Que ce soit dit "Privilegium" est un album sombre, ténébreux. Il est à la lumière ce que le soleil est à la lune. En revanche, n'allez pas vous imaginer un album à la Xasthur ou autres consorts narco-dépressifs. La production est d'une grande limpidité (elle est même quasiment parfaite) et c'est loin d'être un mal, car tout au long de l'album les effets sonores sont nombreux et les effets que donne S.G. à sa voix alternant les murmures, les chants étouffés ou son chant normal se mêlent parfaitement à l'ambiance créée dans chaque morceau.

Car oui, même si l'album est long : 10 titres sur la version digipack que j'ai, 9 pour la version cd, les morceaux, mis à part deux instrumentaux durent au minimum sept minutes. Laissez-moi vous dire que ce n'est pas un mal. On ne voit tout simplement pas le temps passer. Les riffs sont vraiment bons et ne se ressemblent pas, même s'ils restent dans la même atmosphère. La batterie s'entend sans que l'on ait besoin de tendre l'oreille de même que la basse (un point positif, car en général dans le black ce n'est pas l'instrument le plus facile à percevoir).

L'album commence donc par un titre éponyme. C'est un instrumental qui plonge tout de suite dans l'ambiance avec quelques chants christiques et une batterie qui martèle derrière afin de faire monter l'ambiance violente et sombre. Les dernières notes s'enchaînent de manières quasi parfaites avec "sulphur" un excellent titre au solo court et efficace. Là, déjà nous pouvons remarquer la production aux petits oignons avec ce riff aussi méchant qu'entraînant.

L'offrande à lucifer (qui revient souvent dans les textes d'ailleurs) se poursuit avec "Black Halo" et "I Maldoror" encore deux excellentes compositions qui sauront ravir les plus désireux.

Puis surgit "Harvest". Le morceau ne dure pas moins de 13 minutes et commence avec une petite intro à la batterie et à la guitare. Surement un des titres les plus prometteurs. Il est long, mais pourvus que l'on se laisse prendre au jeu il passe sans la moindre difficulté, car il est certainement un des morceaux qui libère le plus de sentiments chez l'auditeur.

"For They Know Not" continue la descente dans le gouffre suivi de près par "A Million Suns" (seulement dans le digipack). On peut dire que "For They know not" est judicieusement placé à ce stade de l'album, car son rythme alterne avec le sombre dynamisme du début et les ambiances plus lourdes des morceaux suivants. Une position stratégique qui en fait un bon morceau de transition avant les dernières esquisses de l'album, car cette composition nous livre ce qui nous ravit depuis le départ et nous prépare au final.

Comme exemple c'est "Queen Among Rats" qui pointe le bout de son nez avec un riff lourd, sombre (pour ne pas changer quoi) et assez entraînant suivi du chant de S.D armé d'un timbre de voix plus rauque que jamais qui suit le rythme de la lead guitar. Une atmosphère plombée qui sait nous bercer tout en nous faisant ressentir par cette baisse de vitesse que la fin approche, mais que le groupe n'a pas fini d'exprimer sa cruauté et sa haine

Un autre instrumental puis le dernier morceau nous arrive avec un pincement au cœur. Par une étrangeté surement due à une inspiration incompréhensible ce morceau final "Shepherd" n'a rien de black metal : il s'agit d'un morceau relativement ambiant avec guitare et une batterie certes, mais le tout est relaxant avec un chant clair assez bien réussi d'ailleurs. Et c'est excellent ! Oui, car après s'être pris baffe sur baffe durant le cd un morceau comme ça était tout indiqué pour finir et c'est même très intelligent de la part du groupe ! Cela permet de se repasser dans sa tête les émotions ressorties de l'album tout en se laissant guider par cette musique triste et la voix de S.D.

Vous l'aurez compris ce Pprivilegium" valait très nettement les trois ans d'attente, car c'est une réelle réussite. La production (je sais, j'insiste...) est parfaite : entendre les crépitements des flammes vers la fin d'Harvest se hisser au-dessus des autres instruments, est un bon petit plaisir à savourer avec du matériel d'écoute de bonne qualité pour un moment des plus agréables.
Les riffs sont diversifiés : tout en restant dans le black ils peuvent virer un peu thrash ou légèrement heavy et rien n'est laissé au hasard dans la composition des morceaux.
Les musiciens savent se servir de leurs instruments et ils le montrent sans coup férir doublés d'une force d'inspiration qui force le respect même chez les gens de la plus mauvaise foi.

Valentheris.

4 Commentaires

3 J'aime

Partager
 
Kuza - 23 Mai 2010: Merde, j'ai beau eu chercher ... Je vois qu'un 20/20 pour qualifier cet album !
valentheris - 23 Mai 2010: Dis-toi que la perfection n'existe pas ;).

Sinon je m'excuse pour le track by track de ma chronique, c'était ma première et je ne savais pas trop comment aborder l'écriture...
Je la réécrirait surement dans un avenir proche.
Ephebe_angevin - 25 Août 2010: J'aime beaucoup, notamment les premiers morceaux, mais il y a quelques longueurs, sans quoi cet album serait parfait !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire