Slaughter of the Soul

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe At The Gates
Nom de l'album Slaughter of the Soul
Type Album
Date de parution 14 Novembre 1995
Produit par Fredrik Nordström
Enregistré à Studio Fredman
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album562

Tracklist

1. Blinded by Fear 03:12
2. Slaughter of the Soul 03:02
3. Cold 03:28
4. Under a Serpent Sun 03:59
5. Into the Dead Sky 02:13
6. Suicide Nation 03:36
7. World of Lies 03:35
8. Unto Others 03:11
9. Nausea 02:24
10. Need 02:36
11. The Flames of the End 02:57
Bonustrack (2002 Expanded Edition)
12. Legion (Slaughterlord Cover) 03:54
13. The Dying 03:18
14. Captor of Sin (Slayer Cover) 03:20
15. Unto Others ('95 Demo) 03:06
16. Suicide Nation ('95 Demo) 03:22
17. Bister Verklighet 01:56
Total playing time 53:09

Chronique @ Fabien

16 Novembre 2009
Alors qu’Earache Records semble désormais tourner le dos au deathmetal durant ce milieu des nineties, perdant progressivement ses groupes phares sans recrue parallèle, il surprend pourtant avec la signature d’At The Gates, transfuge de Peaceville Records. Ainsi fort d'un contrat en béton, le groupe d'Anders Björler réinvestit les studios Fredman durant l'été 1995 pour les sessions de son quatrième album Slaughter of the Soul, une année et demie après son dernier passage, sous l'oeil bienveillant de Fredrik Nordstrom.

A la manière du virage de Carcass sur son fameux Heartwork, l’une des pierres angulaires du deathmetal mélodique (n’en déplaise aux puristes), At The Gates épure également la structure de ses morceaux, amorce déjà entamée sur son précédent mini-album Terminal Spirit Disease. Ces derniers sont majoritairement articulés autour de quelques riffs, laissant de côté les constructions architecturales au profit de plans plus directs. Le groupe conserve toutefois la patte mélodique qui le caractérise, à la manière de ses voisins de Göteborg du moment, tel Dark Tranquillity ou In Flames (avant la chute douloureuse de ces derniers dans des bains aseptisés).

At The Gates frappe fort dès son premier titre, le mémorable Blinded by Fear, sur les riffs très percutants de Martin Larsson et Anders Björler, soutenus par les rythmiques rapides d’Adrian Erlandsson et Jonas Björler. Plus direct, le groupe gagne parallèlement en agressivité, d’une part grâce à son riffing si meurtrier, mais également grâce au chant éraillé de Tomas Lindberg, définitivement rageur sur cet opus.

Sans perdre une once d’intensité, At The Gates enchaine sur des morceaux dégageant cette même énergie, tout en mixant cette furie et ces mélodies fines si renversantes, renforcés par les soli intenses & éclatants du couple Björler / Larsson. Depuis le superbe moment d’accalmie d’Under a Serpent Sun jusqu’à la furie de Nausea, aux accélerelations fracassantes, en passant par les harmonies entêtantes de Suicide Nation et Unto Others, le break acoustique de Cold, ou encore par les interludes apaisants Into the Dead Sky et The Flame of the End, chaque titre possède de surcroît l’élément qui le singularise et apporte toute la force à l’ensemble.

Visiblement très enervé, At The Gates frappe un grand coup en cette année 1995, lâchant, n’ayons pas peur des mots, un classique de l’école deathmetal suédoise. Rageur, mélodique et entêtant, à l’instar du fabuleux The Gallery de Dark Tranquillity sorti cette même année, Slaughter of the Soul s’impose ainsi sans conteste dans la discothèque de chaque deathster. La séparation de la bande des frères Björler peu de temps après reste certes regrettable, mais offre néanmoins l’avantage de conserver le mythe intact.

Fabien.

16 Commentaires

25 J'aime

Partager

thrasheavy - 31 Juillet 2014: Celui là j'ai mis 3 ans à vraiment l'apprécier. Au début je le trouvais juste correct mais avec le temps, et surtout beaucoup d'écoutes, j'ai fini par l'adorer, c'est vraiment un album monstrueux !! Un must have !!
LeMoustre - 25 Mars 2016: Clairement un disque qui fait l'unanimité, sorti au bon moment, et percutant dans ses moindres sillons. Un CD que j'ai pourtant mis aussi un peu de temps à apprécier, n'ayant jamais trop accroché à At The Gates. C'est d'ailleurs le seul disque de leur discographie que trône dans ma CD-thèque, peu convaincu par With Fear... qui tournait rarement et revendu depuis des lustres, et par les extraits écoutés du petit dernier. Incontestable du genre, à l'image de The Gallery, un disque court, qui arrache avec les vocaux écorchés de Lindberg qui magnifient les structures imparables de la paire de gratteux. 16/20, pas plus, n'ayant pas découvert le disque à sa sortie, malheureusement, mais au début des années 2000, ceci enlevant quelque peu l'impact que j'imagine à sa sortie. Je trouve que le lien avec les premiers Entombed est présent, avec l'accordage des guitares notamment, même si on est dans un style proche. Référentiel et ayant influencé, comme chacun sait, pléthore de groupes. Superbe chronique au passage.
thrasheavy - 25 Avril 2017: Ca fait des années que je l'ai découvert et je l'écoute toujours aussi souvent!! Sérieux comment s'en lasser !!?? Cet album est agressif, puissant, imparable, ultra efficace, c'est vraiment un des albums ultimes du death metal, voire même du Metal tout court !!
ZazPanzer - 10 Octobre 2018:

Petite info qui en intéressera peu j'imagine, mais au cas où... J'ai découvert en décortiquant le booklet que le titre éponyme avait été inspiré par la lecture de "L'Homme-dé" de Luke Rhinehart, roman américain subversif et passionnant sorti en 1971 que je me suis envoyé il y a quelques temps. Sous couvert d'une (fausse) autobiographie (on a cru plusieurs décennies que l'histoire était vraie), l'auteur prône l'Anarchie la plus totale et le rejet des codes de la société. Le personnage qui s'emmerde dans une petite vie bourgeoise décide un soir de beuverie de confier toutes les décisions de sa vie à un dé, annihilant ainsi tout son libre arbitre. Slaughter Of The Soul. A chaque décision qu'il doit prendre, il choisit désormais 6 alternatives (3 au moins doivent être "dangereuses") et s'impose de respecter le choix du dé, quel qu'il soit (5 : je quitte ma femme, 6 : je quitte ma femme ET je monte à l'étage violer ma voisine etc.). Le roman, sorti début '70s par un petit éditeur a rapidement trouvé son public qui le vénère et a fait de cette philosophie un mode de vie. C'est encore le cas aujourd'hui. Si le sujet intéresse certains, il suffit de taper Diceworld ou Dice Living sur YT pour tomber sur des reportages où l'on voit des baroudeurs expliquer où les a amené le Dé. Voilà voilà...

Sinon, j'ai personnellement moi aussi eu un peu de mal à rentrer dans ce disque que je trouvais relativement "générique" aux premières écoutes, mais j'ai fini par trouver la lumière.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ WarMetal

30 Juin 2005
Un an après leur magnifique réalisation "Terminal Spirit Disease" At The Gates étaient là pour montrer ce dont ils sont encore capables.

"Slaughter of the Soul" est donc le digne successeur qui se veut plus dynamique, plus intense et plus trashy. Les composition de cet album se basent donc sur les mêmes ingrédients; des riffs progressif death, des passages trash et des mélodies à la Gotheburg. Mais l'évolution est tout de même là et se sent à travers des passage plus rapides, le dynamisme qui succède à la mélancolie et le caractère plus thrashy des compos. Un véritable massacre que nous propose donc le quartet suédois et un plat que personne n'oserait refuser.
La voix de Thomas Lindberg est toujours aussi sublime et se veut plus sauvage, arrachée, ce qui arrange parfaitement les affaires des frères Björler en mettant davantage en avant le caractère thrashy de cet opus.
Le seul regret à avoir ici c'est qu'il s'agit du dernier album d'un groupe qui restera toujours présent parmi les références absolues de la scène.
"Slaughter of the Soul" est un véritable classique du genre que tout fans se doit de posséder.

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
MassMetal - 14 Décembre 2010: Je pense que tu a tout à fait raison
WarMetal cette offrande de la part du mythe"At the gates" n'est pas à prendre à la légère !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Lord_Damar666

01 Septembre 2005
Surement l'un des meilleurs album de Death que la Suède a produit, peut-être même le meilleur album de death des années 1990.
Cet opus est la preuve qu'il est possible de faire un CD parfait, aucune des chansons présentes ici ne mérite pas sa place dans ce chef-d'œuvre tout simplement.
La batterie est rapide, et bien évidemment omniprésente tout au long de cet album, ce n'est pas le majeur élément qui fait de cet album un chef-d'œuvre, mais néanmoins il est tout à fait honorable.
Venons-en aux riffs, et quels riffs! Tout simplement incroyables, chaque chanson contient surement certains des meilleurs riffs que ce groupe de death a pu composer dans toute sa carrière, et peut-être que n'importe quel groupe de death a pu composer.
Riffs rapides, techniques, accrocheurs...bref, parfaits.
Les vocaux sur cet album sont parfaitement en accord avec la musique puissante que procure cet album, et je ne saurais en dire plus...
Bref un album presque parfait, l'originale acoustique au milieu de tant de puissance qu'est Into The Dead Sky apporte ne serait-ce qu'un petit peu de répit à l'écoute de cet album.
L'ensemble est très bien construit, puissant (je ne le dirait jamais assez) et l'intérêt majeur de cet album est la maitrise incroyable des musiciens de leur instruments respectifs, et les compos des riffs absolument sublimes.
Tout bon fan de death doit savoir apprécier

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire