Killswitch Engage (II)

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Killswitch Engage
Nom de l'album Killswitch Engage (II)
Type Album
Date de parution 30 Juin 2009
Produit par
Enregistré à Zing Recording Studios
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album214

Tracklist

DISC
1. Never Again 03:09
2. Starting Over 03:52
3. The Forgotten 03:17
4. Reckoning 02:39
5. The Returns 04:28
6. A Light in a Darkened World 02:51
7. Take Me Away 02:47
8. I Would Do Anything 03:22
9. Save Me 03:44
10. Lost 03:46
11. This Is Goodbye 04:16
Bonustracks (Deluxe Edition)
12. In a Dead World 04:14
13. Rose of Sharyn (Live) 03:48
14. My Curse (Live) 04:26
15. Holy Diver (Live) 05:07
DVD - DELUXE EDITION
1. Making of (Documentary)
2. Exclusive Band Interviews
Total playing time 38:11

Acheter cet album

Killswitch Engage


Chronique @ Kovalsky51

31 Juillet 2009
     Alors que le Metalcore commence à sérieusement s'essouffler suite à la sortie d'innombrables albums sans aucune inventivité, se contentant de copier les pontes du genre, j'en étais venu à attendre ce cinquième album de Killswitch Engage comme le messie. D'autant plus que leur précédente livraison m'avait quelque peu déçu par son coté trop mélodique, qui a mon humble avis faisait perdre en efficacité la musique des américains. Et autant que j'annonce la couleur tout de suite cet album continue dans la voie de "As Daylight Dies". N'allez pas chercher d'originalité dans cet éponyme Killswitch Engage se contentant juste d'enfoncer les portes qu'il a ouvert en améliorant sa formule.

     En principe un album éponyme est l'occasion pour un groupe d'affirmer son style et de montrer la musique qui lui correspond. Et je peux dores et déjà dire que ce Killswitch Engage est un cas d'école en la matière. Dès les premiers riffs de Never Again on se retrouve en terres connues.Ce morceau étant l'archétype même de l'openner des albums du groupe. Rythmique plombée qui débute par des hurlements et qui se fait mélodique sur les refrains, bref du pur Killswitch des familles d'une efficacité redoutable. Pour l'originalité on repassera mais le groupe ne nous a pas spécialement habitués à cela de toute façon! Bref cet album va plaire aux amateurs de la musique du groupe mais continuer a rebuter ceux qui restent hermétiques au genre. D'autant que passé les quatre premiers morceaux, l'album commence a s'essouffler sérieusement en reprenant les poncifs du genre sans aucune originalité. Ça pète c'est efficace mais écouter l'album d'une traite n'est possible que lors de la première écoute. Par la suite je me suis contenté de repasser les morceaux auxquels j'ai le plus accroché en zappant les autres plus redondants.

     Car la musique que fait le groupe est toujours aussi bien faite, mélange de riffs venus tout droit de suède, de Hardcore et de Thrash US . Les structures des morceaux sont identiques à ce que nous avait délivré le groupe précédemment alternance de parties violentes/hurlées et de refrains doux et chantés. C'est efficace mais sans aucune originalité. Ceci est dommageable du fait que le groupe joue mieux qu'avant avec des parties de guitare bien maitrisées et des duels plus que sympa à la six cordes. Il faut d'ailleurs noter que le recours à des solos est plus présent dans cet album. La section rythmique apporte toujours la lourdeur à la musique mais est des plus classiques pour un album du genre. Quand au chant; Howard Jones fait des prouesses modulant sa voix de façon plus convainquante que dans "As Daylight Dies". C'est d'ailleurs le gros point positif de cet album en demi teinte, alternant entre très bon est plus moyen.

     Bref au final un pur album de Killswitch Engage tout ce qu'il y a de plus classique qui devrait plaire a ceux qui aiment la musique des américains. Malheureusement pour moi le groupe se répète trop et risque de finir par ennuyer les auditeurs si ils ne tentent pas d'un peu feu faire évoluer la formule. Plus prévisible que jamais Killswitch Engage demeure toujours au dessus des autres groupes évoluant dans son style mais il est fort probable que ce manque d'évolution finisse par tourner à l'auto parodie , si les américains ne se décident pas a prendre un peu plus de risques quitte a sortir des sentiers battus. La fraicheur qui faisait l'efficacité de "Alive or Just Breathing" et "The End of Heartache" étant passée il ne reste qu'un album de Metalcore efficace de la part d'un groupe qui semble définitivement se reposer sur ses acquis.

(note) : ma notation tient compte du reste des prodcuctions du style plus que de la discographie du groupe. en se basant sur les autres albums de Killswitch Engage je lui mettrais 12 voir 13, mais à la vue de ce que propose la concurence un 14 me semble plus juste etant donné que cet album fait partie des meilleurs qui m'aient étés donnés d'entendre récemment en matière de Metalcore mélodique.

9 Commentaires

7 J'aime

Partager

abigael - 01 Août 2009: Je n'ai jamais aimé ce groupe .. J'avais entendu dire qu'il nous faisait quelque chose de nouveau avec cet album mais au vu de la chronique, mon envie de le découvrir s'en est allée ...
Kovalsky51 - 01 Août 2009: Encore je l'ai faite avec du recul parce que ma première écoute lui aurait donné un 16 et une chro dithyrambique... mais au fil des écoutes l'enthousiasme est vite retombé... C'est bien loin d'être mauvais mais ça ne fait aucunement avancer le shmilblick ... Bien branlé mais aucune évolution... si t'aimais pas le groupe ne l'écoute pas il est bien moins interessant que les deux premiers albums metalcores de KsE (sans compter le premier éponyme qui fait dans le hardcore)...

NeoBaBa - 14 Août 2009: KsE ou le groupe qui arrive à placer des refrains ultramielleux au milieu de gros couplets " In your Face " sans jamais être ridicules. Pour ça, ils m'impressionent grandement, mais faut avouer que là, la recette commence à s'user méchamment. Mais j'aurais donné la mêe note que toi, car ça restera mieux que n'importe quel autre album Metalcore ricain moyen.
Kovalsky51 - 14 Août 2009: ben c'est pas tip top pour du killswitch mais bon pour un album de ce style de metalcore... Après cet album étant largement inférieur a The end Of Heartache la note s'en ressent fortement ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Arachnid

01 Août 2009

Killswitch Engage font et feront apparemment toujours du Killswitch Engage, aussi bons soient-ils.

Avec toutes ces déceptions auxquelles j’ai eu droit, je m’attendais à du renouveau pour les Killswitch Engage, ces Bostoniens s’étant remarquablement démarqué du lot metalcore par une reformulation du genre beaucoup plus étayée et surtout plus efficace. Présent dans la mouvance depuis ses touts débuts, le quintet s’était fait remarqué avec leurs deux premiers albums énergiques où officiait alors leur premier chanteur Jesse Leech (désormais dans Seemless).

Tout le monde se souvient du clip très coloré de "The Last Serenade" dont les membres arboraient un look très neo metal. Leech évincé, c’est le frontman de Blood Has Been Shed, Howard Jones, qui remplace au pied levé ce poste avec une voix aussi déchirante qu’emplie de candeur : la relève a été assurée avec brio. Le groupe poursuivit sa discographie avec les excellents The End of Heartache et As Daylight Dies, machines à tubes dont les refrains restent gravés à jamais pour les fans du genre, des titres comme "A Bid Farewell", "When Darkness Falls", "The Arms of Sorrow" ou encore "My Curse".

Il est évident qu’il faut aimer le genre en lui-même pour concrètement apprécier des groupes comme Killswitch Engage, As I Lay Dying ou Maroon, prenant en compte la similitude des sons que nous envoient cette multitude de groupes simiesques. Mais là où certains ont su profiter de la mouvance, d’autres (confiants et sachant pertinemment qu’ils sont les piliers si ce n’est les maîtres du style) restent sur leurs acquis et resservent la même chose. Killswitch en fait partie. Ils font ce qu’ils aiment sans chercher à aller plus loin et ils ne sont pas les seuls. On pourra certes regretter ce manque de réflexion que l’on pourrait nommer fainéantise mais tant qu’ils font quelque chose d’égal, on ne les blâmera pas.

Mais je vais néanmoins blâmer ces précurseurs pour leur quasi-régression, le groupe n’apportant concrètement rien de neuf à leur discographie, livrant sans vergogne un album identique aux précédents, avec quelques bonnes trouvailles en moins. Des titres comme "Never Again" ou bien "Reckoning" sont les parfaits exemples de ce que faisait KsE il y a cinq ans, basiques, le déluré Adam Dutkiewicz ne se compliquant pas la tâche à composer les mêmes riffs depuis dix ans (déjà).

Autre constat pour le moins décevant, ce retour manqué avec une pochette plus réussie que celle de As Daylight Dies (ça n’était pas dur cependant) mais indéniablement peu attrayante. Même chose pour cette refonte de l’album éponyme qui, comme Korn l’ont fait deux ans auparavant, montre un manque de motivation si ce n’est d’inventivité de la part du groupe. On pourra les laisser chanter que c’est "au public de décider de comment on l’appellera", etc, etc…, je reste sur mon avis et dénonce ce quasi-foutage de gueule appelé plus communément ‘manque de créativité’.

Au sinon, pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, c’est le moment rêvé de le découvrir ; pour les puristes, ça reste du metalcore basique et pour les fans, Killswitch Engage (II) demeure la suite de leur précédent opus voire un énième album se glissant n’importe où dans la discographie du groupe, la complétant correctement grâce à des morceaux on ne peut plus attrayants ("Starting Over", "I Would Do Anything") ou franchement émouvants ("A Light in a Darkened World").

Je dirais au final que ce deuxième album éponyme est une semi-déception à cause d’un manque évident d’originalité mais tout de même sympathique car très bien foutu. En somme, Killswitch Engage font et feront apparemment toujours du Killswitch Engage, aussi bons soient-ils.

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
Spirit_Of_Deathiny - 09 Août 2010: Bonne chronique. C'est vrai que pour ma part j'attendais un petit quelque chose de plus de la part de killswitch mais ça reste un album incoutournable du metalcore.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Paillou

18 Août 2009
Il faut dire que cet album de Killswitch Engage était très attendu. Tout d'abord parce que la vague Metalcore est en perte de vitesse et que de plus, Killswitch Engage est en quelque sorte le "groupe maître" dans ce registre. Depuis l'arrivée d'Howard Jones, il faut dire que le groupe a livré deux albums excellents que sont "As Daylight Dies" et "The End of Heartache".

Donc à la suite du très bon "As Daylight Dies", ce Killswitch Engage II se révèle être un album assez classique. C'est la première impression que nous donne le tout premier titre "Never Again" : couplet puissant, refrain mélodique imparable; du pur Killswitch Engage. Il en est de même pour des titres comme "The Reckoning" ou encore "Take Me Away" qui auraient très bien pu se trouver sur "As Daylight Dies". Il est vrai que jusqu'ici l'album ne fait pas extrêmement original.
Cependant, cet album diffère par un côté mélancolique très prononcé. Même si sur des titres comme "Starting Over" ou "Save Me", Howard Jones hurle toujours autant sur les couplets, les refrains font ressentir une certaine tristesse où la voix du chanteur y trouve sa place à merveille. D'ailleurs, Killswitch Engage se livre à une expérience quasi-inédite avec le titre "The Return" qui, au milieu de l'album, risque de faire déprimer plus d'un amoureux sentimentalement déçu. Par ailleurs, les paroles des chansons parlent d'elles-mêmes ("I'll bleed the reddest blood to see you live again" ou encore "Desperate I return to you"). Ainsi, Killswitch Engage se détache du côté banal des refrains a voix claire qui ont fait (et qui malheureusement font de moins en moins) la réussite des groupes de la vague Metalcore, en y insérant ce petit quelque chose en plus qui fait la différence.

D'un point de vue musical, l'album reste relativement dans les traces de "As Daylight Dies", et c'est peut être là que les Américains nous déçoivent le plus avec au niveau de la composition chant hurlé puis chant clair ("Never Again", "Reckoning", "Save Me") qui est sans aucune réelle innovation. Cependant, le point positif reste dans le fait que l'on est toujours autant sous l'emprise de ces tubes en puissance; le groupe arrive toujours a nous ensorceler par des refrains imparables, des couplets qui en jettent et un Howard Jones magnifique qui n'a plus besoin de démontrer son talent. Après, la différence se fait principalement dans le fait que on aime la vague Metalcore ou pas; les passionnés seront aux anges alors que les autres seront probablement plus réticents. Comme je l'ai dit précédemment ce sont les titres les plus "tristes" qui innovent le plus, pour ainsi dire des titres auxquels Killswitch Engage nous avaient moins habitués ("The Return", "This Is Goodbye", "A Light In A Darkened World") sans pour autant dire qu'il y a révolution.L'autre point quelque peu dérangeant réside au niveau de la durée de l'album (38 petites minutes) pour des titres qui ne dépassent pas souvent les 3 minutes alors que d'ordinaire les titres de Killswitch Engage font au moins 4 minutes.

En conclusion, on peut dire que cet album de Killswitch Engage est un bon album de Metalcore mais qui n'apporte pas un réel changement. Dans la discographie de Killswitch Engage, cet album se révèle un peu plus faible par sa simplicité et son menu un peu "tout fait" mais il reste cependant très honorable. L'album reste fidèle au groupe et des titres comme "The Return" ou "A Light In A Darkened World" peuvent laisser présager une innovation pour le prochain album.
Personnellement, je donne 14/20 à cet album parce que je suis assez fidèle à la vague Metalcore et à Killswitch Engage, mais dans un registre Metal plus large cet album hériterait probablement d'une note plus basse...mais ça, c'est à vous de juger!

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
metalhead95 - 22 Septembre 2009: je suis tout à fait d'accord avec ta chronique , killswitch ne vont pas tout révolutioner avec cet album , c'est du killswitch point barre . seul le côté mélancolique apporte du nouveau au groupe , je trouve les sons claires d'adam vraiment très bons , surtout celui dans a light in a darkened world
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire