As Daylight Dies

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Killswitch Engage
Nom de l'album As Daylight Dies
Type Album
Date de parution 21 Novembre 2006
Enregistré à Zing Recording Studios
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album456

Tracklist

Re-Issue in 2007 by Roadrunner Records as a Special Edition with bonustracks and a different cover.
1.
 Daylight Dies
 04:05
2.
 This Is Absolution
 03:34
3.
 The Arms of Sorrow
 03:44
4.
 Unbroken
 03:08
5.
 My Curse
 04:04
6.
 For You
 04:03
7.
 Still Beats Your Name
 03:19
8.
 Eye of the Storm
 03:56
9.
 Break the Silence
 4:32
10.
 Desperate Times
 04:25
11.
 Reject Yourself
 04:45

Bonus
12.
 Be One
 03:31
13.
 Let the Bridges Burn
 04:29
14.
 This Fire
 03:09
15.
 Holy Diver (Holy Diver)
 04:10

Durée totale : 58:54


Chronique @ Julien

27 Novembre 2006
Killswitch Engage nous l’avait annoncé, il va y avoir du changement pour le prochain album. Si j’avais été mauvaise langue j’aurais dit que cela était nécessaire. On entendu beaucoup de critiques à l’encontre du groupe (comme un manque d’originalité par exemple) mais aussi beaucoup de bien (ils ont plus ou moins inventé, ou tout du moins largement contribué à la diffusion de ce genre). Alors grosse révolution, évolution ou arnaque ??????

Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps, c’est bien dans la catégorie évolution que nous nous trouvons. Tant mieux pour les fans, dommage pour les détracteurs. Vous ne serez pas perdu dans des affres de complexité. On reprend les même et on recommence mais en plus agressif. Oui c’est bien ça l’évolution, Killswich Engage est encore plus agressif qu’avant. Mais comment est-ce possible me direz vous et bien c’est simple : le chant à évoluer. Attention non pas que ce satané « chant clair systématique » est disparu mais le chant hurlé est plus agressif que jamais et le chant d’Adam (le guitariste frénétique) est plus souvent présent sur les refrains. Bonne idée que de plus souvent doubler les refrains qui pouvaient s’avérer trop soft auparavant. Car notre ami Adam ne fait pas dans la dentelle, lui il hurle point à la ligne. Pour ce qui est d’Howard, son chant hurlé est dont plus agressif que jamais et son chant clair est quand même plus travaillé (et appuyé) même si il revient tel un métronome au bout d’1’20 pour le refrain.
En terme de compos, le groupe se fait un gros plaisir avec se nouvel album. Elles sont riches et plus variées que par le passé. Preuve en est que le groupe mûri. Mais cette évolution sera elle suffisante pour rallier de nouvelles personnes à leur cause, pas forcement. Si l’on ne s’en donne pas la peine, cette évolution peu totalement passer au dessus de votre tête et vous direz alors que ce n’est qu’un disque de plus dans ce genre déjà riche en groupe. Mais il faut avouer qu’un titre comme « My Curse » fait toujours se petit effet. Le coté agressif et le coté mélodique se fonde à merveille et j’avoue qu’un titre comme celui là a de quoi mettre tout le monde d’accord. Pour ma part je trouvais un petit coté trop suédois (trop In Flames par moments) aux disques précédents et j’ai été agréablement surpris de ne plus avoir ce sentiment désagréable. Pour moi c’est ça qui m’a totalement libéré vis-à-vis du groupe et qui justifie le gros effort de compos.

Voilà si il ne devait y en avoir qu’un ça serait celui là. Si vous devez vous faire un deuxième avis ou si vous voulez découvrir le groupe essayez As Daylight Dies !!!!!!!

0 Commentaire

10 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Paillou

09 Juillet 2010
Le metalcore doit beaucoup à Killswitch Engage, ça tout le monde le sait. Mais Killswitch Engage doit également beaucoup à Howard Jones, le nouveau frontman du groupe depuis 2002. Lorsque Jones arrive on assiste à une véritable explosion médiatique du groupe avec The End of Heartache, le troisième album des Américains. Album aux influences mélodiques très prononcées, The End of Heartache avait permis à Killswitch Engage de devenir la référence metalcore. En 2006, l'album As Daylight Dies se fait alors attendre avec une impatience démesurée chez tous les fans de metalcore. C'est aussi l'heure de vérité pour les Américains, l'heure de vérité pour conforter leur place de leader de la scène metalcore...

As Daylight Dies suit la droite lignée de son prédécesseur, avec de grandes lignes mélodiques dignes d'un In Flames ou d'un Soilwork, tout en conservant une puissance inébranlable. On est d'emblée surpris par la grosse disto des guitares, le côté suave des passages mélodiques rivalisant avec les puissants hurlements d'Howard Jones et d'Adam Dutkiewicz.

La mélodie c'est la base du Killswitch Engage post-Jesse Leach, déjà très utilisé au sein de The End of Heartache, à quelques moments même lassante; mais sur cette galette, on repousse les limites de la mélodie, la voix d'Howard Jones est sublime, à des moments lancinante ("Still Beats Your Name"), s'exerçant même dans un registre des plus aigus ("The Arms of Sorrow"). L'alternance entre le chant clair et le chant hurlé est systématique tout au long de l'album, faisant de chaque titre un tube en puissance, ce qui par la même occasion fera fuir les fans de metalcore pur et dur. Reste que la technicité vocale d'un Howard Jones derrière son micro est impressionnante et empêche une éventuelle sclérose de l'album. De même que le chant hurlé est plus convaincant que jamais.

Un effort énorme a été fait au niveau de l'ambiance, à l'instar du tube "My Curse" qui s'accompagne d'une intro mélodieuse à souhait puis d'un rythme acharné sur les couplets pour enfin revenir sur une mélodie imparable au moment du refrain. "Unbroken", qui suit les traces d'un In Flames, transpire la hargne, et s'accompagne de paroles vindicatives alors que le titre éponyme est un des plus ténébreux de l'album. Les guitaristes n'hésitent pas à jouer sur des rythmes différents, avec notamment la présence de passages acoustiques. Le père Foley suit impeccablement les grattes derrière ses fûts. En définitive, la toile de fond musicale s'avère beaucoup plus plurielle que sur l'opus précédent.

Le groupe nous livre toujours des paroles très intéressantes, traitant métaphysique, religion, loin de la thématique metalcore traditionnelle. L'édition limitée que nous offre Roadrunner est franchement bien foutue, notamment avec la superbe reprise de "Holy Diver" de Dio. La production de l'album est de très bonne facture, nous débouchant les oreilles avec grand plaisir.

Pour les plus pointilleux (et je sais que vous êtes nombreux), il regretteront la facilité du groupe qui détourne parfois les bases même su metalcore : en effet quasiment aucun solo à la Trivium ou encore absence de breakdowns tels que August Burns Red a coutume de nous en livrer... Sûrement le plus gros hic de l'album.

Mais voilà, ils l'ont fait. Oui, Killswitch Engage nous livre une véritable bombe où puissance et mélodie s'associent pour un cocktail aussi explosif qu'envoûtant. Efficace de A à Z, sans jamais tomber dans le ridicule ou la facilité, As Daylight Dies est indéniablement le meilleur album de Killswitch Engage, le pilier du metalcore et du metal moderne. De quoi rendre un bel hommage à Howard Jones, qui propulse son groupe au rang de modèle du metalcore, souvent imité mais très rarement égalé.

12 Commentaires

4 J'aime

Partager

Paillou - 11 Juillet 2010: Ah ok. Le premier album est très rentre dedans et le deuxième voit l'apparition de la voix claire (My Last Serenade notamment^^). Ça vaut le coup d'écouter.
Spirit_Of_Deathiny - 07 Août 2010: Merde tu parles tout seul ou quoi Paillou? ><
Paillou - 09 Août 2010: Lol en théorie non mais apparemment celui qui parlait avec moi a effacé tous ses coms... Et voilà je vais passer pour un fou xD
Spirit_Of_Deathiny - 10 Août 2010: lol
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ bigoud

03 Mai 2009
J'étais sceptique à propos de ce nouvel album des Américains. Le précédent album m'avait un peu déçu, alors voyons ce que donne ce nouvel opus...

A l'écoute de la première chanson, rien de bien puissant et beaucoup de chant clair. En vérité, tout l'album est comme ça. En effet, le chant clair est très (ou trop) présent et le chant brutal est beaucoup assuré par le guitariste. Certes, il y a quelques bonnes chansons ("My Curse", "Still Beats Your Name") mais dans certains titres, on a droit à de la soupe pop bien commerciale ("The Arms of Sorrow" et quelques autres). Ce n'est pas désagréable à écouter mais pour un groupe comme Killswitch Engage, qui a sorti l'album "Alive or Just Breathing", qui est l'un des meilleurs albums de metalcore au monde, c'est une honte !!

Je ne vais pas trop blamer cet album car j'apprécie quand même quelques riffs intéressants, mais les lignes de chant sont à revoir sachant que le chanteur Howard Jones a toujours une voix aussi désagréable en chant clair !!!

En résumé, un album assez décevant. Espérons que ce soit que temporaire...

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
clek - 06 Août 2010: Une voix désagréable ? o_O Je ne sais pas comment tu peux penser ça, ou alors tu es juste réfractaire au chant clair =p
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Sid_Metal

03 Mai 2009
Plus besoin de présenter Killswitch Engage je pense, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un groupe de Metalcore/Hardcore fort sympathique. C’est à l’arrivée du nouveau chanteur Howard Jones que j’ai commencé à aimer le groupe; la raison est simple : sa voix, qui est tout simplement magnifique. C’est devenu la force de la formation, cette alternance entre hurlements et chant clair dont lui seul a le secret, et je ne sais pas d’où il sort cette voix mais, permettez-moi, nom de dieu.

Bon, commençons à parler de ce nouvel album qui nous arrive en cette fin d’année 2006. 4e album nommé As Daylight Dies (joli nom) qui vient succéder à The End of Heartache. Un nouvel album qui reste dans la lignée du précédent, la recette est une nouvelle fois appliquée pour notre plus grand plaisir. On peut déjà noter la belle petite pochette qui est très sympa je trouve. Du coté de la musique, pas de grands changements, si ce n’est qu’il est peut être un peu plus sombre tant dans la musique que dans les paroles, tout en restant puissant, bien rythmé et mélodique avec par exemple "This Is Absolution" ou bien "Still Beats Your Name", avec toujours des passages clairs aux bons moments. Des titres marquants comme "My Curse" ou "For You" ou encore "The Arms of Sorrow" sont tout simplement sublimes. Un album où tout colle parfaitement bien, tout est en place, rien à redire, juste écouter et se laisser emporter.

Un album tout simplement merveilleux, génial… Du grand Killswitch Engage et j’attends déjà leur prochain album avec impatience.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire