Profane Genocidal Creations

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dark Fortress (GER-1)
Nom de l'album Profane Genocidal Creations
Type Album
Date de parution Fevrier 2003
Labels Red Stream
Enregistré à Grieghallen Studio
Style MusicalBlack Mélodique
Membres possèdant cet album92

Tracklist

1.
 Introduction
 01:45
2.
 Defiance of Death
 08:36
3.
 Passage to Extinction
 09:11
4.
 In Morte Aeternitas
 09:04
5.
 Moribound Be Thy Creation
 06:19
6.
 Through Ages of War
 06:05
7.
 Blood of the Templars
 07:20
8.
 Warlord (Face the Angel of Pestilence)
 05:02
9.
 Battles Rage in the Infernal Depth
 06:49
10.
 A Fortress Dark
 08:16

Durée totale : 01:08:27


Commentaire @ Arawn

30 Novembre 2005
Avec Profane Genocidal Creations, Dark fortress conserve les influences de Tales from Eternal Dusk tout en augmentant le nombre de passage extrême (le côté mélodique prépondérant empêchant de parler de brutalité) et la présence du synthé.

Encore une fois, Dark Fortress ne se place en effet pas dans le black traditionnel en utilisant l'influence death mélodique qui explose dans "In Morte Aeternitas" et surtout "Through Ages Of War" que ce soit dans la rythmique, dans les soli et surtout dans la sonorité qui n'a pas le côté sombre du black. Les accords et la voix sonnent sans nul doute black, mais pas l'ambiance.

Pour autant, le groupe garde sur d'autre morceaux son côté ambiant, notamment sur "A Fortress Dark" et "Moribound Be Thy Creation" avec ses passages lancinants et son synthé inquiétant qui nous replonge dans l'ambiance noire de rigueur.

Côté rythmique, Dark fortress joue tout autant dans la variété en passant de "Blood Of The Templars", "Warlord (Face The Angel Of Pestilence") et "Battles Rage In The Infernal Depth" que la présence des nappes synthé sauve de justesse de l'apparence black brutal au vue du grind plus que présent à "Defiance Of Death" qui offre un côté très intense en jouant sur du mi tempo oscillant avec des accélérations speed.

Au milieu de toutes ces variations, différents points reste immuables, d'abord le côté mélodique qui survie à n'importe quel grind que ce soit à la gratte ou au synthé, et la voix black posée qui ne laisse que brièvement la place à des voix parlée et chuchotée d'ambiance et dans "Passage To Extinction" à un chant féminin que je qualifierai généreusement de dispensable.

Profane Genocidal Creations nous offre ainsi une bonne variété qui nous tient en haleine tout le long de l'album sans sombrer dans le grand écart grâce au fil mélodique du black d'influence moderne scandinave.




0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire