Signe de Vie

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Manigance
Nom de l'album Signe de Vie
Type Demo
Date de parution 20 Avril 1997
Style MusicalMetal Mélodique
Membres possèdant cet album64

Tracklist

Re-Issue in 2003 with a new cover and 5 bonustracks.
1. Sans Fard
2. Signe de Vie
3. Ligne Blanche
4. Rebelle
5. Aube Nouvelle
6. Rouge Comme la Peau
Bonustracks (Re-Issue 2003)
7. L'Ultime Seconde (Acoustic Version)
8. All the King's Horses (Triumph Cover)
9. Carry on the Flame (Triumph Cover)
10. Believer
11. Messager (Video)

Chronique @ dark_omens

26 Avril 2014

J'y étais...

Pour débuter l’exercice tout à fait périlleux de ces quelques lignes consistant à relater, à disséquer, et, il faut bien le dire, à juger en toute humilité du contenu de cette œuvre, laissez-moi commencer par vous narrer, manœuvre ô combien inhabituelle et ô combien détestée, une anecdote personnelle. Si je me permets cette audace, c’est parce que les faits qu’elle décrit sont tout à fait représentatifs du contexte dans lequel sortit ce Signe de Vie, premier EP des Palois de Manigance.

En ces heures lointaines, si la scène Heavy française n’est pas loin d’être une terre hostile désertique et morne, celle qui ose encore user, ô affreuse hérésie, de sa langue natale demeure un No Mans Land artistique que beaucoup respectent, mais dans lequel peu veulent vraiment s’investir. Dans ce fort nationaliste, irréductible bastion, seule résiste encore la ténacité estimable des Basques de Killers, des Parisiens de Vulcain et de Trust qui vient de, timidement, renaître. Quasiment tous les autres ont abandonné le combat, non d’ailleurs, pour certains, sans avoir fièrement et vaillamment lutté. En d'autres termes, peu s’abandonnent encore aux joies du Heavy, et quasiment plus aucun ne le fait dans la langue de Molière.

Sous l’impulsion du label Brennus Records, un jeune groupe de la ville de Pau, répondant au nom de Manigance va sortir un premier EP. Afin de promouvoir l’essai initial de ce nouveau groupe, mais aussi ceux de quelques autres, la maison de disque va sortir une compilation, Vae Victis, sur laquelle figuraient aussi, entre autres, Killers, Face To Face, Adelscott, Clipper, Trucker, Toxic Twin. Elle mit en exergue le produit en y adjoignant, sur la pochette, l’adage suivant : ‘‘Le renouveau du Metal mélodique français à prix découvertes’’. L’histoire allait leur donner raison.

En ces temps immémoriaux, votre humble serviteur passait ses heures de dur labeur à travailler pour un de ces magasins de disques écrasés par la concurrence rude de plus grands distributeurs aux méthodes nettement moins artisanales, nettement moins conviviales, mais nettement plus efficaces. Lorsque, fébrilement, je suggérais, ma compilation entre les mains, de commander afin de mettre à disposition d’un plus large public, dans les étals, les œuvres de Dream Child, Manigance et Toxic Twins ; je ne reçus, de mon patron, fort de son expérience de plusieurs décennies dans le milieu, qu’un refus aux motifs, sûrement, alors, pertinents que le Heavy et en plus en français était un pari délicat perdu d’avance.

Et pourtant Manigance allait faire naître les prémices de ce formidable renouveau hexagonal.

Cependant, ces six titres seront bien trop peu pour entrevoir toute l’étendue de son talent, et ce, d’autant plus qu’ils souffrent d’une production quelque peu anémiée. Toutefois, dans la frilosité de cette aversion face aux mots francophones, dans l’attirance timide d’un auditoire dispersé pour ce Heavy, les Palois y démontrent de nombreuses vertus. On y devine, déjà, succinctement les qualités remarquables de cette section rythmique dans laquelle Daniel Pouylau excelle admirablement. En parfait héritier de cette scène française d'autrefois, ce chanteur, Didier Delseau, s'illustre particulièrement dans ces aigus, dans cette puissance, dans cette force et dans ces nuances incroyables. Si les mots de cet auteur restent, parfois, abscons, ils recèlent néanmoins une véritable poésie enthousiasmante. Un aspect qui avait trop souvent, naguère, fait défaut à certaines formations sacrifiant leurs paroles sur le bûcher d’une certaine naïveté. On peut également y distinguer les capacités notoires de guitariste de Francois Merle, ayant fait ses armes au sein de Killers, mais aussi du regretté Vince Mouyen, ayant officié au sein de Jumper Lace ; dans une expression à la fois relativement passéiste, et à la fois terriblement contemporaine. Et l’incroyable miracle de ces individualités prodigieuses se distingue dans une unité encore, parfois, fragile et, un peu, immature mais déjà prometteuse.

Ainsi, dans les dédales de ce Heavy / Speed Metal mélodique aux titres aux structures, et aux rythmes, variés, Manigance nous propose une musique, déjà, vive et inspirée avec un esprit prog non négligeable mais jamais pesant. En conséquence, ces morceaux demeurent vraiment comme l’expression d’une certaine exemplarité jubilatoire et outre l’excellent, et véloce, Sans Fard, sans doute le plus immédiat, et le plus classique, ils s’inscrivent, tous, comme les premiers pas, certes, imparfaits mais attachants d’une évolution à venir très encourageante.

Certains événements marquent l’histoire, même artistique. Comme il y eut des gens pour dire qu’ils vécurent la naissance de certaines destinées, votre humble serviteur a vécu, et surtout a entrevu, celle enthousiasmante de Manigance. Oui, j’y étais.

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
samolice - 26 Avril 2014: Merci Dark_O. Je n'ai découvert ce maxi qu'à sa réédition en 2003. Entre temps était sorti leur premier album qui m'avait scotché. Tout ce que tu évoques dans ton texte, je l'ai ressenti à la sortie de "Ange ou Démon", l'album de hard français que j'attendais depuis longtemps (depuis Sortilège en fait). Bref, ce maxi m'a un peu déçu en comparaison du premier full lenght. J'aime bien les covers de Triumph cependant, un groupe trop souvent oublié en France.
Elevator - 26 Avril 2014: Allez, pour contredire ce cher Sam, j'adore ce "Signe de vie" que j'ai moi aussi découvert en réédition après le 1er album. Il y a un sens de la mélodie qui me plait bien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ MetalAngel

16 Juin 2005
Comme tout groupe qui débute, Manigance a sorti en 1997 un EP 6 titres intitulé 'Signe de Vie', d'aprés une chanson éponyme. Suite au succés qu'ils ont eu avec 'Ange ou Démon?', le groupe sort, pour les fans, le remaster de leur premier EP, en 2003. C'est pour cela que la réédition de 'Signe de Vie' s'intitule 'Signe de Vie Remaster 2003'. Cette démarche est une sorte de tribute à leur premier guitariste, Vincent Mouyen, disparu peu avant 2000.

Que dire de cet EP? Nous pouvons d'abord dire qu'il s'agit des titres présents sur la première édition, auxquels on a ajouté 4 bonus, dont 2 reprises, une auto-reprise et un titre des Palois écrit en anglais. La pochette a été, elle aussi, revue. Plus moderne, plus belle, elle reflète la volonté du groupe de se moderniser pour plaire, non seulement, aux vieux de la vieille qui sont des ardents défenseurs du metal gaulois des années 80, mais, également aux plus jeunes, fans de néo et de choses plus contemporaines.

Venons-en, maintenant, au fond : les 6 titres originels sont dans la même veine que les titres présents sur 'Ange ou Démon?', à savoir un metal eighties teinté de modernité grâce aux samples et aux parties de claviers de Florent Taillandier. Les morceaux sont efficaces, heavy à souhait, malgré une légèreté des atmosphères et une production un peu trop aseptisée, malvenues.

Néanmoins, le mini-cd s'écoute avec un grand plaisir du début jusqu'à la fin, rappelant parfois, le groupe Sortilége, dont Manigance sont des grands fans, et les Danois de Pretty Maids. Quelques baisses de régime (dommage!) vers la fin avec "L'ultime Seconde" et les reprises de Triumph, qui gâchent un peu la fête. Un très beau titre, néanmoins, qui remonte l'ensemble : "Rouge Comme La Peau", progressif à souhait. Excellent!

Mais, la perle du remaster reste, néanmoins, "Believer", le premier et seul titre de Manigance, écrit totalement dans la langue de Shakespeare, qui rappelle d'ailleurs le "Here I Am" de Shaman. Un titre trés heavy, le plus heavy de toute la carrière de Manigance.

Les prémices du plus grand groupe de Heavy Metal français contemporain. Très bon!

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire