Roomservice

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Panzerchrist
Nom de l'album Roomservice
Type Album
Date de parution 22 Septembre 2003
Labels Mighty Music
Enregistré à Antfarm Studio
Style MusicalDeath Black
Membres possèdant cet album85

Tracklist

Re-Issue in 2007 on "Bello" Compilation
1.
 Tomorrow
 02:12
2.
 Creature
 03:29
3.
 Lies
 03:55
4.
 Suicide
 04:07
5.
 At the Grave
 05:03
6.
 Death Approaches
 03:37
7.
 Metal Church
 04:48
8.
 Roomservice
 01:17
9.
 The Red River
 05:06
10.
 Evil
 05:28

Durée totale : 39:02


Chronique @ BEERGRINDER

03 Mars 2008
Si vous êtes comme moi, un enragé du death metal et que Room service (2003) n’est pas parvenu jusqu’à vos oreilles, il est grand temps de réparer l’erreur.
Soul Collector, le troisième obus du groupe au char d’assaut, avait déjà bien secoué le cocotier du death metal danois, mais celui-ci enfonce le clou avec une presse hydraulique.
A un moment ou Anata, Nile, Origin ou Cryptopsy, repoussaient sans cesse les limites techniques du style, Panzerchrist propose un style beaucoup plus épuré avec un seul mot d’ordre : efficacité.

Au niveau de l’artwork, Bo Summer et ses acolytes ne changent pas une équipe qui gagne et nous avons droit au traditionnel char sur la pochette.
Le chant en allemand a été abandonné au profit de l’anglais mais nous verrons par la suite que cela n’affecte nullement l’impact des compositions.
On notera aussi quelques changements au niveau du line-up : Frederik O’Carrol et Rasmus Henriksen prennent les guitares tandis que le multi-instrumentiste Michael Envoldsen se charge de la basse en lieu et place de son ex-femme Karina Bundgaard, après avoir assuré la batterie sur les premiers albums et la guitare sur Soul Collector. Mais nous ne sommes pas ici pour un épisode des feux de l’amour bien au contraire, alors entrons de suite dans le vif du sujet.

Après une courte intro, Tomorrow démarre en trombe sur un blast et des roulements de toms dont seul Reno Killerich a le secret, et d’entrée on prend un train en pleine face (ou un panzer c’est plus adapté à la situation), le son est surpuissant et dépasse tout ce qui avait été fait en la matière jusqu’ici, Tue Madsen a effectué un travail de titan.
A peine le temps de se remettre de cet assaut (nucléaire, elle était facile) de 2 minutes que Panzerchrist a déjà rechargé et fait feu à nouveau avec Creature ou la double-pédale est omniprésente tout du long et un final en apocalypse avec de fines (heureusement) nappes de claviers et une fin très black metal qui préfigure un peu de l’évolution musicale qu’adoptera Panzerchrist sur Battalion Beast.

Pas de places ici pour fioritures, c’est la guerre et nous sommes inéluctablement plongés au cœur du chant de bataille, Lies démarre sur des guitares et une basse vrombissantes, symbolisant le moteur du panzer se remettant en action pour une autre offensive meurtrière. Ce morceau, ponctué d’un break titanesque représente parfaitement l’esprit de Panzerchrist : pas de riffs alambiqués et complexes qu’il faut écouter 25 fois pour comprendre, juste l’efficacité et l’envie de tout dévaster sur son passage. Et rien ne vient enrayer la belle mécanique solidement campée sur ses chenilles blindées, Suicide déblaye tout sur son passage à coup de blasts qui sonnent comme des rafales de canons 12/7 et on notera sur ce titre que les brutes danoises savent aussi nous sortir des soli aux influences Heavy foutrement bien travaillés.

Vous pouvez toujours chercher ici un titre plus faiblard, vous reviendrez bredouille de votre quête, l’intensité est présente tout au long des 10 bombes de ce Room Service que ce soit At the Grave que l’ont cataloguera comme une marche militaire death metal, Room Service rapide et dévastatrice au possible ou encore une phénoménale reprise de Metal Church, le titre éponyme.

Avec tout ces superlatifs vous allez peut-être penser que j’exagère, et bien non et je vais en rajouter une couche : la voix, cette putain de voix de Bo Summer qui symbolise à elle seule la puissance du death metal, ce chant parachève magistralement le chef d’œuvre et du coup au niveau des défauts c’est le désert et tant mieux.

Bien sûr certains vont me rétorquer que niveau innovation et technique, on trouve largement mieux ce qui est indéniable, mais il se dégage de ce CD une atmosphère intègre et guerrière absolument exceptionnelle et on est quand même bien loin ici de choses basiques et plates à la Six Feet Under, d’où ce 19/20 qui sans l’absence des paroles dans le livret se serait transformé en 20.

DEATH…………..Forever Panzer.

BG.

16 Commentaires

21 J'aime

Partager

Spirit_Of_Deathiny - 29 Novembre 2010: 19/20 par BG? eh bah putin ça doit être un sacré album, vu ta chronique il faut que je me le procure au plus vite!!
Eh non! je ne connaissais pas...
albundy57 - 27 Janvier 2011: Si Beergrinder a mis 19/20, c'est parce qu'il est cousin avec la concierge du beau-frère au correspondant français de Bo Summer. Et ça il a omis de le préciser la fripouille!!!

Blague à part, il est indéniable que ce "Room service" est un véritable pavé de death brutal, parfaitement maîtrisé et plus subtil qu'il n'y parait.

Avoir choisi le panzer comme "symbole" n'est pas anodin tant on s'en prend plein la gueule suite à l'écoute de ce skeud.

Je rejoins tout à fait Beergrinder quant à la qualité et la prestation époustouflantes des membres de ce groupe.

Impressionnant bon dieu!!

PANZERCHRIST est incontestablement un poids lourd du genre.



ps: perso je trouve aussi que 19/20 est un poil sur-noté, mais bon le chroniqueur a l'air d'avoir ses raisons d'y tenir...
kiki2000 - 29 Janvier 2012: Trop bon, belle ambience black death..
berq93 - 28 Août 2012: Une découverte pour moi grâce à cette excellente chronique pour un groupe que je ne connaissais que de nom.Un album ultra efficace,en forme de rouleau compresseur avec un son en béton armé...17/20
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Black_Requiem

29 Mars 2009
Fondateur du groupe, Michael Enevoldsen a réussi à faire de Panzerchrist une machine de guerre infernale, sanglante à souhait et qui démolit tout sur son passage ! Ca n’est pas pour rien que le groupe s’appelle Panzerchrist puisque le premier morceau de l’album avance tel un rouleau compresseur (ou un Panzer, comme vous voulez) en réduisant en miettes les oreilles si fragiles des auditeurs. La basse et la guitare forment le gros de la musique de Panzerchrist, elles dominent tout au long de l’album et forment une sorte de muraille auditive. La batterie, menée par le sublime Reno Killerich, est, si l’on peut dire, la signature du groupe avec les roulements à la double grosse caisse sur le deuxième morceau de l’album (‘‘Creature’’). Les influences Heavy se font ressentir sur les morceaux, principalement dans les solos de guitare, et les claviers viennent ajouter ici et là des ambiances encore plus menaçantes qu’elles ne le sont déjà. Bénéficiant d’une production hallucinante et à couper le souffle, il est dommage que l’album de ce quintette ne dure que 40 minutes. Mais, malgré que cet album ne soit pas une grande innovation pour le groupe, il n’en reste pas moins d’une qualité musicale remarquable.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kivan

29 Mars 2009
Vous aimez la musique légère et belle, le chant des oiseaux et les petites fleures dans les prés ?
Et bien cet album n’est pas pour vous…
L’écoute de ce cd ne laisse qu’une seule impression, celle d’être passé sous les chenilles d’un bulldozer, ou d’un char, puisqu’on parle évidement ici du dernier Panzerchrist
J’ai rarement entendu un death aussi lourd, puissant et destructeur !
Dès « Creature », le rythme est donné ; la batterie se lance à toute blinde dans un déferlement de coups, et la musique s’emballe, détruisant tout sur son passage, à grand renfort de riffs lourds, graves et percutants.
Et au chanteur de rajouter par-dessus tout cela une voix over-grave des plus profondes, très mid-tempo, un brin à la Amon Amarth.
La qualité de cet album est indéniable, Panzerchrist frappe très fort, et y déploie de nombreux passages instrumentaux incroyables, souvent très techniques, mais sans un instant perdre une once de puissance.
Rarement un death metal n’aura su être aussi lourd et puissant, cet album est à écouter absolument !!!!

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire