Killer

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Alice Cooper
Nom de l'album Killer
Type Album
Date de parution 27 Novembre 1971
Enregistré à RCA Chicago
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album313

Tracklist

1. Under My Wheels 02:51
2. Be My Lover 03:21
3. Halo of Flies 08:22
4. Desperado 03:30
5. You Drive Me Nervous 02:28
6. Yeah, Yeah, Yeah 03:39
7. Dead Babies 05:44
8. Killer 06:57
Total playing time 36:52

Chronique @ =XGV=

07 Mars 2011

Killer est un album qui tue

1971, une année importante pour Alice Cooper. Si les deux premiers albums du groupe (car il s'agissait encore d'un groupe à l'époque) n'avaient pas rencontré de véritable succès, au début de cette année sortit Love it to Death, qui marqua enfin le début d'une vraie reconnaissance du groupe, avec notamment le titre "I'm Eighteen", toujours joué de nos jours en concert. Fort de cette réussite durement acquise, le groupe s'en alla enregistrer son quatrième album, Killer, qui sortit la même année. Alors certes, ils n’ont pas traîné, mais comme on dit, c’était vite fait, bien fait.

Et dès le départ, l’auditeur est entraîné dans "Under My Wheels". Ce très bon titre avec ses guitares rapides et ses cuivres ajoutés astucieusement n’est là que pour convaincre que Alice Cooper n’est pas le groupe d’un album et qu’ils auront bien des choses à dire. La production signée Bob Ezrin (ce type est partout) est elle, aux petits oignons et met parfaitement en valeur chaque titre. L’album s’ouvre donc sur une tuerie, qui semble indiquer que le groupe voulait frapper fort. Et chaque titre le confirmera à sa manière.

Car s’il y a bien une chose que l’on doit reconnaître au disque, c’est qu’il est varié. Si l’on a droit d’un côté à des titres plutôt joyeux et entraînants comme celui évoqué plus haut, ou comme "Be My Lover", on alternera avec des morceaux plus lents, posés et plus sinistres, comme en témoigne le fameux Dead Babies, chanson controversée à sa sortie traitant des enfants maltraités (comme le titre le suggère), mais avec un humour noir constant, le genre qui provoque les réactions indignées. Il est vrai que des paroles telles que "Well we didn't need you anyway" (="Bah, on n’avait pas besoin de toi de toute façon"), suivies de "lalalalala" totalement hors-sujet sont des plus dérangeantes… La marque de fabrique d’Alice Cooper, en somme. Ce titre est culte à plus d’un titre et il est à écouter absolument.
On aura même droit à des titres carrément expérimentaux, comme "Killer", et sa deuxième moitié glauque de chez glauque, qui n'a rien perdu de son impact, même 40 ans après sa sortie. Vraiment, à l'écoute de cette chanson longue on a l'impression de pénétrer l'esprit torturé d'un assassin et c'est pas beau à voir.

Si vous connaissez Alice Cooper par ses albums récents, attendez-vous à être surpris car à cette époque, le style du groupe n’était pas si sombre et si violent qu’aujourd’hui. Je rappelle que nous sommes en 1971, autrement dit, à un moment où ces notions étaient ressenties bien différemment.
Mais une chose est sûre : quiconque est fan d’Alice Cooper ou veut découvrir cet artiste doit écouter cet album. C’est un concentré de ce qui fait son charme. Le second degré morbide permanent, ce Rock endiablé et très sombre pour l’époque (il n’y avait guère que Black Sabbath pour être plus glauque en ce temps-là.) C’est grâce à cette forte personnalité et ses jeux de scène à base de décapitations et autre joyeusetés qu’il s’est fait connaître et en ce sens, ses albums des années 70 sont devenus pour la plupart des indispensables.

Est-il nécessaire d’en rajouter ? Killer est un album qui tue (pardon pour le jeu de mots foireux) et bien qu’il ait un peu vieilli, il n’a pas perdu de son impact et nous offre un Hard Rock d’une qualité peu souvent atteinte. Si vous êtes fan, vous le connaissez déjà, sinon, allez l’écouter car vous ratez quelque chose.

Lalalalalaaaa… Goodbye, little Betty !

18 Commentaires

11 J'aime

Partager

hammeraxe - 23 Mars 2011: Exactement le type d'album que je suis incapable de juger tant il a formé mon goût pour la musique, je le considère carrément comme une balise intouchable dans l'histoire du hard rock. j'ai usé cette galette jusqu'à la trame et maintenant encore quand j'entends ce son reconnaissable entre mille je décolle... Killer c'est un peu ma madeleine!
Yawn - 01 Juillet 2011: Rhaaaa, mais pk as-tu oublié de mentionner Desperado, hommage illustre à Jim Morrison, animal ? ^^
ZazPanzer - 01 Juillet 2011: Mmmm ???? T'es sûr de ce que tu dis ? Je vois pas le rapport avec Jim quand j'écoute les paroles... ??
MattMaiden - 10 Juillet 2011: j'adore cet album, mon préféré d'Alice Cooper avec School's Out ! effectivement le vynile était livré avec un calendrier... et ce dernier est quasiment introuvable aujourd'hui ! j'ai galéré il y a une dizaine d'année pour trouver dans les vide-greniers le vynile avec le calendrier intact ! car beaucoup d'acheteurs de l'époque l'ont bien entendu accroché à la porte de leur chambre à côté du poster de Machine Head (l'album de Deep Purple, pas le groupe...!). La grande époque d'Alice Cooper !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Bourrin

22 Mai 2005
Alice Cooper ? Qui n'a jamais entendu parler de lui au moins une fois dans sa vie ?
Sa carrière a vraiment commencée par "Killer" : les deux premiers opus "Pretties for You" et "Easy Action" ont eu un succès assez faible, et "Killer" a confirmé et developpé ce que le 3ème album "Love Is To Death" a apporté (avec son hit "I'm Eighteen" notament).
Concentrons nous sur cet album, en fait ce qui est bien avec Alice Cooper, c'est que ses album sont très diversifiés, ce qui a un aspect un peu déroutant au premières écoutes. "Under My Wheels" sonne très rock, il est devenu un classique. "Be My Lover" est très sympatique, mais un peu plus anecdotique. Ensuite vient le génialissime "Halo of Flies", un CHEF D'OEUVRE !!! Cet chanson est un monument ! "Desperado", "You Drive me Nervous" et "Yeah, Yeah, Yeah" sont du même accabit que "Be My Lover" : vraiment sympas, mais font pâles figures faces à des titres comme "Halo of Flies", "Dead Babies" (il paraît qu'Alice se pendait sur scène au moment de la jouer ! grandiose !) et "Killer" (avec sa fin façon chaise éléctrique, histoire de nous clouer sur place !). Eh oui, vous constaterez, qu'Alice devellope dans sa musique un fort aspect théatral, d'ailleurs il suffit de voir les concert ! Ca, c'est du spectacle !
Au final, ce "Killer" est vraiment un classique a posseder !

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
Cucrapok - 10 Juillet 2011: D'accord avec ce commentaire sur tout excepté une chose: Desperado est un des morceaux forts de l'album.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire