Resurrection Macabre

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Pestilence
Nom de l'album Resurrection Macabre
Type Album
Date de parution 16 Mars 2009
Enregistré à Hansen Studio
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album124

Tracklist

1.
 Devouring Frenzy
 02:54
2.
 Horror Detox
 03:20
3.
 Fiend
 03:29
4.
 Hate Suicide
 04:18
5.
 Synthetic Grotesque
 03:57
6.
 Neuro Dissonance
 03:28
7.
 Dehydrated II
 03:47
8.
 Resurrection Macabre
 03:47
9.
 Hangman
 02:52
10.
 Y2H
 03:39
11.
 In Sickness and Death
 05:00

Durée totale : 40:31


Chronique @ uberallescalifornia

11 Avril 2009
O combien excitant pour tous les vieux de la vieille qui comme moi découvrirent le groupe avec "Malleus Maleficarum", le retour de Pestilence pouvait inquiéter... Entre les déclarations de Patrick Mameli, véritable poumon et principal compositeur du groupe, nous annonçant que ce serait "l'album le plus technique et le plus brutal de Pestilence", et l'album de C-187 sorti il y a 2 ans, sur lequel Mameli et Tony Choy se faisaient la main et qui ne m'avait pas franchement convaincu, ça fleurait un peu le coup tordu du come-back en carton. Autant dire que cet album suscite une attente immense de la part des vieux fans sevrés depuis 15 ans maintenant, et en même temps une certaine méfiance quand à leur évolution "brutale" et "technique", la scène ayant connu dans ces deux domaines une mutation pour le moins radicale depuis la retraite des Hollandais en 93.

Autant le dire tout de suite, en matière de technique et de brutalité, Pestilence ne nous bouscule pas si on se réfère aux niveaux auxquels il nous avait habitués. A tous les points de vue, on se situe entre "Consuming Impulse" et "Testimony of the Ancients", disons pour le premier au niveau compos et le deuxième au niveau son.

Une qualité à double tranchant, si j'ose dire ; on est rassuré par la qualité indiscutable des morceaux, c'est certain, Pestilence a conservé le sens du riff qui tue, même si on aimerait parfois un son un peu plus épais, un peu moins propre, comme sur le morceau titre où un peu de lourdeur supplémentaire serait la bienvenue. Ceci dit, sur ce morceau comme sur de nombreux autres, comme "Devouring frienzy" ou "Horror detox", le groupe conserve sa capacité à construire des arrangements hyper bien ficelés, le riff principal de "Y2H" en est le modèle. On retrouve la capacité à broder autour d'un riff assez simple des petites merveilles de compo, qui firent en leur temps le bonheur de morceaux tels que "Echoes of death" ou "Defy thy master" sur l'album Consuming Impulse. Bref du bon death metal, bien balancé et efficace, et onze titres homogènes, qui même si ils sont en retrait par rapport au niveau de brutalité ambiant en cette année 2009, n'en donnent pas moins l'envie de secouer furieusement la tête.

Le revers de la médaille, et j'entends déjà les critiques que ne manqueront pas de faire les nombreux vieux fans du groupe vis à vis de cet album, c'est précisément cette efficacité. Ce confort diront sans doute certains, qui attendaient plutôt la suite de Spheres, il est sûr que cette option pouvait s'avérer autrement plus délicate pour un groupe en recomposition. Personnellement, l'album sus-cité m'a toujours assez barbé, et pour ma part j'en reste au stade de la satisfaction de voir un bon travail d'artisan, bien construit et bien exécuté.

Il est certain que l'on pouvait attendre un peu plus de prise de risques de la part d'un groupe de la trempe de Pestilence, qui fut en son époque l'un des plus novateurs de la scène death. Et puis le but était sans doute une reprise de contact avec le public, comme les trois reprises qui terminent l'album pourraient vouloir le dire. Certains crieront au geste commercial, pour ma part la façon qu'a eu le groupe d'impliquer les fans par le vote des morceaux favoris sur leur site, je trouve ça plutôt sympa et bon enfant. C'est vrai qu'il y a des imperfections sur cet album, des attentes qui ne sont pas vraiment comblées...Ceci dit, si il y a une chose avec laquelle le groupe n'a pas transigé, c'est bien la qualité des compos, ce qui est quand même l'essentiel.

9 Commentaires

13 J'aime

Partager

BEERGRINDER - 12 Avril 2009: Les morceaux de Testomony... sont assez calqués sur le modèle de Land of Tears : riffs incisifs couplés à d'éventuelles escapades mélodiques, ainsi que de courtes instrumentales liant les titres.

La chronique de Fabien concernant ce disque devrait t'éclairer davanatage encore.
Fabien - 12 Avril 2009:

Retour de Pestilence avec un album aux compositions solides et à l'interprétation irréprochable, quoique sans grande prise de risque, comme si l'équipe Mameli avait pris soin d'éviter les expérimentations de Spheres pour son come-back. On reconnaît dès les premiers riffs le jeu unique de Patrick Mameli, et ce point est déjà énorme à mes yeux. Pour le reste, mention spéciale au morceau éponyme, à Synthetic Grotesque et à In Sickness and Death, que j'apprécie particulièrement. Fabien.

 
ebelectricite - 22 Août 2009: Un album qui, à la première écoute ne ma pas du tout emballé, néanmoins j'insiste, et ma première impression a tendance à disparaitre.
Pas si mal finalement même si ce n'est pas "testimony of the ancient".
krakoukass56 - 24 Septembre 2015: Pour ma part je trouve que le groupe a un peu le cul entre deux chaises sur cet album.

On a d'un côté une volonté de moderniser la musique (un son très froid et chirurgical, des cassures, des dissonances, des harmoniques étirées, bref musicalement je ne vois pas bien le "parfum old-school", au contraire ça sonne parfois carrément à la Gojira, comme sur le morceau titre).

Et de l'autre, on a l'impression que Pestilence s'accroche péniblement à son glorieux passé (Dehydrated II qui inclut le riff principal de la première mouture ouvrant Consuming Impulse, et donc les 3 bonus tracks, mais aussi l' "Ancient Mechanical Ball" de SeaGrave, qui apparaît tout de même trois fois dans le digipack).

Après, y'a aussi un gros manque de variété dans les riffs, un côté minimaliste parfois qui perso ne me convainc pas des masses. Prenez le dernier morceau In Sickness and Death, il ne comprend que 3 riffs en tout et pour tout. C'est léger quand même.

Certains lyrics sont un peu plan-plan aussi je trouve, ou pas franchement très inspirés "Y2H... This is the year to hate..."... mouais (sans parler de l'expression "Y2K" plutôt usitée début des années 2000, enfin bref...).

Album correct, irréprochable au niveau de l'exécution cela va sans dire, de bonnes idées aussi, mais pas non plus inoubliable.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire