Resurrection Through Carnage

Liste des groupes Death Metal Bloodbath (SWE) Resurrection Through Carnage
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Bloodbath (SWE)
Nom de l'album Resurrection Through Carnage
Type Album
Date de parution 25 Novembre 2002
Labels Century Media
Produit par
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album378

Tracklist

1.
 Ways to the Grave
 04:09
2.
 So You Die
 03:19
3.
 Mass Strangulation
 03:32
4.
 Death Delirium
 05:06
5.
 Buried by the Dead
 03:14
6.
 The Soulcollector
 03:37
7.
 Bathe in Blood
 04:11
8.
 Trail of Insects
 04:36
9.
 Like Fire
 04:34
10.
 Cry My Name
 04:40

Durée totale : 40:58


Chronique @ Fabien

28 Mars 2007
Suite au EP Breeding Death sorti en 2000, très bon au passage, Bloodbath décide de poursuivre la route, en proposant son deathmetal fortement typé old school suédois, tant au niveau de la musique que des paroles. Swano (Egde Of Sanity), Akerfeldt (Opeth), Renske & Nystrom (Katatonia) se sont réunis avant tout pour se faire plaisir, jouant une musique directe et efficace en hommage au death des early 90's, qu'ils ont eux-mêmes pratiqué dans leur jeunesse (souvenons-nous par exemple de Nothing but Death Remains, premier CD d'Edge Of Sanity sorti en mai 1991).

Avec une telle brochette de musiciens visionnaires, Resurrection Through Carnage remplit largement son contrat, balançant un deathmetal brutal et sombre, aux rythmes middle tempo & entrainants, et aux riffs particulièrement mortels, à l’image du mythique Ways To The Grave en ouverture. Les 10 titres s'enchaînent ainsi à la perfection, fourmillant de breaks et d'accélérations qui agrémentent idéalement l’écoute de l'album, depuis l'entrainant Buried by the Dead jusqu'au non moins excellent Cry my Name. Les Growls de Mickael Akerfeldt, d’une pureté exemplaire, sont également terrifiants, soutenus par les riffs redoutables d'Anders Nyström, au jeu si unique et torturé.

Enfin, pour ne rien gâcher, Resurrection Through Carnage bénéficie d’une production claire et profonde, qui renforce impeccablement sa lourdeur et dote les guitares du son froid typique du deathmetal suédois du début des nineties, se situant entre Left Hand Path, Dark Recollections & Into The Grave. Non, décidément rien ne vient entacher la qualité de cette galette.

Resurrection Through Carnage s’écoute donc avec un plaisir non dissimulé, plaisant à coup sûr à tous les nostalgiques du deathmetal scandinave du début des années 90. Il constitue l'une des meilleures surprises de l’année 2002, et représente à titre personnel l'un de mes coups de coeur de ces dernières années. Enfin, plus qu’un groupe hommage au deathmetal des 90's, Bloodbath est une formation stable, visiblement décidée à s'inscrire durablement dans le temps.

Fabien.

19 Commentaires

16 J'aime

Partager

dissident0 - 27 Octobre 2011: Ouah je découvre cet album sur le tard...mais quelle claque ! merci SOM pour cette découverte, ce site est une putain de mine d'or d'information !! Bloodbath c'est une massacrerie, une atrocité de violence titanesque je m'égard désolé bonne soirée :)
JeromeG - 12 Janvier 2013: Moi aussi, je découvre très en retard, mais je prend mon pied avec. La nouvelle scène m'ennuie mais avec Bloodbath, c'est le meilleur du passé avec grosse prod actuelle. Les compos, le son et la voix de Mickaël Akerfeldt, c'est parfait ^^
LeMoustre - 11 Mai 2016: Digne d'un skateboard de Marty Mc Fly, ce disque replongera immanquablement l'auditeur vers les classiques swedeath à la naissance du style. Dans la lignée du EP que je préfère quand même d'un chouia, un disque efficace et ô combien fidèle au meilleur des grands anciens de la scène. 16/20.
mechant - 18 Septembre 2018:

bon sens mais cet album fit l'effet d'un  flashback...Le Grand Entombed venait de ressuscité avec que du plus.... j'écoute  très  régulièrement cet opus qui me ramène au collège direct.

ce son si glacial des guitares , le chant caverneux , les melodies et les breaks, l'ambiance tout y est.

la nlle version de Bloodbath est différente mais au combien intéressante....

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ cunteater

06 Juillet 2006
Quand 4 sommités de la scène Death Suédoise se concertent, animés des plus bas instincts de nécrophiles en manque de chair morte, tous 4 nostalgiques de la scène Death des débuts 90, cela donne BLOODBATH.
Réunissant Mike Akerfeldt (OPETH) au chant, Anders « Blackheim » Nyström (KATATONIA, DIABOLICAL MASQUERADE) guitares, Jonas Renske (KATATONIA) basse et Dan Swanö (EDGE OF SANITY, entre autres…) à la batterie, ce side-project est un vibrant hommage, voire un malsain et glorieux tribute à des groupes comme CARNAGE, DISMEMBER, ENTOMBED (1ère époque) GRAVE, AUTOPSY et consorts…
Alors que AUTOPSY a splitté, ENTOMBED a retourné sa veste et changé de cap, alors que GRAVE rame difficilement et tente de retrouver sa gloire d’antan, et seul DISMEMBER reste vaillant et fidèle au True Death Metal, BLOODBATH – simple projet parallèle rappelons-le – ressuscite les morts et redonne vie à ces rythmiques graveleuses, qui firent la popularité et la spécificité de la scène Suédoise, à ces vocaux d’outre-tombe, à ces riffs zombifiés, au pilonnage incessant d’une batterie épileptique.
Tout est là pour rappeler cette ère glorieuse, du logo en passant par la pochette, à l’artwork bien morbide, jusqu’aux paroles délicieusement glauques, aux descriptions très frappantes, très imagées sur les aspects les plus indécents de la mort.
Resurrection Through Carnage” enfonce le clou un peu plus dans vos chairs putréfiées, tant la violence dégagée est malsaine, obscène et putride. Sentiment renforcé par les vocaux sépulcraux de Mike Akerfeldt qui mène outrageusement cette messe morbide, associés aux riffs vicieux de ses compères qui vous perforeront le crâne.
Des titres comme « So you die » « Mass strangulation » « The soulcollector » « Bathe in blood » ou bien « Like fire » pour ne citer que les meilleurs, respirent la mort, la déliquescence de chair en état de décomposition, à l’instar des films de Lucio Fulci, visqueux et effrayants.
BLOODBATH n’apporte rien de neuf au style, mais lui rend ses lettres de noblesse, avec conviction, passion et intégrité. Dix ans après la naissance du style, le Death Metal renaît de ses cendres, une résurrection par le carnage… Ultime !!

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ goyo

19 Avril 2009
En 2000, l'EP Breeding Death sortit comme petit délire entre amis censé rendre hommage à leurs idoles Suédoises de toujours, autrement dit Entombed, Dismember, Unleashed etc...Seulement voilà, ses joyeux copains se nomment Mikael Akerfeldt (Opeth), Jonas Renkse (Katatonia), Anders Nyström (Katatonia) et Dan Swano (Edge Of Sanity) et leur petit délire s'avère être une véritable tuerie. Mais il ne faut pas oublier que ce projet n'était qu'un amusement, qu'allait donc devenir Bloodbath ? Suite aux retours très encourageants de métalleux totalement bluffés, la petite bande a finalement décidé d'enregistrer un album entier, le bien nommé Resurrection Through Carnage, qui mettra tout le monde d'accord : Les intentions d'hommage de Bloodbath ont propulsé le groupe à la hauteur des grands noms concernés. Aujourd'hui considéré comme une référence du Death métal, c'est bien grâce à cet album que nos tueurs sont recommandés à travers le monde entier et qu'ils rameutent les foules lors de leur unique concert désormais d'anthologie au Wacken 2005.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la volonté de ressembler au groupes de leur jeunesse ne prive certainement pas Bloodbath d'un personnalité bien propre. Le jeu de guitare définitivement unique d'Anders Nyström est une marque de fabrique du son Bloodbath, c'est d'ailleurs une des premières choses que l'on remarque à l'écoute de cette galette. L'autre élément qui saute aux oreilles sur cet album est la voix de Mikael Akerfeldt. Terriblement profonde et gutturale, se payant même le luxe de nombreux passages aériens, elle se marie à merveille au son de guitare torturé d'Anders. Dan Swano quant à lui remplie amplement son contrat derrière les fûts, mais on a plus de mal à entendre la basse de Jonas Renkse totalement recouverte par la densité produite par Anders et sa guitare. Les compositions sombre, énergiques et entrainantes marquent les oreilles au fer rouge avec en tête les refrains magistrales de Ways To The Grave et Cry My Name, ou encore le côté obscur totalement révélé grâce au somptueux So You Die. Oppressant à souhait grâce aux grosse rythmiques sur Buried By The Death ou bien terriblement glauque avec les riffs prenants comme sur So You Die, Bloodbath ne fait pas dans la dentelle.

Tous ces détails donnent une bonne raison de couronner cet album de l'intrigante étiquette de chef d'œuvre. Résister à sa majesté ? Vous n'y pensez pas ! Enfin, essayez toujours, ce n'est pas dit que vous y parviendrez ! Vous n'avez plus qu'à aller chez votre disquaire le plus proche vous procurez cette merveille si ce n'est pas déjà fait, ne vous inquiétez pas je ne vous dirait rien si vous ne l'avez pas encore fait...Bref, cet album a toutes les raisons du monde pour vous renverser sur le cul...Bonne écoute !

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire