Phoenix Rising

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Deströyer 666
Nom de l'album Phoenix Rising
Type Album
Date de parution 01 Janvier 2000
Style MusicalBlack Thrash
Membres possèdant cet album213

Tracklist

1. Rise of the Predator 04:05
2. The Last Revelation 02:25
3. Phoenix Rising 03:57
4. I Am the Wargod (Ode to the Battle Slain) 07:33
5. The Eternal Glory of War 05:20
6. Lone Wolf Winter 06:37
7. Ride the Solar Winds 04:52
8. The Birth of Tragedy 05:19
Total playing time 40:08

Chronique @ SvartKald

04 Janvier 2009
Groupe emblématique de la scène Black/Thrash mondiale, Deströyer fait partie de ces quelques groupes consanguins de Melbourne qui ont lancé le Black australien à partir du début des années 1990. Petit frère du non moins célèbre Bestial Warlust, Deströyer 666 fut fondé en 1994 par K.K. Warslut, ex-guitariste de BW.

Après la sortie de “Violence Is the Prince of This World” et la formation d’un line up stable, Deströyer 666 s’éloigne peu à peu de ses origines Black/Death metal pour se fixer sur un Black Thrash virulent tirant sur le mélodique avec la sortie de “Unchains the Wolves” en 1997. C’est en 2000 que Deströyer 666, alors au sommet de sa gloire et de son génie, mit au monde le fabuleux “Phœnix Rising”... Car de génie c’est bien de ça qu’il s’agit, un génie de hargne et de fougue liées du début à la fin de cet opus. Deströyer 666 sait manier les riffs pour faire ressortir de ses morceaux un véritable concentré de puissance et d’émotions, passant allègrement du blast sauvage secondant des guitares rapides et agressives à de lancinantes mélodies supportées par une batterie précise martelant le rythme sans faiblir. Au service de ce déluge de feu une production très propre, permettant une distinction parfaite de chaque instrument et un suivi de la structure musicale sans aucun problème.

L’album début sur le très rapide “Rise of the Predator”, morceau précédé par une courte intro. A peine l’album lancé que Deströyer 666 passe à l’assaut et balance la purée. Un morceau porté par une rythmique d’acier et de lourdes et acérés guitares. Par dessus une voix dantesque scandant sans vergogne son agressive sentence. Predator ! Predator ! Predator ! Pas une seconde de répit dans ce premier titre, si ce n’est le magnifique break de fin qui conclut dans l’apothéose la plus totale cette première et délicieuse mise en bouche.

S’ensuit alors “The Last Revelation” et son obsédante mélodie supportée par une voix bien plus posée. Un morceau très court, moins rageur et fougueux que son prédécesseur, beaucoup plus profond. Deströyer 666 prépare le second assaut...

Ce dernier ne se fait pas bien attendre, dès le début du titre éponyme, le groupe démarre sur un riff épique et très dynamique, avant de rapidement embrayer sur un passage bien plus rapide agrémenté d’un solo de folie que l’on retrouvera par deux fois dans ce morceau. Le côté Thrash du groupe se fait alors très nettement sentir dans le jeu de guitare,ce dernier enrichi par des plans tantôt ultra rapides et violents, tantôt entêtants au possible et complètement arrachés. Encore une fois, le travail sur la voix apporte une dimension supplémentaire à la musique, parfaitement en rythme, totalement collée à la structure des riffs, toujours particulièrement furieuse et déchaînée, haranguant l’auditeur.

La force de cet album, en plus de sa qualité musicale indéniable et du panel d’émotions qu’il est capable de transmettre à l’auditeur, est de monter progressivement en puissance au fil des minutes, tout en laissant de courtes plages de repos à l’auditeur, comme au début de “I am the war God”, le morceau suivant. Après quelques petits arpèges sur un riff lointain au volume croissant, tel le sourd grondement d’une armée approchant, le morceau débute, avec la même structure que les titres précédents: quelques gros riffs épiques calés sur une batterie implacable très structurée, sur lesquels vient se poser l’impétieuse voix de K.K. Warslut qui achève de nous convaincre que Deströyer 666 est une véritable machine de guerre, froide, rapide et sans compromis. “I am the Wargod” est considéré par beaucoup par un des meilleurs titres de l’album. Bien que je ne partage pas cette impression à cause du côté légèrement linéaire et étouffé de ce titre, il faut bien reconnaître qu’il représente un véritable hymne à la guerre, entraînant et entêtant au possible, s’achevant sur le petite fade out qui va bien.

Basé sur ce même principe s’enchaîne le monstrueux “Eternal Glory of War”, morceau repris et réenregistré pour cet album, étendard de Deströyer 666, déjà présent sur l’EP de 1995. Un riff épique et puissant en double croche constitue le squelette de ce titre. Ajouté à cela une batterie extrêmement martiale, une voix aboyant ses pamphlets en accentuant la rythmique, vous avez tout le nécessaire pour créer une dynamique auto-entretenue de puissance qui va crescendo. Impossible de résister à cette énergie explosant aux oreilles de l’auditeur, à cette virilité belliqueuse poussant tout un chacun à partir en guerre. Quel feeling monstrueux sur ce morceau, incomparable !

S’ensuit le second incommensurable hymne de l’album, avec “Lone Wolf Winter”. Avec son début très virulent dans le même genre que “Rise of the Predator”, Deströyer 666 cache bien son jeu. Progressivement le rythme se stabilise, laissant place à un jeu de guitares lessivant littéralement l’auditeur: à peine un riff terminé qu’un second tout aussi incroyable s’enchaîne, ornementé d’un solo dévastateur. C’est une véritable tempête, un déluge qui s’abat violemment sur l’auditeur. Une brève accalmie plus tard, l’oeil du cyclone en quelque sorte, le morceau repart et là on se prend un mur en pleine tronche. “I think I'm a Wolf, then I'm Crazy, I think what I need is a Bitch, don't you?”. Ces quelques mots, à ce moment là, symbolisent à eux seuls toute la puissance de la musique. Ce sont de véritables échantillons de ce que le Black peut offrir de meilleur: un pur concentré de puissance et d’émotions infinies à faire frissonner n’importe quel quidam. Au paroxysme du morceau, Deströyer 666 place ses plus beaux soli, ses meilleurs breaks. Le morceau se termine sur un passage en voix claire des plus agréable et très à propos à cet instant de transcendance musicale, qui permet de faire peu à peu retomber la pression jusqu’à la fin du titre.

Inutile de m’étendre plus longuement en de plus amples discours. Les mots ne valent rien, seule une écoute attentive de cet album permet d’en dégager toute sa profondeur. Vous l’aurez compris Deströyer 666 joue la carte de la sincérité, et propose ici des titres certes peu complexes, mais d’une efficacité sans faille grâce à une recette simple: des riffs épiques, une batterie destructrice, une voix puissante et profonde. K.K. Warslut signe ici un véritable chef d’oeuvre, une masterpiece du Black et du metal en général.

The Bill ! The Stemm ! In Breeds...PREDATION !!!!!

5 Commentaires

14 J'aime

Partager

SvartKald - 05 Janvier 2009: Merci pour le compliment. C'est vrai que je chronique peu, j'ai souvent la flemme en fait... C'est d'ailleurs en voyant ta chro du premier que j'ai décidé de faire celle là.

Oui prends le ce Phoenix Rising c'est vraiment pour moi le sommet de D666. Après ça dépend bien sûr des goûts, certains préfèrent le côté plus primitif des débuts et, du coup, dédaignent un peu cet opus. Concernant Cold Steel, ben c'est dans la même lignée, quoique bien plus cru niveau prod que Phoenix, et un poil moins bien inspiré je trouve. Mais sinon un très bon album tout de même, chaque morceau reste très efficace: riffs épiques, voix puissante et hargneuse, du D666 pur souche.
De toute manière dans ce groupe y'a pas grand chose à jeter !
metalhertz - 23 Juillet 2010: Bon, j'écris juste pour dire que j'ai découvert ce groupe, est c'est vraiment monstrueux, c'est blak, avec un aspect heavy, il n'ont pas sortis beaucoup d'album, dommage, un groupe qui mériterait plus d'attention.
ArchEvil - 31 Août 2010: Petit commentaire sur cette chronique impeccable. C'est aussi pour moi le sommet du groupe, dès le début, les titres s'enchaînent comme des rafales de gatlings. Le riff de Rise of the Predator, monstrueux, du martial ( avec notamment la reprise de Eternal Glory of War de violence is the prince of this world à), de l'épique ( i am the wargod ), de la tuerie pure et simple jouissive ( éponyme, lone wolf winter ), le tout exécuté avec un style qui allie barbarie et classe. Du grand D666, un petit bijoux.
Atmosfear - 13 Juin 2016: Un album épique d'une rare puissance et non dénué de mélodie en plus...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire