Face to Face

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Angel City
Nom de l'album Face to Face
Type Album
Date de parution Août 1978
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album114

Tracklist

Re-Issue in 1980 by Epic; re-issued in 2008 by Sony-BMG
Australian Release (1978)
1. Straight Jacket
2. After the Rain
3. Love Takes Care
4. Take a Long Line
5. Marseilles
6. Live it Up
7. Be with You
8. Outcast
9. I Ain't the One
10. Comin' Down
Bonustracks (2008 Edition)
11. Straight Jacket (Live)
12. After the Rain (Live)
13. Marseillles (Live)
14. Be with You (Live)
15. Comin' Down (Live)
American Release (1980)
1. Take a Long Line 03:00
2. Marseilles 04:50
3. After the Rain 03:11
4. Am I Ever Gonna See Your Face Again 03:40
5. Shadow Boxer 02:45
6. Comin’ Down 03:20
7. Out of the Blue 03:17
8. Can’t Shake It 04:49
9. Waiting for the World 03:14
10. No Exit 06:44
Total playing time 38:50

Chronique @ Loloceltic

09 Septembre 2013

Un sommet du pub-rock.

Après un premier album éponyme très prometteur, The Angels s'attaque au marché mondial. Commence alors une discographie chaotique malgré sa qualité. En effet, il va être difficile de s'y retrouver entre les éditions destinées à l'Australie et celles devant inonder le reste du monde, celles sous le patronyme de The Angels et celle sous celui d'Angel City, sans oublier celles sous celui de The Angels From Angel City. Vous me suivez ? Non ? C'est normal ! Concentrons-nous donc sur l'album qui nous intéresse aujourd'hui, à savoir cette édition de l'album "Face to Face" sous le nom de Angel City, qui est en fait une compilation de titres de 3 albums sortis en Australie: "The Angels", "Face to Face" et "No Exit". Je sais, c'est compliqué, mais pourtant, cela donne un petit chef d'œuvre.

Prenez la puissance Hard-Rock d'un AC/DC, l'énergie punkisante d'un Rose Tattoo, et rajoutez-y des éléments mélodiques dignes des Rolling Stones, et vous obtenez le magnifique mélange proposé par The Angels. Il est d'ailleurs à signaler, qu'en plus de réels liens d'amitiés, le groupe partage les Albert Studios avec les deux premiers nommés, ceci expliquant peut-être cela. En 10 titres et moins de 40 minutes, la messe est dite et nous laisse à genoux avec pour seule volonté, celle d'appuyer de nouveau sur le bouton lecture de notre chaîne hi-fi, de notre autoradio, ou de tout autre matériel diffusant ce concentré d'énergie et de mélodie. Les tempos sont variés et l'ensemble est hyper cohérent, avec le seul "Out of the Blue" comme accalmie, et encore s'agit-il d'un mid-tempo au refrain charmeur, et non d'une ballade.

Propulsé par les guitares des frères Brewster et soutenu par une rythmique dynamique, l'ensemble est porté par la performance de l'extraterrestre Doc Neeson. Mélange improbable d'un dandy britannique et d'un dangereux schizophrène, le frontman est tout simplement habité par ses textes. Tour à tour désespéré, agressif, séducteur, inquiétant, il semble n'avoir aucune limite à la palette de son interprétation. Impossible de retirer un titre parmi ce sans faute, et pourtant, il serait dommage de ne pas citer le punkisant "Am I Ever Gonna See Your Face Again", le catchy "Shadow Boxer", la tornade "Can't Shake It" aux variations de tempo et au riff aux accents du "It's A Long Way To The Top" d'AC/DC, ou encore, le rouleau compresseur "No Exit" à la montée en puissance irrésistible. Chaque titre est d'une qualité supérieure et possède sa propre identité, pour former un ensemble cohérent et d'une efficacité rarement atteinte dans le milieu du rock au sens large et noble du terme.

Vous l'aurez compris, The Angels (Angel City dans le cas présent) vient de frapper un grand coup et cet album sera un incontournable et un sommet du pub-rock, auquel il n'est pas trop tard de rendre hommage. The Angels est un groupe unique transcendé par un chanteur hors normes et propulsé par un quatuor musical soudé et efficace et, s'il n'aura pas la carrière qu'il mérite, il deviendra tout de même une référence citée par des groupes tels que Guns N'Roses, Great White ou Aerosmith.

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
melpo - 03 Novembre 2017:

La force de cet opus, c'est les rythmes endiablés très rock'n'roll sur des mélodies hyper accrocheuses. Quand on se replace dans le contexte de la fin des années 70, on a affaire à quelque chose de très original. On a une voix qui pourrait très bien aller sur des morceaux mélancoliques, mais qui est pourtant accompagnée par une musique super péchue. La sauce prend et c'est génial. Merci pour la chronique.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ kiss33

30 Avril 2011

Un Premier Album International des plus prometteurs !!

Pour commencer, quand j'ai écouté cet album, j'ai été étonné de ne jamais avoir entendu parler de ce groupe car ce premier album (international) est excellent ! A Savoir Angel City est le nom qu'ils utilisent pour leurs albums internationaux et The Angels est leur nom "australien". Ca a été sûrement très difficile pour eux de passer après AC/DC car Angel City est un groupe Australien à peine plus vieux que AC/DC, et contrairement à ces derniers, il est composé d'australiens de souche que sont Doc Neeson (chant), les frères Brewster (John->rythm guitar, Richard->lead guitar) et Graham "Buzz" Bidstrup à la batterie. A la manière de leurs ainés, cet album international regroupe des nouveaux morceaux (du nouvel album australien (australian release)) mais, en l'occurence, un seul de leur premier album (The Angels), soit Am I Ever Gonna See Your Face Again, et même de l'album australien suivant (No Exit), soient Waiting for the World, Shaow Boxer, Can't Shake It, Out of the Blue et Ivory Stairs. Cet album (version dite "améicaine" est donc en fait un best of des trois premiers albums australiens (The Angels, Face to Face (version australienne) et No Exit). Les chansons sont composées par les frères Brewster et par Doc Neeson, et ça leur réussit plutôt bien car toutes les chansons sont excellentes !! La Pochette est réalisée par Peter Ledger et a reçu le "King Of Pop" du design de la meilleure pochette d'album en 1979, et c'est vrai que cette pochette est très réussie ! Ce groupe se distingue des autres par la voix de Doc Neeson, une voix pas commune, et par le jeu de guitare simple mais très efficace des frères Brewster comme ils le montrent sur la plupart des morceaux. Passons aux morceaux, que dire !! Aucun mauvais morceau ! La touche négative se porte donc sur "la" ballade de l'album, soit "Out of the Blue", trop lente à mon goût.

Les morceaux sont écrits selon un même plan que l'on retrouve à peu près dans beaucoup de chansons de différents albums et même à l'intérieur de ceux-ci. On peut donc citer "Take a Long Line", "Marseilles", "Shadow Boxer", les chefs d'oeuvre de cet album, construit donc sur un même plan avec une intro à la basse ou à la guitare, un refrain qui accroche et le jeu de guitares des frères Brewster très efficace. Ces Hard Rockers Australiens nouvelle version n'ont pas à rougir de passer après AC-DC, ils s'en sortent très bien avec ce premier album international, même mieux qu'AC-DC !

8 Commentaires

1 J'aime

Partager

boule - 05 Mai 2011: Album excellent , et les chansons comme Marseilles et Shadow boxer sont vraiment des bijoux. D'ailleurs le live les mets vraiment en avant .
cet album avait besoin d'une bonne chro.
Merci
kiss33 - 05 Mai 2011: @ boule
Mais c'est un réel plaisir de chroniquer de tels albums ! Les 2 titres que tu cites sont 2 titres majeurs de l'album mais il faut également citer Take a Long Line !
largod - 01 Décembre 2012: joli texte pour un groupe pas assez mis en avant
kiss33 - 01 Décembre 2012: merci largrod et t'as raison groupe méconnu et sous-estimé !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire