Psalms of Extinction

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Pain (SWE)
Nom de l'album Psalms of Extinction
Type Album
Date de parution 16 Avril 2007
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album243

Tracklist

1. Save Your Prayers 03:43
2. Nailed to the Ground 04:11
3. Zombie Slam 03:32
4. Psalms of Extinction 04:09
5. Clouds of Ecstasy 03:16
6. Play Dead (Björk Cover) 04:03
7. Does It Really Matter ? 04:06
8. Computer God 03:25
9. Just Think Again 06:15
10. Walking on Glass 03:51
11. Bottle's Nest 03:36
12. Bitch 03:47
Bonustracks (Russian & United Kingdom Release)
13. Behind the Wheel (Depeche Mode Cover) 04:10
14. Here Is the News (Electric Light Orchestra Cover) 03:54
Total playing time 55:58

Chronique @ valentheris

20 Mai 2010
Si je devais présenter Peter Tägtgren à quelqu'un découvrant l'univers du metal, je le ferais en cinq mots : polyvalent, hyperactif, talentueux, créatif, déstabilisant.
En effet, non content d'accueillir régulièrement de grands groupes dans son studio personnel : "Abyss Studio", de faire partie d'une populaire formation de death metal mélodique (Hypocrisy), d'arpenter les sentiers du black metal avec "The Abyss", le Sieur Tägtgren éprouve le besoin, entre deux tournées live, d'expérimenter une musique qui lui est plus personnelle et s'éloignant des chemins qu'il a déjà parcourus.

C'est donc en 1997, que "Pain", le nouveau projet solo de notre suédois voit le jour. Fini les growls et autres formes de chant Death, dehors les blasts assommants et bonjour à vous sonorités électroniques, industriels, refrains qui restent en tête des jours entiers et riffs entraînants.
Considéré comme un hors-d'oeuvre de choix entre deux albums d'Hypocrisy pour certains, un nouveau groupe excellent de la part de notre Peter national pour d'autres et un gagne Pain commercial pour les idiots étroits d'esprits, Pain a su trouver son lot de fans et acquérir une notoriété certaine auprès de la scène de metal industriel au fil des années et s'il y a bien une chose que je peux vous affirmer, c'est que, hormis les meilleurs titres d'Hypocrisy, le sieur n'a jamais montré une telle propension à sortir des tubes.


Peter laisse son imagination vagabonder, s'exprimer et ce qu'il en ressort au retour est un vaste champ de thèmes, tant lyriques que sentimentaux, s'étalant d'une critique moderne de la société ("Computer God") aux délires les plus personnels de notre homme ("Zombie Slam"), traversant fougue et tristesse pour faire découvrir à l'auditeur son univers interne sous le coup de headbangs et de refrains chantés à tue tête.

L'album débute par un "Save Your Prayers" qui annonce la couleur immédiatement. Les sons électroniques arrivent petit à petit avec la voix si caractéristique de Peter soutenue par un riff lourd, le tout amenant un refrain entêtant et récurrent. Idéal pour plonger l'auditeur dans le bain et aborder une suite semblant dès lors prometteuse.
Des titres tels que : "Zombie Slam" ou "Clouds of Ecstasy" sont témoins de l'imagination dont le suédois peut faire preuve. Le premier est certainement l'un des morceaux les plus atypiques de l'album avec cette voix si bien maîtrisée et cette ambiance étrange qui plane. Le deuxième est plus "habituel" mais dispose tout de même de cette ambiance de folie douce si jouissive, accentuée par ces sonorités psychédéliques et ce rythme dansant.

L'ambiance générale n'est pas non plus à la joie et des pistes telles que "Does It Really Matter" ou "Just Think Again" sauront sans coup férir vous entraîner dans un univers où les actions passées que vous regrettez sauront vous rattraper. Un chant clair profond, beau, une ambiance mélancolique et épique, voici les ingrédients de cette mélodique recette qui vous fera fermer les yeux et vous remémorer des choses ensevelies dans votre esprit que vous aimeriez rattraper. À noter que sur le deuxième titre sus-cité, Mr Tägtgren nous démontre une fois de plus ses talents de compositeur, faisant évoluer l'ambiance par des éléments extérieurs sans jamais casser le rythme, voir même le sublimant par un superbe crescendo peu avant le milieu du titre afin de le rendre vraiment transcendant.

Bien entendu, nous ne sommes pas là pour pleurer et le percutant "Walking On Glass", le final explosif "Bitch" ou le dynamique "Bottle's Nest" sauront nous le rappeler.
Disposant de riffs évoluant dans la plus pure tradition de Pain et de cet éternel halo de psychose talentueuse ils sauront se faire une place fixe un bon moment dans le coeur de l'auditeur lambda pour peu qu'il se prête au jeu.
Si certains ne connaissent pas encore cet opus, alors ils leur suffira de jeter une oreille sur le titre éponyme qui se veut être un parfait résumé de l'album entier : une rythmique alliant de manière imparable le cynisme "Computer God" à l'ambiance éthérée de "Does It really Matter" en passant par la puissance vocale de "Nailed To The Ground". Nul doute qu'il saura en convaincre plus d'un à se mêler au petit jeu du maître de Pain.

Nous pouvons donc dire que cet album est un belle réussite de la part de Peter Tägtgren. À défaut de nous offrir des nouvelles d'Hypocrisy dans le courant de ces années là, il aura offert à tout les fans ouverts au style pratiqué une très belle offrande musicale en cette année 2007 et un élan supplémentaire à ce projet solo.

Mixeur de talent, arrangeur émérite, le monsieur accumule également le titre de compositeur hors-pair.
En espérant que son projet continue de progresser encore plus loin au fil des années à venir.
À mon avis, nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises...

Valentheris.

6 Commentaires

4 J'aime

Partager

PullTheTrigger - 20 Mai 2010: Non mais je vois quand même ce que tu veux dire ^^.
Celldweller55 - 22 Septembre 2010: Le plus mauvais à mon avis

Belle chronique néanmoins
ANDRAS - 15 Fevrier 2013: 2/20 celldweller55?!?

là, j'aimerais savoir pourquoi?

Sinon, ce sera également 16/20 pour moi.
Celldweller55 - 15 Fevrier 2013: Parce que je l'ai trouvé trop bon pour avoir 1/20 mais pas assez pour avoir 3.
Les goûts et les couleurs ça te parle ?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Anders87

12 Août 2007
14/20

C'est au lendemain d'une bonne petite beuverie entre amis que j'entrepris l'écoute de cette nouvelle galette envoyée par notre ami Peter Tâtgren. Pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas, il faut savoir qu'il est responsable de la boîte de production Abyss, leader incontesté du groupe de Death technique Hypocrisy, et officie dans Pain, son side project qui occupe une place de plus en plus importante dans sa vie... et dans celle du métal !

Je ne connaissais Pain que par sa chanson "Shut Your Mouth". C'est donc prudemment que je lance la lecture, curieux de savoir ce que va donner cet album d'électro métal indus pas si éloigné que ça du cyber punk de nos chers Punish Yourself. Et dès le premier titre, la surprise arrive ! Brutal, percutant, punk, on croirait entendre un morceau de Strapping Young Lad ou de Ministry ! A tel point que j'ai cru que je m'étais trompé de disque !

Les choses s'arrangent par la suite avec ces chansons toutes rodées pour devenir des tubes en puissance (presque trop calibrés pour la radio ??... non...) ! On se prend d'envie de danser face à ses mélodies étudiées, et ses couplets assassins ! Malheureusement, l'album prend vite une tournure trop linéaire... et les chansons ont l'air de se suivre et de se répeter.

Mais le plaisir reste quand même là, celui d'écouter un album sans se prendre la tête... Après un bon petit akercocke c'est vrai que ça fait du bien !

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Sken

14 Mai 2012

Avec ce disque, Pain réalise une véritable prouesse !

Après le succès de leur précédent album, les Suédois de Pain reviennent nous livrer en cette année 2007 un nouveau disque. Emmenés par celui que l'on ne présente plus, le maître Tagtgren, ils offrent un successeur au très réussi Dancing with the Dead. Cet album sera-t-il à la hauteur ?

On commence par l'intro inquiétante de "Save Your Prayers" qui nous propulse dans un tourbillon de violence et de rage, brisé net par un refrain mélodique réussi. On est donc rassurés d'entrée, Pain semble prêt à nous faire violemment headbanger tout au long de ce disque. D'autres titres très indus feront écho à celui-çi, "Nailed to the Ground", "Computer God" ou encore "Walking On Glass" et son refrain martial.

Mais Peter, dans cet album plus qu'ailleurs, s'aventure sur des terrains différents, toujours avec la réussite insolente qui convient à son génie. Il nous offre ainsi avec "Zombie Slam" une escapade hautement jouissive dans des contrées désolées. De sa voix la plus grave (rappelant, mais dans un tempo très différent, "Dark Fields Of Pain" sur Rebirth), le maître nous entraîne au plus profond des abysses !
Le disque nous emmène également vers des chansons au tempo plus lent et qui atteignent le comble de la noirceur : "Psalms Of Exctinction" (et son ambiance suffoquante), "Just Think Again" (abordant le thème du suicide chez les jeunes) ou la très orchestrale reprise de Bjork, "Play Dead".

Comme tout chef-d'oeuvre qui se respecte, l'album se termine en feu d'artifice sur la destructrice "Bitch", véritable ode à la gente féminine (ironie ici !) non sans nous avoir livré son lot de "tubes" ("Clouds Of Ecstasy", "Bottle's Nest") certes moins nombreux que sur le précédent opus mais au combien efficaces !

Bref, avec ce "Psalms Of Exctinction", Pain réalise une véritable prouesse : nous livrer un disque qui n'a pas à pâlir devant son illustre aîné, loin de là. Si j'ai attribué la même note à ces deux albums, celui-çi conserve pour moi une dimension affective plus importante, puisqu'il fut celui de ma découverte du groupe.

Si vous êtes des néophytes dans l'univers de Pain, ne cherchez-plus par où commencer, ce disque est idéal pour chopper le virus !

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire