Spheres

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Pestilence
Nom de l'album Spheres
Type Album
Date de parution 01 Octobre 1993
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album196

Tracklist

Re-Issue in 2017 by Hammerheart Records
1.
 Mind Reflections
 03:21
2.
 Multiple Beings
 04:05
3.
 The Level of Perception
 03:42
4.
 Aurian Eyes
 01:32
5.
 Soul Search
 03:19
6.
 Personal Energy
 04:09
7.
 Voices from Within
 01:12
8.
 Spheres
 03:29
9.
 Changing Perspectives
 03:24
10.
 Phileas
 01:17
11.
 Demise of Time
 03:40

Durée totale : 33:10


Chronique @ Fabien

27 Mai 2008
Groupe phare et figure incontournable du deathmetal européen, Pestilence ne cesse de surprendre au fil de ses albums, évoluant entre chaque réalisation et étonnant encore avec Spheres, son quatrième album sorti chez Roadrunner à l’automne 1993. Le trio s’épaule pour le coup du bassiste JP Thesseling et s’embarque dans un studio d’enregistrement relativement méconnu dans le circuit sous la houlette de Steve Fontano, pour ressortir avec 33 minutes de metal inclassable, surfant entre death, thrash, jazz & fusion à mille lieux de la brutalité pure de Consuming Impulse et du deathmetal somptueux de Testimony of the Ancients.

Si le style de Pestilence reste reconnaissable sur les bons Mind Reflections & Multiplie Beings, rappelant les plans de son précédent album, le quatuor hollandais laisse en revanche vite cours à une imagination débordante, multipliant les pointes jazz & fusion au coeur de ses morceaux sur les plans de basse fouillés & atypiques de Tesseling. Uterwijk & Mameli s’essayent de surcroît aux guitares synthés qui, loin d’adoucir la musique et de laisser des repères, compliquent au contraire les structures et rendent l'écoute plutôt ardue.

A trop en faire, hormis de bons titres à l’image des trois premiers morceaux, du titre éponyme ou de Personnal Energy, Spheres désarçonne aussi avec des plans techniques & expérimentaux, voire dissonants, et on peine parfois à voir où Pestilence veut en venir. En outre les trois interludes aux guitares synthés, qui auraient pourtant pu apporter plus de grâce à l’instar des instrumentaux somptueux du précédent Testimony, restent froid & aseptisés. La production de Steve Fontano est enfin à mon humble avis le point noir de l’album, manquant non seulement de profondeur, de puissance et de clarté, atouts qui auraient apporté une toute autre lecture.

Malgré une technicité et un côté visionnaire irréprochables, proche d'un Watchtower, inspirant des formations talentueuses tel que les québécois de Martyr, Pestilence rate ainsi partiellement le coche avec son quatrième album, tandis que dans les mêmes temps et sur un style relativement proche, Cynic réussit par exemple remarquablement son entrée avec son album Focus, d’une force et d’un équilibre idéaux. Plein de désillusions, et s'estimant (peut-être à raison) incompris, Pestilence se sépare dès l’année suivante, quittant ainsi la scène sur une réalisation certes impressionnante et d’avant-garde, mais en demi-teinte, laissant un goût amer d’inachevé après l’écoute de ses 33 petites minutes.

Fabien.

14 Commentaires

12 J'aime

Partager

Fabien - 29 Mai 2008:

Je tiens l'info de la pochette de Consuming Impulse d'une interview que Patrick Mameli avait accordée à Metal Hammer début 1990, si mes souvenirs sont exacts. Je ne possède malheureusement plus aucun magazine de l'époque, même si beaucoup de petites anecdotes de ce genre trottent encore dans un coin de ma tête, comme celle de Chuck Schuldiner en 1988, lors de la sortie de Leprosy, avouant sa passion immodérée pour le football européen, lui même très bon footballeur ! RIP Chuck. Fabien.

Serval - 02 Juin 2008: "Spheres"... c'est le seul album que je connaisse (et possède)de Pestilence . J'ai pourtant connu le groupe grace à un morceau de "Testimony Of The Ancient" que j'avais entendu je ne sait plus où... j'avais bien accroché, ça me faisait penser à Death...
peu de temps après, les voila qui sortent un nouvel album, sans l'ombre d'une hésitation, je l'achète, et quelle ne fut pas ma surprise (deception ???)à l'écoute de ce dernier.
Trop d'experimentations, de sons bizarres, bref une musique trop barrée pour moi...
Du coup, je n'en suis pas allé plus loin avec ce groupe, et suis certainement passé à coté de quelquechose à en lire les chroniques des albums précédents...
FBD5367 - 26 Août 2011: Bah ! Il n'est pas si mal cet album. Évidemment, quand on parle de Pestilence, on ne pense pas à ce Spheres, ça c'est sûr. Et on peut croire à une expérimentation bâclée. Pourtant, le groupe savait bien ce qu'il faisait, et Patrick Mammeli avertissait les auditeurs dans ses interviews, précisant bien que ses goûts pour le free-jazz allaient donner un album avant-gardiste. C'est certainement en partie grâce à cela que j'ai plus facilement accepté cet opus, devinant un peu à quoi m'attendre.
Constantine - 16 Juillet 2012: Un album que j'ai adoré et adore tjrs ( comme quoi les gouts....).... Un OVNI, certe, mais nanti d'un vraie cohérence.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire