LiveLine

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Angel City
Nom de l'album LiveLine
Type Live
Date de parution Décembre 1998
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album55

Tracklist

DISC 1
1. Comin Down 04:28
2. No Secrets 04:41
3. Did You Hurt Somebody 03:28
4. Standing over You 03:06
5. Shadow Boxer 02:39
6. After the Rain 05:07
7. Small Price 04:48
8. Fashion & Fame 04:50
9. Love Takes Care 04:37
10. Be with You 04:07
11. Run for the Shelter 04:00
12. Save Me 04:23
13. Underground 06:55
14. Back on You 03:29
15. Am I Ever Gonna See Your Face Again 04:09
16. Stand Up 03:15
17. Don't Waste My Time 04:11
18. Face the Day 05:29
Total playing time 1:17:42
DISC 2
1. City out of Control 09:56
2. Eat City 05:04
3. Smalltalk 03:26
4. Take a Long Line 05:29
5. Mr Damage 04:24
6. Marseilles 10:20
7. Nothin to Win 05:14
8. Night Comes Early 03:59
9. Into the Heat 03:16
10. Long Night 04:17
11. Easy Prey 03:22
12. Is that You 03:48
13. No Sleep in Hell 05:25
14. Talk About You 03:46
15. Gonna Leave You 03:04
16. I Ain't the One 02:56
Total playing time 1:17:46

Commentaire @ MrDamage57

07 Octobre 2011

Un double live décoiffant

Très difficile pour moi de commencer cette chronique de ce double live d'un groupe australien qui aurait mérité d'avoir une meilleure audience dans le monde si ce n'est en Europe lorsque ses albums ont été distribués sous le nom d'Angel City alors qu'en Australie ils jouaient sous le nom de The Angels, il faut savoir qu'à l'époque il existait un groupe américain The Angels tourné plutôt vers le hard FM que le hard pur et dur du groupe australien. J'ai été un peu surpris sur le site de le voir apparaître sous le nom d'Angel City. Je les ai découvert "Face to Face" genre de Best of, avec des morceaux de leurs trois premiers albums, sorti en 1980 sur le marché européen en vynil et d’emblée j'ai flashé sur leur musique. Comment définir leur musique c'est un mélange de hard, de blues, de New Wave et de punk puisque le groupe a émergé à l'époque de ce mouvement et dans les années 80 a connu le succès en Europe, en France surtout.
Il faut bien dire The Angels ou Angel City c'est avant tout Doc Neeson à la voix charismatique et emblématique du groupe, un show-man survitaminé et monté sur ressort ou carburant à la pile longue durée. Cela dit les quatre autres musiciens sont tout aussi excellents à commencer par les deux frères Rick et John Brewster, Jim Hilburn, Bob Spencer, Brent Eccles et Graham Bidstrup musiciens que l'on retrouve sur ce Live décapant avec des titres enregistrés lors de différents concerts entre 1981 et 1987.

LiveLine est sorti une première fois en 1987 sans bonus tracks puis encore en 87 avec quatre bonus et finalement fut remastérisé par Shock Records sous licence Axe Killer en 1999 sur le marché avec cette fois-ci 10 nouveaux bonus et c'est cette édition que je possède. Je l'ai tellement écouté sur mon lecteur CD dans la voiture que les deux galettes sont quelque peu rayées. Au dos du CD les dix nouveaux titres sont en rouge par rapport aux vingt quatre morceaux de 87. Le premier CD s'ouvre avec le morceau "Comin' Down" petit bijou bourré d'énergie et la chevauchée fantastique se poursuit avec "No Secrets", "Shadow Boxer", Fashion & Fame", Save Me" pour se terminer avec "Face The Day" au total 18 titres qui s'enchaînent parfaitement alors qu'ils n'ont pas été enregistrés au même endroit. Sur le titre "Am I Ever Gonna See Your Face Again" il faut écouter comme le public chante avec Doc Neeson dans une osmose parfaite le refrain durant le break cela vous donne des frissons dans le dos. Un live qui redonne toutes ses lettres de noblesse à l'enregistrement public avec une interactivité entre les musiciens et le public et les versions sont totalement différentes des enregistrements studios et qui donnent cette magie musicale.

Le second CD s'ouvre sur "City Out of Control" morceau de Night Attack sorti en 1982. L'intro démarre comme une locomotive emballée et pour cause puisque le guitariste imite à la perfection le démarrage d'une locomotive, dantesque et se termine sur la voix de Doc Neeson, ensuite déboule Eat City avec son intro au saxo accompagné de la section ryhtmique toute aussi géniale et c'est parti pour 5 mm de folie, "Small Talk" arrive suivent de "Take a Long Line" dans une version live de toute beauté de plus de 5 mm, "Marseilles" dépasse les 10 mm, cela continue avec "Nothin to Win", "Long Night", "No Sleep in Hell" pour se terminer sur "I Ain't the One". Au total 16 morceaux live incandescents. En conclusion 34 morceaux à l'auditeur de se faire une petite idée de toute la richesse musicale de Angel City. Plus de dix ans après sa sortie ce double live remastérisé n'a pas pris une seule ride et à consommer sans modération jusqu'à saturation et le volume à fond dans sa maison ou son appartement pour réveiller les voisins entre 9h du matin et 22h le soir. Un double live qui chasse les idées noires et les déprimes, et en plus, moins cher que d'aller voir son psy. S'il n'y avait qu'un seul live à posséder dans sa collection je dirais sans hésitation possible celui-ci.

J'ai mis la vidéo de "Face the Day" pour accompagner cette chronique puisque c'est le morceau qui clôt le premier CD.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
PumpkinT - 06 Mars 2021:

18/20 c'est une note un peu faiblarde pour ce monument ! ;)

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire