Watch the Red

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Angel City
Nom de l'album Watch the Red
Type Album
Date de parution Mai 1983
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album24

Tracklist

1. Live Lady Live 03:13
2. Eat City 03:23
3. Shoot It Up 03:31
4. Easy Prey 03:41
5. Bow Wow 02:22
6. No Sleep in Hell 05:34
7. Watch the Red 05:03
8. The Zoo / Name Dropping 03:58
9. Stand Up 03:16
10. Is that You 03:37
11. Stay Away 04:31
Bonustracks
12. Breakdown 04:27
13. Take It on the Run 03:48
14. Say What 05:15
15. Live Lady Live, Pt. 2 04:35
16. Let Me In 06:03
Total playing time 42:09

Acheter cet album

Angel City


Chronique @ Loloceltic

23 Avril 2013

Un bon album de hard-rock direct et spontané.

Cela fait maintenant quelques temps que nous vous faisons découvrir la complexe discographie de The Angels. Et le fait est que jusque là, aucune faute de goût n’est venue entacher cette remontée dans le temps. Nous voici donc arrivés au cinquième album (en distribution internationale) des Australiens avec le dénommé "Watch the Red" qui marque l’arrivée du bassiste Jim Hilbun au sein du quintet.

Autant dire que ce dernier marque rapidement son territoire avec une basse ronronnante qui porte le titre "Live Lady Live" ouvrant cet album. D’autre part, il multiplie les interventions derrière d’autres instruments, que cela soit les claviers, ou plus encore, le saxophone. Enfin, il nous gratifie d’un break du meilleur effet avant le solo du hard rock’n’roll "Is That You". Un autre membre du groupe tente de se faire une place au soleil. Il s’agit du guitariste John Brewster qui s’approprie le chant d’un "No Sleep In Hell" digne de l’œuvre des frères Young. Malheureusement, si sa performance reste irréprochable, elle fait cependant pâle figure aux côtés de celles du propriétaire du poste. En effet, une fois de plus, Doc Neeson est habité par son chant et nous délivre à nouveau une prestation haute en couleur. Il suffit d’écouter la ballade "Easy Prey" et ses quelques notes d’accordéons que le théâtral chanteur élève vers des sommets, ou le mid-tempo bluesy "Stay Away" et ses intonations jazzy où il réussit à se faire à la fois cajoleur et inquiétant. Il est clair qu’il ne doit pas être facile d’exister dans l’ombre d’un tel phénomène.

Pour le reste de l’album, la plupart des titres oscillent toujours entre des influences 'Stoniennes' ("Live Lady Live" ou "Shoot It Up") et 'ACDCiennes', en particulier sur le titre éponyme qui déboule tel un ouragan sur fond de riff à la "Let There Be Rock", le tout sans que le groupe puisse être accusé de plagiat car réussissant toujours à garder sa propre identité. Il serait cependant mensonger de faire passer cet album pour l’un des meilleurs opus des anges australiens. En effet, quelques erreurs et fautes de goût viennent entacher ce qui reste tout de même un bon album.

Nous commencerons par citer l’instrumental "Bow Wow" qui devient particulièrement répétitif après plus de 2 minutes. Quant au rock punkisant "The Zoo/Name Dropping", il ne semble pas toujours être parfaitement en place, donnant même la sensation de partir en pilote automatique par moments. Il est d’ailleurs amusant de signaler le passage justifiant la deuxième partie du titre, et sur lequel Doc Neeson aligne toute une série de noms de célébrités en guise de paroles. Enfin, "Stand Up", s’il démarre sur un riff direct et efficace, n’en réussit pas pour autant à vraiment décoller.

Malgré ces quelques défauts, "Watch the Red" reste tout de même un très bon album de hard rock direct et spontané, porté par un chanteur hors norme. La suite nous montrera que le groupe a été capable de franchir un palier supplémentaire en maîtrisant mieux une énergie débordante qui deviendra une de ses principales qualités.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
largod - 08 Juin 2015: Un album à part, co-écrit par Jim Hillburn le nouveau bassiste, et Doc Neeson. Une présence de cuivres et un disque finalement attachant. Merci pour le texte
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire